AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ Dim 15 Mar 2015 - 16:29

Bluebell Willow Perkins

WHEN SHE WAS JUST A GIRL, SHE EXPECTED THE WORLD. BUT IT FLEW AWAY FROM HER REACH.


Temporalité Née à Glasgow en Écosse, le vingt-six novembre 1980. Elle a donc dix-huit ans mais fait bien plus que son âge.
Origines Écossaise, par son père. Anglaise, par sa mère. D'aussi loin qu'elle se souvienne, elle a toujours vécu en Angleterre. C'est bien la première fois de sa vie qu'elle vit donc à l'étranger.
Clan ou poste Quand elle arriva pour la première fois à Durmstrang, elle se considéra immédiatement comme une unmarked. Mais, avec le temps et surtout l'ancienne leader des flammes, Erika Droganov, elle s'est faite une place chez les Flammes. Bien qu'elle ne considère pas encore le clan comme égal à son ancienne maison, elle apprécie malgré tout l'ambiance et l'état d'esprit des membres.
Scolarité De sa première à sa septième année, la jeune femme était à Poudlard. Cependant, après les récents évènements, elle a décidé de continuer sa scolarité à Durmstrang. Et plus spécialement, sa septième année qu'elle a redoublé.
Statut sanguin Née d'une mère cracmol et d'un père moldu, elle est considérée sur le papier comme une sang-mêlée. Cependant, au vu de ses origines, on l'a toujours vu et méprisée telle une née-moldue.
Baguette Bois de cerisier, à peu près une trentaine de centimètres, plutôt souple. Elle comporte à l'intérieur un crin de licorne, excellente donc pour les sortilèges de protections. Assez créative dans l'âme, Willow a fait en sorte que le bas de sa baguette soit tressé.
Particularités Aucune si ce n'est qu'elle est mariée depuis quelques semaines à son meilleur ami, Nikolaï Vostrikov par une simple erreur de bon jugement. Quelques verres à Las Vegas, un peu de drogue et le tour était joué, ils se dirent oui dans la chapelle d'Elvis Presley. Si la situation est délicate, elle l'est davantage dans le sens où Willow est folle amoureuse de lui depuis qu'ils sont tout petits.


All the small things


Patronus

Jadis, son patronus était une colombe qu'elle arrivait à faire apparaitre en pensant simplement à son premier baiser avec Nikolaï. Cependant, maintenant elle n'arrive absolument plus à le faire apparaitre. A son plus grand désarroi car c'était un sort qu'elle maitrisait à la perfection et qu'elle affectionnait particulièrement. Elle, qui, était si fière la première fois qu'elle le réalisa.

Avis sur la quête

S'il y a bien une chose qui ne l'intéresse absolument pas à Durmstrang, c'est bien la quête de l'Ox. Comme tout le monde, elle en a bien sûr entendu parler, c'est un peu le sujet qui fait trembler d'émotions tous les clans de l'école. Mais pour le coup, elle a décidément bien d'autres choses à faire avant de s'intéresser à une certaine quête. Elle est davantage focalisée sur son avenir, sur la personne qu'elle essaye de redevenir plutôt que sur ladite quête. Elle soutient néanmoins que c'est une quête qui vaut la peine et encourage ceux qui le souhaitent de l'entreprendre. Mais pour l'instant, ce n'est simplement pas pour elle.

Pourquoi ce clan

Jadis, Willow faisait parti des Gryffondor. Fière maison de nobles et courageuses personnes où elle avait entièrement sa place. Considérée comme beaucoup par une tornade blonde, la jeune fille n'a jamais eu la langue dans sa poche et a toujours tout fait pour défendre avec vivacité ses valeurs. Usant parfois de ruses et manigances, elle avait tout aussi bien sa place chez les Serpentard mais ce qui a fait la différence fut probablement son besoin viscérale d'aider les autres, de les défendre des injustices qui pouvaient être faites. Elle a toujours agit sans penser aux conséquences. Ainsi, en arrivant à Durmstrang, les premiers mois furent houleux pour elle, car elle n'arrivait pas à trouver sa place. Puis, petit à petit, elle a réussit à s'intéresser aux clans, à s'ouvrir légèrement et à se rapprocher des Flammes. Ce sont eux qui se rapprochent le plus d'elle, de ce qu'elle était avant de devenir une ombre. Elle aspire si désespérément de redevenir la femme qu'elle était autrefois que la meilleure optique de futur pour elle est de rester avec des personnes faites avec le même état d'esprit qu'elle. Parce que, c'était un peu ça, finalement, chez les Flammes. Une petite étincelle qui ne demande qu'à être allumée. Tout comme elle.

Épouvantard

Une cape noire, un masque blanc fait de plomb, une démarche droite et imposante, un tatouage sur l'avant-bras gauche. Sa plus grande phobie est sans nul doute tout ce qui se rapproche de près ou de loin aux mangemorts. Surtout depuis qu'elle s'est faite kidnappée il y a quelques mois, elle les redoute réellement et ne cesse de faire des cauchemars où ils viennent la hanter. C'est une peur, qui, sera toujours encrée au plus profond d'elle-même. Elle sait bien qu'elle va devoir un jour ou l'autre l'affronter, mais pour l'instant, elle n'est pas prête à redescendre dans les tréfonds les plus obscures de cette phobie.



There's a muggle behind the screen


Pseudo lizzie, la folle du flood. What a Face
Ancienneté je suis vieille comme la mort.  :ddd:
Toi & le forum j'y suis depuis quelques mois, maintenant. et jolem d'amour, un peu comme les admins.  :rainheart:
Crédits bazzart, tumblr.
Le mot de la fin  :hot:





Dernière édition par B. Willow Perkins le Dim 15 Mar 2015 - 16:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ Re: (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ Dim 15 Mar 2015 - 16:30

Story of a psychotic princess

help, i'm alive.



(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Tumblr_m48upzJpiU1qzyk5wo1_500

— THE BIRTH OF A LIONESS ; A TRUE BRAVE HEART. —
chapitre un




« Bluebell, reviens ici tout de suite ! » hurla son père contre elle alors que la petite blondinette d'âgée à peine quatre ans passait le pas de la porte sans sa permission. « Ne m'appelle pas comme ça, c'est WILLOW mon prénom. C'est comma ça que maman m'appelait à la fin donc c'est comme ça que tout le monde doit me connaitre ! » vociféra-t-elle en tapant du pied, tel l'enfant capricieuse qu'elle était. Puis, elle claqua la porte de sa maison, sans laisser le temps à son père d'argumenter davantage. Elle se mit ensuite à courir vers un étang qui n'était pas très loin de chez elle. Cela faisait depuis quelques mois que c'était comme cela à la maison. Maman était morte d'un cancer et papa, encore choqué et secoué par la tristesse de cette perte, cédait à tous les caprices de sa fille unique, tentant simplement de faire en sorte qu'elle reste calme le temps qu'il écrive sur son nouveau bouquin. Avec son air angélique, ses longues boucles blondes et ses grands yeux bleus, il était de toute manière difficile de lui dire non. Il suffisait qu'elle simule une profonde tristesse pour réussir à avoir tout ce qu'elle voulait. Ca marchait déjà quand sa mère était encore en vie mais maintenant, c'était devenu plus facile.

Mais ce n'était pas la vie qu'elle voulait. Bien que toute jeune et innocente, ce que désirait le plus Willow ce n'était que des voeux d'enfant qui n'était pas réalisable, soit trop difficile à obtenir, même pour elle, soit impossible. Le retour de sa mère et surtout et par dessus tout, un ami avec qui jouer. Parce que jusqu'à maintenant, jamais personne n'avait été assez bien pour elle. Jamais personne ne l'avait comprit. Peut-être parce qu'elle avait simplement toujours été considéré comme simple humaine alors qu'elle était une sorcière. Son père ne tâchait de ne jamais y penser, n'acceptant pas cette partie de la petite fille. Mais, c'était un fait. Si la mère de Willow avait été une cracmol, son sang coulait dans ses veines et elle avait hérité de la magie de ses grands-parents. Déjà, il se passait des choses étranges quand elle se mettait en colère ou qu'elle était triste. Au fond, peut-être que c'était pour ça que son père préférait l'éviter. C'était peut-être pour ça qu'elle se sentait si seule.

*

D'un œil avisé et particulièrement méfiant, une petite fille à la chevelure dorée observait les différents groupes de gamins qui jouaient dans le parc juste à côté de chez elle. Pour la énième fois, son père et elle avaient déménagé et se retrouvaient finalement à vivre dans un quartier malfamé de Londres, près d'un square où voleurs et dealers se donnaient rendez-vous à toutes heures de la journée. Mais ça n'inquiétait pas son paternel de savoir qu'elle pouvait trainer dehors quand l'envie lui prenait. Il ne disait jamais non de toute manière et il cédait encore et toujours à tous ses innombrables caprices, quels qu'ils soient. Il avait baissé les bras, depuis longtemps. Et puis de toute manière, il travaillait toujours sur un bouquin, alors il avait autre chose à faire que d'éduquer sa fille.
Elle était intelligente, la gamine. Vive et maline, il était rare de voir quelqu'un surpasser ses dons de manipulatrice. Oh oui... Willow avait toujours ce qu'elle désirait. Alors, quand un petit garçon pas plus haut qu'elle et rebelle à souhait se met à la regarder de haut devant un magasin du Chemin de Traverse et qu'il n'est jamais en accord avec elle, ça ne lui plait guère à la petite blondinette. Au début, ça l'agaçait tellement, qu'elle ne pouvait s'empêcher de surenchérir. Puis, quand elle comprit qu'ils ne trouveraient jamais un terrain d'entente, elle eut envie d'être son amie. Pour la première fois de sa vie, elle désirait être l'amie de quelqu'un. Bien évidemment, ça aurait été trop facile si le garçonnet avait été d'accord. Il le lui avait tout de suite fait comprendre dans un magasin de glaces où les parents des deux petiots avaient décidé de les emmener en les voyant parler - à ce qu'il parait, ils étaient tous les deux assez solitaires. Mais, personne ne lui disait non. Et parce que pour la première fois de sa vie on lui disait non, Willow su en rencontrant Nikolaï qu'ils seraient amis pour toujours. Et puis, en plus, ils habitaient à deux pas l'un de l'autre depuis qu'elle avait emménagé dans Londres. Elle le voyait pratiquement tous les jours au parc, toujours autant décidé à le suivre partout pour devenir son amie.

C'est donc pour ça qu'elle s'interposa entre lui et le petit gros du quartier quand elle comprit que Nikolaï était en position de faiblesse, lorsqu'elle arriva au square. Rémy, cette grosse brute sans cervelle lui courait après depuis le jour où elle était arrivée dans le voisinage. Soit disant voulait-il l'épouser parce qu'elle avait les plus beaux yeux du monde. Mais la blondinette n'était nullement intéressée, ne voyant en lui qu'un simple idiot s'amusant à effrayer autrui juste grâce à ses bourrelets et son air de bulldog. Au moment même où elle se mit devant le gros bonhomme, elle comprit immédiatement que c'était la bonne chose à faire. Il venait de voler l'argent de son futur ami. D'un doigt accusateur, elle fit donc ce qu'elle savait faire le mieux : du chantage. « Rends-lui son argent, espèce de gros plein de soupe ou je dis à tout le monde que tu aimes faire de la corde à sauter en chantant des Disney dans ton jardin. » Et, comme à son habitude, sa tactique fonctionna et Rémy rendit immédiatement ce qui appartenait à Nikolaï avant de tourner le dos, vaincu. Personne ne rivalisait avec elle. Un air victorieux sur son visage, elle se retourna vers le garçon et lui rendit son argent. Lui qui s'était fait une réputation de terreur des bacs à sable devait se trouver bien bête, maintenant. Elle en profita donc pour lui donner une leçon et lui rappeler qu'il avait beau effrayer les autres, c'était elle la plus intelligente et elle qui avait les cartes en mains. Sa volonté était qu'ils soient amis parce qu'elle sentait que c'était la meilleure chose à faire. Elle le lui fit donc comprendre avec son arme secrète mais qui fonctionnerait aussi bien sur lui qu'elle n'a fonctionné sur Rémy : le chantage. Car s'il refusait de l'accepter dans sa vie, elle dirait à tout le monde ce qu'il venait de se passer.

Et cela fonctionna. Les mois passèrent, puis les années et Willow avait finalement réussi à se faire une place dans le cœur solitaire de Nikolaï. Comme elle l'avait soupçonné, ils avaient besoin l'un de l'autre et étaient devenus des inséparables.

— HEAR ME ROAR. —
chapitre deux



Tout en buvant son chocolat chaud, Willow observa une nouvelle fois sa salle commune aux couleurs rouges et dorées et ne put s'empêcher de soupirer d'aise. Elle était confortablement installée sur un des canapés moelleux, pile devant le feu de cheminée qui réchauffait la pièce et caressait ses joues d'une tendre chaleur. Elle était une sorcière. Elle, Willow Perkins, la pauvre petite fille qui venait d'un quartier malfamé et n'avait jamais obtenu grand chose de la vie malgré ses beaux yeux bleus. Elle avait désormais la chance d'appartenir à un monde extraordinaire, fait de magie et de beauté invisible aux yeux des plus normaux. Elle avait été effrayée quand on lui avait apprit la nouvelle, elle avait même pensé à une mauvaise blague mais l'histoire avait finalement été très sérieuse. Et si elle avait été perplexe au début, tout changea quand elle fit sa première apparition au Chemin de Traverse. Ces dernières semaines avaient été folle en émotion, tout particulièrement de la part de son père qui se retrouvait maintenant seul à la maison. Elle n'avait jamais été proche de son paternel mais elle l'appréciait assez pour lui envoyer des lettres et lui donner de ses nouvelles le plus souvent possible. Il avait toujours été si gentil et si attentionné avec elle. Il avait même versé une larme, ce matin quand elle était montée dans le Poudlard Express.

Oh oui... Tant d'émotions, tant de vécu, tant de choses à voir et à découvrir. Cette journée, par exemple, où elle avait découvert le château ainsi que son organisation. On lui avait expliqué dans le train les différentes maisons où on pouvait être envoyé à Poudlard et son choix fut vite arrêté sur Gryffondor. Elle savait et sentait qu'elle y avait sa place. Et ce fut effectivement là que le Choixpeau l'envoya. Parmi les plus braves et les plus courageux.

Mais cette aventure était particulièrement extraordinaire parce qu'elle n'était pas seule à la vivre. Assis à côté d'elle, Nikolaï s'était endormi, la tête penchée en arrière, la main dans la sienne. Ils étaient liés pour toujours, c'était une vérité que Willow savait mais que son meilleur ami semblait éviter. Ils ne pouvaient vivre l'un sans l'autre et être séparés, ils n'avaient jamais réussi à tenir. Et durant les quelques années de leur amitié, maintes disputes avaient failli les séparer. Mais il y en avait toujours un qui revenait vers l'autre. Ensemble, ils étaient un tout. Ils s'étaient trouvés et même si ça n'avait pas été simple au début, la blondinette avait réussit à se faire une place dans sa vie et dans son cœur. Et ça, ça n'avait pas de prix. C'était une fierté. La terreur des bacs à sable était à elle. Pour toujours et à jamais.

*

« De quoi tu m'as traité, espèce de sale troll des cavernes ? » cracha-t-elle en empoignant d'une main la cravate verte d'une de ses camarade de classe. Si elle employait rarement la violence et qu'elle préférait généralement utiliser des procédés plus vicieux pour se venger ou faire flancher ses ennemis, il y avait parfois des jours où elle rentrait dans le tas sans se soucier des conséquences. Et dans ces moments-là, elle était parfois redoutable. La rouquine qui l'avait insulté de sale sang de bourbe se rétracta et plissa les lèvres en voyant la fureur émaner de Willow. Cela faisait quatre ans que ces insultes et provocations duraient et elle en avait plus que marre. Elle commençait à perdre patience, à être lasse de voir que le sang comptait tellement pour certains sorciers (généralement les Serpentard). Elle voulait taper fort afin de montrer l'exemple et ne plus jamais être embêtée par ces espèces de consanguins dénués de cervelles. Au moment où elle leva son poing, elle fut néanmoins stoppée dans son élan et on l'attrapa par la taille, la poussant en arrière. Elle se débattit et mit un méchant coup de tête à son oppresseur. Ce dernier lâcha un râle de douleur et elle comprit aussitôt qu'il s'agissait de son meilleur ami. Tout en se débattant, elle se retourna et put voir le visage ensanglanté de Nikolaï. Son nez pissait le sang mais il ne semblait pas s'en préoccuper. « J'peux savoir c'que tu fiches ? » lui demanda-t-il d'une voix hachée à cause de son impossibilité à respirer normalement, vu les dégâts qu'elle lui avait fait. « Cette chienne m'a traité de sang-de-bourbe ! » repiqua-t-elle comme si c'était une excuse. « Et ? Depuis quand tu t'abaisses à ça ? T'as pas compris que c'est ça qu'elle attendait depuis le début ? » Elle lâcha un râle de frustration et tapa du pied. Bien sûr que si qu'elle le savait. La blonde se retourna donc vers son ennemie et la pointa du doigt. « Insulte-moi encore une fois et c'est pire que ma violence qui t'atteindra, McAllister. » vociféra-t-elle d'une voix mauvaise. Puis, elle attrapa son ami de toujours et l'emmena directement à l'infirmerie sans lui demander son avis. Elle savait qu'il détestait aller là-bas mais ce n'était certainement pas pour ça qu'elle allait se gêner. Elle faisait ce qu'elle voulait, quand elle voulait.

« Par la barbe de Merlin ! Qui vous a fait ça, monsieur Vostrikov ? » demanda l'infirmière en voyant les litres de sang qui coulaient sur son visage et sa tunique de sorcier. Enervée, mais vive, Willow ne laissa pas une seule seconde le temps à son meilleur ami de répondre et suivit ses conseils ou plutôt sa méthode de peste habituelle quand elle voulait se venger : « C'est Joanna McAllister. Elle l'a attaqué quand il a voulu me défendre après qu'elle m'ait insulté de... De... » Willow fit comme si elle était effondrée et se mit alors à pleurer, comme blessée par tant de cruauté quand en vérité, cela ne lui faisait ni chaud, ni froid. « De quoi, miss Perkins ? » « De sang-de-bourbe » finit-elle par dire en pleurant davantage, l'air complètement dévastée. L'infirmière parut choquée et installa Nikolaï sur un lit tout en lui donnant une potion à boire. Puis, elle s'excusa un instant, le temps d'aller voir le directeur pour lui parler de cette affaire.
Aussitôt que l'infirmière passa le pas de la porte, Willow cessa immédiatement de pleurer, prit un mouchoir et s'essuya ses fausses larmes de crocodile. « Tu sais que tu es impitoyable, parfois ? » dit alors Nikolaï en secouant la tête, un sourire amusé sur le visage. « Je ne vois pas de quoi tu parles, j'ai juste suivi tes conseils. » répondit-elle avec un sourire malicieux tout en lui attrapant sa main. « Tu m'étonnera toujours » lâcha-t-il en la regardant avec une petite lueur mystérieuse dans les yeux, auquel elle répondit d'un murmure assuré : « C'est pour ça que tu m'aimes. »
Puis, elle posa ses lèvres sur les siennes pour un chaste baiser. Juste pour le remercier et s'excuser. Juste pour lui dire à quel point son cœur criait en silence.

Quelques jours plus tard, une rumeur circula et déclencha une vague d'injustice chez les serpents : Joanna Mcallister avait été renvoyé.

— THE DAY WHEN MY HEART MET YOU — (thaddow)
chapitre trois



D'aussi loin qu'elle se souvenait, elle avait toujours été amoureuse de Nikolaï. Elle le considérait comme son âme-sœur, son tout et l'amour de sa vie. Elle était cependant consciente du fait que ce n'était pas réciproque. Il l'aimait, oui. Mais d'un amour purement platonique et amical. Ils avaient pourtant tout fait ensemble : de leur premier baiser à leur première fois. Ils avaient partagés tant de moments, tant de tendresses, tant de choses. Toutes ces années s'étaient écoulées et patiente, Willow avait toujours su qu'un jour ou l'autre, il se rendrait compte qu'ils étaient fait l'un pour l'autre. Alors, en attendant ce jour, elle continuait malgré tout de vivre, de profiter de sa jeunesse et d'avoir des petits-amis. A Poudlard, elle en eut des tonnes, des visages qui se succédèrent au gré de ses envies et de ses besoins. Mais un resterait pour toujours dans ses souvenirs et dans son cœur : Thaddeus Romanovski.

« Il m'a encore menacé. » Lovée dans les bras de son petit-ami sur le lit qu'elle avait créé dans la Salle sur Demande, Willow releva légèrement la tête et posa son menton sur le torse de Thaddeus. « Qui ça ? » Demanda-t-elle en fronçant les sourcils, étonnée de voir qu'on pouvait le menacer sans s'attirer ses foudres. « D'après toi... » souffla-t-il en levant les yeux au ciel. Sentant la confrontation venir, la lionne reposa sa joue contre la poitrine du brun et ne répondit pas. Depuis quelques semaines, c'était là leur cause de dispute numéro une : Nikolaï et la place qu'il avait dans la vie de la jeune femme. Soit disant, son meilleur ami s'en prenait régulièrement à Thaddeus depuis qu'il avait comprit que la relation entre lui et Willow perdurait. Et pour cause, la demoiselle était attachée à son Jules. Cela faisait presque un an que ça durait, déjà. Quotidiennement, ils ne cessaient de se chamailler et de se prendre la tête pour un rien mais ils étaient attachés l'un à l'autre.

Pourtant, jamais ils n'auraient pu prévoir tous les deux que les évènements tourneraient ainsi. Presque un an auparavant, ils s'étaient rencontré à la coupe du monde de Quidditch où Willow avait réussit à voler des places pour Nikolaï et elle. Ils s'étaient retrouvés merveilleusement bien placés mais à côté de Thaddeus et sa mère. Quand elle aperçut le garçon qui allait être à ses côtés durant tout le match, Willow avait tiré la tronche. En un regard, elle l'avait catégorisé dans le genre de garçons hautains, pompeux à souhaits et fils à sa maman. Le genre de personnes qu'elle n'aimait pas. Elle n'avait cessé de le regarder de haut en bas durant tout le match et de lui lancer un regard noir quand il dépassait les limites de leurs places. Et puis, il y avait eu après le match. Quand Nikolaï et elle rejoignirent leur tente qui était, bien sûr, collée à celle de Thaddeus. Tard dans la nuit, elle était sortie prendre l'air, ne supportant pas les ronflements de son meilleur ami et le peu d'espace qu'elle avait à l'intérieur. Ce n'était, après tout, qu'une simple tente empruntée à son père. Il avait été si content de la voir partir quelques jours. Au fond, il l'aimait. Elle le savait, mais il ne la comprenait simplement pas. Il ne comprenait pas tout son monde, tout ce qu'elle était. Et Willow ne lui en a jamais voulu.
Puis, en sortant, elle l'aperçut. Thaddeus. Lui aussi ne pouvait pas dormir alors aussi agréable qu'elle pouvait l'être, elle ne put s'empêcher de lui envoyer une critique dans les dents. Sarcastique, bien sûr. Comme toujours. Auquel il avait répondu avec le sourire. Une réaction dont elle avait peu l'habitude et qui l'a mit en confiance. Peut-être s'était-elle trompée, finalement ? Alors, elle accepta de lui parler et même de marcher à ses côtés dans le camp des sorciers. Ils marchèrent longtemps, parlèrent davantage. Assez pour qu'elle perde la notion du temps et qu'elle ne sache plus réellement par où rentrer pour revenir auprès de Nikolaï. Et puis, vint l'attaque des mangemorts, les cris, les pleures, la souffrance et la peur. Tout sa passa si vite qu'elle ne comprit pas tout de suite ce qui se passait. Elle ne le réalisa qu'une fois cachée près d'un sous-bois à quelques mètres du stade quand elle se rendit compte du feu qui se propageait d'un abri à l'autre, d'une personne à l'autre. Elle pensa immédiatement à son amour de toujours mais ne fut pas capable de faire un pas pour aller le chercher, parce que Thaddeus le fit pour elle. Il lui promit de revenir avec leurs proches, mais qu'elle devait rester cachée et surtout ne pas bouger. Ce qu'elle fit. Elle l'attendit. Très longtemps. Assez pour qu'elle finisse par s'endormir une fois les hurlements cessés et les flammes éteintes. Ce fut son compagnon qui la réveilla, tellement rassurée de l'avoir retrouvé. Nik l'avait cherché partout dans le camp, inquiet de ne pas la voir quand il se réveilla en sursaut durant l'attaque des Mangemorts. Mais pas un signe de Thaddeus. Si au début elle cru qu'il était peut-être en danger, elle comprit quelques jours plus tard qu'il l'avait juste abandonné. Finalement, sa première impression était la bonne.

Elle n'eut plus aucune nouvelle de lui. Pas avant le début de sa quatrième année quand elle l'aperçut dans les recrues des élèves de Durmstrang. Elle n'en revenait pas. Elle ne le croyait pas. Pourquoi était-il là ? Comment était-il là ? Il y eut bien des cris et des pleures le jour où le jeune homme tenta de s'excuser auprès d'elle. Et puis, elle comprit. Elle savait ce que cela faisait d'avoir une mère malade. Tout du moins, elle l'avait su un jour. Elle l'avait donc pardonné et embrassé. Parce que c'était ce qu'elle s'apprêtait à faire pile au moment où la panique avait envahit le camp quelques semaines auparavant.

Mais voilà, leur histoire n'était finalement pas faite pour durer. Parce que malgré toutes ses belles paroles et ses jolies promesses, il s'en alla. Il partit pour s'occuper de sa mère. Willow eu le coeur brisé et ne s'en remit jamais. Elle s'était sentit maudite, tombant amoureuse des mauvais gars, soit trop égoïste, soit trop généreux mais jamais pour aller dans son sens. Elle était la fille qui était constamment abandonnée. Malgré une correspondance régulière, elle ne pardonna jamais à Thaddeus de l'avoir abandonné. D'avoir brisé sa promesse.  

— IT'S WHERE MY DEMONS HIDE —
(willodore)
chapitre quatre




Roulée en boule au fond de sa minuscule cellule, Willow se balançait d'avant en arrière en essayant de se raccrocher à une fine lueur d'espoir. Plus les jours passaient et plus elle se sentait défaillir ; elle n'était plus très loin de la fin, elle le sentait. Combien de temps était-elle ici ? Des jours ? Des semaines ? Des mois ? Peut-être plus. Elle avait finit par perdre la notion du temps. Tout ce dont elle se souvenait clairement, c'était la folie qui s'était emparée d'elle quand elle avait osé défier le destin en se disputant publiquement avec un énième rejeton de mangemort. Elle l'avait humilié, comme elle avait humilié les autres de sa catégorie et fière d'elle, elle lui avait tourné le dos. Intrépide et sans penser aux conséquences de ce trait de caractère, elle n'avait pas été méfiante. Pas cette fois. Car elle avait déjà eu à faire avec Théodore Nott et elle le savait enclin à vite s'enfuir lorsqu'il était humilié. Mais pas cette fois. Cette fois, il était resté. Et tel le lâche qu'il était, il l'avait attaqué par derrière avec un sortilège bien placé. Quand elle rouvrit les yeux le lendemain, elle s'était retrouvée enchainée dans une petite cave qui puait l'humidité, le métal, le sang et surtout la mort.

Au début, elle avait tenu bon. Elle était restée forte et courageuse comme cette lionne qu'elle était. Rien ne l'effrayait, rien ne la touchait. Ils avaient beau la frapper, la torturer avec de la magie noire, l'insulter et la traiter comme une pauvre chose, elle n'avait pas montré une once de peur. Jusqu'à ce qu'ils ramènent un détraqueur. Là, petit à petit, elle s'était confrontée aux noirceurs de la vie et cédait de plus en plus à la folie et à la dépression. Elle était forte, pourtant. Incassable. Donc une infime partie d'elle-même continuait à se battre en essayant de se raccrocher à des souvenirs heureux. Mais plus ça allait et plus ils étaient rares. Comme oubliés par les multiples baisers du détraqueur qu'elle avait reçu. Pourtant, elle s'accrochait à la vie. Elle essayait du mieux qu'elle pouvait de se souvenir du visage de Nikolaï, de se rappeler de la sensation de ses bras autour d'elle et des mots qu'il lui susurrait lorsqu'elle faisait des cauchemars et qu'elle était inconsolable. Elle s'accrochait à la vie, pour lui. Seulement pour lui. Car elle savait que sans elle dans la vie du jeune homme, il perdrait pied. Si jamais elle périssait dans ce cachot sans lumière, jamais il ne s'en remettrais et jamais il n'avancerait. Jamais sans elle. Tout comme la réciproque était vraie. Alors malgré toutes les souffrances, malgré toutes ses blessures et toute cette peur, elle tenait bon. Elle s'accrocherait jusqu'au bout. Même si pour ça, elle devait affronter le diable en personne.

Ce qu'elle fit. En la présence de Théodore. Qui aurait pu croire que cet espèce de petit bourgeois sans personnalité allait être la cause de ses plus horribles souffrances ? Elle se souvenait encore de la première fois qu'elle le vit dans sa cage. Il l'avait torturé des heures durant, caché derrière son masque de mangemort, quand enfin, elle fut presque à deux doigts de tomber dans les pommes, il décida de faire une pause et retira son masque, un grand sourire sur le visage. Merlin quelle haine l'avait consumé ce jour-là. Elle aurait tout donné pour se libérer de ses chaines et le tuer à mains nues. Parce qu'à présent, Willow le savait, la loi du plus fort s'appliquait toujours quoi qu'on en dise. Elle se fit la promesse de ne jamais faillir devant lui, de ne jamais lui donner le plaisir de montrer sa détresse. Invincible, mais seulement en apparences.
Car, finalement, si Théodore continuait ses séances quotidiennes de tortures, petit-à-petit Willow commençait à perdre cet éclat d'animosité qui brillait dans ses yeux. Elle le voyait au fil des jours qui s'écoulaient ; l'espoir se perdait.

Puis vint le jour fatadique où son bourreau était las des sévices qu'il lui infligeant physiquement. Non seulement elle mettait trop de temps à cicatriser, mais de plus, cela n'était pas assez rapide pour lui. Il semblait vouloir l'anéantir, autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Willow avait beau essayer de se remémorer, elle n'avait pas pour souvenirs d'avoir à ce point humilier le jeune Nott. Elle ne comprenait donc pas la force et la virulence qu'il mettait pratiquement tous les jours à s'acharner sur elle. Il n'y avait aucune raison, si ce n'est la folie. Aussi, quand il commença à retirer son pull, ses chaussures et son pantalon, Willow su que cette journée n'allait pas une fois de plus tourner en sa faveur. Elle avait connu bien des garçons et avait déjà aperçu ce regard qu'il lui lançait, tel un chasseur menaçant sa proie. Elle savait ce qui allait en découler. Elle savait qu'il allait la souiller, la détruire. Après tout ce qu'elle s'était dit, tout ce dont elle s'était souvenu pour tenir bon et toutes les promesses intérieures qu'elle s'était faites, pour la première fois la blondinette eut terriblement peur. Et elle ne pu lui cacher plus longtemps. Elle ne pu s'empêcher de le regarder pour la toute première fois avec une crainte sans nom. Car jamais elle n'aurait pensé qu'il aurait pu être capable de la violer. Quand il se rendit compte de l'état dans lequel cela mettait la jeune lionne, il ne pipa mot, se rhabilla avec un léger sourire et remonta les escaliers, victorieux.

Au cours des mois qui étaient passés, son personnel tortionnaire avait recommencé plusieurs fois son petit jeu. Parfois, il s'arrêtait avant, simplement satisfait de voir la demoiselle apeurée, complètement recroquevillée dans son coin et parfois il continuait. Ce n'était arrivé qu'une seule fois et il l'avait touché. Généralement, il ne posait jamais la main sur elle, préférant la frapper avec tout plutôt que de voir une once de son épiderme rentrer en contact avec elle. Mais là, il n'avait pas arrêté, il avait glissé sa main entre ses cuisses, l'avait obligé à les écarter, l'avait menacé de la tuer si elle ne s'exécutait pas. Mais Willow, bien qu'attachée à la vie, avait préféré se battre plutôt que de le voir s'aventurer en elle. Elle préférait mourir plutôt que de le voir abuser d'elle. Elle s'était défendue, l'avait griffé et avait essayé de lui donner des coups de pieds. Bien évidemment, elle n'avait pas la force qu'elle avait d'ordinaire pour le repousser correctement. Il lui arracha ses vêtements, la détailla quelques secondes, puis se montra davantage plus vorace à la pénétrer. Elle put cependant gagner quelques secondes en le mordant, ce qui fut nécessaire pour qu'il recule de quelques centimètres.

Et puis, sans qu'elle ne comprenne ce qu'il se passa par la suite, il se remit debout et leva la tête vers le haut, écoutant les bruits étrangers qu'on entendait au rez-de-chaussée du manoir, juste au-dessus de leurs têtes. Et il transplana, la laissant entièrement nue et en larmes, essayant de comprendre ce qu'il s'était passé. Finalement, ce fut les aurors qui avait chassé Nott, rien de plus. Ceux-ci avaient entendus la rumeur qui circulait comme quoi des dizaines de prisonniers vivaient dans les caves du manoir des Carrow. Ce jour-là, alors qu'elle avait faillit une fois de plus se faire violer, elle retrouva aussi sa liberté tant espérée.

*

Il pleurait dans ses bras, complètement anéanti mais aussi heureux de la retrouver saine et sauve. Ces six mois séparés avaient été laborieux, pour elle comme pour lui. Car tous les deux n'avaient jamais été faits pour être séparés. Ce n'était pas dans leurs natures, ce n'était pas qui ils étaient. Ils avaient irrémédiablement besoin l'un de l'autre. C'était viscéral. Il ne cessait de s'excuser, de lui dire à quel point il l'aimait et à quel point jamais plus il ne la laisserait toute seule. Elle ne pouvait pas parler, pas encore. Elle n'avait pas parlé depuis des mois. Alors, elle fit ce qu'elle savait faire le mieux et elle rapprocha son visage du sien. Depuis toujours, c'était le seul moyen qu'elle avait de lui faire comprendre les choses, c'était le seul moyen de communication qu'elle connaissait pour lui dire tout ce qu'elle n'arrivait pas à lui dire à haute voix. Bien qu'ils étaient sous la douche, jamais Willow ne s'était sentie plus sale qu'actuellement. Elle voulait se frotter encore et encore, jusqu'à se faire saigner, jusqu'à rouvrir ses cicatrices et ses diverses plaies, jusqu'à oublier ces derniers mois. Mais pour Nikolaï, elle ne le fit pas. Elle se contenta simplement de l'embrasser, en essayant de se faire croire que peut-être qu'elle parviendrait à tout oublier simplement en aimant Nikolaï.
Car c'était ce qu'elle savait faire de mieux au monde. L'aimer.  

— THE WEDDING WHICH MADE
THEM BLEED —

(wikolai)
chapitre cinq




Assise dans l'avion, les jambes croisées et le regard vide, perdue dans le paysage de nuages qui se dessinait sous ses prunelles bleutées, Willow se souvenait. De tout et dans les moindres détails. Car si pour Nikolaï, c'était une énorme erreur, pour elle, c'était simplement l'aboutissement normal de leur relation. Elle avait toujours su qu'un jour ou l'autre, ils finiraient ensemble, parce que c'était finalement comme ça qu'ils avaient commencé leurs petites vies. Mains dans la mains.
Alors, tout en tripotant sa nouvelle alliance en toc ajustée tout pile pour son annulaire, elle se souvenait. De comment tout cela avait commencé jusqu'à la fin fatidique. A la base, tout ce qu'il avait voulu pour elle, c'était simplement lui changer les idées, la sortir un peu de sa chambre à Londres afin de la revoir sourire, ne serait-ce qu'un peu. D'où l'idée du voyage à Las Vegas. Ils avaient toujours dit qu'ils le feraient un jour ou l'autre, que lorsqu'ils partiraient de Poudlard, Vegas serait leur première destination pour découvrir le monde. Bien sûr, ça ne s'était pas passé comme elle l'aurait voulu ; elle n'avait pas totalement dit adieu à son ancienne école et n'avait pas encore fait le deuil ni de ses amis, ni de la fille qu'elle était jadis. Mais elle savait que partir lui changerait les idées et l'aiderait peut-être à finalement tourner une page. Alors elle avait accepté. Et tout se déroula exactement comme elle se l'était imaginée lorsqu'elle était plus jeune et qu'elle les voyait déjà déambuler entre des machines à sous et des attractions à n'en plus finir. C'était un rêve éveillé qui lui fit presque oublier ce qu'elle avait laissé derrière elle, en Angleterre.

Et après une nuit où ils ne firent que boire et se droguer, juste pour rajouter davantage d'amusement à la situation et se plonger dans la folie de Vegas, il lui demanda sa main. Il le fit en trébuchant pratiquement sur elle, mais un genou à terre malgré tout. Il lui fit la confidence qu'il savait que c'était l'idée la plus folle qu'il pouvait avoir mais que c'était à ses yeux la meilleure chose à faire, parce qu'il l'aimait et qu'il voulait lui prouver à quel point il voulait passer le reste de ses jours avec elle. Il lui avoua qu'il l'aimait depuis toujours, qu'il l'aimerait toujours et que passer un seul jour de plus sans lui dire, après tout ce qu'il s'était passé, c'était trop lui demander. Alors elle accepta. Et ce fut plein d'ivresse qu'ils se dirent oui dans la chapelle d'Elvis Presley, avec une prostituée qu'ils trouvèrent en route comme témoin. C'était bien loin du mariage de princesse qu'elle s'était imaginée un jour, mais elle s'en fichait car c'était finalement la promesse qu'ils se firent l'un à l'autre qui compta plus que tout. Pour toujours et à jamais.

La nuit continua et fut tout aussi magique et surprenante. Comme tous bons jeunes mariés, ils rentrèrent bien vite à leur chambre d'hôtel pour consumer leur mariage. Même si ce n'était pas la première fois qui le faisait. Même si faire l'amour était presque devenu une habitude pour eux, un moyen de s'aimer et de se lier davantage. Mais cette nuit fut différente. Même s'il était encore bien influencé par l'alcool et la drogue, Nikolaï n'avait jamais été aussi doux que cette nuit-là. Jamais il n'avait prit un tel temps à lui donner autant de plaisir, jamais il ne l'avait embrassé comme il l'avait fait durant cette nuit, jamais il n'avait été autant sincère que cette nuit-ci. Bien qu'elle le faisait déjà, Willow avait pu lire dans son coeur comme dans un livre ouvert car il s'ouvrait à elle, entièrement et complètement. Il lui avouait ce qu'il n'avait pas pu faire de lui-même toutes ces années. Bien évidemment, elle le savait. Elle avait toujours su qu'il l'aimait, elle avait toujours su qu'ils étaient destinés à être ensemble. Mais Nikolaï ne se l'était jamais admit. Il n'avait jamais pu, probablement parce qu'il n'était pas prêt. Cette nuit changea tout. Irrémédiablement tout.
En s'endormant dans ses bras, elle rayonnait de bonheur. Heureuse comme jamais auparavant. Le coeur libre et libéré.

Et puis, vint le réveil. Terriblement douloureux à cause d'un horrible mal de crâne, mais pas que. Elle se réveilla seule, ce matin-là. Tout en cherchant Nikolaï de la main, palpant un peu partout le lit, elle finit par ouvrir difficilement les yeux et se rendit compte qu'il l'observait de la salle de bain, l'air ennuyé, les lèvres pincées. Et rien qu'en voyant son air, elle comprit immédiatement ce qu'il se passait. Il prenait exactement ce même visage de chien battu quand il savait qu'il avait fait une grosse erreur et qu'il était plein de culpabilité. Son coeur se fissura. Ne se souvenait-il donc pas de la nuit dernière ? Il se mit à agir différemment avec elle, la traitant comme une simple fille qu'il connaissait à peine, cherchant un prétexte pour s'en aller de la chambre. La boule au ventre, elle ne lui laissa pas l'opportunité d'aborder le sujet ; elle s'habilla en vitesse, lui lança un regard noir et prit un taxi pour l'aéroport.
Et là voilà, quelques heures plus tard, entre deux continents, dans les airs, à se retenir de ne pas pleurer, de ne pas crier de frustration. Elle savait qu'il serait probablement à sa recherche à cette heure-ci, mais elle n'en avait que faire. En se refermant comme il l'avait fait devant elle, il lui avait brisé le coeur et avait causé encore bien plus de dommage que ceux qu'elle avait dû subir les mois de sa captivité. Car si Théodore s'en était prit au corps, Nikolaï, lui, avait touché au coeur. Et Merlin seul sait à quel point réparer un coeur brisé n'était pas la chose la plus facile à faire.

*

Durmstrang. Elle avait fait son choix pour entamer sa nouvelle vie. Elle en avait désespérément besoin. Elle voulait avancer, elle voulait continuer à tracer son petit bout de chemin sans risquer de regarder sans cesse derrière son épaule, craintive. Et elle savait que pour cela, il fallait qu'elle redevienne celle qu'elle était auparavant. La tornade blonde qui n'avait peur de rien et de personne, qui ne craignait pas de s'attirer les foudres des autres et qui défendait ses principes coûte que coûte. La fille courageuse.
Et pour cela, il fallait qu'elle se confronte à une école loin de la sécurité qu'elle recherchait. Elle devait affronter ceux qu'elle redoutait pour faire fondre ses cauchemars nocturnes. Une école pleine de personnes à ses antipodes, une école où la pureté du sang était considérée comme une suprématie reconnue. Une école où les chefs étaient les sangs-purs. Willow devait renaître de ses cendres.

Et pour ça, Erika Droganov fut sa plus grande chance de réussir en lui offrant la possibilité de s'intégrer en la sortant du lot des Unmarked pour la convaincre de rejoindre les Flammes. L'ancienne leader du clan avait sentit en la jeune recrue une étincelle. Si délicate, si fine, qu'il était presque impossible de la voir briller encore dans ses iris d'un bleu azur qui autrefois pouvait simplement lancer des flammes. Erika vu son potentiel, elle pu percer à travers ses défenses pour trouver et essayer de ranimer ce feu brûlant qui avait besoin de s'attiser en elle.  


 



Dernière édition par B. Willow Perkins le Jeu 19 Mar 2015 - 19:22, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ Re: (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ Dim 15 Mar 2015 - 16:33

C'EST MA FEMELLE :please: :eyes: :pticoeur: :alo: :uhuh:
J'ai hâte de lire ton histoire mon petit chou, et surtout que Will et Nik rp ensemble ILS SONT BEAUX ILS SONT BEAUX :moh:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ Re: (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ Dim 15 Mar 2015 - 16:34

RE BIENVENUUUUUE MA LIZZIE :charge: :slurp: :rainbow: :merry: :ddd: Ce personnage envoie du feu de dieu, et j'ai trop hâte de mettre en place le lien qu'on a (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 1695617587 (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 818702342 Bon courage pour ta fiche mon chat (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 2815597012
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ Re: (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ Dim 15 Mar 2015 - 17:01

OMG CE DC DE MALADE !!! (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 4286030528 :ddd: Ça me fait d’ailleurs penser que je ne t'ai toujours pas envoyé un message pour parler de l'idée que Nik et moi avions eu et qui concerne ta petite Willow... Je vais de suite t'en envoyer un pour y remédier :please: :alo:

Re-Bienvenue & Bon courage pour ta fichette :merry: Je trouve que Willow a trop la classe **
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ Re: (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ Dim 15 Mar 2015 - 17:18

WILLOW MONTRE TES LOLOS !!!! (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 2639262957 (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 842125456 (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 2875122059 (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 1315834883
Glasgow c'est le nom d'un pub par chez moi WILLOW CEST UNE ALCOOLO !
CA VA ENVOYER DU PATER DE SANGLIER ! :hug:
KARL VA BIEN L'E****** *sors* (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 2597030406 :hot:
RE BIENVENUE MORUE !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ Re: (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ Dim 15 Mar 2015 - 17:28

Rebienvenue ! Bon courage pour la suite de ta fiche (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 2390229339
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ Re: (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ Dim 15 Mar 2015 - 19:02

non mais quel acceuil, mes loulous. (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 842585232

@ nex le caca : mais ouiiiii, je suis à toi mon minou. (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 556567074 tout le monde le sait, ça. (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 3880430860 notre couple va être tellement diiiiingue. (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 818702342

@ elly-chou : oui, on a tellement un lien de fifou avec anton. (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 1979455787 ça va être une dinguerie, tout ça ! vivement qu'on rp ! (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 1558551244 merci pour ton petit message ma chouuuu. :hug: *souvenirs, souvenirs, heiiiiin.* :pticoeur:

@ théodore : tout a été dit par mp, je pense. (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 3924359785 enfin presque. mais... omg. (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 4286030528 c'est sûr que notre lien va figurer dans ma fiche de présentation, ça va être tellement dark à jouer en rp tout ça. :schei: j'ai trop hâte. :eyes: en tout cas, merci pour tes petits compliments, ça fait chaud au coeur. :rainheart:

@ sue : mais... XD vas-tu te taire un jour, espèce de grosse quiche ? :ppp: t'es qu'une folle. :ddd: arrête de harceler willow avec ses lolos, oui ! (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 4241671430 tu sais bien qu'elle ne te les montrera jamaaaaais. What a Face

@ katerina : merci pour ton acceuil, choupette. :keur:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ Re: (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ Dim 15 Mar 2015 - 20:55

Gniiii Baaaar *.* rebienvenuuuuue :rainheart:
Han, elle sera dans la meme année que Ryia (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. 1260416469
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ Re: (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ Dim 15 Mar 2015 - 21:26

Bienvenue!

Oh lala, cette fille est juste sublime!

Bonne chance pour la suite :rainheart:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

HOMINUM REVELIO ϟ
(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Empty
Ҩ Re: (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly. Ҩ

Revenir en haut Aller en bas
 

(willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum