AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ Mer 3 Fév 2016 - 11:31

Ezeckiel Mihaël Tolstoï

Till my bones collapses

 

   

All the small things


figé dans ses 24 ans | revenant | durmstrang
(Durmstrang ou Domovoï's Rock?)

De son vivant on pouvait qualifier Ezeckiel de Marginal. Il ne faisait pas parti de ces personnes qui avaient besoin d'être beaucoup entouré pour être heureux. Solitaire et réservé, il fuyait la foule comme la peste. C'est ce qui a fait qu'on l'a qualifié d'étrange. Pourtant Charismatique et Mystérieux, Ezeckiel avait une sensibilité artistique hors norme. Intelligent, il c'est un homme cultivé et intéressant qui analyse très vite toute situation. Cependant, depuis son retour, Ezeckiel se sent profondément vide et démuni. Triste, beaucoup de ceux qui croisent sa route diront qu'il es renfermé sur lui même, comme s'il lui manqué quelque chose. Cela dit, depuis qu'il est revenu, Ezeckiel a hérité du don d'empathie, ainsi il peut lire dans le coeur des gens sans aucune difficulté, ce qui tend à le rendre fou. presque paranoïaque. Brisé et nostalgique, Ezeckiel s'attache a un passé qui a disparu à jamais. Cela dit, Ezeckiel n'est pas quelqu'un de méchant. Ce qui le voit à présent errer vous diront qu'il semble chercher quelque chose qui donnerait un sens à ce visage fermé et froid, comme s'il était constamment ailleurs. De son vivant, c'était un homme amoureux prêt a tout pour celle qu'il aimait, aujourd'hui même si son amour est disparu il garde les stigmates de ce sentiment en espérant que son âme soeur viendra rallumer la flamme qui s'est éteinte en lui.  Ezeckiel est l'héritier de la riche famille des Tolstoï. De sang pur, il vient de la très vaste et froide Russie. Sa mort a vu s'éteindre la lignée. Du moins c'est ce qu'il croyait avant d'apprendre qu'il avait une fille qui ignore qui elle est. Ezeckiel étudiait à Durmstrang. Il n'appartenait à aucun clan, préférant rester solitaire, loin de tout le tapage chaotique que provoquait L'ox. En vérité, il se fichait éperdument de cette légende. A l'époque où il étudia a Durmstrang il se spécialisa en médicomagie et obtint même son diplôme. Après ça il resta stagiaire à l'infirmerie afin de rester près de son aimée jusqu’à la fin de ses études. Des secrets? Depuis sa mort il pensait en avoir fini avec les cachotteries. Sa malédiction n'étant plus vraiment un secret. Mais le fait est qu'il a découvert avoir une fille. Celle-ci doit avoir plus où moins l'âge auquel lui même est mort... Et doit tout ignorer de la malédiction qui pèse sur elle. Ce qui complique un peu plus cette situation déjà bien difficile à appréhender. De plus, il est persuadée que l'amour de sa vie s'est réincarnée dans une élève de durmstrang, celle-ci lui ressemblant comme deux gouttes d'eau. Ses peurs les plus sombres se sont réalisées. Aujourd'hui il redoute simplement de perdre pour une seconde fois celles qu'ils pensent être lier à lui dans une spirale temporelle impérissable. Depuis qu'il est revenu d'entre les morts, il ne peut plus en produire. Cependant de son vivant son patronus était une Hirondelle lui faisant penser à la douceur et la délicatesse de celle qu'il aimait Bois d'If, 35 cm souple. Elle possède un cheveux de harpie en son coeur ce qui lui permettait d'être très doué pour les sorts d'attaques.  Lorsqu'il était a Durmstrang, Ezeckiel avait choisit de resté Unmarked. Le fait est qu'il ne voulait appartenir à aucun clan, ne se retrouvant absolument pas dans cette quête qui n'en finissait pas pour trouver l'Ox. En vérité, il ne pensait pas que celui-ci existe, et si tel était le cas il restait persuadait que l'ox ne lui serait de toute façon d'aucun secours. les révélations sur sa malédiction l'a poussé donc à se renfermé sur lui même et ne côtoyer personne susceptible de mettre en péril sa vie. Resté unmarked lui donnait un statut de marginal qui lui allait très bien Mit à part qu'il est mort depuis 21 ans, il a aussi apprit l'existence d'une fille avec qui il n'a que 3 ans de différences au vu du contexte actuel. Cela dit celle-ci va continuer de vieillir là où lui ne changera jamais.   De son vivant son mystère attirait beaucoup le regard des autres. On lui prêtait la rumeur selon laquelle il serait loup-garou, d'autres prétendait qu'il était l'héritier Romanov. Depuis qu'il est réapparu, on dit de lui qu'il est fermé, comme si la mort lui avait ôté toute candeur. Certains le compare même a Charon de la mythologie grecque tant il semble vide et triste. Il est tout de même revenu avec le don d'empathie. Toute ces émotions qu'il ne comprend plus reviennent lui gifler le visage à le rendre fou. Cependant, il lui arrive de vouloir aider un coeur pur lorsqu'il en sent un ou avoir des accès de colère intenses lorsqu'il sent certains coeur mauvais. Certaines émotions lui permettent également de sentir par procuration ce qui fut jadis inné chez lui. Il n'y a qu'avec une seule personne qu'il semble ressentir par lui-même.


Dig beyond the surface



✖ Que t'inspire l'Ox de manière générale?
De son vivant, Ezeckiel n'était absolument pas investit dans la quête de l'Ox. Aussi, il ne comprend absolument pas que le pouvoir de l'Ox l'ai ramené à la vie, il ne trouve aucun sens à cela dans le sens où il n'a jamais été fidèle au mythe. Pour preuve, il n'a porté aucun sceau d'aucun clan durant sa vie. Depuis son retour, le pouvoir de l'Ox ne l'attire toujours pas. Il a perdu toute sa vie, aussi peu importe ce qu'il adviendra tant qu'il peut protéger les personnes qui on laissé une empreinte dans son coeur. Cela dit, il doute que les choses arrivent par hasard et il se méfie comme de la peste de ce qui va arriver par la suite. Une chose est sûre, si L'Ox a mit autant de temps a être découvert ce n'est pas pour rien.

✖ Comment as-tu réagi quand on a annoncé que l'artéfact avait été trouvé?
Lorsque Ezeckiel est revenu à la vie, il a tout de suite comprit que quelque chose d'obscur venait de s'abattre sur le monde magique. Ce n'était clairement pas dans la nature des choses que ceux qui étaient morts reviennent parmi les vivants. Il ne mit pas longtemps à comprendre que cet étrange phénomène venait du pouvoir de l'Ox. Cela dit, aujourd'hui il ne croit toujours pas que cela soit une bonne chose. Ce qui était fait d'une manière n'aurait pas du muter en une autre. C'était la loi de la nature et il est certain que la nature finira par reprendre ses droits et ceci sans aucune douceur. Lui même voit la manière dont les gens le regarde : sans doute ceux qui recherchaient l'artefact s'attendaient à ce que son pouvoir soit immense, mais avaient-il seulement imaginer que la mort et la vie fusionneraient? Il ne pensait pas. Maintenant, il se contentait de regarder comment le mécanisme allait s'enclencher.

✖ Quel est ton avis sur les évènements récents? (assaut de Durmstrang, formation de la Résistance, les Revenants, siège de Domovoï's Rock...)
Tout cela ne devrait pas être. Lui-même n'a rien à faire là et aurait souhaiter ne jamais revenir. Lorsqu'il songe vraiment à tout ça, il est partagé entre colère et inquiétude à l'égard de cette nouvelle génération de sorciers qui n'a pas encore conscience d'a quel point ils ont commit une erreur en cherchant et trouvant l'Ox. Une telle magie vient avec un prix, et peut-être est-ce dû à son statut de revenant qu'il voit cela de cette manière mais il est certain que beaucoup de sang va couler et que L'Ox finira par ronger ceux qui l'on trouvé et ceux qui le convoite. Les assaillants sont bien sots de tenter le diable et de venir chercher ce qu'ils devraient fuir le plus loin possible. Quant aux vainqueurs, les voila liés a une force qui va demander toujours plus d'énergie et qui finira par les vider de leur substance : il en était sûr.  

Si les morts commencent à revenir à la vie c'est que l'équilibre cosmique a été modifié, le monde tout entier vient d'être remodelé et ce qu'il laisse entrevoir ne présage rien de naturel. Rien du tout. Et bien qu'il pourrait se réjouir de regoûter à une existence de vivants, il ne peut faire autrement que de se demander comment les choses vont tourner maintenant que cet immense cadran ne possède plus d'Horloger et que le temps lui même n'a plus lieu d'exister.

Quant à la résistance qui se formaient au sein du château, il ne pouvait que comprendre que certains se lient dans l'espoir de sauver ce qu'il restait à sauver et de protéger ceux qui ne contrôlaient pas encore l'immensité de ce pouvoir qui circulaient dans leur veines. Beaucoup d'eux avaient une personne à protéger de ceux qui tenter de renverser la donne. La question était : la vraie menace n'est-elle pas interne a tout ceux qui on été touché?

✖ Quelle est ta position dans cette nouvelle guerre et pourquoi?
Ezeckiel, bien que revenu avec des sentiments qui ne lui correspondaient plus a décidé d'être du côté de la résistance. De son vivant, il a toujours été un homme de parole, un homme de valeur et aujourd'hui dans la mort il ne peut pas renier cette valeur malgré son absence réelle de sentiments. Sentir autant de tensions lui rappelle que ce sont les plus faibles qui se font écraser sous le poids de ceux dont le coeur est noircir par l'ambition. Il ne peut pas aisément laissé des coeurs pur être détruits par la flamme outrageante d'une poignée d'Hommes se prenant pour Dieu, cherchant à posséder ce qui ne leur appartient pas. Et puis il a une fille, qui bien qu'elle ignore qui il est, doit être protégé. Puis il y a elle. et ça, ça change toute les règles que le destin a distribué. Une chose est sûre, il n'hésitera pas a arracher quelques coeur si on touche à ce dont la vie lui importe.

✖ Comment vis-tu le sombre changement d'ambiance à l'intérieur comme à l'extérieur du château?
Puisque personne ne l'attendait ici bas, il n'a donc personne de qui se méfier. Lui même fait parti de ces changements avec lesquels les autres doivent apprendre à vivre. L'atmosphère obscure du château ne le dérange pas, cela dit les tensions et les colères attisent quelque peu sa folie. Il vit bien mal le fait d'être observé comme une bête curieuse, lui même aurait préféré resté là où il était. Il n'aime pas ce qu'il sent dans l'ombre, ces secrets dissimulés, ces pièges qui se mettent doucement en place par une poignée de ceux qui n'ont pas "gagné". Le monde magique a été ébranlé et chacun en est la preuve. Tous se souviendront de ce jour où tout a basculé. Durmstrang est devenu la scène ouverte d'une lutte au pouvoir qui sera bien difficile à gagner. Les murs suintent de cette machine infernale qui est lancé, mettant à genoux beaucoup trop d'âme. Il sent la peur. Il sent la colère. Il sent la gloire. Il sent la faiblesse. Il n'aime pas du tout ça et voudrait qu'on lui enlève toutes ces ondes qui s'entrechoquent dans son esprit meurtri. Mais le jeu ne fait que commencer :  Alea jacta est

✖ Que penses-tu des vainqueurs de la quête?
Il les plaint sincèrement. Bien qu'il soit amputé de pas mal de compassion depuis qu'il est revenu il sait tout de même que la guerre contre eux est déclaré et qu'en plus de l'instabilité du pouvoir qui circule maintenant dans leur veines ils vont devoir affronter des ennemis externes, jaloux de leur trouvailles. Homme de parole, il ne peut laissé faire un tel massacre. La vie est bien trop précieuse pour être bafouée de la sorte pour une histoire de pouvoir et de suprématie. Rien ne devrait liguer des Hommes entre eux. Rien. Ainsi, la folie attise la folie, l'avidité convoite la puissance. L'envie des uns peuvent causer la mort de d'autres. Quelle sottise que d'avoir réveiller une telle énergie, les voilà maintenant jouets d'un destin qui pourraient leur être fatal. En avaient-ils consciences les fous? Cette quête aurait dû rester ce qu'elle était : une simple course à la chimère. Car bientôt les trompettes du jugement dernier sonnerait pour eux, car la convoitise n'avait aucune limite.


 

The muggle behind the screen


 

 Pseudo SDL ou Lili
 Âge 24 ans le mois prochain et oui!
 Toi & le forum FIOU je me rappelle même plus comment j'ai connu AK mais en tout cas JE L'AIME
 Crédits Bazzart & Tumblr
 Le mot de la fin LOVEEEEEEEEEE YOUUUU

 




Dernière édition par Ezeckiel M. Tolstoï le Lun 8 Fév 2016 - 21:43, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Re: Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ Mer 3 Fév 2016 - 11:31

Carry on My Wayward Son

De profundi Clamavi


Prologue. “ let the sky fall when it crumbles, we will stand face it all together at skyfall”

Le froid transperçait ses poumons. Il suffoquait s'accrochant au moindre souffle comme à une bouée de sauvetage. Ça l'écrasait à l’intérieur de la poitrine, comme si une main venait compresser son coeur avec force. Il pouvait sentir son pouls ralentir de plus en plus. C'était la fin. C'est drôle, il avait pensé qu'elle viendrait comme une amie qui attendait cette heure depuis longtemps. Mais déjà autour de lui le monde le quittait, ou bien était-ce l'inverse… cela n'avait plus d'importance à présent. C'était donc ça mourir, se languir d'un monde qui s'effritait sous les doigts et ne rien pouvoir emporter avec soi. Rien sauf son regard. Elle était là devant lui, et il s'attachait à ces yeux en espérant y trouvait la rédemption qui lui donnerait la force de faire fi devant Dieu. Soleil de mes nuits. Celle pour qui je donne ma vie sans regret. Il aurait tant voulu lui dire une dernière fois qu'elle avait enchanté son univers, lui dire que son éternité résidait dans les heures qu'il avait passé à l'aimer, et rien d'autre. Ne pleure pas amour, tu m'as donné ce que tout Homme peut espérer avoir. Ne pleure pas… Ne pleure pas. Il sent ses yeux devenir lourds, il lutte en vain contre cette force qui soumet son esprit. Son coeur asservit cesse doucement de battre. Un dernier baiser. Un dernier sourire. Une promesse qui traversera les âges. “ Dans le Royaume d'après, nous aurons l’éternité.”. Un dernier regard. Un dernier soupir. Le voilà figé pour toujours. Une main douce lui ferme délicatement les paupières. Il dort dans les bras de l’éternité à présent. Elle reste là, sans un mot, posant des baisers sur ses lèvres froides comme pour les maintenir dans la chaleur de la vie. Elle vient toucher le visage de cet amant si cher qui lui a été enlevé et de sa main libre vient caresser son ventre. “ ça sera une fille.”

Chapitre I : “Gémir sur un malheur passé, c’est le plus sûr moyen d’en attirer un autre.”

Des hurlements vinrent déchirer la nuit. Voilà quelques heures que les femmes s'activaient dans la chambre tentant de soulager la bonne femme qui hurlait de désespoir. Elle murmuraient que la femme perdait trop de sang, que l'enfantement allait mal finir. Mais elle luttait, elle luttait pour voir le visage de son fils. Elle luttait pour pouvoir le tenir dans ses bras. Enfin, des pleurs de nourrissons se mêlèrent aux cris de la femme et alors elle sut qu'elle pourrait bientôt le tenir dans ses bras. Elle savait que sa vie ne serait pas aisée, tout comme elle savait que donner la vie dans de telles circonstances n'était pas un cadeau, mais pour l'heure son égoïsme la poussait à être heureuse de cet événement. Evidemment, son mari n'était pas là pour accueillir l'enfant. Et cela lui importait peu. Elle savait qu'il ne l'aimait pas d'un profond amour, le simple fait qu'il respire encore en était la preuve. Mais elle l'adorait, et son adoration à son égard suffisait largement a emplir le foyer d'amour pour deux. Il ne fallait pas qu'il l'aime. Non il ne devait jamais l'aimer. Sa vie en dépendait.

Lui faire un enfant avait été la seule solution qu'elle avait trouvé pour concrétiser l'amour qu'elle avait pour lui mais qu'il ne pouvait lui rendre. Elle avait vu dans ses yeux lorsqu’il en avait encore, qu'il aurait tant voulu lui rendre son affection. C'était un homme bien. Et peu lui importait qu'il ne la voit pas comme sa moitié, sa vie avait bien plus de valeur à ses yeux qu'une passion qui l'aurait détruit. Elle connaissait l'histoire par coeur. Une Histoire qui lui avait arrachés moult larmes mais dont elle avait apprit avec le temps à faire le deuil. Elle avait haït cette sorcière qui avait lancé la malédiction sur les Tolstoï. Elle l'avait tant Haït que son coeur en avait souffert bien plus qu'elle ne voulait l'admettre.

Voila bien longtemps, L'ancêtre des Tolstoï s'était marié à la benjamine d'une famille de sorciers très puissantes. A l'époque leur puissance n'avait d'égale que leur richesse et c'est donc par intérêt que le premier des Tolstoï contracta mariage. Bientôt ruiné, c'était la seule manière qu'il avait alors trouvé pour maintenir le faste dans lequel il avait vécu toute sa vie. Ardemment Amoureuse , la benjamine de la famille n'avait pas  vu venir la manigance et se fut un réel choc pour elle lorsqu'elle trouva son aimé dans la couche conjugale avec une autre. La tristesse fut si terrible qu'elle se jeta du haut d'une falaise et mourra sur le coup. L’aînée de la famille, folle de rage que l'infidélité de cet homme eu raison de la vie de sa jeune soeur décida à l'aide de toute sa famille, de maudire jusqu’à la dernière lignée le nom des Tolstoï.Il leur fallu des années et beaucoup d'énergie pour mettre en place une telle malédiction, il parait même que la patriarche échangea sa vie pour de dessein. Mais elle était là : Gare à celui ou celle qui tomberait amoureux d'un amour véritable, car son coeur s'épuiserait à la tâche dans t'atroces souffrances et finirait par s”arrêter de battre emportant avec lui cet amour qui avait outragé sa jeune soeur. Les Tolstoï ne méritaient pas d'aimer. Ainsi. L'amour serait synonyme de mort pour chacun d'entre eux.

Une histoire que Mihaël Tolstoï avait raconté à sa femme lorsque celle-ci lui avoua son amour. D'abord heurtée par cette révélation, Anastasia n'avait pourtant pas prit la fuite : ça serait lui dans sa vie ou personne, et tant pis s'il ne l'aimait pas. Lorsqu'elle tomba enceinte, Mihaël fut partagé entre la joie de voir son nom continuer de traverser les âges et profondément Touché d'imposer une vie sans amour passionné à son enfant. Pourtant, plus il voyait le ventre de sa femme s'arrondir, plus il commençait à ressentir pour elle ce qu'il ne devait dans aucun cas ressentir. Il ne fallait plus qu'il voit. Il ne devait plus la voir. Pourtant elle ne faisait rien pour qu'il en tombe amoureux, elle restait telle qu'elle avait toujours été, mais la voir aussi tendre avait ôté ce voile qu'il avait passé toute sa vie à instauré. Dans une pulsion de folie, il brûla la lame de sa dague dans la cheminée et se creva les deux yeux dans d'affreux cris de douleurs. Lorsque Anastasia intervint, il était trop tard, il ne voyait plus que les ténèbres. Il ne verrait jamais son fils. Il ne verrait jamais le visage de cette femme qui lui avait donné ce cadeau. Il ne pourrait en tomber amoureux. C'était ce qu'il fallait faire.
Ainsi, lorsque Ezeckiel vit le jour, Mihaël lui ne voyait déjà plus.

Chapitre II : " Je ne suis rien, je le sais, mais je compose mon rien avec un petit morceau de tout "

“ Ezeckiel, jure moi que tu ne verras plus Olga.” l'enfant regardait ses pieds en bougonnant sous le sermon de sa mère. “ Mais pourquoi?” tenta de demander l'enfant d'un air désespéré. Mal à l'aise Anastasia ne sut que lui répondre. “ Tu es sorcier, et c'est une moldue, tu pourrais la blesser sans le vouloir si tes pouvoirs se manifestait”. Ezeckiel était un enfant au grand coeur, et bien que sa famille soit l'une des plus riche et respectée de Russie, ils ne lui avaient pas inculqué la valeur de la différence car eux même avaient bien trop souffert de celle-ci. La mère aurait voulu tout lui expliquer. Elle aurait voulu que son fils puisse avoir une enfance normale, une enfance qui serait teinté de baiser innocents d'enfants, de petits mots à la plume, de partage de friandises et tout ce a quoi les enfants s'attachaient quand la beauté du jeune âge régnait en leurs coeur. Au lieu de ça, elle devait sans cesse surveiller les fréquentation de son enfant car peu importait l'âge, l'épée de Damoclès restait toujours en perpétuelle suspension. Elle espérait simplement qu'elle ne s'abattrait Jamais. L'enfant sembla comprendre. Il acquiesça et retourna jouer dans l'immense jardin qui abritait un vieux chêne dans lequel le garçonnet avait construit son repère. Tout lui semblait si vaste alors, sans entrave, la vérité lui échappait encore et pourtant il avait conscience que quelque chose était différent chez lui.

Son enfance sorcière ne fut pas si différente des autres. Quelques précepteurs vinrent lui apprendre les rudiments de la magie lorsque ses pouvoirs commencèrent a se manifester et il ne mit pas bien longtemps à éblouir son monde de ses prouesses. Il était clair que le jeune garçon était doué, il avait un sens accru de l'analyse, il comprenait très vite et son intelligence dépassait la normale. Aussi, il ne mit pas très longtemps à se rendre compte que le monde dans lequel il vivait cacher un secret bien lourd. La richesse ne suffisait plus a dissimuler les cachotteries, surtout lorsque sa mère veillait à ce qu'aucune âme féminine ne vienne perturber son garçon. Ezeckiel mettait cela sur le compte d'une jalousie maternelle un peu trop excessive bien entendu mais ne se formalisait pas plus que ça de ce comportement pour le moins étrange. Son père, bien qu'aveugle, avait toujours dans le coeur se sentiment d’inachevé qu'Ezeckiel ne comprenait pas. Et lorsqu'il lui demandait pourquoi il avait l'air si triste, Mihaël se contentait de soupirer. Pourtant, il  avait une affection sans limite pour son fils, c'est lui qui lui avait tout apprit : il lui avait apprit que rien ne servait d'être le meilleur si il n'y avait pas d'objectifs précis. Il lui avait apprit que vivre en grand homme lui serait plus favorable que vivre dans la perfidie car tout se payait un jour et que son coeur ne devait se laisser noircir par l'orgueil. Et c'est comme ça qu'il avança dans la vie, le coeur ouvert, l'esprit touché de cette fraîcheur dont seul la famille Tolstoï avait le secret.

Pourtant, la vision du jeune garçon s'obscurcit lorsqu’il apprit son inscription a Durmstrang. Ce qui aurait du être une toute nouvelle étape dans sa vie ne fut qu'une douloureuse épreuve à passer. Il trouva son père et sa mère près de la cheminée, l'air contrit. Sa mère pleurait. Avec le recul il comprit qu'elle comprenait alors qu'elle ne pourrait plus être là pour le protéger de son coeur. Elle ne pourrait plus diriger sa vie comme elle l'avait fait jusqu'alors. “ assieds toi Ezeckiel, il faut que nous parlions.” Asséna Mihaël d'un ton sec. Ezeckiel qui n'avait pas une seule fois discuter les ordres de son paternel se dirigea vers le fauteuil le plus proche et s'y assit sans un mot, les mains posés sur ses genoux. “ Que se passe t-il ?” marmonna le jeune garçon le coeur battant. Allait-il avoir enfin la réponse à toute ses questions qu'il gardait depuis tant de temps? Il vit sa mère lui jeter un regard de désespoir tandis que son père lui tendit un morceau de parchemin sur lequel était inscrite une histoire. “ Lis ceci. Je répondrais à tes questions ensuite.”. Curieux, Ezeckiel commença sa lecture sur l'Histoire de sa famille et au fur et a mesure que ses yeux glissaient sur le papier, le visage d'Ezeckiel passa du rose au blanc. Livide à la fin de sa lecture, le garçon releva la tête et chercha le réconfort dans les yeux de sa mère. Son regard suffit à lui faire comprendre qu'il ne s'agissait en rien d'une fable destiné a dissuader une quelconque relation adultérine. Il ne dit rien. Comment pouvait-il dire quoi que cela soit alors même que sa vie toute entière serait battit sur une erreur qu'avait faite un jour un homme de sa famille qu'il ne connaissait même pas. Cependant, une question subsistait, une question qui briserait son enfance : Comment pouvait-il bien être là si son père n'avait pas aimé sa mère? Lui qui avait cru être le fruit d'un amour démesuré entre Ses parents, le voilà qu'il ne devenait que le seul lien fort qui unissait ses parents. Choqué de cette révélation, Ezeckiel s'enferma dans sa chambre et ne parla pas pendant 1 semaine. Lorsque sa mère vint lui donner plus d'informations sur son amour pour son père, sur la manière dont il s'était crevé les yeux afin de ne plus avoir a endurer la vision d'un visage qui lui devenait bien trop cher,  le garçon ne fut plus le même. Lui qui avait un coeur pur, il comprenait qu'il ne pourrait jamais le donner à qui que cela soit s'il voulait vivre.

Chapitre III : " Ma grande raison de vivre, c'est lui. Si tout le reste périssait et que lui demeurât, je continuerais d'exister ; mais si tout le reste demeurait et que lui fût anéanti, l'univers me deviendrait complètement étranger "

Depuis ce jour, Ezeckiel était devenu solitaire. Fuyant la foule, Il préféra ne pas se laissé marqué par aucun sceau, L'ox ou quoi que ce soit d'autre ne réussirait pas à le sauver de la malédiction qui pesait sur lui alors a quoi bon rejoindre un clan. Très vite pourtant, le mystère qui pesait sur le jeune homme alimenta beaucoup de rumeur : on entendu dire qu'il était un loup garou, d'autres prétendait qu'il serait le descendant caché des Romanov et qu'il faisait tout pour ne pas attirer l'attention sur lui afin de ne pas être découvert. Des rumeurs toute les plus stupides les unes que les autres auxquelles il ne prêtait plus attention. Tout ce mystère autour de lui lui valu une réputation d'Homme étrange qu'il fallait éviter à tout prix. Il se fichait bien que peu de personnes ne lui parlent, il n'était pas fait pour se lier à qui que ce soit de toute manière. Cela lui était bien égal, et ce même s'il excellait en cours. Pourtant, alors qu'il était assit sur un petit mur de brique dans le parc de Durmstrang, une jeune fille s'assit à côté de lui de la manière la plus naturelle qu'il soit. “ Salut!” dit-elle de la voix la plus douce et pétillante qu'il n'eut jamais entendu. Alors qu'il tourna la tête pour lui dire de le laisser tranquille il se figea net sous son regard. Il y avait quelque chose de brûlant dans ses yeux. Quelque chose qui lui brûla le ventre et il fût alors impossible pour lui de faire autre chose que de regarder ce visage qui lui paraissait si vulnérable et donc le regard électrique venait de détruire toute la muraille qu'il s'était construite. “ Salut.” répondit-il simplement d'une voix sèche. “ Je m'appelle Roksanna.” fit-elle avec un sourire éblouissant. “ Ezeckiel.” répondit le jeune homme en gardant le visage le plus fermé possible. Tandis qu'il essayait d'écourtait la conversation, la jeune fille ne voulait pas démordre, comme si il l'avait lancé au défi de rester le plus longtemps possible près de lui. “ Toi, tu n'es pas très causant.” lui lança t-elle sans aucun jugement pourtant. “ T'en fais pas, moi aussi je préfère le silence.” Et elle resta là, sans un mot de plus, souriante, simplement heureuse d'être là. Il se passa bien 20 minutes sans qu'aucun d'eux ne parlent et pourtant il y avait quelque chose qui venait de changer en lui. Un compte a rebours dont il n'avait pas encore prit connaissance.

L'hiver. Quelques années plus tard. Quelques voix qui brisaient le silence froid. “ Comment ça on ne peut plus être amis? Qu'est ce qu'il te prend tout à coup?” Ezeckiel continuait de marchait sans un mot, la mine renfrognée, le visage fermé suivit de très près par Roksanna qui faillit tombé à la renverse. Elle lui attrapa le bras et l'obligea à se retourner vers elle. Ce contact déclencha une vague de frisson chez lui. “ Explique moi ! Pourquoi on ne peut plus être ami?” Ezeckiel observa les yeux de son amie. Son regard était triste, teinté de colère. Il lui avait fait mal, il le savait. Lui dire au revoir était la chose la plus difficile qu'il soit. Voilà déjà quelques mois qu'il y pensé, depuis qu'il avait eu le souffle coupé, depuis que des vertiges avaient redoublés. Il comprenait que c'était un point de plus qu'il franchissait vers sa chute. Il avait comprit qu'elle serait sa Némésis dès l'instant où il avait posé le regard sur elle. Les années avaient passé où il avait réussi a asservir ses sentiments afin qu'il soient tût. Mais son coeur n'avait pas été dupe, du moins plus maintenant et la machine infernale était lancée. “ Je vais partir.” se contenta t-il de répondre froidement, tentant de repousser la vague de tendresse qu'il éprouvait pour elle. Son coeur se serra un peu plus quand il vit le visage de Roksanna se décomposer. “ Quoi? Mais…. Quand?” Il attendit quelques seconde que la boule qu'il avait dans la gorge disparaisse pour poursuivre. “ Ce soir.” Roksanna ne comprit pas. Elle encaissa l'information sans un mot. Ezeckiel comprit cependant qu'elle ne lâcherait pas l'affaire si facilement. Elle était si courageuse. Elle avait cet air vulnérable, ce teint de porcelaine qu'il aimait tant chez elle et pourtant ses yeux doux portait quelque chose de plus puissant que les ouragans. Elle inspira profondément, comme pour se donner de la détermination. “ Je viens avec toi.” Il ne s'était pas attendu à ça et cela se vit sur son visage. Lui qui pensait que l'abandonnait suffirait à la faire le haïr, la voilà qui s'accrochait, comme lors de leur première rencontre… “ Quoi? Non! Tu n'as pas reçu ton diplôme!” “ Je m'en fiche.” répondit-elle comme le font les enfants qui viennent de se faire gronder et qui cherchent à obtenir le dernier mot. Bon Dieu qu'il aimait la voir réagir de la sorte. Qu'est ce qu'elle allait lui manquait. “ Tu ne viens pas.” reprit-il aussi sèchement que possible. “je ne veux pas que tu viennes.” second coup de massue pour la jeune fille qui ne se laissa pourtant pas démontée. Elle soutint son regard et s'imisca dans ses yeux comme elle savait si bien le faire à la recherche de la faille qui lui expliquerait ce comportement odieux à son égard. Quelques minutes passèrent. “ Tu n'as jamais été très causant” plaisanta t-elle tristement en espérant que pour une fois il lui donnerait des explications. Mais il resta muet luttant de toute ses forces contre cette pulsion qui l'incitait à la prendre dans ses bras et à embrasser ses cheveux à l'odeur de vanille qu'il aimait sentir. “ Mais c'est pas grave. Je t'aime comme ça.” Ezeckiel du faire appel à tout le reste de ses forces pour ne pas tomber à genoux. Quelque chose du pourtant se briser dans son regard lors de cet aveu car la brune reprit un peu de courage. “ Toi aussi n'est ce pas?” Ezeckiel fut incapable de parler. Ses mots l'avaient quitté, il ne bougeait plus paralysé par les mots de la jeune femme qui en profita pour passer une main sur son visage. “ Ne t'en va pas...Reste.” . Il aurait été si simple de s'abandonner à sa main? De fermer les yeux et de mourir ainsi. Il alla puiser dans la colère qu'il avait accumulé ces dernière années contre cette malédiction qui l'empêchait d'aimer et s'en servit pour repousser la main de Roksanna d'un geste brute. “ Tu te trompes. Tu ne m’intéresse plus. Et je ne t'aime pas. Je pars ce soir et je ne veux plus jamais te revoir.” Il put sentir le coeur de Roksanna se briser en mille morceau. Il put sentir sa souffrance dans ses yeux et son incompréhension dans son regard. Pardonne moi… aurait-il voulu lui dire. Blessée jusque dans sa chair, la belle s'éloigna de lui sans un mot et dans un dernier regard elle lui fit ses adieux. C'était mieux ainsi. S'il l'avait laissé l'aimait, elle aurait trop souffert de le voir agoniser sous ses yeux car jamais il n'aurait put être comme son père. S'il restait, il mourrait c'était une certitude.

Chapitre IV :  " Dis-moi encore que tu m'aimes , au fond de cette spirale se fanent les chrysanthèmes, se fanent tous tes pétales. "

Quelques mois étaient passés depuis la dernière fois où il avait vu le doux visage de Roksanna. Il avait erré dans le monde comme une âme en peine, une âme perdue. Déchue de tout ce qu'il avait espéré obtenir de cette vie. Quelle belle arnaque. On lui avait fait croire que pour vivre heureux il devait se débarasser de ces chaines qui l'empêchait d'avancer. Il avait lutté en vain, le mal était fait et aujourd'hui il ne pouvait se résoudre à l'oublier. Non, il préférait affronter une vie de misère plutôt que de laisser cette femme lui échapper. Mais ce choix ne lui appartenait pas.

Accoudé au comptoir du bar, il vida son verre de vodka d'une traite et se dirigea vers la sortie avec la détermination des jeunes soldats partant au front. Voila quelques jours qu'il était revenu au pays, qu'il avait cherché ce visage qui sans doute le haïssait des dernières paroles qu'il lui avait dites. La suivant pendant quelques jours sans oser sortir de l'ombre, il ne pouvait à présent plus retenir les pulsations de son coeur. ça en était assez, cette obsession amoureuse lui serait fatale, et suivre chacun de ses pas sans pouvoir lui parler devenait une véritable torture. Il allait agir. Elle avait l'air si triste sans lui, comme si on l'avait séparé de l'un de ses membres. Ezeckiel ne l'avait jamais vu aussi fragile, et pourtant elle avait toujours eu cette allure de poupée de porcelaine. Ce n'était pas peu dire. Tapit dans l'ombre, il attendait que la silhouette de la brune se détache de la lumière de la rue. Lorsqu'enfin elle passa près de lui, il sentit son coeur se contracter. Son sort était d'une telle évidence qu'il en avait le souffle coupé. Quel intêret y avait-il a présent de vivre sans elle, une vie aussi longue soit-elle? Aucune. Sortant de l'ombre qui le dissimulait de ses yeux, il la rattrapa et l'interpella. “ Bonsoir Roksanna.” 15 mois avaient passés, aussi, il ne fut pas surprit de voir l'expression déconfite de la jeune femme lorsqu'elle le vit se tenir devant lui. A y repenser, il devait probablement ressembler à un spectre revenu la hanter. Elle ne dit pas un mot, mais il put sentir l'emotion qui l'envahissait. Ça en était trop pour lui, puisqu'il était voué à un destin fatal, il choisirait de vivre ses derniers jours selon ses propres règles. Il fit un pas. Puis deux, puis trois avant d'arriver au niveau de la jeune femme qui ne bougeait pas d'un pouce, les yeux empli d'incompréhension. Il laissa ses mains glisser sur son visage angélique, caressant de ses pouces les joues roses de celle qui tenait sa vie entre ses doits. Ses lèvres se rapprochèrent des siennes et dans le silence de la nuit, il lui vola un baiser. Son coeur Explosa en mille morceaux. C'était écrit. C'était elle et personne d'autres qui causerait sa perte. Mais c'était le coeur empli de joie qu'il allait vers sa fin. La douceur de sa bouche contre la sienne avait le goût du paradis. Et lorsqu'il se détacha d'elle, il vit dans ses yeux ce qu'il n'aurait jamais espérer voir un jour. Son coeur ne doutait plus, ne se débattait plus. Doucement, il lui caressa les lèvres de son index. “ Je t'ai menti.” dit-il dans un souffle restant à quelques centimètres de ses lèvres.  " Mais je ne pouvais faire autrement."

Tremblante, elle ne pipa mot. Elle avait toujours sut qu'il y avait quelque chose de caché en lui, quelque chose qu'elle ne pouvait voir mais qui faisait toute la beauté de son être. “ Imbécile.” se contenta t-elle de répondre entre deux sanglots dissimulés sous ses longs cils. Sa peau de porcelaine avait prit une teinte rose qui lui donnait l'air encore plus fragile qu'a l'ordinaire. Il lui prit la main comme si c'était la seule chose qui le retenait dans ce monde trop obscur pour une âme aussi douce que celle de son aimé. Ses yeux cherchèrent les siens avec avidité. Elle le fixait de ce regard qui demandait ce que sa bouche n'osait faire : Pourquoi?

Pourquoi? Parce que tu souffriras si tu restes auprès de moi. Pourquoi? Parce qu'a partir de cet instant les secondes qui vont s'écoulés seront plus précieuses que les années qui ne viendront jamais pour nous. Pourquoi? Parce que je t'aime bien trop pour t'imposer une vie de peine. Mais j'ai été sot, ce n'était pas à moi de décider. “ Tu dois savoir.” répondit-il à ce regard qui le perçait à nu. Il devait le faire et elle déciderait de son sort. Personne d'autres qu'elle déciderait. D'une voix douce, il lui conta la malédiction qui pesait sur sa famille depuis des générations. Elle pleura, silencieusement, comprenant toute la vérité avec effroi mais aussi avec cette compassion sans égale qui lui collait à la peau. Que serait-il devenu si elle n'avait pas croisé sa route? Où serait-il aujourd'hui si la simplicité de Roksanna n'avait pas touché son coeur? Sans doute endigué dans une vie de solitude et de misère, sans aucun but. Lorsqu'il en eut fini avec cette vérité douloureuse, Roksanna prit sa main. “ Alors tu dois fuir le plus loin possible de moi.” Tenta t-elle de le persuader en espérant que cette issue lui serait plus favorable que le destin qui semblait tout tracé. Les doigts d'Ezeckiel entrelacèrent ceux de Roksanna. “Tu ne comprends pas. Il est trop tard pour moi. Je pourrais fuir a milles années lumières que je ne penserais qu'a toi à chaque battement de mon coeur.” souffla t-il contre ses lèvres. “ Mais il n'est pas encore trop tard pour toi.” Oui débarrasse toi de moi, ne me regarde pas agoniser sous tes yeux impuissants. Tu peux vivre une vie pleine ! Sans moi… Mais c'était sans compter sur l'entêtement et la force de caractère de la jeune femme. “ Il est trop tard pour moi aussi.” lui lança t-elle dans un murmure sucré. Un sourire s'étala sur le visage d'Ezeckiel. Il avait longuement réfléchit à ce qu'il dirait si jamais Roksanna décidait de rester auprès de lui jusqu’à ce que son coeur ne s'éteigne. Il fallait qu'elle lui appartienne, il fallait que son âme soit liée à la sienne à défaut d'avoir un corps digne de cet amour qui l'anéantirait. D'un geste lent, il sorti un écrin et le posa dans la paume de la main de la brune. “ Dans ce cas. Nous devrions nous marier.”  dit il maladroitement en souriant à son aimée. Elle rit un peu sous la demande quelque peu gauche de celui-ci. “ Oui. Nous devrions.”

Chapitre V : “ Hello darkness my old friend. I've come to talk with you again.”

24 ans. C'était son âge. Et sans doute son dernier hiver, il le savait. Mais peu importait, il avait passé 2 ans auprès d'elle. Ça avait suffit à remplir toute une vie. Allongé sur le lit il tentait en vain d'échapper à la douleur qui écrasait son coeur sans ménagement. Depuis quelques semaines il lui devenait de plus en plus difficile de respirer. Du sang s'échappait quelquefois de ses lèvres. Il essayait toujours de le dissimuler aux yeux de Roksanna, mais en vain, elle était toujours plus rapide. Pourtant, elle lui souriait, prenait soin de lui alors même qu'il savait que son coeur souffrait de le voir aussi démuni. 2 années à la voir sourire. 2 années à marqué son âme de ses éclats de rire et de ses baisers brûlant. Cette peau qui était si douce sous ses doigts et qui frissonnait dès qu'il passait sa main dessus. Combien de baisers encore lui resterait-il à lui donner avant qu'il ne succombe? Une centaine tout au plus… comme lui rappelait le tiraillement de ses poumons.

Sa tête tournait. Un étau se resserrait dans son esprit meurtri. Quelques spasmes vinrent l'ébranler mais déjà une main douce s'était posée sur son front pour l'apaiser. Son corps se détendit comme prisonnier du joug de sa reine. Il soupira de soulagement et se laissa aller à la caresse divine de la main de sa femme. Elle allait tant lui manquer lorsqu'il ne serait plus là, il aurait tant voulu lui offrir une vie bien plus digne d'elle. Tout en elle est magique, c'est ce qu'il se disait à chaque fois qu'il la voyait : avec ses long cils, ses grands yeux ambré, sa bouche en coeur et ses boucles châtains sur son teint de porcelaine. Elle était belle. Plus belle que les rêves. Plus belle que la vie. Il ne savait où elle puisait son courage et sa bonté, sous ses airs vulnérables elle possédait la poigne de milles guerrières. Il ne la remercierait jamais assez pour ça. Et tandis qu'il la regardait avec amour, voilà déjà que les pulsations de son coeur lui injectèrent  comme de l'acide dans le sang. Il se mourrait. Bientôt le ciel ne vibrerait plus de ce bleu qu'il aimait tant voir. Bientôt, le soleil ne se lèverait plus pour lui et il s'en irait rejoindre son ancêtre. Mais il lui pardonnait. Il lui pardonnait car il avait connu le véritable bonheur, il ne l'aurait jamais renié même si celui-ci avait duré quelques secondes. Profitant des caresses de roksanna qui l'apaise, l'homme se laissa tombé dans les bras de Morphée. La fin était proche, il entrevit  la cape noire de la faucheuse posée sur le coin de son lit lorsqu'il ferma les yeux.

Epilogue : “Hélas ! le poison et le glaive m'ont pris en dédain et m'ont dit : " Tu n'es pas digne qu'on t'enlève a ton esclavage maudit”

La souffrance. Encore elle? Elle s'insinuait dans son corps, se répandait dans ses veines plus vite que la mort quand elle avait frappé. Il respira. Le froid brûla ses poumons. Mais où était-il? Il posa un regard sur ses mains blanchâtre. Il ne comprenait pas. Comment cela se pouvait-il? Il était mort pourtant. Il le savait, il avait senti l'inertie venir chercher le reste de son coeur décharné. La mort avait embrassé ses lèvres devenant sa nouvelle amante. Alors comment diable pouvait-il être la, debout, comme si tout cela n'avait été qu'un rêve? Ou bien était-il en train de rêver à cet instant? Il chercha dans ses souvenirs, Il se souvint de Roksanna, il se souvint de la douleur de la laisser mais il se souvint aussi qu'il n'avait plus existé. Combien d'années? Il fouilla sa mémoire. Il ne sut pourquoi mais il trouva la réponse à sa question. Voilà 21 ans que son corps aurait du pourrir six pieds sous terre. 21 ans où la mort s'était amusé de ses restes, tapant sur sa cage thoracique comme d'un xylophone moldu. Il devait la retrouver. C'était son seul et unique but. Lentement il glissa dans la nuit à la recherche des réponses qui lui rester à trouver.

Il est vide. Avec cette impression brûlante qu'il n'a rien à faire là. Il vit mais il n'est plus. Personne ne l'attend. Elle est morte. Morte. Comme lui. Mais sans lui. Morte alors qu'elle aurait du vivre. Morte en donnant la vie. Où est cet enfant qui maintenant n'a plus ni mère ni père? Que lui est-il arrivé ? La douleur s”insinue en lui. Il pourrait hurler de colère. Hurler contre ce monde qui lui a arraché la femme qu'il aimait et qui l'oblige à revivre sans elle. Mais cette malédiction n'est pas la sienne. Non, il a apprit que l'Ox a été trouvé. Pauvres fous…. Le monde va s'écrouler par votre faute. Vous allez périr de votre orgueil et de votre avidité. Et lui, lui devrait les regarder s’entre-tuer, comme l'âme errante qu'il était. Quel était son but? Pourquoi revenir alors que la mort lui allait si bien? Pourquoi l'obliger à rester dans ce chaos? Retrouver l'enfant. La protéger. Pour elle. Pour son amour perdu dans les limbes de son existence passé. Il n'est que l'ombre de ce qu'il était et pourtant… Durmstrang. C'est là qu'il doit aller. Il le sent. Comme si une force supérieur le poussait à se rendre là bas. Comme si son destin déjà si fragmenté le poussait à trouver des réponses la bas.

Il la vu. Il en est sûr. Mais c'est  impossible, elle est morte voilà 20 ans. Et quand bien même elle serait en vie elle ne pourrait être figé dans le même âge où il la connu. Non. C'est impossible. Pourtant, il sent son coeur aussi doux que celui qu'il a connu. Depuis son retour, il sent. Il sent ce que les gens on dans le coeur. Il sent leur émotions, leurs ivresses, leurs folies. Il sent tout, comme s'il était en leur corps. Cette empathie le rend fou. Fou plus qu'il ne l'est déjà depuis qu'il est revenu. Mais elle… Elle est différente. Son coeur est pur. Son coeur et celui de son aimée, il en est certain. Elle l'ignore peut-être mais il lui prouvera. Il règne en elle la même vulnérabilité sur ce même visage qu'il a tant aimé. Son coeur palpite. Il bat. Bon Dieu qu'il est bon de revoir ce visage. Bon Dieu qu'il est douloureux de ne pouvoir le toucher. Prisonnier… Prisonnier. Bonsoir tristesse, je reviens vers toi. Le sort en est jeté.






Dernière édition par Ezeckiel M. Tolstoï le Mer 10 Fév 2016 - 21:31, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Rákóczi
Ҩ LUX IN TENEBRIS
Vladimir Rákóczi
Ҩ LUX IN TENEBRIS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang purMessages : 433Date d'inscription : 03/07/2014Localisation : Là où tu voudrais qu'il soit.
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Re: Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ Mer 3 Fév 2016 - 12:21

Re Bienvenue Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 2390229339
Hâte de voir ce que tu vas nous faire avec ce perso Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 842585232


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
( Family was different, though. Sweet and gentle, yet there was a little of his light in her, too. )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Re: Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ Mer 3 Fév 2016 - 12:36

Re bienvenu  <3
edit: HIIIIIIIIIIIIIIIIIIII Ezeckiel ♥


Dernière édition par Elvire De Clare le Jeu 11 Fév 2016 - 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ludmila Horvath
❃ AD VITAM AETERNAM
Ludmila Horvath
❃ AD VITAM AETERNAM

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur (de pologne).Messages : 1284Date d'inscription : 15/07/2015Localisation : blinded by rage.
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Re: Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ Mer 3 Fév 2016 - 14:14

Rebienvenue parmi nous ! Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 3924359785
J'avoue tout, j'ai carrément du mal avec la tête de Ian Harding à cause de son rôle dans PLL, mais je ferai des efforts. :schei: lizzie
Tu connais le chemin si tu as la moindre question ! plzz & bon courage pour ta fiche. Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 1196590369


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
life has a cost, death does too
did you lose what won't return? ✻ did you love but never learn? the fire's out but still it burns, and no one cares, there's no one there, did you find it hard to breathe? did you cry so much that you could barely see? in the darkness all alone, and no one cares, there's no one there
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Re: Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ Mer 3 Fév 2016 - 15:54

MON PETIT CHAT Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 842585232 Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 842585232 Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 842585232

Re-Bienvenue à toi et à ce magnifique perso dont il me tarde tellement de lire l'histoire depuis ce que tu as pu m'en dire Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 556567074 Je sens que tu vas encore envoyer du lourd avec ce petit bichon \w/ Bon courage pour la rédaction et à très vite sur ta fiche de liens Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 1196590369
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Re: Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ Mer 3 Fév 2016 - 18:33

merci mon roudoudou d'amour *w* <3 si tu changes d'avis pour l'âme soeur fais moi signe
Merci Zuz <3 et Merci Elvire ! Merci Ludmi x) c'est pas grave si t'aimes pas sa tête moi j'aime pas Cara non plus je l'aime pour deux SURTOUT dans PLL XD
AU PLAISIR D'AVOIR PLEINS DE LIEN FIFOUS AVEC VOUS Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 2390229339 Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 2390229339
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Re: Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ Mer 3 Fév 2016 - 18:36

(Re) Bienvenue !! J'aime beaucoup la citation de ta signa ;). (Fight Club, si je ne me trompe pas ^^). Bon courage pour ta fiche, hâte de voir ce que tu vas nous faire de ce petit Ezeckiel Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 2390229339
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Re: Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ Mer 3 Fév 2016 - 18:41

exact mon lapin!!!! tuas l'oeil ;p MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

HOMINUM REVELIO ϟ
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Re: Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ Jeu 4 Fév 2016 - 2:33

décidément, tu as le goût pour les avatars seksi ! Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 951813580

rebienvenue parmi nous donc sdl ! Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 3924359785 j'ai hâte de découvrir ton petit revenant ! Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 1390902342
bon courage pour la rédaction de ta fiche ! Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa 1823962375 :pink:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

HOMINUM REVELIO ϟ
Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Empty
Ҩ Re: Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa Ҩ

Revenir en haut Aller en bas
 

Eze - " Il aimait la mort, elle aimait la vie. Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. " Et vice versa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum