AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We'll build a fire, we'll watch it burn ♦ Drarika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♔ She had flaws & that was ok.
avatar
♔ She had flaws & that was ok.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang PurMessages : 643Date d'inscription : 27/10/2014Localisation : Au centre de toutes les attentions.
Ҩ We'll build a fire, we'll watch it burn ♦ Drarika Ҩ Mar 17 Fév - 19:05



We'll build a fire
We'll watch it burn
▬▬▬▬▬ DRARIKA ▬▬▬▬


Une chaleur étouffante s'engouffrait à travers portes et fenêtres. Moqueuse, la brise ne rafraîchissait pas, elle réchauffait davantage. Rien ne semblait venir à bout de ces températures insupportables, au grand dam d'Erika. Cloîtrée entre quatre murs, elle tentait de passer outre les circonstances désagréables dans lesquelles elle se trouvait afin d'établir de savantes théories. Qu'importaient les vacances, son but était de mettre la main sur l'Ox et elle s'y accrochait fermement. Si elle voulait mener les Flammes à leur apogée, certains sacrifices étaient requis. Elle n'avait donc que peu profité des bienfaits du soleil lui caressant la peau, juste assez pour que son bronzage de l'année dernière soit revivifié. Ainsi elle s'était installée dans son jardin durant plusieurs après-midis, un livre à la main, il ne lui manquait plus qu'une bièraubeurre dans l'autre. Personne n'avait osé la déranger, pas même son imbécile de soeur. La plupart du temps, elle ignorait même où Azalea était planquée. Sans doute tapie dans l'ombre avec un de ces manuels poussiéreux de Magie Noire. Elle collectionnait les mauvais plans, toutefois son aînée avait cessé de lui courir après. Rien ni personne ne pouvait plus lui sortir cette idée de la tête, son monde entier tournait autour de la nécromancie. Cette idiote voulait ressusciter leurs parents, qu'elle essaie seulement. Pour l'heure, Erika avait d'autres chats à fouetter, même si les ambitions de la jeune Ombre et les manigances de la Flamme étaient étroitement liées. Si son clan trouvait l'objet tant convoité, celui de sa soeur ne le trouverait pas. Cette déduction logique la confortait dans son envie de mettre fin au mystère.
L'atmosphère pesante qui régnait dans sa chambre lui donnait mal à la tête. Puis elle en avait marre, ses pistes ne l'amenaient à rien de concret. Ils n'étaient qu'au point de départ, alors qu'elle était certaine que les autres clans n'étaient pas en reste. Connaissant la réputation de la Droskaïa et au vu de la guerre qui faisait rage entre son clan et celui des Eclairs, elle se doutait que Krum avait de quoi répliquer. Quant aux meneurs des Iceberg, deux fins stratèges comme eux devaient forcément défendre leur place dans la compétition. Qu'avaient les Flammes, eux? Leur énergie se dépensait principalement lors de beuveries générales, quand ils n'étaient pas occupés à se taper dessus. Une image très négative de son clan lui transperça le coeur, cette vision l'horripilait. Ils devaient être pris au sérieux, se ressaisir, agir, trouver une piste sérieuse. Quelque chose. C'était tout ce qu'elle demandait, il fallait qu'ils détiennent quelque chose pour leur montrer le chemin. La victoire était encore loin, mais tout était encore jouable.

Irritée, la bulgare chassa les ondes négatives qui pourrissaient sa motivation. Le chant des oiseaux vint achever de ruiner sa concentration. Elle tourna la tête vers la fenêtre qu'elle alla ouvrir, le coeur encore un peu lourd. L'été lui semblait si long, seule dans sa tour de pacotille. Les contacts avec ses amis lui manquaient, bien qu'elle ait eu l'occasion d'en revoir quelques uns depuis la fin des cours. C'était une fille populaire, la Droganov. Son charme opérait à chaque fois, il lui suffisait de sourire pour remporter les suffrages. C'était presque trop facile. Elle se complaisait dans son rôle de reine généreuse, proche des siens. Sa famille lui manquait. Deklan lui manquait. Les deux meneurs entretenaient une relation fusionnelle dans le sens où ils dirigeaient leur clan en totale symbiose. Avec les dérapages qu'une telle proximité pouvait occasionner, elle n'allait pas le nier. Simplement, ils ne se prenaient pas la tête, chacun demeurait libre d'agir comme bon lui semblait. Ce qu'il se passait quand ils éteignaient les lumières ne regardait qu'eux.
Ses songes l'amenèrent à dessiner les traits d'un tout autre visage. Deklan étant absent pour le moment, Erika devait s'occuper seule des affaires du clan. Pourtant elle avait cédé à un de ces caprices la veille en envoyant un hibou à un de ses amis. Elle n'avait pas encore reçu de réponse, son excitation était un peu retombée depuis hier. Néanmoins elle mourrait d'envie qu'il traîne son délicieux postérieur jusqu'à chez elle. Dragomir était de bonne compagnie, elle appréciait passer du temps avec lui – parce qu'il possédait une musculature impressionnante, mais aussi parce qu'ils s'entendaient bien. Le silence qu'il lui opposait la chagrinait légèrement, elle qui aurait aimé le retrouver dans la fournaise de cet été. Sa déception fut balayée en un regard lorsqu'elle entendit un craquement et vit apparaître une silhouette dans son jardin. Du haut du deuxième étage, Erika peinait à deviner l'identité de l'intrus, mais son bon sens l'invitait à croire qu'il s'agissait de Dragomir.

La jeune bulgare ne tenait plus sur place, enthousiaste à l'idée de quitter sa solitude et ses stratégies ridicules pour rejoindre le jeune homme. Elle dévala les escaliers, s'extirpa à l'extérieur et plissa les yeux pour mieux voir si c'était bien lui. Ses doutes se confirmèrent, c'était bel et bien le Stoyanov qui s'avançait vers elle sous des airs de dromadaire perdu dans le désert. Elle s'élança à sa rencontre, le sourire aux lèvres. « Tu es venu ! » Elle avait dit cela sur un ton trahissant sa joie, elle ne supportait plus son isolement. Maintenant qu'elle le voyait, elle pouvait lire la satisfaction qu'il éprouvait à l'idée d'avoir été invité par sa meneuse. Alors qu'il semblait ne pas avoir hésité une seule seconde avant d'accepter son invitation, elle se demanda pourquoi il affichait une mine si surprise. Peut-être s'était-il attendu à une réunion entre Flammes, avec un nombre beaucoup moins restreint de membres. Se voulant encourageante, Erika l'attrapa par le bras et l'entraîna à sa suite. Son petit air malicieux flottait sous un ciel brûlant, la fièvre des retrouvailles ne tarderait pas à les rattraper.

 


    SHADOW PREACHERS ♔

    You got those scissors from the drawer, you never dug so deep before. If I stop trying, we start dying, you're cutting me out, baby who you fighting? You make we wanna love, hate, cry, take, every part of you. You make me wanna scream, burn, touch, learn, every part of you.


Dernière édition par Erika Droganov le Dim 26 Avr - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: We'll build a fire, we'll watch it burn ♦ Drarika Ҩ Sam 28 Fév - 20:28





we'll build a fire, we'll watch it burn
these are the things, the things we lost, the things we lost in the fire



Il faisait chaud ; bien trop chaud pour un après-midi d’Autriche. Drago avait râlé toute la matinée auprès de ses parents, inquiets. Le jeune homme commençait son année de spécialisation, après avoir obtenu son diplôme in extremis grâce à Elsa, sa tutrice et amie. Magie Noire ; cela le faisait doucement sourire. Il allait enfin pouvoir laisser parler ce côté de lui, se construire quelque chose d’un peu obscur. Apprendre des sortilèges dont les autres spécialités rêvaient, et faire partie de l’élite de l’école. Une partie de lui se demandait toujours comment il avait pu dénigrer l’Alchimie, et regrettait son choix. Il était le meilleur élève de Durmstrang, le futur Nicolas Flamel bulgare, et il jetait ses capacités aux orties. Le Flamme en était bien conscient, mais la Magie Noire l’enthousiasmait plus. Et avec un peu de chance, ils pourraient toucher à la nécromancie, ne serait-ce qu’un petit peu…

Un sourire accroché aux lèvres, il songeait à la réunion des Flammes. Erika avait lancé une invitation, et il était plutôt excité à l’idée d’y aller. Non seulement aurait-il l’occasion de profiter de la compagnie de leur délicieuse meneuse, mais pour couronner le tout, Deklan serait absent. Et s’ils discutaient stratégie pour l’Ox, Dragomir aurait matière à rapporter à Nikolas par la suite. L’école allait être en effervescence cette année ; la prophétie était sensée se réaliser, et personne n’aurait une seconde de répit. Le Flamme en était malheureusement certain, et il n’avait qu’un seul but : saboter son propre clan pour que ce foutu Ox ne tombe jamais entre les mains de Deklan Levski. Il ne laisserait jamais ça arriver.

Au demeurant, il n’avait toujours pas répondu à l’invitation d’Erika, alors qu’il était sur le point de partir. La veille encore, il pensait accompagner Vervein à son grand match de Quidditch, en Angleterre. Elle l’avait appelé à quatre heures du matin; tout avait dégénéré, encore une fois. Elle était absolument intenable, à le réveiller en plein milieu de la nuit pour tout et n’importe quoi, et crier, crier, crier, et pleurer un petit peu. Après s’être balancé leurs quatre vérités, Drago avait refusé de faire le voyage. A partir de maintenant, c’était à elle de faire les efforts ; il en avait eu assez. La perspective de passer l’après midi avec Erika et les autres le mettait plus en joie que de s’inquiéter pour Vervein, et se demander une énième fois où ils en étaient. Si elle voulait aller attraper un stupide vif d’or au lieu de venir s’excuser, c’était son problème. Sur cette sage pensée, le Flamme attrapa son blouson en cuir, et claqua la porte.

Drago avait eu son permis de transplaner à peine un mois auparavant, il espérait que ce serait suffisant pour atteindre la Bulgarie sans se démantibuler, mais si il lui manquait un bras en arrivant chez sa meneuse, les choses risqueraient de se compliquer un petit peu. Par chance, il arriva entier, ayant certes un petit peu mal au dos, mais de toute façon il ne repartait pas tout de suite. Il eut un sourire lorsqu’il vit l’enthousiasme avec lequel Erika vint l’accueillir. « Tu es venu ! » laissa t-elle échapper. Elle était rayonnante ; l’été lui allait bien. La jeune femme lui attrapa le bras et l’entraîna à sa suite. « Mais je n’aurais manqué ça pour rien au monde » susurra t-il à son oreille, tout sourire. La demeure d’Erika était grandiose ; plus luxueuse que la sienne, déjà. Il se rendait compte qu’en sept ans d’appartenance aux Flammes, c’était la première fois qu’il se rendait chez un de ses meneurs. Cela ajoutait à sa satisfaction d’avoir été invité ; il fut en revanche légèrement surpris de constater l’absence d’autres membres du clan dans le salon.

Il se retourna vers elle, et demanda, taquin : « Je suis si en avance que ça ? » C’est en posant la question que l’évidence s’imposa à lui ; peut-être l’avait-elle invité seul, lui, et uniquement lui. Les deux Flammes avaient toujours été cordiaux, sinon proches, et Dragomir ne tarissait jamais de compliments sur la délicieuse Erika ; elle faisait même partie de ce que le Flamme considérait à regret comme des dommages collatéraux de la situation avec Deklan, et de son changement d’allégeance. La belle Droganov ne méritait que sa loyauté, et il eut un pincement au cœur en pensant aux informations cruciales qu’il serait tenu de livrer aux Eclairs cette année en dépit de son affection pour Erika.

Il s’installa confortablement dans le canapé du salon, en admirant le tissu. Oui, de toute évidence, il avait bien fait de venir. Il pouvait sentir que l’après midi serait productif ; quelque chose dans le sourire en coin de sa meneuse lui indiquait qu’il n’avait pas fait mille cinq cents kilomètres pour des kumquats.








this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♔ She had flaws & that was ok.
avatar
♔ She had flaws & that was ok.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang PurMessages : 643Date d'inscription : 27/10/2014Localisation : Au centre de toutes les attentions.
Ҩ Re: We'll build a fire, we'll watch it burn ♦ Drarika Ҩ Dim 26 Avr - 1:26



We'll build a fire
We'll watch it burn
▬▬▬▬▬ DRARIKA ▬▬▬▬


Elle le tirait toujours à sa suite avec frénésie, trop enjouée par sa venue. Il ne tarda pas à témoigner de son enthousiasme, ce qui ne fit qu'élargir le sourire de la bulgare.« Mais je n’aurais manqué ça pour rien au monde. » Sa voix était suave, il savait comment parler aux femmes. Elle lui envoya un regard réprobateur simplement pour la forme. Au fond, le ton charmeur qu'il avait pris ne la dérangeait pas le moins du monde, mais la demoiselle savait se faire désirer. Ils parcoururent les quelques mètres qui les séparaient encore de l'entrée avant de pénétrer dans la demeure des Maslov. Erika s'était habituée à vivre entre ces murs qui n'étaient pas les siens, qui ne le seraient jamais. Enfermée dans un château enchanteur dont elle ne voulait pas. Elle aurait tout donné pour retourner chez elle, dans la maison de son enfance. Hélas, elle ne pouvait pas encore se défaire des Maslov, elle avait encore besoin de leurs services pour plusieurs années. Ensuite, elle prendrait son envol et ne reviendrait plus jamais dans cette résidence qui empestait le malheur, là où elle ne s'était jamais réellement sentie à sa place. Jetant un coup d'oeil à son ami pour vérifier qu'il la suivait, elle se rendit compte qu'il inspectait les lieux avec grand intérêt. Il devait sans doute trouver tout ce luxe aberrant, inutile, mais malgré tout impressionnant. Comme elle la première fois qu'elle avait mis les pieds ici, à peine âgée de treize ans.
Ils s'installèrent dans le salon, mais un détail plutôt flagrant n'échappa pas à son invité. « Je suis si en avance que ça ? » Il semblait plus taquin que surpris, sans doute ne s'était-il pas imaginé se retrouver seul avec sa meneuse, mais l'idée ne semblait pas réellement lui déplaire. Erika n'avait pas pensé qu'il trouverait la situation étrange, puisqu'il comptait beaucoup à ses yeux depuis quelques temps. Après tout, elle avait le droit de convier des amis chez elle en toute innocence, n'est-ce pas? Ses arrières-pensées se turent, bâillonnée par un pragmatisme à toute épreuve. Même si celui-ci manqua de s'effondrer lorsqu'elle leva les yeux vers un Dragomir dont l'attitude avait quelque chose de déstabilisant. Il avait l'air sûr de lui, décontracté, un peu trop à son goût. Il lui fallait reprendre le dessus. « Les autres ont annulé en dernière minute. » Mensonge qu'elle prononça fièrement, sans pour autant chercher à le convaincre de sa véracité. C'était plus pour faire bonne figure qu'autre chose.  Maintenant qu'elle avait tiré un trait sur cette situation embarrassante, elle l'avertit de son retour imminent et partit fouiner dans les tiroirs de son bureau. Elle revint avec un tas de feuilles en vrac, cela ne devait pas renvoyer une image très flamboyante des heures de recherche qu'elle y avait accordées. Les bras chargés, elle parcourut le salon du regard pour se décider à tout déposer sur la table basse et prendre place à côté du jeune homme.

Elle ne lui laissa pas le temps de s'interroger sur les documents qui recouvraient désormais la table, impatiente d'avancer dans sa tâche maintenant qu'elle avait quelqu'un avec qui la partager. « Tu te doutes bien que je ne t'ai pas invité ici pour discuter de tes dernières conquêtes, bien que je ne doute pas qu'il y ait matière à réflexion. » Sourire mutin, regard cachottier. Elle lui accorda quelques secondes de répit avant de lui expliquer le déroulement des opérations. Elle lui parla de ses projets pour le clan, de la quête de l'Ox et de son avancement, de toute ce qui avait un peu d'importance dans leur rude vie étudiante. Etudier à Durmstrang n'était pas de tout repos. Elle n'avait jamais eu de secret pour les Flammes, donc elle ne se priva pas de le mettre au parfum des projets envisagés pour l'année à venir concernant l'Ox. Elle savait qu'il faudrait redoubler d'acharnement pour distancer les autres clans, les Flammes ne détenaient encore aucune piste sérieuse. Il lui donna son avis à plusieurs reprises, le dialogue se montrait plutôt productif. Elle ne regretta pas une seule seconde de l'avoir invité lui, bien au contraire.
Les minutes s'écoulaient jusqu'à se transformer en heures, et bientôt, Erika perdit un peu de sa motivation. Lasse de cogiter là-dessus, elle reposa la plume qu'elle tenait en main en signe de fatigue. « Ce fichu Ox va finir par me rendre folle ! »  Elle soupira. Il semblait tout aussi exténué qu'elle, ce qui l'encouragea à suggérer une pause. Elle se redressa tant bien que mal, tentant de retrouver son entrain. A l'aide d'un sortilège, elle fit apparaître devant eux de quoi grignoter ainsi que deux verres à moitié remplis. Son intention n'était pas de boire jusqu'à l'excès, contrairement à ce qui se passait d'habitude dans le QG des Flammes. Néanmoins, quelques gouttes d'alcool n'allaient pas les tuer. Puis, cela rendrait l'après-midi plus agréable. D'un air satisfait, Erika s'empara de son verre et le leva à la santé de son interlocuteur. Elle but quelques gorgées qui suffirent à la détendre. Peu à peu, les problèmes liés à son clan disparurent et une sensation de bien-être l'envahit. Elle se sentait bien en compagnie de Dragomir, son aide lui avait été utile. Mais pour l'heure, elle n'avait plus envie de s'affairer à cette lourde besogne. Non, il n'était plus question de l'Ox, mais bien de se changer les idées pour une fois qu'elle ne se retrouvait pas seule un jour d'été. Radieuse, elle se mit à sourire simplement parce qu'il y avait quelqu'un à ses côtés. Cela ressemblait déjà beaucoup plus à des vacances.

 


    SHADOW PREACHERS ♔

    You got those scissors from the drawer, you never dug so deep before. If I stop trying, we start dying, you're cutting me out, baby who you fighting? You make we wanna love, hate, cry, take, every part of you. You make me wanna scream, burn, touch, learn, every part of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: We'll build a fire, we'll watch it burn ♦ Drarika Ҩ Jeu 2 Juil - 14:50





we'll build a fire, we'll watch it burn
these are the things, the things we lost, the things we lost in the fire





Dragomir était agréablement surpris de se retrouver seul avec sa meneuse. Après tout, il avait toujours apprécié sa compagnie ; elle était l’une des seules à ne pas lui avoir tourné le dos, depuis la suicide d’Iris. Le jeune homme était devenu infect, et s’il en était conscient, il était bien infoutu de s’en empêcher. La moitié de l’école l’évitait purement et simplement, et l’autre moitié le regardait avec cette pitié bien particulière dont on habille les pauvres âmes perdues. Drago n’avait rien d’une âme perdue ; il avait été accepté en spécialité Magie noire, bordel de merde. « Les autres ont annulé en dernière minute. » répondit Erika à son insinuation à peine voilée. Le mensonge était évident, mais il savait qu’elle préférait jouer plutôt que d’admettre qu’elle l’avait voulu pour seule compagnie. Il en était d’ailleurs plutôt flatté. A vrai dire, il se demandait bien pourquoi. C’était une chose de passer quelques heures ensemble à la volée à Durmstrang lorsque l’on a –de toute façon– pas le choix des armes, c’en était une autre de faire 1500 kilomètres pour passer un après midi en tête à tête en plein été.

Erika quitta la pièce quelques instants pour aller chercher ses notes ; Dragomir eut du mal à ne pas écarquiller les yeux. De toute évidence, elle avait accordé à la question de l’Ox de nombreuses heures, et si se sentit tout à coup un peu honteux. Non seulement il n’y avait pas réfléchi une seule seconde, mais il commençait à imaginer le regard qu’elle lui lancerait si elle apprenait qu’il était tout bonnement en train de bloquer le processus et la recherche pour les Flammes. Le comprendrait-elle ? Trouverait-elle ses raisons légitimes ? Probablement pas. La meneuse était une personne entière, une véritable Flamme intègre qui vivait trop vite et trop pleinement, qui n’avait pas le temps pour les regrets ou les éclats de vengeance dont Drago pouvait rêver. Si elle l’apprenait, tout s’effondrerait. La honte commença à s’insinuer dans ses veines alors qu’elle s’installait près de lui, ses parchemins étalés sur la table basse. « Tu te doutes bien que je ne t'ai pas invité ici pour discuter de tes dernières conquêtes, bien que je ne doute pas qu'il y ait matière à réflexion. » Dragomir répondit faiblement à son sourire mutin, encore plongé dans ses extrapolations. De plus, sa seule et unique conquête était Vervein, et il n’était pas d’humeur à parler d’elle. A l’heure qu’il était, elle devait probablement gagner sa saleté de match, sans lui dans les gradins pour l’encourager.

Le jeune homme fut surpris de constater la confiance entière qu’Erika lui accordait, et la véritable estime qu’elle avait de son opinion sur l’Ox. Cela lui rendait la tâche encore plus difficile ; comment mentir à une personne pour qui on éprouve une réelle affection ? Devant l’enthousiasme de sa meneuse, Drago se força à explorer quelques pistes, à rebondir sur ses remarques. La pensée de cette saloperie d’Ox lui rappelait trop Iris ; elle était la seule raison pour laquelle il valait la peine de retrouver l’objet. Mais il préférait mourir plutôt que de voir son pouvoir couler dans les veines de Deklan Levski et sa foule d’adorateurs imbéciles. Krum lui avait promis de ramener sa sœur à la vie, une fois l’Ox retrouvé et accaparé pour les Eclairs. Drago tiendrait sa promesse, et si pour cela il devait entraver Erika, il le ferait. Avec un pincement au cœur, mais il le ferait. Cette année était la bonne ; ils n’étaient même pas encore retournés à l’école que cela se faisait ressentir. La prophétie avait dit que cette année, l’artéfact serait retrouvé.

Il sentait Erika de plus en plus fébrile à ses côtés. Elle avait de nombreux projets, de la motivation à revendre, mais aucune piste sérieuse. Un imbécile, en fin d’année, avait décrété qu’ils devraient simplement fouiller toute la bâtisse, comme si personne n’avait essayé avant eux. Durmstrang contenait des cachettes et des recoins qu’aucun élève n’avait encore trouvé, Drago en était certain. Mais comment trouver l’introuvable ? Au bout de quelques heures, la jolie blonde poussa un soupir de résignation. « Ce fichu Ox va finir par me rendre folle ! » Drago hocha la tête, rêvant secrètement d’une pause depuis une bonne heure déjà. Trouver l’équilibre entre réagir à ses pistes et en proposer de nouvelles, pas complètement abracadabrantes mais assez inutiles pour qu’Erika ne se doute de rien était tout bonnement épuisant. Elle fit apparaître devant eux deux verres d’alcool et un peu de nourriture. En jetant un œil au dehors, Drago s’aperçut que l’après midi était déjà bien avancé et touchait à sa fin, la luminosité baissait dangereusement. Il but une ou deux gorgées de son verre en remerciant Erika à voix basse. La concentration avait fait perler sur son front quelques gouttes de sueur. Elle lui adressa un sourire rayonnant, auquel Dragomir répondit sans même y penser. C’était ce qu’il aimait le plus chez elle ; cette aura, cette joie et cette beauté qui atteignait tout ce qui passait autour d’elle. Tout était infiniment meilleur parce qu’Erika était là, et il était bougrement fier d’avoir décidé, aux côtés du reste des Flammes, de l’élire en tant que meneuse. C’était la meilleure décision qu’ils avaient jamais prise, et cela voulait dire quelque chose pour un clan réputé complètement attardé. « Tu t’inquiètes trop. Si ça se trouve, ce n’est qu’une légende de bonne femme, et l’Ox est complètement fictif. On aura l’air cons en fin d’année lorsque personne ne l’aura trouvé. » C’était une possibilité que tout le monde avait déjà envisagé, quel que soit leur opinion sur la quête. Mais Drago n’y croyait pas, il était bel et bien persuadé que cet objet de légende était caché quelque part. Quelque chose de malsain se tramait à Durmstrang, des vibrations étranges, et cela ne pouvait pas être dû à l’éclairage et à la pratique de la magie noire. Quelque chose hantait l’école, c’était certain. Restait à savoir ce que l’Ox était réellement.

Il devait dévier la conversation sur autre chose. Plus l’Ox était au centre de leurs préoccupations, plus il y avait de risques que Drago se rétracte, ou vende la mèche. La compagnie d’Erika était trop agréable pour continuer de lui mentir sous son nez. Stoyanov était devenu terriblement lâche, et s’il devait la trahir, il préférait ne pas avoir à jouer complètement la comédie devant elle. « Dis moi, Erika, je sais que je suis réputé pour mon intelligence, mais… » commença t-il, amusé. L’ironie suintait presque par tous les pores de sa peau. « Pourquoi m’avoir invité moi ? Si tu avais besoin de travailler sur l’Ox, d’autres auraient certainement été plus à même de t’aider… » La question l’intriguait à juste titre, mais il était question de se focaliser sur leur relation à eux, de se concentrer sur autre chose. Le Flamme vida son verre d’un seul trait, et reposa sa tête sur sa main, plantant ses prunelles dans celles d’Erika.





this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♔ She had flaws & that was ok.
avatar
♔ She had flaws & that was ok.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang PurMessages : 643Date d'inscription : 27/10/2014Localisation : Au centre de toutes les attentions.
Ҩ Re: We'll build a fire, we'll watch it burn ♦ Drarika Ҩ Sam 14 Mai - 23:53



We'll build a fire
We'll watch it burn
▬▬▬▬▬ DRARIKA ▬▬▬▬


Depuis qu'elle était revenue habiter chez les Maslov, la jeune femme semblait avoir perdu de ses couleurs. Tout dans cette maison lui hurlait qu'elle n'était pas chez elle. Aucun objet ne lui rappelait un souvenir chaleureux, aucune pièce ne semblait vide sans sa présence. Son intrusion semblait incrustée sous le papier peint, même les murs se bouchaient les oreilles pour ne pas entendre les quelques mots qu'elle prononçait. Elle se sentait de trop partout, mais c'était surtout dans cette demeure. Sa présence gênait, elle en était persuadée. On ne lui avait jamais fait de réflexion à ce propos, personne n'en avait eu besoin. Elle savait que les Maslov l'avaient recueillie par pitié, parce qu'ils n'allaient tout de même pas laisser deux pauvres gamines vivre dans la rue. Outre l'obligation morale, Erika avait le sentiment qu'il y avait plus à cette histoire que ce que les apparences lui laissaient croire. Elle se doutait qu'ils finiraient par lui faire gentiment comprendre qu'elle leur était redevable, et qu'elle ferait exactement ce qu'ils attendraient d'elle le moment venu. Elle ignorait encore ce qui l'attendait au tournant. Inutile d'être un génie pour deviner que ça la placerait dans une position délicate, l'obligeant à accomplir ce qu'on lui demanderait. Sinon pourquoi s'acharneraient-ils à ce point pour masquer l'hypocrisie de leurs sourires? Elle était loin d'être dupe. Elle ne faisait que profiter du peu de liberté qu'il lui restait.
Lasse, elle but une autre gorgée. La présence de Drago l'aidait à se changer les idées, la vie semblait moins lui peser lorsqu'il était dans les parages. Leur amitié n'était pas forcément idéale, elle était souvent agacée par l'inconstance de son ami et ses crises passagères. Peut-être aurait-elle dû y réfléchir à deux fois avant de lui servir un verre d'alcool, d'ailleurs. Nonobstant leurs quelques accrochages, ils s'entendaient bien. Les accusations du Stoyanov dénonçant son co-meneur comme responsable du suicide de sa soeur étaient sans doute le sujet le plus tabou entre eux. Quand elle était d'humeur provocatrice, elle ne se privait pas de relancer le débat. Remuant le couteau dans la plaie bien malgré elle, seulement elle était incapable de le laisser répandre des stupides rumeurs sur Deklan. Elle le connaissait par coeur et elle le soutiendrait quoi qu'il advienne. Mais ce soir, elle n'avait pas envie de se disputer. Elle avait besoin de revivre, de se raccrocher à quelqu'un pour ne pas sombrer. C'était ce qu'elle faisait toujours. S'accrocher aux autres.

Dragomir laissa échapper un soupir. « Tu t’inquiètes trop. Si ça se trouve, ce n’est qu’une légende de bonne femme, et l’Ox est complètement fictif. On aura l’air cons en fin d’année lorsque personne ne l’aura trouvé. » Une partie d'elle espérait qu'il dise vrai. Elle aurait tout donné pour qu'il ait raison, ça lui éviterait d'avoir à s'inquiéter sans arrêt pour une stupide prophétie. Si Azalea mettait la main sur l'Ox avant elle, c'était terminé. Sa petite soeur se perdrait dans ses chimères qui lui dévoraient le cerveau comme des sangsues. La nécromancie n'était pas la solution, c'était certain. Erika n'osait pas admettre que si elle s'impliquait autant dans la quête, c'était moins pour la gloire des Flammes que pour sauvegarder l'humanité de sa soeur. Qui l'aurait élue en tant que meneuse sachant cela? « T'as raison. C'est peut-être une blague, inventée par un enquiquineur qui voulait juste que tout le monde se fasse tatouer. » Elle était fatiguée. « Le fondateur des Flammes, probablement. » La réputation de leur clan n'était plus à faire. Si quelqu'un était bien capable d'une telle chose, il devait être le premier Flamme de l'Histoire. La meneuse rit doucement, consciente que c'était absolument ridicule.

Après leurs éclats de rire, le silence revint, à peine brisé par leur respiration. « Dis moi, Erika, je sais que je suis réputé pour mon intelligence, mais…  » Si elle ne se souvenait plus de pourquoi elle adorait passer du temps avec Dragomir, il venait de lui administrer une piqûre de rappel. L'ironie semblait innée chez lui, bien que la Bulgare sache que ce n'était qu'une illusion créée de toutes pièces. Il oubliait qu'elle l'avait connu quand il ne forçait rien, quand il était naturellement ce mec qui dégageait quelque chose de positif. Curieuse, elle attendit qu'il termine sa phrase même si elle devinait déjà où est-ce qu'il voulait en venir. « Pourquoi m’avoir invité moi ? Si tu avais besoin de travailler sur l’Ox, d’autres auraient certainement été plus à même de t’aider…  » Son mensonge de tout à l'heure ne l'avait pas convaincu, Ô surprise. La jeune femme aurait préféré qu'il ne lui pose pas une question dont elle n'était elle-même pas certaine de connaître la réponse.
En vérité, elle n'y avait pas vraiment réfléchi. Certes, son premier cri du coeur avait prononcé le prénom de son co-meneur. Deklan était absent pour le moment, or elle avait vraiment besoin de quelqu'un. Elle aurait voulu qu'il soit là, lui, et pas Dragomir. Parce que tout était tellement facile avec lui, si naturel. Elle ne portait pas de masque, il aurait immédiatement su ce qui n'allait pas alors qu'elle cherchait encore à le comprendre. Il la réparait. Encore et encore, souvent sans avoir besoin de parler. Un seul regard suffisait. Deklan n'était pas là alors elle avait paniqué, angoissée à l'idée de devoir pourrir dans cette maison hostile tout l'été. Elle ne voulait pas se prendre la tête, au départ. Et puis elle avait fabriqué ce prétexte pour ne pas rester toute seule un soir de plus, et ça avait fonctionné. Dragomir était venu.

Elle se trouvait bien conne, là. Qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir lui dire qui ne la ferait pas passer pour une folle? Qu'elle ne supportait pas la solitude, de ne pas être au centre de toutes les attentions? Ce n'était pas ici que ça se produirait, personne n'en avait rien à carrer de la Droganov. Elle n'était qu'une orpheline qu'on avait récupérée sur un trottoir, point barre. Elle n'existait plus, encore moins depuis qu'Arsenic lui avait tourné le dos. Elle voulait juste faire quelque chose de… d'Erika. Elle voulait redevenir cette fille que tout le monde regardait à Durmstrang. A croire qu'elle n'était capable de jouer la comédie qu'entre ces murs, nulle part ailleurs. Exaspérée par elle-même, elle imita son ami et avala d'une gorgée la fin de son verre. « L'Ox n'était qu'une excuse pour avoir un peu de compagnie...  avoua-t-elle sans plus de cérémonie. » Il ne parut pas surpris.
La fatigue et l'alcool ne faisaient pas bon mélange. Ou alors était-ce une autre invention pour soulager sa conscience? Elle voulait envoyer valser les problèmes, tout bêtement. Etait-ce si difficile que ça à comprendre? Elle n'avait même pas vraiment essayé de lui cacher son ennui, témoignant à plusieurs reprises de son enthousiasme à l'idée de reprendre les cours à la rentrée. Il devait forcément se douter qu'une fille aussi dépendante de sa réputation souffrait de l'absence de regards braqués sur elle. « Il faut croire que je ne suis pas faite pour rester seule.  » C'était le moins qu'on puisse dire.

Alertée par l'horloge qui les rappelait à l'ordre, Erika commença à s'agiter. Elle n'avait pas envie qu'il s'en aille, elle appréciait réellement qu'il ait pris la peine de venir jusqu'ici. Il l'avait sans doute fait parce qu'elle le lui avait demandé en tant que meneuse, mais quelque chose lui intimait qu'il l'aurait fait quand même si elle avait fait appel à lui en tant qu'ami. Elle était un peu déçue ; si elle avait été honnête dès le début avec lui, ils n'auraient pas perdu leur temps à chercher un objet dont elle se fichait comme de l'an quarante. Elle avait tout gâché, comme d'habitude. « Je suis désolée d'avoir monopolisé ta soirée, j'imagine que tu avais des projets plus passionnants. » Comment s'appelait-elle déjà? Violette? Peu importe. « Mais… C'est gentil d'être venu. Je n'avais pas envie de passer une autre soirée toute seule, alors… Merci. » Il devait la trouver pathétique, avec son air épuisé et son regard un peu perdu. Un peu ravagé. Etrangement, elle avait l'impression qu'il répondait à la détresse qui hurlait en silence au fond de ses prunelles. Il la fixait intensément de ses grands yeux clairs, envoûtants. Le temps s'arrêta l'espace d'un instant. Une décharge électrique lui parcourut l'échine. Sans réfléchir, elle fit un mouvement en avant pour se rapprocher de Dragomir. Son corps tout entier tendait vers lui, elle était comme brusquement attirée par une force qui la dépassait. Son épaule frôlait celle du jeune homme, son visage s'était dangereusement approché du sien. A la dernière seconde, elle sursauta, ramenée à la raison. Ça n'avait duré qu'un court moment, mais elle en tremblait encore. Cette attraction incontrôlable, cette connexion qui s'était établie entre eux quand elle l'avait regardé. Elle détourna les yeux, intriguée par ce qui venait de se produire. « Il est tard. Tu devrais partir. »

 

After all this time? Always:
 


    SHADOW PREACHERS ♔

    You got those scissors from the drawer, you never dug so deep before. If I stop trying, we start dying, you're cutting me out, baby who you fighting? You make we wanna love, hate, cry, take, every part of you. You make me wanna scream, burn, touch, learn, every part of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: We'll build a fire, we'll watch it burn ♦ Drarika Ҩ

Revenir en haut Aller en bas
 

We'll build a fire, we'll watch it burn ♦ Drarika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Louys - A fire needs a space to burn
» m. jaycée-blue ◮ just gonna stand theire and watch me burn ? END.
» SCARLETT ✖ JUST WATCH ME BURN.
» scratch build : thunderbolt : W.I.P
» Recherche open : Fire & Shadow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum