AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Tears of Blacks walls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
☾ MEMENTO MORI
avatar
☾ MEMENTO MORI

HOMINUM REVELIO ϟ
Messages : 62Date d'inscription : 29/05/2018Localisation : À l'intérieur de mon pyjama de chair
Ҩ Tears of Blacks walls Ҩ Mar 12 Juin - 18:46



Tears of Blacks walls

Feat. V. Asphalt Dragonstone








Les pans se redressent sur ce mur jauni par le temps et la misère. Ils se pèlent telle de la chair. Pourrissent sur ce bois noir sous leur peau. Un peu comme moi. Si j’arrache ma peau blanc Os, je risque d’apercevoir mon esprit en lambeaux, calciné et perdu dans le néant. Ce mur, ce pauvre mur dépérit sans que personne n’écoute ses gémissements et ses peines. Un peu comme moi. Mais, moi et le mur, nous voulons que personne ne nous entende. Nous sommes masochistes, le dépérissement nous tient en vie. Des bulles de lumières flottent au plafond, des gémissements étouffés bondissent sur les murs, sur mon corps pour finalement se répondre entre eux. Oh, lekarstvo squat, ce très cher endroit. Cette odeur de sueur, d’espoir volée et ce petit soupçon d’étincelle imprègnent les lieux. Nous sommes là, les paumés, les marginaux, les rejets de la société. Tous collés à notre coin de mur entrain de se shooter de notre Ox, de planer, voler au-delà des constellations puis la chute. S’écraser à nouveau en miettes. Ressentir nos déchirures, notre mort lente et constante dans la peau. Être que de la bouse de dragon et rester qu’une profonde merde souillée.

Dépendance et joie. Obligation et chérissement. Chérir chaque petit moment où je vole à nouveau. Où je peux sentir Hiroshi rire en moi, se mouvoir comme autrefois. Le voir pointer une constellation et raconter comment elle a été créée, me faire des grimaces avant de noircir. Avant d’ouvrir grand la bouche pour cracher des pétales de roses.

Je laisse glisser mon walkman de la poche de mon kangourou noir. Question de m’effacer encore plus. J’insère un écouteur dans mon oreille, j’appuie sur play. Je m’en balance des poils du balai de ce que les sorciers peuvent penser de la technologie mordue. J’ai grandi avec et ils manquent beaucoup de choses. Detroit Blues Band - Tears From My Eyes caresse mes oreilles, mes sens. Je sors mon Ox de mon autre poche, observe le liquide rouge. Le fixe jusqu’à ce que cette tâche se brouille, s’entremêle au décor. Je revis ce moment d’innocence. Cet instant où j’ai pris peu à peu la place d’Hiroshi. Où  il a  cessé d’exister. Les magnifiques roses rouges traversant ses lèvres. Un râle mourant soufflant entre elles. «Pitié… Pitié...» Solo de guitare, batterie en sourdine. ♫ I don't know 'bout you, honey
But it sure is killin' me~♪
Les yeux coincés à analyser le ciel. Larmes s’échappant des coins pour inonder les joues. ♫ I remember, baby We were sayin' this can't go on ♪

Ma tête mollie, guimauve grillée. Mon corps se balance doucement aux valses musicales. Je sursaute en apercevant une femme juste à côté de mon spot de mur. Je la contemple les yeux vides. Lève mon Ox vers elle.

-Kampaï!

Je tourne la tête de l’autre sens en repliant mes genoux vers mon corps. N’aime pas qu’on pénètre ma bulle. Je contemple à nouveau ma fiole. Rituel masochiste, mais si important. La guitare se lamente, pleure dans mon oreille aux côtés de petits coups de cymbales. Le piano s’élève, berce mon corps aussi vieillot que les murs. Je me balance de droite à gauche, déposséder de moi-même. Hiroshi crache de la bave rouge de ses lèvres, la tête révulsée. Ma main tenant l’Ox glisse vers mon autre bras. Je ferme à demi les yeux. Ma tête glisse à nouveau vers cette femme dans mon espace… Je lui tends l’autre écouteur. Balance ma tête vers l’arrière, contemple le plafond.

-Tente ça, ça augmente le trip, garantie… Me touche pas par contre.

Presque prêt à me shooter. Mon mental s’y prépare. Je laisse la même chanson en boucle. Ma préférée. Me plonger dans un état second, de pure merde pour ressentir encore mieux l’excitation de l’Ox dans mes veines. Mon astuce de paumé. Mes pieds tapent doucement la poussière sur le sol, mes mains tremblent de manque et de hâte, ils me supplient de me shooter, là, directement. Non, non, pas encore le bon moment. ♫And I could fill a well, girl. With the tears from my eyes. ♪ Hiroshi nu au sol, le sang entre ses cuisses, le regard vague.Une croix invisible se dessine dans l’iris. ♫Baby, baby.How you feel about this being free? ♪
Ma tête reste révulsée vers l’arrière, j’entrouvre les lèvres pour ressentir ces derniers instants… Nous sommes prêts moi et les murs à se shooter, à voler….

-On le fait à trois.

Me parlais-je seul? M’entend-elle? Les sons s’échouent-ils sur mes lèvres ? Je marmonne le rythme, incarne un son pour la guitare en détresse. Les accords en lyrisme.






©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♛ ABSOLUTUM DOMINIUM
avatar
♛ ABSOLUTUM DOMINIUM

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : sang-pur, mais malheureusement incapable de faire de la magieMessages : 322Date d'inscription : 31/12/2015Localisation : fourrée dans son laboratoire à siphonner des veines sang-noires
Ҩ Re: Tears of Blacks walls Ҩ Mar 19 Juin - 15:30


tears of black walls
V. Asphalt Dragonstone & Hiroshi Ishii

« So tell me how you're sleeping easy, how you're only thinking of yourself, show me how you justify telling all those lies like second nature. »
Au début, ça la rendait puissante, Asphalt. C’était l’accomplissement d’années à serrer les dents, à forcer son passage pour le simple fait d’exister. Trimer toute sa vie parce que tout est dur, quand t’as pas de magie. Tout est douloureux, quand tu n’es pas tout à fait ce qu’il faut. Aujourd’hui c’est un devoir, une habitude. Une mauvaise addiction qui l’écartèle et embrase ses organes, c’est les putain de feux de la Saint-Jean là-dedans. Elle tient sa fiole et en tremble d’avance, elle est fébrile, a trop traîné depuis la dernière fois. Dans un élan de lucidité, s’est dit que peut-être elle valait mieux que ça. Mais elle ne vaut pas mieux que quoi que ce soit, elle le sait et c’est pour ça qu’elle est là. Avec les camés et les déchets, les victimes d’un système qui naufrage les âmes esseulées sans lancer de bouteille à la mer.

La cracmolle entend qu’on lui parle, à côté, mais elle ne comprend pas bien. Elle peut à peine lever des sourcils intrigués, elle est déjà partie trop loin avant même d’avoir injecté le poison, l’anticipation des douleurs du lendemain et le désespoir à la maison. C’est un régulier, le mec d’à côté, elle l’a vu souvent mais elle s’en tient éloignée ; c’est un Revenant, et aux Revenants elle ne fait pas trop confiance. Porteurs d’une magie qui la fascine et la terrifie, elle a déjà trop de fantômes dans le cœur pour se préoccuper de ceux qui rôdent autour d’elle. Ici, pourtant, ils sont tous égaux. Rien ne compte, ni le nom ni la fortune, ni l’influence ni le statut : seul la défonce compte, l’illusion du pouvoir et la putain d’euphorie qui les relie tous pendant quelques heures funestes et pathétiques. Asphalt se surprend à fixer le Revenant près d’elle, la fiole boueuse dans sa main, client de la Svaboda sans nul doute. Pour lui ce n’est pas seulement pour la magie, c’est une question de survie.

La Dragonstone attrape l’écouteur qu’il lui tend et se laisse aller tête en arrière sur la mélodie qui lui est étrangère. « Tente ça, ça augmente le trip, garantie… Me touche pas par contre. » Asphalt n’a pas l’énergie de sourire, mais son souffle se fait plus saccadé. Que dirait Mordred s’il la voyait comme ça ? Elle est tombée bien bas. « On le fait à trois. » entend-elle murmurer, et elle acquiesce doucement, commence le décompte avec une voix d’outre-tombe, sa fiole bien serrée contre elle, le doigt contre le bouton qui fera sortir l’aiguille. « Trois… » L’Ox des riches de la Bratva rend la déchéance beaucoup trop facile. « Deux… » Son myocarde râte un battement, puis un autre. Est-ce qu’elle respire encore ? « Un… » La mélodie macabre d'achève. Asphalt ferme les yeux, hésite encore un instant : les cendres de son enfance danse devant ses yeux, une enfant qui mord la poussière sur le tapis pour ne pas hurler. Puis l’aiguille pénètre sa peau, et tout se transforme en technicolor.

Elle se sent rire, la Dragonstone, un rire fou, un rire les yeux révulsés. Ca la gratte partout sur le corps, elle a envie de s’arracher la peau pour s’exposer à vif. C’est foudroyant, inexplicable comme l’iskra continue de lui faire cet effet après tout ce temps ; la recette est parfaite. En tant qu’experte du domaine, elle ne peut que s’extasier devant la composition sans faille de la substance qui la traverse de partout. Quand elle arrête enfin de rire, entre deux souffles elle susurre à son voisin « Tu ne devrais pas te fournir à la Svaboda, rien ne vaut l’iskra pure » avant de retourner la tête et d’agoniser dans ses nuages de plomb. Elle crève à petit feu et elle le sait, mais elle doit être magique, c’est une obsession. Chaque goutte d’Ox dans son système la rend enfin comme les autres, enfin spéciale, enfin digne de Mordred et de sa lignée à lui. Enfin digne de tout ce qu’il lui donne. Il lui a martelé pendant des années, l’Ox sur leurs lèvres à tous les deux et eux, debout au bord d’une marée de cadavres en feu ; ceux qui ont osé douter d’eux. Mais pour ça, Asphalt ne doit pas être inutile. S’appeler Dragonstone ne suffit pas quand on sort de taule et qu’on n’a pas de baguette magique.


(c) DΛNDELION



i'm nuts, baby i'm mad — over the bend, entirely bonkers, you like me best when i'm off my rocker.  @astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☾ MEMENTO MORI
avatar
☾ MEMENTO MORI

HOMINUM REVELIO ϟ
Messages : 62Date d'inscription : 29/05/2018Localisation : À l'intérieur de mon pyjama de chair
Ҩ Re: Tears of Blacks walls Ҩ Mer 20 Juin - 0:33



Tears of Blacks walls

Feat. V. Asphalt Dragonstone







♫ I don't know 'bout you, honey But it sure is killin' me~♪ La guitare se lamente dans mon oreille. Ma tête bascule à l’arrière. Les yeux à moitié clos, Hiroshi râle une dernière fois. L’étrange femme insère l’autre écouteur dans son oreille. Elle semble aussi délabrée que les murs, que moi. Une trace de folie, de détresse me paraît dans son regard. Une hallucination d’avant drogue? Je n’en sais rien, et je m’en balance les poils du balais. Nous sommes tous des pans de murs jaunis, écaillés par le temps. Relevés à force d’être creuser par les doigts des autres. Les marques du passé, d’un passé hostile qu’on tente d’effacer ou de s’approprier ou même de comprendre, creusent nos traits. Les miennes sont peinturées à jamais de mon ombre arraché. Je ne peux plus m’amuser à esquisser des formes étranges sous une lampe. Mes mains tremblent, chavirent juste à pensée à l’injection de cette drogue dans mes petites veines rigides. Elle commence le décompte au solo des plaintes de la guitare. «Trois...» Le bout de la fiole où sortira l’aiguille reste collée contre l’intérieur de mon coude. ♫ I remember, baby We were sayin' this can't go on ♪ Mes pieds soulèvent la poussière à chaque petits coups sur le sol. Ma tête roule sur le côté. «Deux...» ♫ I remember, babe Yeah, this can't go on ♪ Le piano entremêlent ses larmes à la guitare. Harmonique de la supplice. For the break soul. «Un….» Les pétales rouges s’envolent au vent tandis que les globes oculaires de Hiroshi sont obstrués par les pattes de la mouche de la mort. Aveugle dans le repos éternel et tant souhaité. L’aiguille s’enfonce dans la veine. Mes veines vibrent d’une énergie nouvelle.

Elle rit. Je ris. Mon corps me semble frais, jeune. Vivant. Chaud comme la braise du soleil levant. Je laisse glisser la fiole vide au sol. Mon rire racle ma rate, mes côtes, donne une pulsion à mon cœur noir. J’arrache l’écouteur de mon oreille. Ce son cristallin ne m’appartient pas. Il est là. À nouveau. Je roule la tête vers elle, avec le sourire de chat de Hiroshi collé sur les lèvres.

-Oh. J’aimerais bien le pur. Mais, disons que c’est trop cher.

Des tâches de couleurs dansent sur les murs. J’ai l’impression que chaque pan se recolle. Que chaque brique retrouve sa place. Je me redresse le pas mou. Mon ombre m’apparaît. Je m’amuse à bouger les bras sous la lumière vacillante. J’éclate de rire. J’extirpe ma vieille baguette magique. Celle qui ne m’écoute plus depuis que je ne suis plus le même. Je l’agite dans les airs. Des étincelles en fusent. Je fais apparaître des fleurs multicolores au sol.

-Maintenant, ça me fait rire quand je repense au nom de la potion «Goutte du mort-vivant». Tu ne veux pas de mon sang? Sauf que moi, aucune goutte de Wiggenweld  va me réveiller.

J’éclate de rire en me mordillant la lèvre inférieure. Je plaque mes mains au mur pour me retenir. Ça tourne, ça voltige. Je me sens digne des super-héros moldues. Plus que vivants même. Mes pupilles se dilatent. Brillent. Voltige et vertige.

Les murs tournent et montent. Une montagne russe de sensations. Je me plies en deux, mes tripes se tordent. Oh fuck non. Pas envie de recracher ma substance. Je tourne la tête sur le côté pour laisser échapper des filets rouges sur le coin d’un mur. Mes mains se rappent contre les pans du mur tandis que je glisse au sol. Manque de tonus, baka.

-Pourquoi tu prends de cette drogue, toi?

Je m’essuies les lèvres du revers de ma manche en roulant la tête sur le côté. Je me demande quelle bouse de dragon a été mis dans mon Ox. De la mandragore? Du sang de moldue? De l’armoise? De la drogue moldue? Je pourrais guérir tous les passants dans cet état, appliquer des soins aux pauvres paumés… Construire un jardin et y enterrer à son tour cette pourriture de troll. J’ai l’impression que même les endoloris me ferait rien dans cet état. Je ris à cette pensée en passant mes mains blanches sur le haut de mes cuisses. Que tout le monde me montre enfin le respect et s’abaisse.

- ♫ I wanna tell you a story
Ain't got no characters in it but me
I wanna sing you a sad song
Most of it I don't expect you to believe
It starts off just the Whiskey and Wine
Miles of travel and some real good times
But it ends in a dark corridor
Where there ain't no windows
And there ain't no doors ♪


Je chante en claquant des doigts pour donner le rythme du blues. Le blues brûle dans mes veines, me donne la force. The devil makes three-Graveyard représente bien mon voyage en Bulgarie. Remplie de rêves et d’illusions avant de finir dans l’océan noir. Happé par un sorcier au doxy au plafond… Bulgarie, ma tombe éternelle. Coincé dans ce lieu vide d’humanité et de compassion.





©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♛ ABSOLUTUM DOMINIUM
avatar
♛ ABSOLUTUM DOMINIUM

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : sang-pur, mais malheureusement incapable de faire de la magieMessages : 322Date d'inscription : 31/12/2015Localisation : fourrée dans son laboratoire à siphonner des veines sang-noires
Ҩ Re: Tears of Blacks walls Ҩ Mar 21 Aoû - 17:58


tears of black walls
V. Asphalt Dragonstone & Hiroshi Ishii

« So tell me how you're sleeping easy, how you're only thinking of yourself, show me how you justify telling all those lies like second nature. »
Cœur qui bat trop vite, tachycardie délicieuse résonnant à ses propres oreilles. Elle se sent six pieds sous terre, Asphalt, et pourtant plus vivante que jamais, électrisée, radieuse, vide de sens mais remplie d’étincelles. Elle ne parvient pas à détacher son regard du visage blanc de son compagnon, les veines transparaissent sous la peau, elle pourrait déchirer l’épiderme rien qu’en le touchant. L’idée lui fait frémir la colonne vertébrale ; elle se sent audacieuse, la cracmolle, elle sent le voile s’évaporer, tout doucement. Le voile d’ordinaire trop opaque qui sépare les morts des vivants, le voile dont elle se drape pour ne pas avoir peur de ces créatures de l’entre-deux, qu’elle ne comprend pas encore. « Oh. J’aimerais bien le pur. Mais, disons que c’est trop cher. » Asphalt ne répond rien ; elle-même n’a aucune difficulté à se procurer l’iskra, avec les connexions de Mordred et son propre petit laboratoire clandestin d’expériences en tous genres, elle sait se piquer là où ça vibre, là où ça tressaute dans ses veines, sans avoir besoin d’argent.

Elle ferme les yeux, sent son corps se fondre dans le béton sous elle. Ses paupières papillonnent sous les lumières des étincelles que Hiroshi fait apparaître du bout de sa baguette, autant de chimères qui dansent sous ses yeux sans jamais l’atteindre. Asphalt n’a pas de baguette, elle. Ça lui a fait tout bizarre lorsqu’elle en a tenu elle pour la première fois, quelques jours après sa sortie de prison. Faire courir ses doigts le long du bois lisse, sentir le relief du manche s’imprimer dans sa paume, le tour de poignet qui va avec et scelle l’alliance parfaite. Elle a souri, pour Mordred. Elle a même laissé échapper un gloussement excité. Elle s’est immédiatement senti coupable de n’avoir rien ressenti, de tenir l’instrument de tous ses désirs entre les mains, le symbole ultime de la magie, de tout ce qu’elle a enduré pour en arriver là, et d’être si vide. Elle a cru qu’un nouveau monde commencerait, que les murs tomberaient enfin, que son corps se gonflerait de fierté ; désormais impossible de l’ignorer. Pourtant elle est restée, bois entre les mains, et illusions brisées à ses pieds. « Maintenant, ça me fait rire quand je repense au nom de la potion ‘Goutte du mort-vivant’. Tu ne veux pas de mon sang? Sauf que moi, aucune goutte de Wiggenweld va me réveiller. » Les délires du Revenant la ramènent à sa propre réalité, à la puissance inouïe à l’intérieur d’elle, qui ne fait que la renvoyer à la fragilité de ses rêves. Elle entend le rire de son acolyte, un rire étouffé, avant de le voir se tourner sur le côté. L’iskra de la Svaboda est un poison, songe-t-elle en pinçant les lèvres. Elle serait curieuse de se glisser dans leurs laboratoires, voir ce qui s’y trame, voir avec quoi ils coupent, pourquoi c’est c‘importe quoi dans le système de ceux qui se cament chez eux.

Hiroshi reprend son souffle, la bouche rougie. Asphalt n’est peut-être qu’une camée sans magie mais au moins elle n’a plus jamais mal ; lui suffit de partir ailleurs, de plonger tête la première dans la drogue sûre qui lui assure des illusions dorées. « Pourquoi tu prends de cette drogue, toi ? » La Dragonstone ne répond pas tout de suite. Le mur solide de méfiance qui l’entoure s’effrite, s’étiole peu à peu. Pour lui c’est facile, il en a besoin pour ne pas crever pour de bon. Quelque part, elle est dans le même cas. Si Mordred s’aperçoit que même avec ça elle ne change pas, que la magie ne lui permet pas d’obtenir la revanche tant désirée et qu’il se tire, elle n’aura plus rien. Elle décide alors que, allongés tous les deux à même le sol à se détruire à petit feu, elle ne risque pas grand-chose. « Parce que c’est la seule manière pour moi d’avoir de la magie. » Elle a longtemps espéré qu’il y aurait une alternative. Le visage d’Ameyaltzin luit douloureusement devant ses yeux, son rire et ses promesses ensoleillées, puis le froid. Finalement, le destin s’est imposé à elle. « Je suis pas moldue. Juste, j’ai pas eu de chance. Dans ce monde-là, c’est une question de survie pour moi aussi » elle précise, en chuchotant presque. Question de chance, question de génétique, question de coup du sort, de pied de nez sur sa vie. Et lui ? Qu’est-ce qui a bien pu mal tourner au point de l’envoyer du mauvais côté du Styx ? Elle pause quelques secondes, le temps de détourner le regard pour ne pas voir les ressemblances qui la frappent, à présent. Entre la vie et la mort, qui des deux est le plus caché par le voile épais ? « Tu t’inquiètes pas de savoir ce qui se passerait pour toi si tu loupais ta dose ? » A sa place, elle ne tiendrait sûrement pas assez à la vie pour se battre, pour s’entremêler à la lumière blanche, gratter dans la terre jusqu’à ce que les ongles saignent. Cela dit, Asphalt n’a jamais eu à ressentir la profonde paralysie du néant éternel, elle. Peut-être que tout est mieux que le vide. Elle en aurait quelque chose.



(c) DΛNDELION



i'm nuts, baby i'm mad — over the bend, entirely bonkers, you like me best when i'm off my rocker.  @astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☾ MEMENTO MORI
avatar
☾ MEMENTO MORI

HOMINUM REVELIO ϟ
Messages : 62Date d'inscription : 29/05/2018Localisation : À l'intérieur de mon pyjama de chair
Ҩ Re: Tears of Blacks walls Ҩ Jeu 23 Aoû - 16:08



Tears of Blacks walls

Feat. V. Asphalt Dragonstone







Des arcs-en-ciel peinturent mon regard. Colorent les pans des murs, terrassent la noirceur qui m’habite.  La chaleur miroite sous ma peau morte. Elle vit, respire d’elle-même. Ma chair appartient à l’être d’antan. Où est-il Hiroshi? Où se cache-t-il? Ne me murmure plus à l’oreille et prends le contrôle. Mon estomac, un trou noir aspirant ma boule rouge éteinte prisonnière dans sa cage. Une caresse ne m’apporte rien. Les films du passé passent et repassent en boucle. Une sphère temporelle à la recherche d’un éclat. Être ici ou ailleurs. Le pourquoi n’est plus. Inodore et sans saveur.

Mon walkman au sol. J’entends en sourdine la musique. Mes doigts s’agitent. Ma gorge s’ouvre pour chanter. Dévoiler d’une certaine manière mon vaisseau d’or. La tempête qui l’a frappé. Sauf que moi, Dégoût, Haine et Névrose sont les seuls marins revenus de l’abîme du rêve.

Je me tais. Ma curiosité zèbre mon cerveau et dénoue ma langue. Pourquoi prend-elle cet ox? Au premier regard, on comprend pourquoi moi je dois en prendre. Tenir la bouée de sauvetage à deux mains. Prier pour rester un pas encore dans ce monde désert pour nous. Ce n’est plus mon navire. L’abîme du rêve, du vide. Si. Pourquoi marcher sur ce fil à double tranchant? S’obstiner à y rester?

Haine m’ordonne de retrouver mon assassin. Dégoût me chuchote de lâcher la bouée et couler. Délaisser ce monde à l’odeur de putréfaction. Oh, Névrose s’empare de mon pyjama de chair. Il rêve de  remplir le ventre du tueur de pissenlits, de lui arracher les membres un par un. Névrose gagne la bataille.  

Elle se confie. Une cracmolle… Ma mère aurait prié pour que je le sois. Maman prenait peur à chaque étincelle de magie. «Ce n’est pas normal! Je deviens folle! Je te l’ai dit que je voulais pas de ces choses-là!» J’étais devenue une chose chaque fois que je prenais la baguette. Papa m’a fait comprendre que ça devait être un lourd secret la magie. Grand-maman… Oh ma douce luciole. Elle aimait que je lui montre quelques tours. J’espère que la disparition de son cher petit fils ne l’a pas tué. Maman, Papa, ils étouffaient Hiroshi dans un cocon protecteur et aimant. Devrais-je entendre les violons? Devrais-je pleurer ce passé disparu? Un espace translucide m’habite. De la simple constatation.

-Qui peut avoir de la chance dans ce monde? C’est un tombeau. Une prison. Immolé «vivant»

J’agite mes deux doigts pour ponctuer les guillemets invisibles. Mes bras entourent mes genoux, je pose mon menton dessus et l’observe. Tel un insecte sous une loupe. Je constate la vie. Les choses que je n’ai plus. Une question en amène d’autres. Elle m’en balance une brûlante. J’enfonce ma tête entre mes bras. Je sais que je m’effacerais tel un dessin avec une gomme. Je retournerais sûrement là où j’étais.

-Je m’inquiète seulement si je souffrais encore comme la dernière fois. Sûrement pas. Cette fois, ça serait sûrement doux. Je connais le processus. Mon corps deviendrait ombre puis… Il disparaîtrait dans cet abîme. Je ne sais plus ce que c’est l’autre côté.
Je vis pour vivre. Tout simplement. Reprendre ce qu’on m’a arraché. Mais, je sais que je ne le reprendrais jamais. Ce n’est plus la même chose. Carapace vide…vous, les vivants, vous avez peur de la mort. Mais, ce n’est pas la mort que vous devez craindre. C’est l’avant. Ça te happe… Vite et violent. Tu souffres longtemps… Et puis enfin, vient le dernier souffle.


Je me tais, relève ma tête pour la contempler. Ses mains sur moi… Rien comprendre. La pénible brûlure… TA GUEULE. Ne gâche pas ton tripe. Je relâche un léger rire forcé avant de figer. Un camé au sol, bave aux coins des lèvres. Overdose. Je me redresse. Je ne ressens pas d’urgence. Ni l’envie de l’aider.  Je m’approche à petits pas. M’agenouille. Ma main attrape son menton. Et si je lui crevais un œil là? Ça le réveillerait ou il se rendrait dans l’abîme? Névrose palpite dans mes veines. Tambour dans mes tripes. Ma langue se passe sur mes lèvres. Qu’est-ce que le bien et le mal? Une ligne floue. Des spasmes agitent ses muscles. Il ne lui reste pas beaucoup de temps. Mon pouce redresse sa paupière droite. Les iris révulsés et agités. Moi, j’étais immobilisé lorsque la mort a tranché ma gorge de sa faux.   Que se passerait-il si j’appuyais sur ce petit rond frétillant? Mon pouce glisse vers la boule gélatineuse.

-Qu’est-ce que tu fous là?!

Un autre camé au loin qui aperçoit Névrose s’emparer de ma tête. Haine grogne entre mes lèvres.

-TOI, va te faire mettre un balai et bouillir dans un CHAUDRON! LAISSE-MOI EN PAIX ESPÈCE DE TROLL DES MARAIS PUANT LA BOUSE DE DRAGON!

Je fronce les sourcils. Mon pouce s’enfonce dans la texture gélatineuse. Un hurlement s’arrache. Pas de ma gorge. Celle du camé en transe… Haine ne veut pas que je relâche la pression. Du sang coule, coule le long de sa joue. Et pourtant, aucun plaisir ne me parvient. Aucun regret. Un courant vide.




©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: Tears of Blacks walls Ҩ

Revenir en haut Aller en bas
 

Tears of Blacks walls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tears of my Hearth... [0/3] Celesty is there!!!!!! :P
» 07. My tears dry on their own
» can't help myself but count the flaws, claw my way out through these walls (27/03, 19h25)
» kathleen ; tears don't fall
» Bringing Down Jericho Walls

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet