AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eira ► I will have to die for this I fear

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
✝ ABYSSUS ABYSSUM INVOCAT
avatar
✝ ABYSSUS ABYSSUM INVOCAT

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-mêléMessages : 18Date d'inscription : 12/03/2018Localisation : Plus à Nurmengard, ça c'est sûr
Ҩ Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ Lun 12 Mar - 12:28


Eira Aleksandrov

There's rage and terror and there's sickness here

ft.  Jessica Parker Kennedy

Crédits © Shadow Dancer  

Prénom & nom Eira Aleksandrov. Comme le veut la tradition familiale, lors de la naissance d’une fille, seules les femmes de la famille maternelle peuvent choisir le prénom. C’est donc en concertation avec ses trois sœurs et sa mère que la mère d’Eira a choisi le prénom. Il renvoie à la mythologie nordique ; Eir était la déesse de la guérison. Quelle ironie. Aleksandrov n’est autre que le nom de son père qu’elle a hérité tout naturellement.
Âge & lieu de naissance Eira a vu le jour, entourée de toute sa famille maternelle le douze juin mille neuf cent soixante-dix dans la maison familiale à Oslo, en Norvège.  Elle a donc 33 ans.
Statut du sang Elle est sang-mêlé.  L’impureté s’est créée il y a de cela trois générations, du côté de son père. Aujourd’hui, ils essaient de se rattraper, mais les dégâts sont faits. Ceci dit, l’intérêt qu’elle porte à la chose est minime et pour elle, cela n’a que trop peu d’importance. Ses deux parents sont sorciers et de familles sorcières, c’est tout ce qui lui importe.
Scolarité Pour avoir vécu toute sa vie à Sofia, c’est en toute logique qu’elle a intégré Durmstrang lors de sa dixième année. Un temps sans clan, car portant peu d’intérêt à cette chasse à l’Ox qui a brisé sa famille paternelle, elle a pourtant fini par faire brûler le sceau des Flammes sur sa clavicule par refus de suivre son frère, Éclair.  
Carrière  Sa passion pour le Quidditch s’est concrétisée à sa sortie de Durmstrang lorsqu’elle a été sélectionnée dans l’équipe nationale de Bulgarie. Quatre années passées à vivre de sa passion pour aller jusqu’à toucher le sommet. Presque. Si près du but. La finale de la coupe du monde de 1994 se finit en désastre. Touchée de la défaite et touchée par les évènements elle refuse de continuer et prend sa retraite dès son retour à la maison.  Elle se reconvertit dans le journalisme, métier qu’elle avait déjà envisagé plus tôt. À peine le temps d’écrire quelques articles et de se faire remarquer du public. À peine le temps de commencer à vouloir faire changer les choses. À peine le temps de goûter à nouveau au succès que la voilà derrière les barreaux. Elle aura fait la une des journaux au moins une fois dans sa vie. C’est déjà ça de gagné.
Aujourd'hui, sa seule carrière est celle d'une prisonnière en cavale.
Groupe Crucio. Depuis sa grande chevauchée, que dis-je ! Depuis qu’elle s’est échappée de prison, Eira est en fuite et se cache pour ne pas retourner dans sa cellule profondément morbide à Nurmengard.  
A savoir Eira est férocement contre la découverte de l’Ox, contre sa commercialisation et contre les sangs noirs. Elle avait d’ailleurs rejoint les Assaillants dans l’espoir de pouvoir empêcher l’Ox de se propager ou d’être simplement trouvé. Elle a lamentablement échoué. Sur toute la ligne.  





Dig beyond the surface

It's not an easy thing admitting to yourself what you really are


TOI & LE GOUVERNEMENT Le marteau frappe, la sentence tombe. Incarcération à vie. Eira n’a pas trente ans et la voilà condamnée à pourrir en prison. Oh ça, les grands tribunaux ont été efficaces, elle ne compte pas les cellules qui se sont remplies à côté de la sienne dans les mois qui ont suivi son procès. Le gouvernement a bien travaillé dans sa lutte à la protection des Vainqueurs, ces sangs-noirs. Ils sont aujourd’hui bien mieux lotis que quiconque, à en croire ce qu’ils racontent. Elle maudit ce gouvernement, qu’il soit nouveau ou pas ne change rien. Son statut reste le même. La situation ne fait qu’empirer et de sa planque, elle ne peut qu’observer le compte à rebours. Tic. Tac. Ses peurs n’ont pas fini de devenir réalité.

TOI, LES SANG-NOIRS & LES REVENANTS La terreur et la colère sont les maîtres mots.  Sa lutte contre les sangs-noirs remonte à ses années Durmstrang, où, cachée au sein des Flammes, elle tentait par tous les moyens de ruiner toutes les chances de ses camarades. L’Ox ne devait pas être trouvé, n’aurait jamais dû l’être. C’est la terreur qui l’a conduite aux pires crimes. La colère qui l’a conduite droit dans les bras de ses geôliers. Et aujourd’hui, cette même colère lui ronge les veines. Elle est dégoûtée. Dégoûtée de voir ces monstruosités jouir de droits qu’elle n’a plus et d’une protection, pendant qu’elle se terre comme un rat, qu’elle se cache d’un gouvernement qui n’hésiterait pas à la tuer sur le champ. Et ne parlons pas des Revenants qui ne devraient pas exister. Qui sont une horreur de plus survenue à cause d’un pouvoir qui aurait dû rester loin, bien loin, des mains de gamins immatures et incapables de se contrôler. Eira les exècre tous autant qu’ils sont. Et ce n’est pas prêt de changer.

TOI & LES ACTIVITÉS ILLÉGALES Ce dont elle se souvient le plus de la bataille de Durmstrang, ce sont les éclairs verts frapper les corps. Ce qui la hante le plus, si vraiment cela la hante, ce sont les cadavres qui jonchaient le sol. Elle a encore l’impression de s’entendre crier le sortilège de la mort à répétition, comme un mantra. Qu’ils aient été encore joufflus de l’enfance ou expérimentés avec leurs baguettes, tous étaient tombés sous ses sortilèges ou ceux de ses alliés. Et elle avait aimé ça. Elle qui n’avait jamais supporté la légende de l’Ox pour le pouvoir qu’il pouvait offrir et ainsi corrompre ceux qui le trouveraient, avait succombé à l’ivresse de cette sensation d’invincibilité. Elle qui avait toujours lutté contre l’abus de pouvoir et pour l’égalité des droits était tombée bien bas, mais ça n’avait que trop peu d’importance à présent. Ils avaient tous franchi des limites dont ils ne reviendraient pas. Vainqueurs, Assaillants, Résistants… le statu quo avait explosé et plus rien n’avait de sens. Les quatre années qui avaient passé n’avaient rien réparé du tout. Quatre ans passés derrière les barreaux, elle a dû réapprendre à vivre. Vivre cachée, loin des siens, et à rattraper le temps perdu. Le changement de gouvernement, les mafias, l’iskra… elle ne connaît que les rumeurs. Mais c’est déjà bien trop pour elle. Bien trop écœurant.  Bien trop immonde. Rien de tout ça ne devrait exister.








Travelling through time

It matters not what someone is born but what they grow to be

12.06.1970 Naissance d’Eira au cœur de la capitale norvégienne. Elle n’y reste que les premiers jours de sa vie avant de rejoindre la maison de ses parents à Sofia.
26.02.1973 Naissance de Milan, son petit frère, à Varna, à l’ouest du pays, dans le fief des Aleksandrov. Elle y rencontre ses grands-parents pour la première et dernière fois. Les tensions familiales sont trop difficiles à supporter pour ses parents qui refuseront toujours d’y retourner, du moins avec les enfants.
05.05.1975 Les pouvoirs d’Eira se manifestent pour la première fois, lors de vacances familiales en Norvège. Le jardin ressemble à un champ de bataille, mais pour la première fois, ses parents ne la grondent pas. Sa grand-mère est si fière qu’un festin est organisé et tout le clan Haugen est rassemblé.  C’est la première fois qu’elle rencontre ses quinze cousins et cousines dans leur intégralité.
C’est d’ailleurs à cette occasion, auprès d’Arnt son cousin de quinze ans, que naît sa jeune passion pour le vol sur balais et le Quidditch.
15.09.1979 Ses parents lui parlent pour la première fois de la légende de l’Ox dans son intégralité. Elle en connaissait déjà les rudiments, mais les détails la refroidissent. Son père lui avoue que cette légende a détruit l’unité familiale des Aleksandrov. Deux de ses frères se sont entretués lors de leur scolarité. Depuis, plus aucun membre survivant de la famille ne supporte de se voir plus de quelques jours.
09.1980 Elle fait ses premiers pas à Durmstrang. Elle jure de ne rejoindre aucun clan et de ne pas se mêler à cette chasse stupide. Jeune et joviale, elle est aussi cancre que bonne élève, mais elle se fait surtout remarquer dans les cours de métamorphose où elle démontre un grand talent. Il se murmure qu’elle voudrait devenir animagus. Personne n’a jamais su s’il s’agissait de rumeur ou d’un souhait réel. Personne ne sait même si elle a un jour réussi.
10.1981 Elle est sélectionnée pour la première fois dans une équipe de Quidditch de Durmstrang au poste de Poursuiveur. Elle sera sélectionnée chaque année jusqu’à la fin de sa scolarité.
11.1985 Milan lui fait savoir qu’il a rejoint les Éclairs. Une grosse dispute éclate entre eux. Il est si jeune ! Et ne réalise-t-il pas ce que leur père a perdu ? Une guerre froide se met doucement en place, jusqu’à ce que leurs parents interviennent. Elle réalise que son frère a le droit de faire ce qu’il veut.
06.1986 Après plusieurs mois de réflexion et de discussion avec son frère et ses amis, elle rejoint les Flammes à la fin de l’année. Le sceau apposé sur sa clavicule gauche étonne ses parents et son frère, mais ils ne disent rien. Elle ne dit rien non plus sur ses véritables intentions : saboter les recherches.
06.1990 Elle quitte Durmstrang après avoir passé deux ans à se spécialiser pour rien. Le métier qu’elle souhaite exercer ne demande rien d’autre que le talent de stratégie et de vol sur balais.
09.1990 Elle est sélectionnée dans l’équipe de Quidditch de Bulgarie qu’elle accompagnera jusqu’à la finale de la coupe du monde de 1994 aux côtés de Viktor Krum. Suite aux évènements de la finale, elle quitte le monde du Quidditch et retourne à son deuxième amour mêlant écriture et investigation : le journalisme.
09.1994 Elle trouve un emploi dans la presse locale bulgarienne
16.06.1995 Son premier grand article est publié. Son bonheur n’a d’égal que la fierté de sa famille
08.02.1998 Elle qui n’aurait jamais imaginé que cela lui arrive un jour, après tant d’échecs, rencontre son premier grand amour. Valentina, jeune et jolie Russe d’un an sa cadette qui ne sait pas vivre sans son appareil photo.    
Printemps 1999 Elle apprend que l’Ox a été trouvé et avec Valentina, elles prennent la décision de rejoindre Domovoï’s Rock dans l’espoir de pouvoir aider les autres à attraper le pouvoir de l’Ox, non pas pouvoir l’utiliser, mais pour le détruire. C’est perdu d’avance.
21.06.1999 Elle fait partie de ceux qui envahissent Durmstrang. Elle aide à décimer la Résistance et tue quelques vainqueurs au passage.
03.07.1999 Elle est arrêtée par le gouvernement lors de leur intervention. Dans le chaos ambiant, elle ne voit pas que Valentina fait partie des victimes. Lorsqu’elle l’apprend, son monde s’effondre.
2000 Elle est l’une des premières à être jugée pour ses crimes lors de l’invasion de Durmstrang. Elle fait partie de ceux qui seront incarcérés à vie et l’amertume commence à la ronger comme une gangrène.
12.02.2004 Elle s’évade de Nurmengard avec plusieurs de ses voisins de cellule. La liberté a un prix : vivre cachée. L’amertume et la rancune deviennent de plus en plus fortes lorsqu’elle voit de ses yeux tous les changements mis en place et acceptés par la population.




The muggle behind the screen

Lower your wand

PSEUDO Root
ÂGE 26 ans
RÉGION Occitanie. Je viens du Suuuuuuud et par tous les chemins j’y reviens !
PERSONNAGE inventé [XXXXXX ] scéna/pré-lien [ ] pv [ ]
COMMENT AS-TU DÉCOUVERT AK? La lumière au bout du couloir !!
LE MOT DE LA FIN SMARTIES !





Wild hearts can't be broken
I fight because I have to, I fight for us to know the truth. There's not enough rope to tie me down, there's not enough tape to shut this mouth. The stones you throw can make me bleed but I won't stop until we're free. › alaska.  



Dernière édition par Eira Aleksandrov le Mar 20 Mar - 15:15, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✝ ABYSSUS ABYSSUM INVOCAT
avatar
✝ ABYSSUS ABYSSUM INVOCAT

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-mêléMessages : 18Date d'inscription : 12/03/2018Localisation : Plus à Nurmengard, ça c'est sûr
Ҩ Re: Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ Lun 12 Mar - 12:28


Plume à papote

It is our choices that show what we truly are


Dans la nuit noire, imperceptible, une ombre se déplace. La cape virevolte dans son dos, le vent pousse et secoue, mais l’ombre pousse en retour, sans effort apparent. Une baguette au bout des doigts trahit son humanité, mais la capuche qui couvre son visage ne laisse apparaître que des yeux hantés. Il est loin, le temps des sourires et du regard étincelant, loin le temps de l’innocence. Aujourd’hui, il n’y a que des assassins ou des drogués qui courent les rues. Elle est bien placée pour le savoir.

D’un pas décidé, l’ombre tourne dans des rues qu’elle connaît par cœur, n’hésite pas à pousser les silhouettes sans visages qui ne la voient pas à temps et ne se retourne jamais pour s’excuser. Elle n’a pas le temps. Pas une seconde à perdre. Elle doit être rentrée avant que le monde ne s’active à nouveau. Avant que le propriétaire de la boutique miteuse ne remarque qu’une baguette manque à son stock. La seule baguette qui a réagi lorsqu’elle l’a saisie. Il serait ridicule de se faire attraper pour vol, alors qu’elle était recherchée pour crimes de guerre. Alors, furtivement, elle disparaît entre les bâtiments. Une cape d’invisibilité lui aurait été utile, mais elle se contentera d’un bon entraînement dans l’art de la discrétion.

D’un mouvement de sa baguette, elle disparaît pourtant dans un CRAC sonore et l’art de la discrétion obtient une nouvelle définition. Lorsqu’elle réapparaît, son corps entier doit prendre quelques secondes pour se réhabituer à la sensation. Étrange. Désagréable. Elle aurait peut-être dû éviter de prendre un tel risque si peu de temps après avoir retrouvé la liberté et l’usage d’une baguette, ses réflexes ne sont plus aussi affutés qu’auparavant, mais elle est pressée et ses pas précipités l’emmènent rapidement chez elle. Si elle peut appeler ça comme ça.

« Eira ? »

Elle accueille l’appel d’un grognement. Même pas le temps d’enlever sa cape qu’il est déjà sur son dos. L’agacement se fait palpable. La frustration croissante. La colère débordante. Tendue, elle retire sa capuche pour qu’il puisse voir son visage et déterminer si oui ou non, il veut réellement entamer une conversation. La réponse est non. Il se rétracte, lève les mains en l’air, s’éloigne, comme l’homme intelligent qu’il lui arrive d’être. La satisfaction aurait fait naître un sourire narquois sur ses lèvres, si ce qu’elle avait vu ce soir ne la révoltait pas autant. Pas un jour ne passe sans que cette nouvelle situation ne l’enrage. Quatre ans passés derrière les barreaux pourraient aussi bien être quatre siècles tant elle ne reconnait rien. Et la rancœur lui donne la nausée.

Que s’est-il passé ? Comment en sont-ils tous arrivés là ?

Non. Mauvaise question.

Comment en est-elle arrivée là ?



Un battement. L’image d’elle penchée au-dessus d’un berceau. Deux battements. L’image d’elle tenant la petite main de son frère qui apprend à marcher. Trois battements, l’image de son frère assis dans les gradins lors de son premier match de Quidditch. Quatre battements. L’image du sceau des Éclairs. L’image d’eux, face à face dans un silence de plomb. Un silence assourdissant. Un silence menaçant. Cinq battements. La fissure invisible qui ne fera que grandir avec le temps.  

Milan. Son frère. Le seul homme de sa vie. Celui pour qui elle pourrait mourir. Tuer. Sacrifier. Sa gueule d’ange. Cet enfoiré. Au sixième battement, son cœur se déchire. L’image figée dans sa mémoire de la dernière fois qu’ils se sont vus. L’instant résonne dans ses oreilles. Il était là, au moins. Il tenait la main de sa mère endeuillée. Son père n’avait pas fait le déplacement. Comment aurait-il pu ? Il n’avait plus de fille.

Je t’aime. Elle aurait aimé lui dire. Lui hurler. Je te hais. Elle aurait aimé lui arracher les yeux. Elle s’est contentée de le fixer de ses yeux changés qui ne ressemblaient plus à ceux qui avaient bercé son enfance. Il s’est contenté de serrer la main de sa mère, la mort dans l’âme de voir la sœur qu’il aimait tant devenir l’ombre d’elle-même. L’Ombre qu’il aimera toujours.

Septième battement. Le glas sonne. C’est lui qui l’a arrêtée. Son cœur saigne.

C’est le calme plat à Durmstrang. Au milieu des sorts et des cris, c’est le calme plat. Deux regards figés, coincés contre un mur. Elle n’est pas sûre de bien l’entendre. Elle est sûre de ne plus pouvoir bouger. Il dit des conneries. Il cherche à la déstabiliser. À la forcer à arrêter cette folie.  Mais ce serait folie de ne pas s’arrêter. Folie d’accepter qu’une telle chose poursuive son cours. Elle oublie qu’il fait partie des vainqueurs. Elle oublie le sceau qu’il arbore sur le torse. Et il répète.

« Valentina est morte. »

Ça suffit à lui faire tomber sa baguette pour que les rats du ministère l’arrêtent. L’enferment. La fassent pourrir dans une cellule. Et dans la douleur, la seule chose qu’Eira retient, c’est qu’elle aime son frère autant qu’elle l’exècre. Valentina n’a plus de visage. Les souvenirs s’effacent. Ne restent que ceux de Milan qui rongent chaque bon souvenir qu’il lui reste. Mais elle a beau le maudire, cela ne répond pas à la question.

La porte de la cellule se referme dans son dos. L’écho reprend.

Comment en est-elle arrivée là ?  




Le vent siffle dans ses oreilles et rafraîchit son corps transpirant. Elle sent son maillot rouge lui coller le dos et si elle n’en avait pas l’habitude, depuis le temps, elle oserait penser que c’est désagréable. Mais alors qu’un cognard hurle au-dessus de sa tête qu’elle baisse juste à temps, la seule chose qui lui vient en tête est que s’en est grisant. La passion lui brûle les doigts et fait vibrer les moindres parcelles de son être. Le sourire qu’elle aimerait arborer est caché sous l’infinie concentration qu’elle ne peut se permettre de perdre, mais il est là, en elle. Et le souaffle qu’elle tient fermement contre son torse, il est là aussi. Contre vents et marées. Contre cognards et tacles. Elle esquive, change de trajectoires et tourne sur elle-même à une vitesse qu’elle maîtrise sans maîtriser. C’est lorsqu’elle voit son capitaine au-dessus d’elle qu’elle ose lâcher son précieux, d’une passe impressionnante de précision et de puissance. Leurs adversaires n’ont pas le temps de changer de trajectoires, eux. Le souaffle a déjà passé l’anneau central, sous les gants de leur gardien.

Le vent siffle dans ses oreilles, autant que les fans crient et elle ne sait plus ce qu’elle entend. Mais ce qu’elle voit, c’est l’avance qu’ils prennent sur le tableau des scores. Maigre avance, mais avance tout de même. Et si Viktor parvient à attraper le vif d’or alors… alors…

Sa pause ne dure qu’une fraction de seconde. Le souaffle est remis en jeu et elle entend Vasily leur ordonner de se replacer. Plus encore, elle sent Viktor passer à côté d’elle à une vitesse qui dépasse l’entendement et elle sait alors que le match est presque fini. Penchée sur son éclair de feu, elle accélère elle aussi. Alexei vient de reprendre possession du souaffle et à trois, ils peuvent encore marquer. Marquer dix points de plus pour additionner aux cent cinquante points que Viktor leur apporterait.  Il ne peut en être autrement. Mais l’arbitre siffle. Le cœur serré, Eira freine brutalement et lève la tête. C’est lorsque Vasily la prend brusquement dans ses bras qu’elle comprend. Ils sont en finale. Le débordement de joie est intense. Violent. Percutant. Il fait mal tant il fait du bien. La finale de la Coupe du Monde leur est ouverte et redescendre sur terre est aussi facile que difficile. Facile, pour pouvoir mieux célébrer la victoire. Difficile de réaliser l’exploit.

La désillusion est brutale. Il ne leur faut pas cinq minutes pour réaliser que l’Irlande est mieux organisée qu’eux. Le match n’est pas à leur portée, leur seul espoir reste Viktor. Fort et vaillant Viktor, mais il est seul. Seul contre sept. Elle, autant que les autres sont aux abonnés absents. Incapables d’esquiver, d’anticiper, de garder la possession. Incapables de jouer proprement. Et cet arbitre. Elle pourrait le tuer tant elle le déteste. Mais elle est femme et quand on est femme, on garde son sang-froid, contrairement aux autres idiots.

La désillusion est grande. Il aurait suffi de deux buts.  Deux penaltys concédés bêtement. Et elle n’a pas de mots tant elle est déçue. C’est en silence qu’ils rentrent à la maison. Le poids de l’argent est lourd. La coupe aurait été tellement plus légère. C’est en silence qu’ils apprennent la nouvelle. Sur sa clavicule son sceau brûle. Pendant que chez eux la chasse à l’Ox fait rage, l’Angleterre est ravagée par les fanatiques de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Elle ne sait pas ce qui est pire.

Le cœur brisé par les fans venus célébrés, repartis endeuillés, elle raccroche le balai, rend son maillot. La batte d’Ivan frappe violemment le cognard, au moment de son départ. On aurait dit le son d’une porte qui claque. Cela correspond bien. C’est ce qu’elle fait.

Elle claque la porte pour en ouvrir une autre. Et derrière celle-ci, peut-être qu’elle arrivera à faire bouger les choses.



Le vent siffle dans ses oreilles. Un battement. Son premier article est publié. Son nom n’est plus en gras, au-dessus d’une image d’elle défilant sur un balai, il est en gras, en dessous d’un article écrit de ses propres mains. Il fait froid. La neige tombe, le vent souffle et elle est obligée de pousser pour avancer. Elle a froid. Sa copie du Mag'svyat gèle sous son bras, mais ce n’est pas grave, elle a un autre exemplaire au chaud chez elle.

Il est petit son article. Perdu au milieu des petites annonces, des faits divers amusants. Il ne relate que la victoire de l’équipe de Quidditch de Bulgarie dans un match amical contre la France. Elle savait que ce serait son rôle dans un premier temps. Ancienne joueuse, reléguée à journaliste sportif. C’est classique et prévisible. Elle aime ça, un peu. Elle connaît. C’est simple. Ça ne fait rien changer, mais c’est simple. Elle sait que ça changera.

Le calme plat s’installe quand la porte se refermer derrière elle. Le vent ne siffle plus. Le froid n’existe plus. Elle retire son chapeau, enlève ses gants, avant de retrouver son bureau ; table perdue au milieu des milliers d’autres tables qui ornent l’espace. Elle connaît le chemin par cœur. Un battement. Elle voit Valentina assise sur sa chaise, le regard concentré, le visage penché sur une photo qui l’interroge. Il lui faut dix pas avant de pouvoir poser son exemplaire du journal sur un carré libre de la table. Ce n’est pas une photo que Valentina observe. C’est l’article. Simple. Basique. Il reprend les faits. Pas besoin de savoir écrire. Eira attend. Plaque un sourire sur son visage. Elle espère qu’il paraît sincère. Il fait l’affaire en tout cas, car quand Valentina lève la tête, elle n’y voit que du feu.

Elles ne s’embrassent pas. Cela ne se fait pas. Mais elles se sourient, plus sincèrement pour Eira et elles discutent. Et elles se disent que bientôt, peut-être, elle pourrait écrire autre chose. Une interview peut-être. D’une personnalité autre que Viktor Krum. Peut-être. En attendant le jour où elle pourrait semer le doute dans les esprits. Aider la population à se poser des questions. À penser par eux-mêmes et non par aveuglement. À penser avenir, pas pouvoir. Oh elles espèrent. Elle espère.

Mais les années passent et elle est publiée, mais jamais rien ne change. Elle ne peut pas en parler. Se taire en devient criminel. Elle passe le souaffle dans ses rêves. Et le souaffle révèle à tous ceux qui assistent au match la réalité des choses. L’Ox au pouvoir dangereux doit rester où il est. L’Ox n’apportera que la mort et un pouvoir incontrôlable. Elle se dit qu’elle n’a pas le choix. Valentina et elle se le murmurent au creux de la nuit, au creux du lit. Elles n’ont pas le choix.

Eira ne voit pas son frère avant de partir. Elle sait sans savoir. Elle oublie. Peut-être volontairement. Peut-être le déni. Un battement. La porte de la cellule se referme dans son dos. Inlassablement. Et l’écho reprend. Encore et encore. Encore et toujours. Elle claque. Sonne comme le glas.

Un battement. Vert frappe rouge. Vert frappe élève. Élève tombe, mort. Elle n’a pas le choix. Elle se le murmure tous les soirs. Et la voix de Valentina le répète après elle. Elles n’avaient pas le choix.

Un battement. Valentina est morte. Eira fait la une des journaux. La porte de sa cellule se referme jusqu’à ce qu’elle explose. Rien n’est jamais fini. Et elle n’a pas le choix. Non. Elle n'a plus le choix.

Sans réponse, sans savoir pourquoi, elle se battre jusqu’au bout. Aveuglément. C’est la seule chose qu’il lui reste.





Wild hearts can't be broken
I fight because I have to, I fight for us to know the truth. There's not enough rope to tie me down, there's not enough tape to shut this mouth. The stones you throw can make me bleed but I won't stop until we're free. › alaska.  



Dernière édition par Eira Aleksandrov le Jeu 22 Mar - 16:21, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♛ ABSOLUTUM DOMINIUM
avatar
♛ ABSOLUTUM DOMINIUM

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : résolument purMessages : 3698Date d'inscription : 07/07/2011Localisation : au ministère
Ҩ Re: Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ Lun 12 Mar - 12:33

BIENVENUUUUUE SUR AK :please: :rainheart:
Rien que la première partie remplie donne vraiment l'eau à la bouche sur le personnage, je vois déjà se poindre un lien à l'horizon avec mon DC, qui est également échappée de Nurmengard drago héhé (bonjour voisine de cellule?)
Et l'avatar est superbe et j'ai hâte de lire l'histoire, rien que dans le début on voit que tu as bien pris les annexes en main mais si tu as la moindre question ou doute n'hésite pas
(gg la petite ref à Chimène sinon )
Des bisous et à très viiiite !


❝ wild beasts wearing human skins❞ are you, are you, coming to the tree, where I told you to run so we'd both be free, strange things did happen here, no stranger would it be if we met at midnight in the hanging tree.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ҩ LUX IN TENEBRIS
avatar
Ҩ LUX IN TENEBRIS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-pur, pure CarrowMessages : 452Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : Sofia, dans les rues sombres de la ville.
Ҩ Re: Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ Lun 12 Mar - 13:15

Bienvenue sur AK
J'ai hâte de découvrir ton personnage, mais d'après ce que j'ai déjà pu lire, on aura de quoi se trouver un petit lien avec l'un de mes persos ! Je reviendrai t'embêter en temps voulu ! :schei:
Bon courage pour la rédaction de ta fiche en tout cas :please: :please:


Delirious ☾
I told you not to come, my victim number one. I love the pain, I love the game, come into my arms. You say that I'm delirious, but I'm not the one holding the gun. I love the pain.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ҩ LUX IN TENEBRIS
avatar
Ҩ LUX IN TENEBRIS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang purMessages : 433Date d'inscription : 03/07/2014Localisation : Là où tu voudrais qu'il soit.
Ҩ Re: Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ Lun 12 Mar - 13:51

Bienvenue sur AK
Bon courage pour ta fiche


( Family was different, though. Sweet and gentle, yet there was a little of his light in her, too. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♛ ABSOLUTUM DOMINIUM
avatar
♛ ABSOLUTUM DOMINIUM

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : purMessages : 610Date d'inscription : 29/12/2015Localisation : Sofia
Ҩ Re: Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ Lun 12 Mar - 14:20

Rebienveue petit chaton

Je suis super contente que tu reviennes par ici, je sais déjà qu'on va pouvoir faire de belles choses vu le personnage parfait que tu vas nous pondre. J'ai hâte de voir comment tu vas développer toutes tes idées, en tout cas Eira est très prometteuse. :please: Cet avatar, je bave déjà.

Je reste disponible pour répondre à tes questions, tu sais où me trouver. :teddy:
Hâte de te voir en jeu ! :perv: :rainheart:





damaged souls
But perhaps the monsters needed to look out
for each other every now and then
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✝ ABYSSUS ABYSSUM INVOCAT
avatar
✝ ABYSSUS ABYSSUM INVOCAT

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-mêléMessages : 18Date d'inscription : 12/03/2018Localisation : Plus à Nurmengard, ça c'est sûr
Ҩ Re: Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ Lun 12 Mar - 16:14

Merci beaucoup à vous 4 !

Je ne pouvais pas laisser passer cette référence ! Je suis trop amoureuse de mon sud pour ne pas le revendiquer . En tout cas, je suis POUR le lien made in Nurmengard. Je veux faire des folies !

ADC !! *pluie d'amour*. Je saurai me préparer pour ton arrivée alors !

Haha, parfait je ne sais pas (tu sais qui est la plus parfaite à mes yeux   ), mais je vais essayer . J'ai encore trop d'idées, il va falloir que je fasse un choix, mais je pense que ça va te plaire . Et puis tu peux parler avec cet avatar. Phoebe :uhuh:


Wild hearts can't be broken
I fight because I have to, I fight for us to know the truth. There's not enough rope to tie me down, there's not enough tape to shut this mouth. The stones you throw can make me bleed but I won't stop until we're free. › alaska.  



Dernière édition par Eira Aleksandrov le Dim 18 Mar - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❃ AD VITAM AETERNAM
avatar
❃ AD VITAM AETERNAM

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 834Date d'inscription : 10/08/2016Localisation : Dans les environs de Sofia
Ҩ Re: Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ Lun 12 Mar - 17:54

Bienvenue sur le forum ! Very Happy :pticoeur:
J'espère que tu te plairas parmi nous, bon courage pour ta fiche !
Le début de ta fiche promet des choses passionnantes et des étincelles bril
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ψ DUM SPIRO SPERO
avatar
Ψ DUM SPIRO SPERO

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Née MoldueMessages : 228Date d'inscription : 17/11/2015Localisation : Sofia
Ҩ Re: Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ Lun 12 Mar - 19:33

BIENVENUE A TOI What a Face

Je viens de lire le début de ta fiche, et ce que je vois est super prometteur. J'adore ce genre de caractère, je viendrais très certainement te réclamer un lien une fois ta validation faite, j'ai déjà quelques idées
Bon courage pour la suite, je vais suivre ça de près


Dead is the new alive
i've died a thousand times ✻ I could cry a thousand tears, I could appease your secret fears... But the louder that I scream the harder your machines close over me. But I don't care, Maybe I'm afraid, but still I swear, If I burn, you will see the fire in your mind when you sleep. And the rain won't wash away the ashes underneath your nails today
'Cause if I burn, so will you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ψ DUM SPIRO SPERO
avatar
Ψ DUM SPIRO SPERO

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 259Date d'inscription : 25/03/2017Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Re: Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ Lun 12 Mar - 21:25

Elle est tellement magnifique ohlala
Bienvenue sur AK, j'aime énormément ton début de fiche, je viendrai t'embêter pour des liens
Bon courage pour la fin!


† Woken up like an animal, teeth ready for sinking, my mind's lost in bleak visions. I've tried to escape but keep sinking. because monsters are not under your bed, they are all inside my head.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: Eira ► I will have to die for this I fear Ҩ

Revenir en haut Aller en bas
 

Eira ► I will have to die for this I fear

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Eira's Gallery
» Journal d'Eira
» « The thief » ∞ Eira to Eesia
» Pillage ft. Brenhines Eira
» « Beat the beast » ∞ Eira to herself

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum