AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — for all the ghosts that are never gonna catch me || IRILVET

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES
avatar
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : résolument purMessages : 3534Date d'inscription : 07/07/2011Localisation : Dans le noir
Ҩ — for all the ghosts that are never gonna catch me || IRILVET Ҩ Jeu 9 Nov - 16:08




for all the ghosts that are never gonna catch me
you are never coming home, never coming home, and all the things that you never ever told me, and all the smiles that are ever gonna haunt me, never coming home, never coming home, and all the wounds that are ever gonna scar me, for all the ghosts that are never gonna catch me




Irina était appuyée sur la rembarde, ses doigts fins et pâles glissant sur le bois verni, le regard fixé quelques mètres plus bas, dans le salon commun du quartier général des Ombres. Dmitri venait de la quitter, sourire en coin, prêt à préparer leur prochaine attaque sur les Eclairs. Il avait voulu utiliser Abygail, une énième fois. La meneuse des Ombres avait jugé ça encore trop risqué, une énième fois. Personne ne connaissait Nikolas mieux qu’elle ; elle savait que son rival ne se laisserait pas prendre par sa cadette. Non, elle avait autre chose en tête, quelque chose de plus insidieux. Quelque chose qui lui permettrait de réconcilier ses ambitions avec le futur du clan, qui incomberait à quelqu’un d’autre lorsqu’elle partirait de Durmstrang, un peu moins de deux ans plus tard.

L’Ombre descendit les marches une à une, sibylline, et capta le regard de sa protégée étrangère, qui se fixait sur elle à intervalles réguliers. D’un signe de tête, elle l’invita à la rejoindre plus loin, près du feu qui grondait, là où elles ne seraient pas entendues. Velvet attendait, patiente et silencieuse. Irina dirigea ses prunelles vers les flammes qui léchaient l’âtre. « Ça fait un moment maintenant que tu es ici, un moment que je t’observe, que je te regarde évoluer parmi les Ombres. » La jeune irlandaise était arrivée un an auparavant, et l’avait rejointe presque immédiatement. Parmi toutes les nouvelles recrues, c’était sur elle qu’Irina gardait l’œil, en dépit des protestations de son co-meneur Dmitri. La Droskaïa misait sur elle, et elle misait gros. Cela faisait quelques mois déjà qu’elle trouvait Velvet nichée dans son ombre à chaque fois qu’elle tournait la tête, que la britannique se portait volontaire pour les missions. Elle voulait apprendre, elle brûlait d’envie. Irina avait besoin de cette flamme-là dans son clan. Elle avait juste besoin d’être sûre avant d’agir. « J’ai besoin de savoir que je peux te faire confiance » susurra-t-elle, la voix à peine plus haute que le grésillement du feu contre les parois en fer.

Irina elle-même était déterminée à enfin éradiquer les chances des Eclairs de gagner la bataille à l’Ox, mais c’était encore plus personnel. Sa guerre était avec Nikolas ; et elle avait besoin de sa successeur considèrent ses batailles comme les siennes. L’Ombre pencha légèrement la tête sur le côté, calme et légèrement doucereuse. Elle détourna enfin son regard du feu pour venir bloquer ses prunelles dans celles de sa protégée. « Jusqu’où tu irais pour moi, Velvet ? » Les cartes étaient dans les mains de la jeune femme. Irina ne doutait pas de son ambition, de sa discipline et de sa détermination ; elles l’emporteraient loin un jour. Mais la meneuse pouvait lui faire prendre des raccourcis précieux, en échange de sa loyauté infaillible.





Irina était encore fébrile de son entrevue avec Whelan. Ils avaient pu envoyer le message à son père, mais la colère la paralysait. Incandescente, elle tentait vainement de se calmer alors qu’elle était une énième fois de retour devant la porte de la Salle de Réception. Elle gerbait toute sa rage contre Meredith, le traître qui avait voulu jouer meilleur qu’elle, contre Dmitri qui sacrifiait aveuglément tout ce qu’il avait pour son ambition dévorante, contre chaque personne dans cette maudite salle qui avait menti ou triché. L’Ombre doutait de tout, elle doutait de tout le monde. Après avoir annoncé l’invasion à venir aux autres, qui s’affairaient à la défense, à la préparation de la bataille, elle s’était mise à l’écart. Cela valait-il le coup de retourner au QG pour ses potions calmantes ? Bientôt, elle n’aurait plus le choix. L’agitation et la colère deviendraient trop dangereuses pour elles.

L’Ombre sentit l’irlandaise avant de la voir arriver. Ce n’était pas réellement le moment pour lui tenir compagnie, mais après tout ça n’avait jamais fait peur à Velvet Phoenix. « Ça me rend malade, tout ça. » elle grogna douloureusement, donnant le ton de la conversation. Un brasier ravageait tout au fond de ses yeux. L’image de Meredith et Dmitri la hantaient. Des Ombres. Des gens avec qui elle avait tout partagé, à qui elle avait fait confiance. C’était de leur faute, et elle n’avait rien pu faire pour les en empêcher. « Ils ne sont même pas encore rentrés dans le château et j’ai déjà l’impression qu’on a perdu, d’une certaine manière » ajouta-t-elle après une minute de silence religieux. Meredith avait été assez intelligent pour s’infiltrer chez eux, avait-il été le seul ? La paranoïa lui faisait trembler les membres. L’image d’Erika lui apparut, aussi. Irina n’avait jamais particulièrement apprécié la meneuse des Flammes, mais tout de même. Un bout de sa conscience souffrait pour elle, pour la machine qu’elle n’avait pas pu arrêter. Irina ne parvenait pas à chasser la désagréable sensation qu’avec l’invasion imminente, ce n’était que le début.






hate me for all the things i didn't do for you Ψ
“The one thing that always tore us apart is the one thing I won't touch again. In my sick way I wanna thank you for holding my hand up late at night, when I was busy waging wars on myself you were trying to stop the fight.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Infiltrés
avatar
Infiltrés

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Aussi pur que l'herbe verte d'Irlande. Messages : 108Date d'inscription : 19/05/2017Localisation : Dumstrang
Ҩ Re: — for all the ghosts that are never gonna catch me || IRILVET Ҩ Mer 15 Nov - 15:06





« Joue toi d’eux, infiltre-les. Tu es douée, berne les, mais surtout n’oublie jamais la véritable raison de ta venue Velvet. » Les mots tournoyaient inlassablement dans sa tête. Chaque soir, chaque matin, chaque minute de son existence. Elle ne pouvait échouer, on comptait bien trop sur elle. L’esprit perfide, elle s’était infiltrée dans les murs de Dumstrang. La raison première, celle qui avait été énoncée à tous : ses parents, désespérer de ne pouvoir la maîtriser l’avait envoyer de force ici. Velvet devait être maîtrisée, redressée sur le chemin de la discipline. La vérité n’était pas si lointaine, n’était elle pas partie de Poudlard pour cette raison ? Une erreur de naissance qui venait salir le nom de ses ancêtres alors qu’elle avait pour but de le faire arriver au pouvoir. Dumstrang, était sa rédemption. Le pouvoir, elle s’en emparerait ici même. À son arrivée, Velvet avait observé. Dumstrang ressemblait à un échiquier géant, chaque élève se présentaient comme un pion à amadouer, à tromper. Fourberie, qu’il était bon de se sentir pleinement vivant à cet instant. Elle était la reine inconnue, celle qui les ferait tous tomber un à un pour détenir l’Ox, le pouvoir.

Le dos contre un mur, Velvet glissait quelques regards en direction d’Irina. Cette dernière venait d’arriver dans l’antre des Ombres et comme à chaque fois, la demoiselle l’observait. Trompe-les. Tel un poison, elle s’infiltrait chaque jour davantage au sein de l’école en venant prendre part aux enjeux des clans. Velvet était toxique, mais personne ne semblait réellement s’en apercevoir, encore moins Irina et c’était tant mieux. Un geste et elle comprit. La brune s’avança dans la direction de la meneuse des Ombres pour prendre place à ses côtés, silencieuse. Elle parlait peu. Ce n’était pas de peur de se trahir par des mots, mais une simple façon d’être. Calme d’apparence au fond d’elle un feu ardent menaçait d’exploser à chaque seconde. « Ça fait un moment maintenant que tu es ici, un moment que je t’observe, que je te regarde évoluer parmi les Ombres. » Le bleu de ses yeux se plongea dans les flammes qui dansait inlassablement. « J’ai besoin de savoir que je peux te faire confiance » Confiance. Le mot résonna dans sa tête alors qu’un sourire mutin glissait sur son visage. Lâchant le feu, elle pivota son visage innocent pour observer de nouveau Irina.

Le jeu allait réellement commencer, Velvet en eu pleinement conscience à cet instant. Sa mission ne délogeait pas de son esprit, elle avait même évoluée. Ce n’était pas que pour cet homme inconnu qu’elle agissait, mais pour elle-même. Sa propre folie du pouvoir la tenait prisonnière. Pas un mot n’avait quitté sa bouche jusque-là. Ce n’était pas la quête d’une réponse à formuler qui l’a rendait ainsi. Elle patientait juste. « Jusqu’où tu irais pour moi, Velvet ? » Le coup venait d’être lancé, serait-elle prête à tout ? La jeune fille se redressa, dans son esprit une première victoire menaçait d’imploser. « Jusqu’où tu me le demanderas. » Les flammes crépitantes venaient danser au fin fond de ses pupilles. Tout son être était embrasé par le mensonge qu’elle venait insinuer au creux même du clan qu’elle avait choisit de rejoindre. Elle ne s’arrêta pas la. « Laisse-moi te le prouver, que tu peux me faire confiance. » Velvet, jouait. Elle était persuadée de mener les rênes. Toutefois, sous ses mensonges conscients, un autre se dissimulait. Il était refoulé dans son être et pourtant, il n’en restait pas moins présent. Velvet allait-elle finir par se retrouver piéger à son propre jeu ? Confiance. Le mot continuait de résonner dans son esprit et si, finalement cela la touchait ?



Silence. Le cavalier venait se positionner face à la reine, derrière lui un pion. Soupir. Tout avait été calculé et pourtant, le barrage persistait. Un mauvais geste et la reine s’écroulait. Velvet, d’un geste de main agacé fit valser les pions d’échecs avant de se lever précipitamment. La partie venait de prendre un tournant bien sombre et des choix devaient être faits. Était-ce le moment pour elle de sortir de l’ombre ? Ou devait-elle s’enliser davantage dans cette tromperie. Sur le sol, la reine était brisée, tout comme les pions qui l’entourait. Velvet se trouvait déjà loin de, son corps déambula dans les couloirs à la recherche de réponse. Son esprit était embrumé, tout allait bien trop vite. Trahir pour trahir, mais quand ? Son unique but était de s’emparer de l’Ox. Peut-être était-ce impossible, mais ce pouvoir, elle ne le voulait que pour elle.

La porte de la Salle de la Réception ouverte, l’ombre s’y glissa. Son regard glissa sur les murs avant de se poser sur Irina. Son cœur se serra à l’idée qu’un jour le dégoût de la jeune femme viendrait la fixer. Elle finirait par la trahir et cela venait peser sur son esprit. « Ça me rend malade, tout ça. » Elle aussi ça la rendait malade. Dumstrang l’avait empoisonné tout comme elle devait le faire. Velvet, se stoppa au côté de la meneuse des ombres. Elle ne répliqua rien se contenta de venir détailler la jeune femme. « Ils ne sont même pas encore rentrés dans le château et j’ai déjà l’impression qu’on a perdu, d’une certaine manière » La brune secoua son visage de droite à gauche. « Rien n’est perdue, crois moi. » En était-elle vraiment sûre ? Non, Velvet était emprise de doute ses derniers temps. Au fond, elle avait presque peur. Sa couverture n'avait pas été effleurée et pourtant toute la confiance qu'elle avait réussit à gagner au sein des Ombres, mais surtout de Dumstrang menaçait d'exploser en éclat. « Nous devons juste nous préparer et rester sur nos gardes. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES
avatar
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : résolument purMessages : 3534Date d'inscription : 07/07/2011Localisation : Dans le noir
Ҩ Re: — for all the ghosts that are never gonna catch me || IRILVET Ҩ Mar 28 Nov - 17:48




for all the ghosts that are never gonna catch me
you are never coming home, never coming home, and all the things that you never ever told me, and all the smiles that are ever gonna haunt me, never coming home, never coming home, and all the wounds that are ever gonna scar me, for all the ghosts that are never gonna catch me




Sa nouvelle recrue brillait d’ambition. Irina mourrait d’envie de savoir si elle avait les tripes pour être une des figures qui façonneraient le clan. Elle avait besoin d’une arme, une arme précise, tranchante. Qui ne laisserait pas de traces, qui ne la ferait jamais douter. Une arme dévouée. « Jusqu’où tu me le demanderas. » L’ainée des Droskaïa laissa un rictus étirer ses lèvres. Empressée, la gamine. Elle ne se faisait pas dire deux fois d’attraper les opportunités. Trop empressée, peut-être, trop prompte à sauter sur sa proposition. Que ferait-elle entre les mains de ses ennemis, si jamais leur offre était plus alléchante ? « Laisse-moi te le prouver, que tu peux me faire confiance. » L’Ombre acquiesça, doucement, en silence. Elle la laisserait faire ses preuves, l’anglaise, pour sûr. Elle la testerait aussi, tenterait de briser ses mystères contre ses propres certitudes aiguisées. Le matériau dont était fait Velvet l’intriguait. Avant de s’avancer, elle voulait savoir si elle pouvait le façonner, le moduler. Irina avait besoin de créer, de faire naître une œuvre d’art à sa propre image. « J’ai besoin de sortir les Eclairs du jeu. D’un grand coup. D’atteindre les meneurs pour semer le doute dans les esprits, que le clan se déchire en faisant tout le sale boulot pour nous. » Leur entrevue et les stratégies devraient évidemment rester secrètes, il était hors de question de mettre toutes les Ombres au parfum. C’était un coup précis, insidieux, sournois. Un coup mortel, comme une goutte de poison qui s’insinuait dans un système nerveux. Irina avait besoin que Velvet soit sa goutte de poison, qu’elle s’infiltre dans les autres systèmes pour qu’Irina puisse venir y planter sa dague, profondément, le tout sans verser une goutte de sang.

La meneuse pencha la tête sur le côté, tout sourire innocent et mondain, le reflet des flammes accentuant son regard fiévreux. « Des suggestions ? Tu ne dois pas manquer d’ingéniosité, tu es une Ombre après tout. » Velvet avait-elle déjà acquis les connaissances nécessaires à l’art de la guerre, de leur guerre ? Peut-être pas, mais Irina saurait la former. Ce qu’elle voulait, finalement, c’était une preuve d’esprit. Un abandon. Une fusion. Elle était prête à tout donner, la Droskaïa, pour peu qu’on lui donne en retour.





Velvet était aussi sombre qu’elle, sourcils froncés et soucieuse. Elle essayait de ne rien laisser paraître mais au bout de tant de temps à partager idéaux et confiance, Irina la devinait aussi atterrée qu’elle. Pas de la même manière, tout en nuances ; celles qu’elle n’avait jamais réussi à capturer de la Phoenix. Elle avait voulu une fusion, mais certains méandres de l’esprit étaient faits pour rester intimes. « Rien n’est perdu, crois-moi. » tenta Velvet, vainement. Irina devina bien qu’elle-même ne croyait pas entièrement à ses paroles. Pour la première fois depuis le début de tout ça, la meneuse des Ombres considérait la possibilité qu’ils pouvaient perdre. Qu’ils pouvaient ne jamais se revoir une fois que la bataille commencerait vraiment. « Nous devons juste nous préparer et rester sur nos gardes. » continua l’Ombre, prudente, stoïque. Irina planta ses prunelles dans celles de sa protégée. Dubitative. Lasse. C’en était presque risible. « Rester sur nos gardes ? Je suis plus que sur mes gardes depuis que tout ça a commencé et pourtant. » Elle se détourna, fit craquer ses phalanges unes à unes. Il y avait eu Erika, il y avait eu Hudson et tous les autres. Une partie d’elle avait accepté l’idée que la disparition de Katerina se transforme peu à peu en meurtre. Irina ne reverrait sûrement jamais sa cousine, qui avait pourtant des capacités magiques supérieures à la moyenne. Si elle n’avait pas pu se défendre contre l’ennemi, qui le pourrait ?

La Droskaïa secoua légèrement la tête. L’impuissance lui retournait l’estomac. Elle savait bien qu’elle resterait en vie plus longtemps que les autres, ne serait-ce que parce qu’elle bouffera ses ennemis au lieu de les ensorceler. Mais l’acromentule était-elle invincible ? Sûrement pas. Comment se faisait-il qu’elle ne se soit jamais posé la question jusque-là ? Irina fit un geste en direction de la cacophonie à l’intérieur de la Salle de Réception. « La Résistance commence à imploser. Rien de ce que nous faisons n’a d’importance si les traîtres ne sont pas démasqués. » C’était de la haine qu’elle ressentait, envers Meredith, envers Roman, qu’elle devait exposer à tout prix avant qu’il ne soit trop tard. Pourquoi s’emmerdaient-ils à se protéger si des gens comme le meneur des Eclairs, censé protéger tout le monde, les vendait pour son propre intérêt ? Irina n’avait plus aucun doute, mais comment le prouver. Elle savait que plus de traîtres se cachaient parmi eux, mais ils n’avaient pas le temps de lancer une chasse aux sorcières. La guerre était là. Ils avaient réussi leur coup, ils allaient voir le monde brûler. « J’espère que ça en valait la peine. De tout sacrifier pour un pouvoir que personne ne pourra contrôler de toute façon. » Ils allaient le regretter, Irina en était persuadée. Mais elle savait qu’elle ne convaincrait personne, alors quoi ?






hate me for all the things i didn't do for you Ψ
“The one thing that always tore us apart is the one thing I won't touch again. In my sick way I wanna thank you for holding my hand up late at night, when I was busy waging wars on myself you were trying to stop the fight.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Infiltrés
avatar
Infiltrés

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Aussi pur que l'herbe verte d'Irlande. Messages : 108Date d'inscription : 19/05/2017Localisation : Dumstrang
Ҩ Re: — for all the ghosts that are never gonna catch me || IRILVET Ҩ Ven 5 Jan - 21:49







« J’ai besoin de sortir les Eclairs du jeu. D’un grand coup. D’atteindre les meneurs pour semer le doute dans les esprits, que le clan se déchire en faisant tout le sale boulot pour nous. » Les premiers mots, avaient éveillé sa curiosité. La course à l’ox, la course au pouvoir. L’idée simple de créer la destruction l’alléchait, mais l’idée d’y gagner un pouvoir n’en était que plus jouissif. Pion, parmi les pions, Velvet désirait se hausser au rang de reine. Elle ne posa donc aucune question sur la raison du choix des éclairs, jugeant cela inapproprié et surtout, qu’est ce qu’elle s’en fichait. La demoiselle n’avait que faire de la personne ou du clan à nuire en priorité. L'ombre saisissait chaque opportunité bonne à accomplir sa mission ou bonne à la distraire. Au final, tout n'était qu'un jeu pour l'ancienne Serpentard, un doux jeu. « Des suggestions ? Tu ne dois pas manquer d’ingéniosité, tu es une Ombre après tout. » Des suggestions ? Elles étaient nombreuses dans son esprit, surgissant les unes après les autres à une vitesse fulgurante. Meurtre, tromperie, dissimulation. « Un pantin. » Sa voix ne fut qu’un murmure alors que ses dents mordillèrent un instant sa lèvre inférieure. Elle n’était que débutante dans l’art de la guerre, mais un bagage solide la suivait pour divers autres arts sous le thème de la fourberie. « Il nous faudrait une proie. Une personne à manipuler dans l’ombre des Eclairs, mais qui serait au sein même de leur clan. Le poison n’en serait que plus brutale et destructeur. » Velvet se mit à sourire, ce même sourire qu’un enfant affiche le matin de noël en découvrant le jouet qu’il désirait. La normalité n’était plus à remettre en question dans l’esprit de la jeune Irlandaise, il n’y en avait pas. L’excitation la gagnait, mais en dehors de son sourire, rien ne la trahissait. « Laisse moi être ton arme. Je ferai naitre le poison chez les Eclaires. » Sa voix fut appuyée par son accent Irlandais alors qu’elle s’exprima dans un Bulgare presque naturel. Velvet, d'ordinaire s'exprimait avec quelques maladresses dans les langues slaves. Tout n'était finalement qu'un joli mensonge qu'elle venait de dévoiler à la meneuse de son clan.


L'ironie de la situation, du moins de ce que suggérait Irina, créait dans l'être de Velvet une douce satisfaction. L'infiltré marquait sa place parmi les élèves et personne ne semblait s'apercevoir de son véritable jeu. Le plaisir de cette petite victoire, la jeune Phoenix le garda bien pour elle. Cependant, son choix d'intégration semblait avoir été le plus judicieux tant Irina venait de lui offrir la possibilité de faire ses preuves et d'écouler son poison un peu plus dans Dumstrang.






Spectatrice, Velvet observait les fissures d’Irina, consciente qu’elle viendrait un jour en ajouter de nouvelles. Rien n’était clairement dit, mais la jeune ombre se doutait que la meneuse était tout comme les autres, chamboulés. « Rester sur nos gardes ? Je suis plus que sur mes gardes depuis que tout ça a commencé et pourtant. » Sa voix, ses mots. Velvet esquissa un sourire sans joie, se montrant presque compatissante. Pourtant pas assez, je finirais par te trahir à mon tour. Ses pensées n’étaient qu’amertume et venaient la ronger, la sensation en devenait presque nocive ses derniers temps. La jeune fille était peut-être la dernière infiltrée de Dumstrang, ou peut-être pas. Cependant, cela n’empêchait rien, un jour, elle viendrait porter son dernier coup, elle poussera sa reine, sacrifiera son pion, pour mettre en échec le roi. Son ADN était écrit ainsi, pour venir semer la destruction. Velvet était toxique. La brune ne détacha pas son regard malgré le sentiment de remords. Son application était bien trop grande dans cette future guerre et elle se refusait de se mettre à dos ses alliés du moment. « Et pourtant nous nous sommes tous fais avoir. » La voix amère, la demoiselle venait finir la penser de son mentor. Elle comptait bien rester fidèle à Irina et aussi se montrer indispensable à la résistance. Le jeu, l'adrénaline coulait dans ses veines derrière tous ses mensonges et la sensation venait effacer les remords qu'elle avait ressentit un peu plus tôt. Haïr les traites, les infiltrés de Dumstrang, c'était ironique au fond.

Velvet suivit le geste de la blonde, le bruit qui provenait de la salle de Réception lui arracha un soupir. « La Résistance commence à imploser. Rien de ce que nous faisons n'a d'importance si les traîtres ne sont pas démasqués. » Tout en revenant sur son interlocutrice Velvet hocha son menton. Elle se montrait en accord, d'un côté, elle aurait été idiote de ne pas approuver. « Je me charge de les démasquer, la legilimancie pourrait nous être utile. » La brune glissa une mèche de ses cheveux derrière sont oreilles. Puis, elle glissa son regard dans celui d'Irina. Velvet devait jouer jusqu'au bout. Elle resta silencieuse lorsqu'un élève de la résistance passa près d'eux. Il fallait se méfier de tout le monde. Puis, après un regard derrière elle, la brune reprit. « Mais.. il nous faut un véritable leader Irina, sans ça.. La résistance finira par imploser dans tous les cas.» L'ombre n'en restait pas moins stratégique. Si elle voulait se retrouver au plus prêt des informations, elle avait besoin d'Irina à tout prix. Elle lança un nouveau regard derrière elle. Velvet était en pleine représentation et tout était bon pour qu'elle se donne l'air paranoïaque. « J'espère que ça en valait la peine. De tout sacrifier pour un pouvoir que personne ne pourra contrôler de toute façon. » Elle secoua la tête, lasse et soupirant. « Je ne pense pas. » Velvet aurait presque pu croire ses mots et intérieurement elle se félicitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES
avatar
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : résolument purMessages : 3534Date d'inscription : 07/07/2011Localisation : Dans le noir
Ҩ Re: — for all the ghosts that are never gonna catch me || IRILVET Ҩ Mar 13 Fév - 14:53




for all the ghosts that are never gonna catch me
you are never coming home, never coming home, and all the things that you never ever told me, and all the smiles that are ever gonna haunt me, never coming home, never coming home, and all the wounds that are ever gonna scar me, for all the ghosts that are never gonna catch me






Velvet termina sa phrase, sans joie. « Et pourtant nous nous sommes tous fais avoir. » Elle était amère, sa protégée. S’en voulait-elle aussi, de n’avoir rien vu jusqu’à présent ? En voulait-elle à Irina ? Personne n’était dupe de la vendetta trop personnelle entre le meneur des Eclairs et celle des Ombres, après tout, c’était de tradition. Irina avait eu ces soupçons, elle avait su, elle l’avait senti. Et pourtant, cela n’avait pas été assez pour empêcher tout ça. Velvet reprit, plus encourageante. « Je me charge de les démasquer, la legilimancie pourrait nous être utile » Eh bien il serait peut-être temps de te réveiller ma grande, tu utilises tes dons un peu tard, songea Irina, amère. Mais elle se ravisa. Velvet n’était pas responsable, elle était prise au piège, comme tout le monde. Après tout, la meneuse non plus n’avait pas pensé à utiliser les atouts de Velvet, trop occupée qu’elle était à tenter de sauver les meubles, protéger les siens et endiguer la soif de sang des Insurgés et des autres, là, dehors. Elle était trop à cran. « Mais… Il nous faut un véritable leader Irina, sans ça… La résistance finira par imploser dans tous les cas. » continua la jeune femme, inquiète et désignant les autres derrière elles. L’image de Roman Tatsikov traversa son esprit, et la Droskaïa serra les poings. Il était le pire d’entre tous. Irina était sur le point de rétorquer que même les leaders n’étaient pas dignes de confiance ces dernier temps, lorsque quelque chose s’insinua en elle. Un malaise, un doute profond. Quelque chose dans les paroles de l’Ombre qui la faisait tiquer, qui venait fouiller en elle et débloquer une clé de compréhension à l’équation, un peu de logique à tout ce bordel ambiant.

Irina n’avait pas songé à utiliser la legilimancie de Velvet avant tout cela, et il y avait une raison évidente. Elle connaissait sa protégée depuis des années et suivait son apprentissage de près ; Velvet était occlumens, pas legilimens. S’était-elle trompée ? Sa langue avait-elle fourché ? Le corps blanc de la meneuse des Ombres se raidit. « En priant à Svarog qu’ils ne soient pas occlumens, sinon c’est fichu. » tenta-t-elle, détachée, sur le ton de la conversation, comme si rien n’avait changé. Avec la même crainte, le même velours déchiré dans la voix. Rajoutant à peine la touche d’espoir que Velvet pourra faire changer les choses. Elle attendait, attendait une réaction de la part de sa protégée. Un rire sans joie, un « pardon je me suis trompée », un signe qu’une potentielle traîtresse ne venait pas de commettre sa première erreur depuis tout ce temps. Mais rien ne vient. Elle acquiesce, la demoiselle, en la regardant droit dans les yeux, avec cette façade inquiète, calme, miroir trop parfait ce que ressentait Irina. Depuis quand l’imitait-elle ainsi ? Depuis quand l’Ombre ne se rendait-elle pas compte qu’elle ne voyait que ce qu’elle voulait bien voir ?

Le silence autour d’elles était assourdissant. Comme un robot, Irina se tourna un peu plus vers Velvet, refusant de la regarder dans les yeux. Qu’y trouverait-elle, à part le reflet de sa propre déception ? Ca ne faisait pas encore mal, la réalité ne s’était pas encore diffusée sous la peau, du moins, pas tout ce que ça impliquait. Doucement, calmement, un peu trop, elle siffla « Mais tu es bien placée pour savoir comment pensent les traîtres, Phoenix, alors dis-moi, est-ce que ça valait la peine ? ». Ces derniers mots la brûlèrent à blanc. Elle reposait la question, sachant désormais à qui elle s’adressait. Le mépris bouillonnait en elle, menaçait de déborder. Evidemment, Velvet avait compris ; l’utilisation de son nom de famille était un pic de glace délibérément envoyé, en espérant qu’il la blesse.

Irina se rapprocha encore plus, jusqu’à acculer l’irlandaise contre la colonne qui les avait soutenues toutes les deux jusqu’à présent. Et maintenant ?





hate me for all the things i didn't do for you Ψ
“The one thing that always tore us apart is the one thing I won't touch again. In my sick way I wanna thank you for holding my hand up late at night, when I was busy waging wars on myself you were trying to stop the fight.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: — for all the ghosts that are never gonna catch me || IRILVET Ҩ

Revenir en haut Aller en bas
 

— for all the ghosts that are never gonna catch me || IRILVET

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» AYDEN&SNAKE ◭ Ghosts of the past
» Monsters are real, and ghosts are real, too. ▬ jéricho
» ghosts that we knew (posy)
» A ghost story [pv Iako/mission rang C]
» Angelina. → Do you believe in ghosts ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum