AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maybe I got mine but you'll all get yours || ASPHILITH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
freedom is a length of rope
avatar
♈  freedom is a length of rope

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : sang-pur, mais malheureusement incapable de faire de la magieMessages : 267Date d'inscription : 31/12/2015Localisation : à domovoï's rock, en train de comploter salement pour voler la victoire à ces gamins boutonneux
Ҩ Maybe I got mine but you'll all get yours || ASPHILITH Ҩ Lun 9 Oct - 17:41






maybe i got mine but you'll all get yours
but i got smarter i got harder in the nick of time, honey i rose from the dead i do it all the time, i got a list of names and yours is in red underlined, i check it once,
then i check it twice, oh!





Ca fait quelques temps déjà qu’elles se regardent, qu’elles observent. Chiennes de faïence qui échangent des banalités. Chiennes prêtes à mordre à la moindre entourloupe. La paranoïa s’est accrue régulièrement ces derniers jours, petit à petit, chaque jour un peu plus. Chaque regard un peu plus appuyé, chaque pas un peu trop léger ; les pas de ceux qui ne sont pas supposés être là. Elles ont toutes les deux le regard fuyant de l’imposture, le corps trop tendu pour faire croire qu’elles sont là au même titre que tout le monde. Cette Lilith n’annonce rien de bon, Asphalt en est certaine. Elle va creuser sous ses pas jusqu’à trouver la faille, elle va la renverser et exposer à tout le camp son infamie. Révéler à tous la sale cracmolle qui marche parmi eux. L’anglaise a décidé qu’elle ne la laisserait pas faire. Surtout pas maintenant, alors qu’ils sont si proches du but.

C’est un grand coup. Asphalt, elle, ne sait pas vraiment ce qui cloche chez la sorcière. Elle fait confiance à son instinct lorsqu’elle lui dit que celle-ci n’a pas leurs intérêts à cœur, qu’elle ne se bat pas avec eux. Mais aucune preuve pour soutenir sa théorie. De plus, quand bien même ils la croient sorcière, elle n’est pas stupide au point de penser qu’ils lui font confiance pour autant. Elle pourrait faire appel à Mordred mais elle en a marre de se comporter comme une enfant, de rester enfermée dans le carcan d’incapacité qu’elle s’impose à elle-même. Son amant a besoin d’un soutien, pas d’un boulet. Et puis, il est occupé. Bientôt, il sera dans l’école à casser du morveux.

Alors elle marche vite, discrète, elle se fait fantôme. Elle se glisse, protégée par la nuit, pour ne pas être vue. La cracmolle prie pour que sa proie soit endormie, qu’elle n’ait pas trop à lutter. Elle sait que les choses deviendront difficiles si Lilith a le temps d’attraper sa baguette. Elle ne se voile pas la face, Asphalt, ça fait des années qu’elle sait. Elle n’est pas de taille, si jamais les choses devaient tourner contre elle. Alors elle attend devant la tente, l’anglaise, elle tente de se concentrer sur les bruits à l’intérieur, faire abstraction de son propre palpitant qui bat la chamade et qui ne manquera pas de la trahir. Mais il est tard, et seul le silence, assourdissant, lui répond par-delà le tissu. Sans la moindre lumière pour indiquer une activité de la part de la garce, Asphalt se glisse à l’intérieur, reptilienne. Lilith est comme une poupée de porcelaine, profondément endormie et sans défense, si ce n’est pour la baguette qu’elle garde par devers elle. La cracmolle n’ose même pas respirer, il faut agir vite avant que sa proie ne sente sa présence.

Doucement, en faisant de son mieux pour ne pas trembler, elle sort la seringue qu’elle a dérobée à Ivanka un peu plus tôt, sous couvert d’informations. Elle ferme les yeux, essaie de faire taire le bruit retentissant de son cœur. Il ne faut plus hésiter, elle va manquer de temps. Quelques secondes plus tard, l’aiguille diffuse le sérum dans l’hémoglobine de la sorcière. Asphalt fronce les sourcils. C’était trop facile, elle ne s’est même pas réveillée. Pas un soubresaut, rien du tout. Alors quoi ? Il faut que ça marche, elle a besoin que ça marche. Subitement elle panique, se dit que la condition éventuelle de Lilith peut altérer sa mixture. Elle ne veut pas la tuer, pas comme ça. Elle veut seulement la réinitialiser, enlever ses souvenirs, la rendre susceptible aux suggestions. Elle doit forger un lien, avec elle seulement. Lui voler un bout de conscience. Elle essaie de respirer, il n’y a pas de raison. L’assaillante devait être crevée, tout simplement.

Elle attend, fébrile. S’entraîne à feindre l’inquiétude, la panique qui découle du fait de voir ses êtres chers en danger. Elle fronce les sourcils, larmoie légèrement. Laisse s’entasser les cahots de l’émotion dans sa gorge, pour qu’enfin elle soit prête. Asphalt va jusqu’à prendre la main de son ennemie dans la sienne, que le lien s’établisse avant même qu’elle ne se réveille. Qu’elle identifie sa présence salvatrice avant d’ouvrir les yeux. Tout pour que ça marche, tout pour que le plan soit exécuté à la perfection. Qu’enfin elle prouve que sans magie, elle n’est pas fondamentalement inutile.

La belle au bois dormant finit par ouvrir les yeux, hagarde, les paupières qui papillonnent et le corps raide. Aussitôt, Asphalt fond sur elle, grands yeux écarquillés et remplis d’inquiétude. Parfait petit jeu de pantomime. Si ça n’a pas marché, elle le saura tout de suite. Si ça n’a pas marché, elle sortira la dague de sa poche, et en un quart de seconde, se sait prête à trancher la gorge de la sorcière. « Lilith, enfin ! Je te croyais à moitié morte, tu ne respirais presque plus » dit-elle en un souffle, sans bien articuler, expression du soulagement ultime. Elle la prend dans ses bras et la serre comme une sœur qu’elle n’aurait pas vue depuis des années. L’étreinte du désespoir. « J’ai vu quelqu’un sortir de ta tente, tu as été attaquée ? Comment tu te sens ? » elle sonde, analyse, plonge ses pupilles dans celles de la sorcière. Elle veut des réponses. Elle a besoin de savoir comment son sérum a affecté le système nerveux, la conscience, les réflexes, la mémoire. Sous couvert de bienveillance, elle est avide de signes de réussite de son petit stratagème.






painting white roses red
i'm nuts, baby i'm mad, the craziest friend that you've ever mad, you think i'm psycho you think i'm gone, tell the psychiatrist something is wrong. over the bend, entirely bonkers, you like me best when i'm off my rocker.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Maybe I got mine but you'll all get yours || ASPHILITH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» [ALERTE] Mine d'or de Péronne assiégée
» exploration (pv Mine de charbon)
» Crise de la mine
» 03. [Immeuble Hemmens/Catalano] The girl is mine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum