AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oh, don't take that sinner from me. - Seth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang MêléMessages : 10Date d'inscription : 10/08/2017Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Oh, don't take that sinner from me. - Seth Ҩ Jeu 10 Aoû - 23:43

Seth Astankov

“L’essentiel en enfer est de survivre.”

 

   

All the small things


28 ANS | ASSAILLANTS | DOMOVOÏ'S ROCK

Il est très difficile de décrire le caractère de Seth en quelques lignes. Si la plupart des êtres humains sont des hommes et femmes tout en nuances, lui n'en a aucune. Extrême dans tous ses choix, il n'accorde aucune importance au manichéisme et préfère se dire que ses propres intérêts servent ce bien dont tout le monde parle. Egoïste et narcissique, c'est également un très grand mégalomane, persuadé de détenir un jour le pouvoir absolu sur tous les sorciers et sorcières qui passeront sur sa route. Mais Seth est également un homme profondément loyal. Il tiendra toujours les promesses qu'il fera, et paie chacune de ses dettes rubis sur l'ongle. Intelligent, rusé, c'est également un grand manipulateur qui n'hésitera pas à tout tenter pour parvenir à ses fins. Ah et. Ais-je oublier de mentionner son sadisme maladif ? Vitali Astankov, le père de Seth, est issu d'une famille bulgare de Sang Pur. Sa mère, elle, est une Sang Mêlé, son père étant un moldu. Ce statut est donc celui qui a été attribué à son fils unique. Seth est un ancien élève de Poudlard. Scolarisé durant sept années à la maison Serpentard, il s'est très vite fait remarquer pour ses talents en potions, en botanique et en sortilèges. Il est lamentable sur un balai volant, et les créatures magiques le détèstent en revanche ; et ses notes les plus catastrophiques ont sans doute été en métamorphose. Seth est un grand amateur de secrets. En premier lieu, sa mère Hestia est muette ; il ne communique avec elle que par la pensée. Elle est l'une de ses principales faiblesses. C'est également un chasseur de Mangemorts réputé dans les bras-fonds ; il est connu pour ses scènes de crimes particulièrement inventives. Les dessins de Seth sont toujours dissimulés sous des sourires faux et des manières affables ; sa soif de sang se cache sous une couche factice de maquillage sociétal. Lorsque Seth croise un épouvantard, c'est la Mort qu'il voit. Sous la forme d'une implacable faucheuse au visage caché par un capuchon noir, dissimulant un crâne en décomposition. Seth a toujours eu peur de la fin. Craignant que la mort le prenne avant qu'il ait accompli cette destinée fabuleuse qu'Hestia avait prévu pour lui. Le néant le terrorise. Sa baguette est en bois de vigne, 29.5cm, contenant une plume de phénix. Très rigide. Seth n'a pas rejoint Durmstrang pour l'Ox. A vrai dire, il n'avait que vaguement entendu parler de cet artefact magique qui faisait naître autant d'émoi à Londres avant d'arriver à Domovoï. Son but est tout autre ; plonger dans la fosse aux serpents pour retrouver les mangemorts en fuite, et les tuer. C'est la seule chose qui le motive.   On dit de Seth qu'il est un homme froid, qu'il vaut mieux ne pas contrarier. Après dix années passées à se terrer dans l'Allée des Embrumes, il est parvenu à se faire un nom dans les mauvais quartiers londonniens. La plupart des gens qui connaissent Seth ne s'intéressent pas à sa vie privée, mais plutôt aux poisons mortels qu'il vend sous le manteau. Il est considéré comme un très bon commerçant, et un allié de poids. Mais jamais comme un ami. Seth est un Legilimens depuis l'âge de 14 ans. Son don a été affecté par Amatis Lestrange et aujourd'hui, il est encore difficile pour lui d'utiliser son don sans être affublé de terribles maux de tête. Il s'entraîne avec acharnement chaque jour pour lutter contre le poison qui bloque ses capacités ; c'est en effet le seul moyen qu'il ait de communiquer avec sa mère.


Dig beyond the surface



✖ Que t'inspire l'Ox de manière générale?
Il est délicat de comprendre ce que l'Ox inspire à Seth. Motivé uniquement pas sa vendetta, il n'a jamais estimé que l'Ox lui serait utile pour capturer les serviteurs du Seigneur des Ténèbres, cela ne l'a donc jamais intéressé. S'il en a vaguement entendu parler par son père dans son enfance, il n'a jamais cherché à le trouver lui-même. Mais il suffirait d'une étincelle pour lui faire comprendre à quel point le pouvoir de l'Ox pourrait le hisser au sommet comme il l'a toujours désiré. Seth s'est toujours considéré comme profondément supérieur aux autres ; et un pouvoir supplémentaire l'aiderait forcément à s'en persuader. A l'heure actuelle, l'Ox ne l'intéresse pas. Son arrivée sur l'ile pourrait changer radicalement la donne.

✖ Comment as-tu réagi quand on a annoncé que l'artéfact avait été trouvé?
Son père lui avait dit que cela finirait par arriver ; mais Seth n'y a vu que l'occasion d'aller emprisonner les rats à la recherche de pouvoir dans ses filets. Une nouvelle motivation pour tous les cupides de récupérer une miette de reconnaissance ; une occasion en or pour lui de les traquer et de poursuivre son implacable vengeance. Il n'a suffi que de quelques contacts pour que Seth décide de rejoindre Domovoï. Mais l'Ox est bien secondaire à ses yeux.

✖ Quel est ton avis sur les évènements récents?  
Seth se doutait que les choses ne se passeraient pas bien. Il savait que certains se mettraient au service du "bien commun" et protègeraient les détenteurs de l'Ox ; il a su également que d'autres viendraient comme des rapaces, récupérer cette force inconnue qui les fascinait. Au milieu de tout cela, il ne se place nulle part ; il se mêlera à la foule d'opportunistes pour dissimuler ses véritables desseins, et il frappera. Il a quelques comptes à régler, et un nom à rayer de sa liste. La cohue et l'assaut de Durmstrang est pour lui une manne improbable et inouïe. Quant aux revenants, Seth ne veut pas en entendre parler. Pour lui, il s'agit d'anomalies de la nature qui n'ont ni légitimité, ni droits.

✖ Quelle est ta position dans cette nouvelle guerre et pourquoi?
Si Seth devait prendre un parti, il prendrait celui des Assaillants. Pour lui, il est parfaitement logique de chercher à comprendre la provenance du pouvoir grondant dans les veines des Vainqueurs pour mieux l'exploiter. Pour l'heure, il n'est pas au fait des expériences réalisées sur les différents cobayes ; il ne prend donc pas vraiment de parti. Au moment où Seth pose les pieds à Domovoï, toute cette mascarade ne l'intéresse pas. Elle n'est pas une fin en soi, mais un moyen sûr d'obtenir des informations et de profiter de la masse d'évènements pour se frayer un chemin dans l'ombre. Il n'est néanmoins par fermé à la nouveauté; s'il découvre quelque chose d'intéressant dans le sang des Vainqueurs, il n'hésitera pas vider chacune de ses victimes du précieux liquide pour en comprendre le fonctionnement et en trouver un usage. Après tout, il s'agit de son métier.

✖ Comment vis-tu le sombre changement d'ambiance à l'intérieur comme à l'extérieur du château?
Seth se méfie de tout et de toute le monde. Il n'a aucun ami et ne cherche pas à se faire d'alliés ; il a toujours opéré seul pour ce genre de missions et il compte bien laisser les choses ainsi. Nouer des relations est difficile pour lui ; et il considèrera toujours les autres, même ceux de son propre camp, comme des ennemis potentiels. C'est ainsi qu'il a su rester en vie durant toutes ces années, et il sait que c'est une méthode qui a toujours fait ses preuves. L'ambiance dangereuse des alentours de Durmstrang ne lui fait pas peur ; et il est curieux, tout de même, de découvrir ce qui se cache à l'intérieur du château qui a un jour abrité ce père qu'il déteste.

✖ Que penses-tu des vainqueurs de la quête?
C'est difficile à dire. Il oscille entre deux eaux ; pour lui, certains ont eu de la chance de faire partie du clan vainqueur, d'autres ont été suffisamment intelligents pour réaliser le rêve de tous les étudiants qui ont un jour foulé le sol de pierre de l'école. Il n'a aucune pitié ni empathie pour eux ; considérant que les plus forts parviendront à s'échapper, et que les plus faibles serviront de chair à disséquer pour ceux qui sauront faire un véritable usage de leurs tous nouveaux pouvoirs.

Si Seth devait réfléchir à ce sujet, il en viendrait sans doute à la conclusion qu'il envierait forcément les Vainqueurs pour ce qu'ils ont réussi à accomplir. Chercher à s'approprier leurs pouvoirs fait, à son sens, partie de la chaine alimentaire. Les meilleurs leurs échapperont. Ceux qui resteront à la traîne participeront à des découvertes historiques, et sans doute au prix de leur vie, mais cela ne le dérange absolument pas. Il faut savoir faire des sacrifices, pour le bien commun.


 

The muggle behind the screen


 

 Pseudo EVA LA REVOILA LA PLUS BELLE
 Âge Euh non. Je suis immortelle.
 Toi & le forum Trop à en dire ♥
 Crédits Bazzart pour le vava & la signature, Skeille pour le merveilleux crackship ♥
 Le mot de la fin ATTACHEZ FERMEMENT VOS SLIPS PARCE QUE SETH VA VOUS LES ARRACHER AVEC LES DENTS.

 




Dernière édition par Seth Astankov le Ven 11 Aoû - 23:11, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang MêléMessages : 10Date d'inscription : 10/08/2017Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Re: Oh, don't take that sinner from me. - Seth Ҩ Jeu 10 Aoû - 23:44

Anthem of the Lonely

A heart made of stone callous and bone


Il est assez drôle de constater que l'histoire d'un monstre comme Seth ait pu commencer sur une autre, bien plus belle et bien plus pure ; celle de la rencontre entre Hestia Brown et Vitali Astankov. L'une, épanouie et chaleureuse, vivait en Angleterre et travaillait au ministère de la magie, au département du détournement de l'artisanat moldu. L'autre, sortant diplômé de Durmstrang, était promis à un riche avenir. Issu d'une famille de Sang Pur, il était fiancé depuis l'âge de quinze ans ; un poste prometteur au ministère de la magie l'attendait, sagement, à la sortie de ses études. Rien n'aurait pu lier ces deux âmes ensemble, mis à part le hasard. Des vacances d'été, à la sortie de l'école, un voyage d'une semaine à Londres. Deux mains qui se frôlèrent dans la boutique lorsque Vitali approcha un Scrutoscope ; un regard échangé, quelques mots, un verre dans un bar, puis deux. La vie de Vitali, milimétrée, s'effondra. Dans les yeux sombres de la jeune femme, il trouva une raison de tout quitter. Il le fit, quelques mois plus tard ; jetant l'opprobe sur sa famille, il quitta définitivement la Bulgarie et s'installa avec sa jeune épouse. Nous étions à la fin des années 1960, et à Londres régnait un climat d'incertitude et de peur, alimenté par la montée en puissance d'un mage noir dont on n'osait prononcer le nom. Hestia, qui craignait pour sa famille, la dissimula à la campagne ; de père moldu et de mère sorcière, elle soutint ouvertement la cause des Nés Moldus auprès du ministère, malgré les avertissements de son époux.

Mais lorsque la première guerre des sorciers éclata en 1970, Hestia ne trouva pas la moindre solution de repli ; fraichement mariée, heureuse dans son ménage, elle savait sa famille protégée et, confiante, elle ne se douta pas à un seul moment de ce qui lui arriverait. L'année suivante, alors qu'elle venait d'apprendre sa grossesse, ce furent trois mangemorts qui forcèrent la porte de sa maison pour la capturer. La veille, elle avait plaidé la cause de trois nés moldus condamnés à Azkaban, au ministère de la magie ; ils venaient la prendre, parce qu'il le fallait. Parce qu'aucune voix autre que la leur ne devait être entendue. Son mari de sortie ce jour là, elle ne trouva personne pour la protéger ; et l'horreur, absolue, totale, la condamna à une folie silencieuse qu'elle garda en elle pour le restant de ses jours.
Son frère et sa soeur, ses parents, trois de ses cousins. Sous la torture, elle les livra. Elle les livra contre sa volonté, affaiblie par les mauvais traitements que Rabastan Lestrange lui infligea, sans l'ombre d'un regret. Pliée comme un roseau sous le poids de la haine et de la cruauté, elle assista, impuissante, au meurtre de sa lignée ; pourquoi la laissèrent-ils en vie ? Simplement par sadisme. Elle n'avait plus rien, rien d'autre que sa famille. Les sortilèges l'avaient affaiblie, elle ne pourrait jamais se venger. Dans le tumulte, les cris de souffrance et l'agonie, Hestia jura de ne plus jamais ouvrir la bouche. Elle ferma son âme et son coeur à tout autre chose que l'enfant qu'elle sentait grandir dans son ventre ; et lorsque Vitali la ramassa, devant leur porte, elle n'était déjà plus que le fantôme de la femme qu'il aimait jusqu'à la déraison.

***

Seth vit le jour dans cette ambiance : noire, silencieuse, chargée de chagrin et de haine. Vitali tenta bien de retrouver les responsables, mais personne ne pouvait s'attaquer à un mangemort sans subir de terribles représailles. Trop occupé à prendre soin de sa femme, il avait fini par renoncer. Le regard d'Hestia s'était nimbé d'un voile de douleur qu'elle ne quittait plus ; elle avait cessé de parler du jour au lendemain, et toutes les tentatives de Vitali pour faire cesser cet état avaient lamentablement échoué. Ne restait que Seth, qui de bébé devint enfant ; sa mère faisant des allers et retours répétés à l'hôpital lorsque ses crises de panique la faisaient convulser dans son lit. Elle n'était que rarement là, et lorsqu'elle se trouvait à la maison, il avait l'interdiction de l'approcher. Les excuses étaient toujours les mêmes, qu'il ne comprenait pas. "Tu vas la fatiguer" "Elle a besoin de se reposer" "Va jouer ailleurs" "Ne traine pas dans mes pieds." Jaloux de l'attention que sa femme avait accordé à un enfant qui n'était même pas encore né, Vitali s'était mis à haïr son propre fils dès la naissance. Il n'était qu'un petit parasite se mettant entre lui et son épouse ; et lorsqu'il buvait, c'était encore pire. Il le battait à bras raccourcis, pour un verre brisé, un objet tombé au sol, un peu de bruit dans cette maison où régnait un silence de plomb. Seth ne rencontra jamais d'autres enfants de son âge ; enfermée, cachée, la famille s'était terrée dans un coin de campagne de peur qu'on s'intéresse de nouveau à eux. Hestia avait perdu son emploi au ministère, et ils ne survivaient que grâce à de maigres revenus d'un père qui allait d'emplois en emplois sans véritablement trouver sa place. Ce furent des années troubles, chargées de souffrance ; Seth grandit ainsi, cahin caha, privé d'affection et d'amour, reclus dans son propre monde où sa mère le serrait dans ses bras et lui parlait, lui chantait des berceuses. Il trouva refuge dans un type d'activité qui lui permit de décharger sa haine ; à sept ans, il trouva un chat dans la rue, à qui il mit un violent coup de couteau dans le flanc. Comme ça. Juste pour voir. Le plaisir qu'il prit à voir l'animal souffrir soulagea un moment sa propre douleur ; ses jeux d'enfants se jonchèrent, peu à peu, de cadavres.

Il découvrit d'ailleurs ses dons de sorcier à peu près en même temps que son goût pour le sang ; lorsque son père, îvre, envoya sa main droite lui mettre une gifle et qu'il en ressortit avec une terrible brûlure. Il était donc un sorcier, comme lui annonça Vitali d'une voix monocorde. L'héritier des Astankov, malingre, fatigué, fut enfin présenté à sa mère. Elle le serra dans ses bras pour la première fois ; dans son imaginaire d'enfant, il avait fait du mal à son père, et il en avait été félicité. Être sorcier, c'était se faire aimer. Il serait donc un grand sorcier. Il donnerait tout pour que sa mère l'aime ; et elle l'aimait. Elle l'aimait à un point déraisonnable, même si elle se trouvait dans l'incapacité de le dire. L'idée germa dans l'esprit de l'homme de la maison ; il fallait profiter de cette affection pour communiquer avec elle. Hestia avait toujours été la priorité de Vitali. Cela faisait dix années qu'il partageait sa vie avec une femme qui ne lui parlait plus, et l'idée en elle-même était trop intolérable pour qu'il l'accepte. Puisqu'il ne pouvait pas communiquer avec elle, Seth le ferait pour lui. Seth sauverait leur famille. Et si Seth n'y parvenait pas, alors il le chasserait de la maison.

***

"Essaie encore une fois."

Le timbre sévère du père claqua dans le silence. Assis sur une chaise, Vitali sentait la colère monter à mesure que l'adolescent échouait. Seth, quatorze ans, attrapa un peu plus fermement sa baguette magique dans sa main, qu'il pointa devant lui. Il aurait le droit de voir sa mère s'il y parvenait. La nouvelle menace du père avait commencé à faire ses fruits. Cela faisait six mois qu'il n'avait pas pu voir Hestia. Six mois durant lesquels il s'était entrainé, plus dur, chaque jour, pour parvenir à ce que l'homme face à lui lui demandait. Il ferma les yeux, concentré ; les dents serrées, il se chercha une contenance, vaille que vaille, le regard chargé de volonté lorsqu'il ouvrit les paupières.
"LEGILIMENS !"


Le froid, la solitude, la peur et le chagrin. Les pensées de Vitali s'étalèrent devant ses yeux, et il manqua bien de chuter sous l'assaut de la surprise ; les images se mirent à défiler dans son propre esprit. Face à lui, Vitali chancela, la baguette levée ; les yeux écarquillés, il tenta de repousser les assauts dévorants de ce fils qui prit chaque souvenir comme un cadeau, chaque faiblesse comme une occasion de l'atteindre. Seth ne cherchait plus l'amour de son père depuis bien longtemps. Celui de sa mère, nécessaire, était inaccessible. Alors, il prit tout ; les premières années de sa jeunesse, les heures, heureuses, que Vitali avait partagé avec une Hestia en bonne santé et celles, noires, de ses années de silence... jusqu'à ce qu'un sortilège de protection ne l'envoie contre le mur. Il s'en moquait ; il avait réussi. Il avait réussi, et il savait la récompense proche, lorsque la main de son père se posa sur son épaule. Presque réconfortante. "Je suis fier de toi." Sans doute, oui. Mais après quatorze années d'indifférence, le garçon avait appris à s'en moquer.

C'était le moment. Il le savait, il le sentait ; face à lui, une femme brune aux grands yeux clairs, assise sur un rocking-chair, le fixait avec espoir. Après toutes ces années à vivre dans le silence, quatorze pour être plus exact, il allait enfin savoir. Il allait enfin comprendre, entendre ; les plus sombres secrets de sa mère et ces mots qu'elle ne lui avait jamais dit. Le Père, autoritaire, posa une main sur son épaule pour le pousser en avant, face à elle ; la convoitise brillait dans les yeux de cet homme qui depuis des années n'était plus capable de comprendre une épouse pour qui il avait abandonné jusqu'à son nom et son héritage. Seth avança d'un pas, fébrile ; sa main, étonnamment douce pour un garçon déjà si perturbé, se posa sur le front d'Hestia. Elle ferma les yeux. Il murmura la formule magique, la baguette pointée vers elle ; et le silence poussa un dernier cri d'agonie lorsque les pensées de cette mère absente lui vinrent, enfin.

Un océan d'affection, noir, chargé de ténèbres ; une affection malsaine qui se mit à l'envahir, de la racine de ses cheveux à la plante de ses pieds. Elle l'entraîna avec elle dans l'obscurité, au milieus de cris, de flammes et de rires cruels ; Et la voix qui résonna au creux de son esprit, il ne l'avait jamais entendue. La vague de chaleur maternelle, d'affection et d'attention le fit tituber, des larmes brûlantes d'adolescent roulant sur ses joues creusées.
Comme tu es devenu beau et fort, mon fils...


***

Son regard d'ébène, ses longs cheveux noirs, sa silhouette découpée par les anges. Il la regardait souvent, dans le plus grand des secrets ; cela faisait deux ans qu'il la voyait évoluer autour de lui sans jamais vraiment le trouver. Elle hantait ses jours, ses nuits ; comme un félin à l'affut, il la chassait dans le noir, mais ne la touchait jamais ; elle était parfaite. Sublime et sombre, un diamant noir taillé dans le roc le plus pur ; la pièce maîtresse d'un bijou maudit, l'essence même de la tentation et de l'envie. Ses yeux clairs se posaient sur elle et il oubliait tout le reste ; sa perle de nuit s'appelait Amatis Lestrange, et sa beauté sépulcrale lui laissait un goût acide dans la bouche à chaque fois qu'il pensait à elle. Deux ans après un premier contact avec sa mère, Hestia Astankov avait fini par convaincre son fils qu'un jour, il règnerait sur le monde et que sa puissance n'aurait aucune égale ; et quand ses yeux se posaient sur la Lestrange, il savait qu'il avait trouvé sa reine. Sans jamais le lui avouer, incapable de faire le pas, d'abord, il s'était inventé une histoire sombre et douteuse aux allures de vieux conte, où elle se tenait à son bras, plus ombrageuse et plus belle que jamais, adorée et haïe par les femmes, désirée par les hommes mais à lui, très clairement à lui. Il les avait avertis, tous ; la chasse était gardée dans le cas de la muse du mal qu'il dévorait du regard à chaque fois qu'elle passait devant lui. Un seul dérogeait à cette règle et la fixait avec cette même ambition et envie que lui ; son souffre douleur qui, au fil des années avait fini par se forger un caractère dur et épais. Adonis Greengrass.

Adonis, cette némésis sans nom ni image qui le suivait depuis la première année ; ce misérable petit être insignifiant avait osé poser ses yeux sale sur la créature démoniaque qui hantait ses longues nuits sans sommeil. La chose était inadmissible pour un garçon comme Seth, qui considérait cet étrange rival avec mépris, comme on observerait des vers de vase s’agiter en eau stagnante. Si la haine avait un jour atteint son paroxysme entre eux, ce fut sans doute durant cette année mouvementée qu’elle opéra. L’année où la jeune sorcière fit son choix entre l’ombre du masque du Greengrass et celle, plus étouffante, d’un garçon qui s’imaginait déjà assis sur un trône d’obsidienne. Elle fit le choix de prendre les deux.

Cette année là, Seth revint chez lui aux vacances de Noël, un sentiment étrange de légèreté au creux de la poitrine ; c’était lui qu’elle avait choisi, lui qui avait obtenu les faveurs de la Lestrange au nez et à la barbe d’un rival méprisable et esseulé. Il ne vivait que dans l’attente de son image, dans la pointe ténébreuse de son regard. Comment aurait-il pu le prédire ? Comment aurait-il pu deviner ce qui se passerait ensuite, et dans quel cauchemar il serait plongé ? Il ne l’avait pas pu. Trop heureux de son destin, convaincu qu’Amatis serait le plus beau joyau posé sur sa couronne. Jamais il ne se serait douté de la réaction d’Hestia, lorsque le nom de l’étudiante résonna au cours d’une longue conversation silencieuse.

La rage absolue. Une colère foudroyante laissant une brûlure douloureuse dans son esprit déjà martyrisé par une enfance qu’il n’avait pas connue. Les pensées de sa mère, comme une furie, étaient un vent écarlate d’attaques qu’il fut incapable d’esquiver ; hurlant au visage de son fils des vérités qu’elle n’avait jamais voulu lui dire, l’assénant d’une honte sans égale. Elle lui renvoya les images cruelles de l’assassinat de sa famille, et ce visage sur lequel elle apposa un nom en longs traits de feu : Rabastan Lestrange. Le père de cette fille pour qui il avait arraché violemment son coeur de sa poitrine. Cette immonde salope qui ne lui avait rien dit sur le meurtre de sa famille. Il comprit qu’à l’intérieur de sa poitrine ne restait plus qu’un coeur désséché, qu’elle ne pourrait jamais lui offrir. Cette destinée se brisa entre ses mains tremblantes lorsque sa mère rompit violemment tout contact avec lui, le laissant échoué au sol. Vaincu. Lui aussi avait à faire un choix ; et sous le regard de sa mère, comme un brasier sans foyer, il ploya sagement le genou. Elle avait trop perdu et trop peu obtenu. Et elle croyait en lui. Ce n’était sans doute pas le cas d’une femme comme Amatis. La mort dans l’âme, le corps comme brisé par mille coups foudroyants, il la poussa dans les bras de celui qui devint depuis ce jour là un ennemi mortel. A l’instant où Seth avait proféré une menace immortelle devant un Adonis déterminé. “Si tu la touches, Greengrass, alors il ne restera pas suffisamment de toi pour t’offrir une sépulture décente.” Mais il l’avait fait. Il l’avait fait et Seth insista, impuissant, au spectacle de sa déchéance.

***

Il quitta Poudlard avec l’amertume de la défaite à la bouche, le feu de la vendetta dans les yeux. Ses résultats aux Aspics lui permirent d’obtenir sans mal en emploi en tant qu’assistant dans une boutique de potions ; il creusa lentement son trou, patientant dans l’ombre le moment crépusculaire de sa renaissance ; pansant les blessures occasionnées par Amatis, il usa de cet emploi comme prétexte, dissimulant ses véritables desseins. Neuf années à se cacher du monde entier, neuf ans à recoudre patiemment le trou béant que la Lestrange avait laissé dans sa poitrine. Neuf années de douleur qu’il vécut comme un enfer sans pareille, mais dont les traces laissèrent sur lui une protection solide et l’assurance d’un avenir régulier. Trois ans après son entrée dans la boutique, il en ouvrit une à son tour, dans l’Allée des Embrumes. L’endroit ne payait pas de mine, mais Seth se mit à gagner admirablement bien sa vie ; car à la vente de filtres et d’antidotes, s’était ajouté au fil des années un trafic d’ingrédients et de potions interdits, dont le magasin devint rapidement l’une des plaques tournantes. Un trafic qui lui rapportait, et assouvissait sa soif maladive de faire du mal ; à chaque filtre interdit vendu, à chaque poison mortel qu’il fabriquait, il n’hésitait pas à donner quelques instructions verbales sur la manière de s’en servir. Très vite, Seth Astankov devint une référence dans cet univers feutré et dangereux. Et cela lui permit de deterrer de ce terrier malfaisant l’influence suffisante pour se relever, lorsque le moment arriva enfin. Lorsque les mangemorts s’évadèrent en masse d’Azkaban, il fut prêt. La traque commença, à l’aube de ses vingt six ans.

***

Quittant l’ombre rassurante de sa boutique, Seth prit en chasse les hommes et femmes qui servaient le responsable de la destruction de sa famille. Il n’était pas suffisamment fou pour poursuivre le Seigneur des Ténèbres en personne ; d’autres s’en chargeaient pour lui, ces pantins de Poudlard avec lesquels il ne voulait pas avoir le moindre rapport. Il agissait seul ; prenant ses informations auprès des nombreux contacts qu’il était parvenu à se faire au fil de ces neuf années de silence. Il ne perdit jamais de vue son objectif ; revoyant en cruel kaléidoscope les horreurs que sa mère lui avait montré pour l’écarter de la seule chose qu’il ait jamais voulu jusqu’à la brûlure. Amatis ne l’avait jamais quitté. La compagnie des autres femmes ne suffisaient à assouvir ce besoin d’elle qu’il avait ressenti jusqu’à la corrosion. Pour l’oublier, pour faire honneur à cette mère qui croyait encore en lui, il se dissimula dans l’obscurité ténue d’une guerre à son aube, chassant, traquant, torturant et tuant les serviteurs de Voldemort qu’il parvenait à dénicher dans les bas fonds. Il laissait une trainée de cadavres méconnaissables derrière lui ; amoureux de la mise en scène, théâtral, il faisait de chacune de ses scènes de crimes une véritable histoire de vengeance. Si quelques années plus tôt, Rabastan Lestrange avait été sa cible principale, à ce jour Seth ne faisait plus aucune différence. Et ce fut sans doute ce qui le conduisit à sa perte.

Lorsqu’il apprit que son gibier avait été chassé par d’autres que lui, à la fin de l’année 1996, il reporta son attention sur son ignoble progéniture. Durant l’été, ce fut Alazar dont il suivit inlassablement les traces, déterminé à lui faire payer les crimes que son propre père avait commis. Quelque chose dans son esprit noir lui murmurait que ce serait également une manière de se venger de la trahison d’Amatis ; mais il avait réfuté cette idée très vite. Le souvenir de la jeune femme avait passé dix années à le poursuivre, ce n’était pas pour qu’il plonge de nouveau après tout ce temps à apprivoiser sa souffrance. Pour autant, cette traque acharnée le rendit imprudent ; et un soir, alors qu’il avait cru toucher au but, il fut submergé pour la première fois par la ligne ennemie, qui avait fini par le dénicher avant lui. Dans une ruelle londonienne, il fut encerclé par quatre mangemorts ; qui l’avait dénoncé, qui l’avait trahi ? Il n’en avait aucune idée. Mais sa légilimancie ne lui fut d’aucun secours face à la hargne d’Alazar et l’acharnement qu’ils mirent à le détruire. Ils le laissèrent pour mort sur les pavés sales, convaincu qu’il ne survivrait jamais à ses blessures ; mais c’était sans compter sur la haine, la violence, tout ce qui avait fait de Seth l’animal sauvage et cruel que vingt six années de douleur avaient fait de lui. Il ne rendit les armes que devant l’hôpital, après avoir rassemblé ses dernières forces pour transplaner ; et il sombra dans une inconscience floue lorsqu’un ange noir le trouva là, le corps déchiré de mille blessures, tachant le sol de pierre de longues trainées de sang.

***

Elle était là lorsqu’il ouvrit les yeux. Elle, ses yeux sombres pleins d’insolence, ses mains habiles bandant une plaie béante partant de son épaule jusqu’à la naissance de ses reins. Une diagonale qu’il porterait toute sa vie comme le stigmate de ses erreurs ; mais la douleur et la honte n’avaient plus la moindre importance quand il croisait son regard. Une ombre feutrée dans le silence, voilà ce qu’elle était ; revenue hanter ses pensées les plus noires, soignant ses plaies d’abord sans un mot, jusqu’à ce que Seth décide de briser le silence. Elle lui avait manqué bien plus que tout ce qu’il avait pourtant imaginé ; elle lui avait manqué, elle et ses poignets fins, sa crinière brune et ses yeux, ses yeux brûlants d’une fougue qui lui donna une nouvelle fois l’envie mordante de tout lui dire, de tout lui avouer. Qu’il avait dû faire un choix et qu’il l’avait écartée pour cela. Que son destin ne pourrait jamais se lier au sien tant que sa vengeance ne serait pas satisfaite ; mais qu’elle avait suivi ses pas partout où il était allé, comme un fantôme furtif dansant autour de ses songes teintés du sang de sa famille. Il n’avoua rien de tout cela. Il se contenta de la dévorer du regard, cachant à mi mots des vérités qu’ils n’étaient pas prêts à entendre. Et Adonis ? Se tenait-elle encore au bras de cette abominable sangsue répugnante ? Avait-il réellement envie de le savoir ? Non, c’étaient des choses qu’il valait mieux ignorer. Dans le regard de la Lestrange, il voulait être le seul à briller.

Mais elle le condamna aux heures les plus noires de sa vie.

Comment apprit-elle que c’était lui, le responsable des quelques blessures de son frère ? Il ne le sut jamais. Alazar lui avait-il révélé l’identité de l’homme qui l’avait pourchassé pendant des semaines ? Quel ordre lui avait-il donné ? Avait-elle agi de son propre chef, mue par une intuition, ou simplement le besoin de protéger sa famille à elle ? Il ne le sut vraiment. Mais alors qu’il s’apprêtait à quitter l’hôpital, ce fut la morsure du poison qu’elle lui administra qui le frappa en plein coeur. Donné comme un antidote, il l’avait pris, docile. Comme l’imbécile qu’il avait été d’accorder sa confiance à cette femme qui l’avait déjà trahi par le passé. Amatis était devenue ce spectre de sa déchéance, la reine démoniaque de ses désirs et de ses envies ; sa seule faiblesse, celle qui le conduisit de nouveau dans les bras fonds. Le poison ne le tua pas, et Seth songeait encore qu’il aurait mieux valu. Lorsqu’il revint au chevet de sa mère, à la sortie de l’hôpital, il comprit l’étendue de son erreur ; il avait offert sa vie entre les mains d’Amatis, et elle l’avait écrasée entre ses paumes destructrices. Ses conversations avec Hestia virèrent au cauchemar ; chaque tentative d’utiliser son don se mit à lui provoquer d’horribles migraines, à le rendre fou de douleur. La souffrance le laissait échoué sur le sol, les yeux écarquillés, les mains crispées dans ses cheveux. Elle avait empoisonné son âme. De toutes les manières possibles.

Le travail de Seth devint beaucoup plus difficile ensuite. Si la légilimancie lui avait permis auparavant d’extorquer des secrets inavoués dans les pensées de ses interlocuteurs, le poison d’Amatis ne lui autorisa plus cette solution de facilité. Il dut utiliser de véritables trésors d’ingéniosité pour parvenir à dominer cette affliction terrifiante, qui lui rappelait à chaque instant le parfum sucré et brûlant de la trahison. Elle avait fini par le hanter jusqu’aux dernières fibres de son esprit ; et pour oublier, il se jeta un peu plus fort dans sa chasse frénétique. Convaincu que seul le sang pourrait le laver de cette honte indélébile, il reprit ses recherches avec plus de violence encore que tout ce qu’il avait donné jusqu’alors. Partagé entre le trafic florissant de sa boutique et sa recherche acharnée des mangemorts en liberté, il laissa ses pas le conduire jusqu’à une piste sombre et difficile. Eveillant ses instincts de pisteur, un nom chargé d’encre noire et brûlante devint rapidement une obsession durant plusieurs mois ; un nom, difficile à trouver, qui le hanta jusqu’à ce que la piste le conduise jusqu’en Bulgarie.

Mordred Dolohov.

***

Comment appeler cela ? Le destin ? Le hasard ? Seth était incapable de le dire. Mais lorsqu’il prépara une valise pour plusieurs mois sur Domovoï, ce ne fut pas l’attrait de l’Ox qui le motiva ; mais bien cette nouvelle traque obsédante. Conscient que le pouvoir de l’artefact éveillerait des esprits cupides, il laissa la boutique aux mains d’un associé, et quitta l’Angleterre. Convaincu d’être un renard dans le poulailler là où il ne serait sans doute qu’une victime de sa propre histoire. Il avait promis à sa mère qu’il vengerait les horreurs qu’elle avait subi au nom de la liberté ; et il le ferait. Il était cet espoir qu’Hestia avait entretenu comme un feu sans source ; la figure de pouvoir qu’elle rêvait de voir briller. Si pour cela, il devait paver de sang la trace de son passage, alors les rues de Domovoï se tenteraient de lueurs écarlates et poisseuses. Amatis était loin. Amatis ne l’atteindrait plus jamais. Il se le jura en silence, en foulant du pied la terre humide du rocher par un matin de printemps.

Plus personne ne l’empêcherait de réaliser sa destinée.



Dark on me •
She's the beast in my bones, She gets everything she wants. When she gets me alone like it's nothing. She got two little horns and they get me a little bit

   


Dernière édition par Seth Astankov le Ven 11 Aoû - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bury all your secrets in my skin ✝
avatar
Bury all your secrets in my skin ✝

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : purMessages : 379Date d'inscription : 29/12/2015Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Re: Oh, don't take that sinner from me. - Seth Ҩ Ven 11 Aoû - 0:26

AMASETH

Avis à la clientèle : ce délicieux jeune homme appartient corps et âme à Amatis, il est déconseillé de ne pas respecter le périmètre de sécurité qu'elle a établi autour de son mâle si vous tenez à rester en vie. plzz

Voila. Je t'aime. Mon précieux.




don’t take that sinner from me

Oh Lord, oh Lord, what have I done? I’ve fallen in love with a man on the run. Oh Lord, oh Lord, what do I do? I’ve fallen for someone who’s nothing like you. He’s raised on the edge of the devil’s backbone. Oh I just wanna take him home. There wasn’t a wrong or a right he could choose, he did what he had to do. Don’t care if he’s guilty, don’t care if he’s not. He’s good and he’s bad and he’s all that I’ve got.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Infiltrés
avatar
Infiltrés

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 240Date d'inscription : 11/02/2017Localisation : toujours dans ton ombre
Ҩ Re: Oh, don't take that sinner from me. - Seth Ҩ Ven 11 Aoû - 9:13

Maitre corbeau sur un arbre perché tenait en son bec un fromage.

Pardon.

J'ai glissé chef.

...

je sais que Seth va envoyer du pâté donc je passais simplement te le dire.


SpyGame
Je savais le silence depuis longtemps, j'en sais la violence, son goût de sang. Rouges colères, sombres douleurs, je sais ces guerres, j'en ai pas peur. Je sais me défendre, j'ai bien appris, on est pas des tendres par ici. Je sais les hivers. Je sais le froid. Mais la vie sans toi, je sais pas.©️lazare.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Some men just want to watch the world burn
avatar
Some men just want to watch the world burn

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 242Date d'inscription : 07/02/2016Localisation : Domovoï's Rock.
Ҩ Re: Oh, don't take that sinner from me. - Seth Ҩ Ven 11 Aoû - 10:44

beaucoup d'amour:
 

WOUHOU BIENVENUE SETH JE SUIS TROP RAVIE














Welcome to my world of fun
If it feels good, tastes good, it must be mine. Heroes always get remembered but you know legends never die. And if you don't know now you know, I'm taking back the crown. I'm all dressed up and naked. I see what's mine and take it. The crown, so close I can taste it.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bury all your secrets in my skin ✝
avatar
Bury all your secrets in my skin ✝

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : purMessages : 379Date d'inscription : 29/12/2015Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Re: Oh, don't take that sinner from me. - Seth Ҩ Ven 11 Aoû - 16:24

(Chachou tu m'as tuée :schei: )




don’t take that sinner from me

Oh Lord, oh Lord, what have I done? I’ve fallen in love with a man on the run. Oh Lord, oh Lord, what do I do? I’ve fallen for someone who’s nothing like you. He’s raised on the edge of the devil’s backbone. Oh I just wanna take him home. There wasn’t a wrong or a right he could choose, he did what he had to do. Don’t care if he’s guilty, don’t care if he’s not. He’s good and he’s bad and he’s all that I’ve got.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang MêléMessages : 10Date d'inscription : 10/08/2017Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Re: Oh, don't take that sinner from me. - Seth Ҩ Ven 11 Aoû - 23:11

MERCI LES BIQUETTES ♥

Ma fiche est officiellement terminée EHEHEH.

Pssst Chachou:
 


Dark on me •
She's the beast in my bones, She gets everything she wants. When she gets me alone like it's nothing. She got two little horns and they get me a little bit

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : MêléMessages : 81Date d'inscription : 22/07/2017Localisation : Domovoï's rock
Ҩ Re: Oh, don't take that sinner from me. - Seth Ҩ Dim 13 Aoû - 22:10

Aaaah depuis le temps qu'on en entend parler de celui-là

Bon, comment te dire. Ca va aller vite : je suis fan. Ta plume est toujours aussi parfaite, c'est un vrai plaisir de te lire, j'ai dévoré l'histoire du début à la fin et quand j'ai dû faire une pause au milieu j'étais super frustrée Le don de legilimencie est justifié et en plus tu te mets des limites - enfin Amatis t'en met eheh :perv: - donc c'est tout bon pour moi. Le personnage lui-même est creusé, cohérent, terriblement intéressant. Il a déjà une évolution très marquée, j'ai suuuuuper hâte de le voir évoluer IRP, ça va être dingue Tu vas mettre le feu sur Domovoï's, hehe. Je veux absolument des liens avec au moins trois de mes personnages Un gros OUI pour moi, donc kizz


The silence scares me 'cause it screams the truth
You hold it in your hands and let it flow, this cruelty of youth as you fall again, alone, in the compromise of truth. It's in the eyes, I can tell you will always be danger. We had it tonight, why do we always seek absolution?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 608Date d'inscription : 10/08/2016Localisation : Somewhere
Ҩ Re: Oh, don't take that sinner from me. - Seth Ҩ Lun 14 Aoû - 22:39

Chasseur de mangemorts, c'est original ! Si jamais ça peut t'intéresser, je peux te balancer un ancien petit mangemort dans les pattes ^^


Bienvenue à Durmstrang

Te voilà validé par les puissances suprêmes !

Bienvenue chez toi, petit phoque !

Il est temps d'aller semer la pagaille dans les couloirs de l'école!

Et c'est un oui pour moi aussi ! Je suis contente de découvrir enfin l'histoire de ce perso et ce qui se cache derrière Amaseth ! J'ai beaucoup aimé la description de ses relations avec ses parents, l'indifférence de son père et son besoin de l'amour de sa mère, le tout compliqué par Amatis... Le caractère de Seth ne donne pas très envie de le croiser au détour de Domovoï, mais ça promet ^^
Hâte de voir ce que ça va donner avec Amatis et Mordred :schei:


Tu es désormais validé, petit poulpe, et le monde d'ak s'ouvre à toi. Il te faut tout d'abord aller recenser ton avatar. N'oublie également pas d'aller ouvrir ta fiche de liens pour que les poulpes viennent te proposer des idées d'amour ; et ton journal de bord pour recenser tes rps.

Je t'invite également à venir prendre connaissance du système de points du forum, qui rythme l'avancée de ton personnage dans l'intrigue du forum. En parlant d'intrigue, tu dois normalement l'avoir lue et relue , mais je te suggère d'aller y jeter un œil dès que tu as un doute sur les événements actuels. Si tu es, par ailleurs, perdu sur le forum, n'hésite pas à aller demander un parrain, nos loutres se feront un plaisir d'aider. Tu peux aussi consulter le guide du nouveau, afin de t'y retrouver.

En espérant que ton séjour parmi nous soit des plus agréables. N'hésite pas à te tourner vers le staff pour quoi que ce soit ! Et surtout, have fun !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vainqueurs
avatar
Vainqueurs

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-pur, pure CarrowMessages : 433Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : Dans l'ombre.
Ҩ Re: Oh, don't take that sinner from me. - Seth Ҩ Mar 15 Aoû - 10:54

Juste : Fais mois des bb plzz


Delirious ☾
I told you not to come, my victim number one. I love the pain, I love the game, come into my arms. You say that I'm delirious, but I'm not the one holding the gun. I love the pain.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Oh, don't take that sinner from me. - Seth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» I'm a winner, I'm a sinner, do you want my autograph ? ~ 22/02 | 14h30
» Swann ♕ The crashes are heaven for a sinner like me.
» Saint Is A Sinner Too [HOT] [PV Evelyn][TERMINE]
» they make me a sinner x kwang
» Am I a sinner ? || Nuage Infernal |END|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum