AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Like broken glass under my feet (wolfstrange)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Assaillants
avatar
Assaillants

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Entièrement pur du côté de son père, mais y a pas mal de moldus impliqués dans l'histoire du côté de sa mère. Messages : 59Date d'inscription : 17/07/2017Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Like broken glass under my feet (wolfstrange) Ҩ Mer 19 Juil - 18:05


I GOT 99 PROBLEMS
AND A BITCH AIN'T ONE

C'est remarquable et terrible à la fois, comme leur beauté est hypnotique.

Il les regarde et pendant quelques secondes il oublie de respirer. Pourtant il les fréquente depuis assez longtemps pour savoir que derrière leurs masques de jolies poupées se cachent des vautours. C'est ce qu'elles font, elles dissimulent leur vraie nature ; elles jouent avec les apparences, en enfouissant les horreurs de leur âme émiettée sous des couches de peau et de maquillage. Elles sont belles, quoi qu'on en dise. même lui, il ne le nie pas ; il ne le pourrait pas. Mais ce n'est pas leur beauté qui le fascine, c'est ce qui se trouve en dessous, sous la surface. C'est ça, leur vraie identité. C'est ce qu'elles ne montrent pas.
C'est sans doute parce qu'il a trop conscience de la répugnante réalité qu'il reprend toujours son souffle. Ça ne dure pas longtemps, le charme se rompt très vite. C'est dommage parce qu'il aimerait bien que ça reste, que ça détruise ses barrières et que ça l'attire comme ça attire tous les autres hommes. Mais il ne parvient pas à lâcher prise. Il n'arrive pas à se laisser berner. Il sait de quoi elles sont capables. Les Vélanes sont dangereuses. On ne peut pas s'y fier.

De toutes façons il ne se fie à personne, encore moins à ces barmaids. Il s'approche du bar, nonchalant. Il y a un tabouret de libre, il y en a même plusieurs ; apparemment les gens ne fréquentent plus trop ce genre d'endroits depuis l'arrivée des Assaillants. Ça se défend. Il s'installe au comptoir, à côté d'une femme à la chevelure plus noire que les ailes d'un corbeau. " Un cognac. " Il s'adresse à la serveuse d'une voix naturellement rocailleuse. Elle s'exécute, elle le regarde avec de la luxure plein les pupilles et ça la déstabilise complètement qu'il n'y prête pas plus attention. Il l'a vexée, il croit, en détournant le regard ; elle tape son verre contre le comptoir, d'un petit geste sec. Il sort ses gallions, dépose la monnaie à côté de son verra avant d'en vider le contenu en un quart de seconde.

Ça fait tout juste une semaine qu'il est sur cette île et c'est comme si le monde entier avait décidé de l'exaspérer. Même cette vélane. Ils sont tous trop tendus ici, trop sur les nerfs, ils parlent trop, ils crient tout le temps ; ça hurle dans tous les coins, en ce moment il jurerait que Dolohov est en train de gueuler à l'autre bout de l'île. Ils font tous trop de bruit. Ça lui saigne les tympans.
Il remarque que la Veuve noire à côté de lui en est à son quatrième shot de vodka. Son regard va de ses doigts enserrés autour de son verre à son visage fermé, impénétrable. Il fronce les sourcils. " T'as l'air d'avoir beaucoup de problèmes à régler. " Elle est si calme, pourtant y a un truc très fort qui se dégage d'elle ; une espèce de tornade invisible, qui ne fait pas de bruit non plus, mais qui broie tout sur son passage. Dans le silence le plus fracassant.




BLOOD IN MY EYES
Blood in the water, nothing to stop you. Might as well die, might as well lie. Because the truth holds proof of no eye. Far from gifted, let's get lifted. Blood on my hands. Going down for the night, Going in for the kill. // LUDWENA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bury all your secrets in my skin ✝
avatar
Bury all your secrets in my skin ✝

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : purMessages : 415Date d'inscription : 29/12/2015Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Re: Like broken glass under my feet (wolfstrange) Ҩ Jeu 2 Nov - 19:20

▿ like broken glass
under my feet
wolfstrange

 


Elle s'était effacée Amatis, oubliée dans un coin du bar où elle attendait que le temps passe. Elle avait l'impression qu'elle n'avait fait que ça depuis qu'elle était arrivée, attendre que les choses se passent. Elle avait d'abord attendu que Greengrass ne lui tranche la gorge, ça n'était jamais venu. Elle avait attendu qu'il la tue lorsqu'elle avait séquestré Asphalt, mais là encore ça n'était pas venu. Puis elle avait attendu qu'il passe enfin à l'acte quand elle lui avait craché qu'il avait un fils, et il avait cogné, fort, mais pas assez pour l'envoyer dans l'autre monde. Il était fatigué lui aussi, ça se voyait, leur guerre n'avait que trop duré. Il était temps d'y mettre un terme, plus ou moins définitif selon les circonstances. Elle ne serait jamais son alliée, elle ne se battrait jamais pour lui sauver la vie, et elle ne pleurerait pas si un de ses nombreux ennemis parvenait à ses fins. Mais elle n'était plus certaine d'avoir encore la force de le vouloir mort, abattu à ses pieds. Parce qu'elle avait vu dans son regard quelque chose qu'elle n'avait plus vu depuis des années, le souvenir de cet autre qu'il avait été et dont elle était tombée éperdument amoureuse. Le souvenir de l'homme qu'elle avait brisé. Il avait beau s'en défendre, Adonis était toujours là, enfoui en lui. Personne ne s'était jamais battu pour lui, tout comme personne ne s'était jamais battu pour elle. Peut-être qu'il était là, le signe qu'elle attendait. Il était temps de rendre les armes.

Son regard fixait le verre qu'elle tenait en mains. Depuis combien de temps était-elle ici? Elle n'en savait rien, ça n'avait pas d'importance. Il fallait qu'elle se retrouve un peu seule avec elle-même, qu'elle se mette face-à-face avec ses démons et qu'elle ait une petite conversation avec eux. Elle aurait voulu hurler, mais aucun cri ne semblait pouvoir franchir le seuil de ses lèvres. Et pourtant ça la travaillait encore, le regard noir de Valkyria quand elle avait appris la vérité. Elle aurait voulu chasser cette image, mais elle revenait sans cesse la hanter, ainsi que les paroles qu'elle avait crachées comme si elle avait toujours eu cette noirceur en elle. Une noirceur que la Lestrange ne lui connaissait pas, pas comme ça, pas à ce point-là. Elle avait changé, Visenya, Valkyria, peu importait son identité. Et si elle passait à l'acte? Et si elle l'attaquait quand même et qu'elle perdait? Et si elle gagnait? Amatis était prise au piège entre ce qu'elle voulait et ce dont elle avait réellement besoin. Elle ne voulait pas que Valkyria meure, mais elle ne pouvait pas se permettre de la laisser tuer Adonis. Aussi insupportable que ça sonnait, elle avait besoin de lui pour panser certaines blessures.

La Lestrange était trop perdue dans ses propres pensées pour remarquer la présence de l'homme à ses côtés, qui de toutes évidences avait remarqué la sienne. « T'as l'air d'avoir beaucoup de problèmes à régler. » Sa voix la sortit de sa torpeur, elle tourna lentement la tête vers lui. Son visage lui disait vaguement quelque chose mais elle était trop alcoolisée pour y prêter une réelle attention. « Qu'est-ce que ça peut te foutre? » Elle n'était pas d'humeur, cela dit elle était rarement d'humeur. Le regard qu'elle lui lança n'avait rien d'encourageant, s'il souhaitait tenter quelque chose, il ferait mieux de se trouver une autre crétine qui saurait mieux recevoir sa drague à deux gallions. « Est-ce que je te demande pourquoi tu viens traîner ta sale gueule de con jusqu'ici? Non. Alors ferme-la et trouve-toi quelqu'un d'autre à enrouler. » Elle commanda un autre verre, pour s'anesthésier la conscience. Pour essayer d'oublier que sa vie ne ressemblait plus à rien depuis tellement longtemps qu'elle se demandait si ça avait déjà eu un sens un jour. Probablement pas.
   




don’t take that sinner from me

Oh Lord, oh Lord, what have I done? I’ve fallen in love with a man on the run. Oh Lord, oh Lord, what do I do? I’ve fallen for someone who’s nothing like you. He’s raised on the edge of the devil’s backbone. Oh I just wanna take him home. There wasn’t a wrong or a right he could choose, he did what he had to do. Don’t care if he’s guilty, don’t care if he’s not. He’s good and he’s bad and he’s all that I’ve got.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Like broken glass under my feet (wolfstrange)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ✚ It lies there alone on its bed of broken glass, this bed was never made for two.
» La Bleuz'aïe de Golbuth, Briz' glass!
» « The parting glass. » (08.01.11 - 10h48)
» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum