AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 VIKEDDA ◊ feel the chemicals kickin' in

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
« My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel »
avatar
« My skin has turned to porcelain,  to ivory, to steel »

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : plus que pur.Messages : 443Date d'inscription : 05/04/2015Localisation : fouine partout dans le château.
Ҩ VIKEDDA ◊ feel the chemicals kickin' in Ҩ Ven 26 Mai - 14:52

« feel the chemicals kickin' in »

VIKEDDA // Here we go again, I kinda wanna be more than friends. So take it easy on me, I'm afraid you're never satisfied. Here we go again. We're sick like animals. We play pretend. You're just a cannibal, And I'm afraid I won't get out alive. No, I won't sleep tonight. Oh, oh, I want some more, What are you waitin' for? Take a bite of my heart tonight. [ ▶ PLAY ]


Viktor. Le prénom avait fait voler en éclats le masque d'impassibilité qu'elle portait depuis si longtemps qu'elle en avait oublié jusqu'à l'existence. Une armure qui l'avait toujours vaillamment protégée du monde, qui se laissa pourtant fragiliser par ces deux seules syllabes. La brèche entamait déjà l'acier tandis que son regard voilé détaillait l'expression d'Enora. Perplexe, son amie jugea inutile de préciser qu'elle parlait bien du frère de son crétin de petit ami. La Norvégienne n'avait jamais approuvé leur rapprochement, elle ne le ferait sans doute jamais. Et pour cause, elle avait vu les démons danser dans les yeux sombres du loup. Elle avait eu droit à une représentation exceptionnelle de sa violence, en un soir de pleine lune qui resterait à jamais gravé dans sa mémoire comme sur sa chair, qui témoignait encore des stigmates de leur confrontation mortelle. Savoir cet être aussi dangereux que néfaste aux côtés de la Flamme la révulsait, hélas elle avait déjà essayé d'intervenir, ces deux-là semblaient aussi inséparables que la malédiction qui liait Onisim à l'astre lunaire. Non, ce n'était pas la peine de préciser, alors la Barjow s'en était allée dans un balbutiement peu sensé, laissant la Meneuse bien démunie face à cette choquante information. Il était revenu. Comme tant d'autres, il s'était fait recracher des entrailles de la terre. Elle pensait ne rien en avoir à faire, Hedda, de ces phénomènes-là ; elle avait déjà bien trop à penser, enfermée dans une prison invisible dont elle était condamnée à cacher la clé. La Gardienne du secret, placée sous quarantaine, n'avait pas franchement le droit de sortir ; elle le prenait quand même, impétueuse et bravant les risques, tornade incapable de se tenir tranquille au milieu de toute cette foule. Elle ne pensait pas que ça l'atteindrait, ces histoires pourtant fascinantes de Revenants. Et pourtant.

De la plus fourbe des manières, la Faucheuse se pencha au-dessus de son épaule pour lui murmurer des promesses interdites. Trop tentantes, irrésistibles. Fébrile, elle ne chercha même pas à se voiler la face ; il fallait qu'elle sache. D'un pas décidé, la meneuse quitta la salle de réception d'où elle n'était plus sortie depuis plus d'une semaine. Le temps semblait atrocement long quand on tournait en rond. Vérifiant rapidement que personne ne lui bloquerait le passage, elle attendit que Deklan ne s'éloigne pour se faufiler à l'extérieur. Le plus discrètement du monde, ses cheveux dorés camouflant son visage mi-ange mi-démon, elle se précipita dans les couloirs jusqu'à ce qu'elle soit assez éloignée pour cesser toute mascarade. Attentive aux chuchotements des fantômes de son coeur, elle laissa sa mémoire la guider à l'aveugle. Lorsqu'elle comprit qu'elle s'approchait de l'ancien QG des Ombres, un sourire narquois alla taquiner la commissure de ses lèvres. C'était presque une évidence.  

Effectivement, d'aussi loin qu'elle se trouvait en bifurquant dans le couloir qu'il devait avoir emprunté quelques instants plus tôt, elle reconnut sa silhouette comme si elle l'avait vu la veille. Pourtant, la veille, en ce qui les concernait, ça remontait à quelques années. Mais les souvenirs étaient tatoués en elle, lui rappelant comment leurs regards s'étaient croisés la première fois pour sans cesse se chercher toutes les suivantes. Elle était si jeune lorsque ses yeux de gamine blasée par la banalité de la rentrée s'étaient heurtés à la stature imposante de l'adolescent. Elle se souvenait de cette aura qui se dégageait de lui, flamboyante. Comme s'il avait le monde à ses pieds - et à l'époque, il l'avait. Oui, à l'époque, il avait tout ce qu'il voulait, Viktor Vassilev. Elle s'approcha  à pas lents du grand roi du Nord, refroidi par des hivers qu'il n'avait pas vécus. « Alors c'est vrai, lâcha-t-elle. » Le silence se brisa à la force de ses mots, prononcés à dessein pour qu'il se tourne vers elle. Qu'elle le voie, qu'ils se regardent. Comme deux étrangers échoués au même endroit, ne sachant pas trop ce qu'il fallait faire, ce qu'il fallait dire. « Tu es là. »

Mais est-ce que c'était vraiment lui? Ne pouvait-elle s'empêcher de se demander, inspectant le moindre millimètre de sa peau pâle. Il n'avait plus rien d'un roi, ainsi terni par le spectre de la Mort. Désormais c'était elle qui portait la couronne de l'Empire qu'il n'avait jamais fait qu'imaginer. L'Ox n'était qu'une illusion qu'il avait frôlée du bout des doigts, alors qu'elle l'avait attrapée, agrippée fermement jusqu'à ce que sa puissance n'explose entre ses mains avides. Elle en avait parcouru, du chemin, depuis son absence. Et pourtant, face à lui, elle redevenait celle qu'il avait laissée derrière lui dans un silence fracassant. « Il semblerait que tu sois revenu comme tu es parti. » Elle n'était que cette fille déchirée par son absence, réclamant des réponses là où elle ne trouverait que plus de questions. A présent il était de retour et c'était de la bouche de quelqu'un d'autre qu'elle avait dû l'apprendre. « Sans un mot, acheva-t-elle sur un ton glacial. » Il était de retour et ça lui faisait mal à en crever.




     we are the poisoned youth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenants
avatar
Revenants

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : purMessages : 71Date d'inscription : 15/05/2017Localisation : Ici et là
Ҩ Re: VIKEDDA ◊ feel the chemicals kickin' in Ҩ Mar 6 Juin - 9:18


Feel the chemicals kickin in
Hedda T. Sorensen & Viktor Vassilev


Il se tenait en haut de la Tour Gargouille, fixant les extérieurs du château. Ses pas finissaient toujours par le ramener ici, près de son ancien quartier général, près de l'endroit où il s'était réellement senti chez lui lorsqu'il était encore étudiant à Durmstrang. C'était étrange. Être mort. Il sentait les différences, même minimes. Ce besoin d'errer, seul, sombre et presque fantomatique. Il avait beau être fait de chair, il voyait bien que son comportement se rapprochait de celui des fantômes, et non de celui des vivants. Tout cela l'aurait intrigué, piquant sa curiosité, s'il n'avait pas été lui-même le sujet de l'analyse. De l'intérieur, sa condition était bien moins intéressante. Il ressentait chaque différence avec son ancien lui comme un barreau supplémentaire de sa prison. Ses pensées lugubres et emplies de ressentiment le poussaient à en vouloir à tous les êtres vivants qu'il croisait. La bienveillance qui lui avait valu de nombreux admirateurs en son temps était belle et bien enterrée au profit d'un mépris et d'une haine qui glaçaient le sang de quiconque croisait son regard. Une fois de plus, Viktor Vassilev s'élevait au-dessus des autres, par la crainte plutôt que l'admiration.

Il entendit des pas monter les marches de l'escalier de pierre, mais ne s'en soucia pas. Peu de personnes osaient aborder les Revenants, et aucune n'était assez folle pour s'en prendre à ces êtres dont on ne savait rien. Viktor pouvait errer comme bon lui semblait sans aucun danger. « Alors c'est vrai. » Il se retourna au son de sa voix. Cette voix qu'il aurait reconnue entre mille. Elle avait changé, Hedda. De l'enfant, elle était devenue une belle jeune femme. Elle avait changé là où lui restait figé à l'âge de seize ans. « Tu es là. » Il écarta les bras comme pour répondre à ses mots. Il était là, juste devant elle. Un petit sourire aux lèvres, peut-être bien le seul à ne pas être teinté de sarcasme ou de mauvaises intentions. Car Hedda était la seule à ne pas lui apporter de sentiments négatifs, si ce n'était sa jalousie de la voir réussir là où il avait échoué. Elle avait trouvé l'Ox qu'il avait tant cherché. Elle avait pris le pouvoir qu'il convoitait. Et lui, lui était simplement mort.

Le visage de la jeune femme était dur, mais il voyait le conflit dans ses prunelles. Elle ne savait pas si elle devait être en colère contre lui ou se réjouir de son retour. Chacun de ses mots montraient qu'il lui avait manqué, et il ne put s'empêcher de s'en réjouir. Il avait tenu à elle, de son vivant, bien plus qu'il ne l'avait montré. « Il semblerait que tu sois revenu comme tu es parti. Sans un mot. » Elle crachait ses mots comme un venin. Elle avait été blessée par sa mort. Viktor s'appuya contre l'ouverture dans la paroi de la tour, le ciel se découpant dans son dos. « Je n'ai pas vraiment eu le luxe de laisser un message en mourant, Hedda. » Il n'aimait pas parler de cela. Il n'aimait pas repenser à cette nuit maudite, à celle qui avait mis fin à tous ses rêves. Il sentait encore les déchirures sur son corps, le sang qui coulait. Suffisamment pour le faire frissonner. « Quant à mon retour, j'ai cru comprendre qu'il était plutôt difficile de t'approcher. Penses-tu réellement que je n'ai pas essayé en apprenant que tu étais celle qui avait découvert l'Ox ? » Il avait fouillé Durmstrang en vain, à la recherche du moindre indice pouvant lui indiquer où se cachaient les porteurs du pouvoir de l'artefact. Il avait fini par se résoudre, espérant que l'annonce de son retour ferait sortir Hedda de sa cachette. Cela avait pris du temps, mais elle se trouvait là à présent.

© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel »
avatar
« My skin has turned to porcelain,  to ivory, to steel »

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : plus que pur.Messages : 443Date d'inscription : 05/04/2015Localisation : fouine partout dans le château.
Ҩ Re: VIKEDDA ◊ feel the chemicals kickin' in Ҩ Mar 27 Juin - 17:56

« feel the chemicals kickin' in »

VIKEDDA // Here we go again, I kinda wanna be more than friends. So take it easy on me, I'm afraid you're never satisfied. Here we go again. We're sick like animals. We play pretend. You're just a cannibal, And I'm afraid I won't get out alive. No, I won't sleep tonight. Oh, oh, I want some more, What are you waitin' for? Take a bite of my heart tonight. [ ▶ PLAY ]


Il était parti et elle était restée. Le constat était simple, sans appel. Elle avait été obligée de continuer seule, ce qu'elle ne pouvait même pas lui reprocher ; après tout, il était mort, ce n'était pas franchement comme s'il avait eu le choix. Comme s'il avait eu son mot à dire. Pourtant elle se tenait là, face à lui, furieuse et blessée. Elle ne montrait rien, bien sûr. Une Sørensen ne trahissait jamais ses émotions, digne d'une vraie scandinave. Mais ça ne rendait pas la douleur moins lancinante, ni la colère moins explosive. De la dynamite plein le coeur, elle le fixait sans ciller. Non, vraiment, elle n'avait pas le droit de lui en vouloir. Alors pourquoi est-ce qu'elle ne pouvait s'en empêcher? Pourquoi est-ce qu'elle devait se faire violence pour ne pas hurler, frapper, blesser? Son retour lui faisait trop mal. Beaucoup trop mal.
Sa silhouette se découpait dans le ciel derrière lui, ça lui arracha presque un rictus ; il ne lui manquait plus que de longues ailes noires pour ressembler à un ange déchu. Le rôle lui convenait plutôt bien, il avait toujours eu ce petit côté mi-ange mi-démon. Viktor était un phénomène très intéressant à analyser. A une époque, il constituait d'ailleurs son sujet d'étude préféré. Et puis tout s'était envolé. Et puis, il avait disparu. Comme ça, d'un coup. Il était parti. Et elle était restée là, sans comprendre. « Je n'ai pas vraiment eu le luxe de laisser un message en mourant, Hedda. » Elle savait tout ça, elle le savait. Mais c'était trop enfoui en elle pour qu'elle l'accepte aussi facilement. Il lui avait fallu des mois avant d'admettre qu'il était mort, avant de réussir à accepter le fait qu'elle ne le reverrait plus jamais. Et maintenant qu'elle avait enfin tourné la page, il revenait la hanter de la plus insidieuse des manières. Il avait le culot de se croire dans son droit, en plus de ça. Impassible et arrogant. A croire que certaines choses ne changeraient jamais.

Sa seule présence dans ce château lui avait manqué. Savoir qu'il était là, quelque part, probablement en train de se vanter d'un de ses multiples exploits sans forcément le faire exprès. Il était comme ça, Viktor, il brillait quoi qu'il fasse. Plus maintenant, se dit-elle, un peu amère. Désormais c'était son tour, c'était elle qui portait la couronne et c'était à lui de l'admirer, d'aspirer à devenir tout ce qu'elle était. Les rôles s'étaient inversés et visiblement, il avait du mal à s'y faire. « Quant à mon retour, j'ai cru comprendre qu'il était plutôt difficile de t'approcher. Penses-tu réellement que je n'ai pas essayé en apprenant que tu étais celle qui avait découvert l'Ox ? » Un sourire mutin se dessina sur ses lèvres fines. « Les nouvelles vont vite. » Alors il connaissait déjà les détails importants, cela n'avait rien de très étonnant sachant que le Vassilev devait avoir eu une passionnante conversation avec son détestable petit frère. La réelle question était de savoir ce qu'il comptait faire de cette information. Dans de telles circonstances, on ne pouvait être sûr de rien. Il pourrait très bien décider de l'attaquer, les motifs ne manquaient pas ; il était un Ombre, elle était une Eclair, il était à moitié mort, elle était on ne pouvait plus en vie. Il avait échoué, elle avait réussi. C'était presque illogique qu'il reste si calme.

Sur ses gardes, elle s'approcha en sa direction, pour tâter le terrain. Prendre ses marques, au cas où elle devrait rétorquer. La méfiance était de mise avec les êtres comme lui, leur condition n'avait rien de naturel et dès lors, leurs réactions pouvaient s'avérer surréalistes, imprévisibles. Hedda prit les devants. S'il avait quelque chose à lui dire, qu'il le fasse maintenant. Elle n'aimait pas avoir le sentiment d'être utilisée ou menée en bateau. S'il comptait se servir d'elle et de ce qu'ils avaient partagé pour une quelconque raison, elle préférait lui faire cracher le morceau avant de tomber dans le panneau comme une idiote. Il avait beau être Viktor Vassilev, elle ne le laisserait pas l'atteindre. Ni elle, ni son clan. « Je ne vais pas te mentir, Viktor. » Et il ferait mieux de ne pas lui mentir non plus. « Ça me fait plaisir de te revoir, mais il s'est passé beaucoup de choses en ton absence. » Plantée devant lui, imperturbable, sereine, elle ne le quittait pas des yeux. Ne lui laissant aucune seconde de répit, elle scrutait son visage à la recherche du moindre indice susceptible de l'éclairer. La mort l'habitait encore. Quelque chose dans son regard lui murmurait qu'il n'était plus vraiment celui qu'elle avait connu. « Nous sommes en guerre, et de toute évidence, nous ne pouvons pas être dans le même camp. » Tout les séparait. « Alors sache que si tu as l'intention de te servir de notre ancienne amitié pour tirer profit de la situation, ça n'arrivera pas. » Il fallait qu'elle montre les dents avant qu'il ne sorte les griffes. Elle savait qu'il ne reculerait devant rien pour récupérer un peu de cette gloire qu'elle lui avait dérobée. Ça aurait dû être lui. Il aurait dû être à sa place. Ça se voyait qu'il y pensait et ça devait certainement le rendre fou de rage. Malgré tout ce qu'ils avaient vécu, cette frustration immonde était tout ce qu'il leur restait de tangible. Tout le reste était beaucoup trop flou pour qu'ils puissent s'y raccrocher.





     we are the poisoned youth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenants
avatar
Revenants

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : purMessages : 71Date d'inscription : 15/05/2017Localisation : Ici et là
Ҩ Re: VIKEDDA ◊ feel the chemicals kickin' in Ҩ Sam 9 Sep - 11:20


Feel the chemicals kickin in
Hedda T. Sorensen & Viktor Vassilev


Les émotions se mélangeaient dans sa tête, il pouvait le voir, le sentir, à son regard et à sa posture. Il la connaissait par coeur, Hedda. Ou du moins, il pensait la connaître. Il avait toujours eu cette arrogance, Viktor, celle de croire que rien ne lui échappait, qu'il avait la main mise sur certaines personnes et qu'elles ne pouvaient rien lui cacher. Onisim. Hedda. Ils étaient ses piliers alors que lui se fourvoyait en pensant être le leur. La vérité se trouvait pourtant là, sous ses yeux : ils avaient survécus, ils avaient continué sans lui. Viktor, au fond, ne leur était pas indispensable. Mais le Vassilev ne pouvait accepter une telle réalité. Sa vie n'avait pas pu être vaine, dénuée du moindre impact. Sa mort le serait certainement moins. Il allait s'en assurer.

« Les nouvelles vont vite. » Il ne répondit pas. À quoi bon ? Ce n'était pas ce qu'elle attendait de sa part. Il la laissa faire, s'approcher doucement, comme un dompteur irait au devant d'un animal mortel. Elle avait peur de lui, et il en ressentit un mélange de colère et de fierté. Viktor aimait cette crainte qu'il dégageait chez les autres, il jubilait de voir leurs pupilles trembler et leur peau se recouvrir d'une pellicule de sueur sous l'effroi que sa présence constituait chez certains. Cela lui conférait une force dont il se servait sans modération. Mais chez Hedda, il aurait voulu hurler, lui dire qu'elle n'avait pas à être comme eux, à être ce pantin ridicule qui se pensait faible face à lui. Elle n'était pas faible. Elle était Hedda. Et pourtant, lui-même n'était pas sûr que cela soit suffisant à la mettre hors de danger. Il avait tant changé, après tout.

« Je ne vais pas te mentir, Viktor. Ça me fait plaisir de te revoir, mais il s'est passé beaucoup de choses en ton absence. » Il ne détourna pas le regard, ne laissa pas transparaître ses émotions à un seul instant. Pourtant, ces mots avaient eu l'effet d'une injection de rage pure dans ses veines. Elle le rejetait. Elle le rejetait comme tous les autres, tous ceux qui avaient un jour vénéré son nom. Les années passées sans lui comme seule excuse. Il avait été grand, Viktor Vassilev. Il avait été vite oublié, remplacé, surtout. Et ça, il ne pouvait l'accepter. Elle avait réussi à se construire, à vivre sans lui. Elle avait tout gagné à sa mort. Comme Onissim. Comme tous les autres. Ils allaient le payer. Il leur montrerait qu'on ne peut se passer de Viktor Vassilev. Parce qu'ils ne pouvaient pas, ils n'avaient pas le droit, de le laisser seul une seconde fois. « Nous sommes en guerre, et de toute évidence, nous ne pouvons pas être dans le même camp. Alors sache que si tu as l'intention de te servir de notre ancienne amitié pour tirer profit de la situation, ça n'arrivera pas. » Il pencha légèrement la tête dans un air faussement surpris. « Amitié ? »

D'un geste, il alla effleurer le haut de sa poitrine, où il savait son sceau être dissimulé sous les vêtements, exactement au même endroit que le sien. Elle avait raison, tout les opposait, hier comme aujourd'hui. Et pourtant, cela ne les avait jamais freinés avant cela. « C'est certainement ce qui m'a le plus manqué pendant ces années à errer sans avoir droit au repos. » Il releva les yeux vers elle, là où ils fixaient auparavant le sceau des Eclairs sans le voir. « Avoir quelqu'un qui me répond. » Elle lui tenait tête Hedda, elle l'avait toujours fait, et c'était ce qui forçait son admiration, ce qui avait attiré son attention dès le premier jour. Ce pourquoi il l'avait aimée, en secret, à l'époque où il en était encore capable. « Je ne suis pas ton ennemi, Hedda. Tu sais que je ne l'ai jamais été. » Il était sincère, d'une façon complètement tordue. Il ne lui voulait aucun mal, tout comme il savait qu'il lui en ferait. Car c'était ce qu'il était à présent, et il ne pouvait rien y changer. Les ténèbres, ce lieu d'entre-morts, l'avaient altéré de la pire des façons. De Viktor, il ne gardait que les traits.

Il se détourna, reportant son regard vers l'extérieur. Tout semblait si paisible au milieu de cette guerre. « Pourquoi es-tu revenue ? Qu'espères-tu de moi, Hedda ? Que je te donne ma bénédiction et que j'accepte d'être ton ennemi ? Comme ça, tu n'auras pas de regrets à me renvoyer dans l'Enfer dont tu m'as délivré sans le vouloir ? » La douleur était forte, décuplée au centuple comme toutes les autres émotions qu'il pouvait ressentir. Forte au point de faire vibrer sa voix dans l'escalier vide de la tour tandis que ses mains se crispaient sur le rebord en pierre de la fenêtre.

© ACIDBRAIN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

VIKEDDA ◊ feel the chemicals kickin' in

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolem - i feel the chemicals burning my bloodstream
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum