AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ― old wounds, new blood || IREDDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES
avatar
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : résolument purMessages : 3433Date d'inscription : 07/07/2011Localisation : Dans le noir
Ҩ ― old wounds, new blood || IREDDA Ҩ Lun 10 Avr - 17:54




old wounds, new blood
“Children show scars like medals. Lovers use them as a secrets to reveal. A scar is what happens when the word is made flesh.”  




Cela faisait partie des avantages du no man’s land. L’infirmerie tenait toujours debout et s’avérait fort utile en ces temps de guerre à peine voilée. Le lieu se voulait d’une neutralité absolue, contrairement à la Salle de Réception où Irina aurait dû rendre des comptes sans avoir la possibilité d’administrer son remède à Danslav. Ici, elle avait tout le matériel nécessaire à la guérison de celui-ci. Ils allaient tous les deux avoir besoin d’une bonne potion calmante, songeait-elle, incapable de contrôler les légers tremblements de ses membres alors qu’elle allongeait Danslav sur le premier brancard venu. Si Irina était informée de manière extensive sur les vélanes, nationalité bulgare obligeant, c’était une toute autre chose de voir la furie vélane en réalité. Danslav devait faire preuve d’un contrôle exemplaire, pour ne jamais avoir laissé passer le moindre épisode incontrôlé prendre le dessus sur lui, et sans qu’aucun de ses camarades ne le découvre. Mais là encore, Irina était détentrice du même type de secret. C’était comme cela qu’elle savait que Danslav ne dirait rien. Il serait encore plus méfiant, certes, elle pouvait le prévoir. Mais s’ils voulaient des secrets bien gardés, ils allaient devoir coopérer. Certainement que le respect qu’ils se portaient mutuellement rendraient les choses plus faciles.

Une fois sa peau tranchée et son essence vitale glissée entre les lèvres du meneur Iceberg, l’Ombre put respirer, enfin. Elle avait peur d’avoir attendu trop longtemps ; le poison se diffusait vite, et il se diffusait agressivement. Si Oskari les avait surpris, n’importe qui d’autre aurait pu en faire de même : cela aurait été trop risqué de s’arrêter en chemin, que ce soit par rapport à une nouvelle attaque, ou à l’image étrange que cela aurait été pour quiconque de voir Irina Droskaïa faire boire son sang à un Danslav Volkovitch inconscient. La jeune femme était soulagée ; son homologue resterait inconscient pendant quelques heures, c’était le contrecoup des eux potions calmantes qu’elle lui avait administrées après ça. Elle n’avait aucune connaissance de l’état de panique dans lequel il se réveillerait, il valait mieux prévenir que guérir.

Une fois les premiers soins prodigués, elle avait envoyé un patronus dans la Salle de Réception. Katerina, Deklan et trois autres avaient débarqué peu de temps après, inquiets, et heureux de les voir tous les deux en vie. Irina avait été rassurée de voir ces visages familiers ; Katerina et Deklan, malgré leurs rapports un peu compliqués, étaient des alliés. Elle n’aurait pas à se justifier. Mentalement, elle s’était préparée aux accusations. Il y en aurait forcément qui penseraient qu’elle avait attaqué Danslav elle-même, non ? L’habitude instantanée de se faire d’acier face aux éventuelles attaques. Par chance, elle n’était pas restée seule avec Deklan ; il avait suivi sur les talons de Katerina, sans grande surprise. L’ombre tâcha de ne pas laisser une quelconque trace d’amertume embrumer son esprit. C’était la dernière chose dont elle avait besoin.

Trois des Résistants s’étaient portés volontaires pour monter la garde devant l’infirmerie, le temps que Danslav se réveille, et qu’il soit de nouveau sur pieds. Irina avait insisté pour rester, malgré les inquiétudes de Katerina. Elle n’avait rien, elle. Les Ombres ne l’avaient pas touchée, ils n’avaient pas eu le temps. Puis, il y avait eu Zakhar. Elle était sincèrement persuadée que Zakhar n’aurait pas pris le risque de la blesser. Pour Avalon, elle ne pouvait pas en dire autant. Assise près du brancard, Irina observait la respiration égale du meneur des Icebergs. Après tout ce qu’ils avaient partagé sans même savoir qui ils étaient réellement, c’étaient quand même ironique d’en arriver là. Elle appréhendait le réveil, la douloureuse confrontation qui aurait certainement lieu. Mais avant que celle-ci ne puisse arriver, il y en aurait une autre. La Droskaïa sentit l’arôme de l’Eclair avant d’entendre ses pas. Automatiquement, elle se redressa, afficha un visage impassible. Elle ne pouvait pas savoir à l’avance ce qui l’attendait avec la nouvelle meneuse Vainqueur. « Hedda. » fit-elle sans lever les yeux, en reconnaissant sa présence sans pour autant s’étendre sur des formules de politesse qu’elle ne pensait pas une seule seconde. Pour tout ce qu’elle savait, son ennemie assignée viendrait porter les accusations qu’elle avait redoutées. « Tu es sûre que sortir de la Salle de Réception est bien prudent pour toi ? » Hedda était gardienne du secret ; la sécurité des Résistants et des siens reposait sur elle. Irina comprenait l’envie de sortir, après tout, rendre visite à Danslav était une bonne excuse pour s’échapper. Et pourtant…

Au fond, l’Ombre avait pensé être en sécurité. Elle avait été vive à se proposer pour les tours de garde, pour les excursions à l’extérieur, d’une part parce qu’elle aurait très mal supporté l’enfermement, et d’autre part parce qu’elle ne pensait pas réellement que les Insurgés l’auraient blessée, elle. Ils n’auraient pas forcément pu, de par Arachna, mais peut-être, naïvement, avait-elle pensé qu’ils ne l’auraient pas voulu non plus. La claque était violente, car elle revenait à admettre qu’effectivement, la majorité des Insurgés étaient des siens. Que sa foi avait été mal placée. Elle savait, évidemment, qu’elle n’avait pas été la principale visée. Elle avait vu l’hésitation sur le visage de Zakhar. Mais cela n’avait pas empêché la bagarre. Folie. Contre Danslav et elle-même, pourquoi avaient-ils même continué dans leur ridicule entreprise ?








hate me for all the things i didn't do for you Ψ
“The one thing that always tore us apart is the one thing I won't touch again. In my sick way I wanna thank you for holding my hand up late at night, when I was busy waging wars on myself you were trying to stop the fight.”


Dernière édition par Irina Droskaïa le Mer 17 Mai - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel »
avatar
« My skin has turned to porcelain,  to ivory, to steel »

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : plus que pur.Messages : 443Date d'inscription : 05/04/2015Localisation : fouine partout dans le château.
Ҩ Re: ― old wounds, new blood || IREDDA Ҩ Mer 17 Mai - 22:15

« old wounds, new blood »

IREDDA // We'll have the days we break, and we'll have the scars to prove it. We'll have the bonds that we save, but we'll have the heart not to lose it. For all of the times we've stopped, For all of the things I'm not. There's so many wars we fought, There's so many things we're not, But with what we have, I promise you that we're marching on.


Peut-être que si elle avait fait les choses différemment, elle n'en serait pas là aujourd'hui. Peut-être. Mais tous les et si du monde ne pouvaient plus rien pour elle, pour eux. Sa cupidité mal placée l'avait poussée à lorgner sur une place qu'elle s'était empressée de libérer pour se la rendre disponible. Elle avait pratiquement chassé Kira par pure méchanceté alors qu'elle savait, en trouvant l'Ox, que le poste de meneuse lui était assuré. Elle avait tout fait pour, depuis bien plus longtemps que ça ne se savait. Telle une proie tapie dans l'ombre, elle avait préparé son ascension, n'hésitant pas à laisser les autres mener ses batailles. Ainsi elle s'était fait une réputation de traîtresse, déloyale, mais rusée et ambitieuse. Si elle n'aurait jamais pu accéder au trône sous le règne de Krum, c'était différent avec Roman. Il avait toujours apprécié la compagnie de la vipère, et ensemble, avec Priska, ils s'affirmaient jour après jour.
Heureusement qu'ils étaient à trois, car l'animosité latente des autres meneurs n'était pas franchement encourageante. Erika était la seule en qui Hedda s'autorisait à placer sa confiance. Deux femmes brisées par des tourments qui vibraient à l'intérieur d'elles, cela faisait un moment que ces deux-là s'étaient trouvées. Si Hedda l'avait soutenue lorsqu'elle était tombée au plus bas, la meneuse des Flammes lui rendait désormais la pareille. Elle connaissait par coeur le caractère de la Norvégienne, elle savait à quoi s'attendre ; mais elle savait aussi qu'elle ne tenterait rien de stupide maintenant qu'elle possédait enfin tout ce qu'elle avait toujours voulu. Pouvoir et influence.

Mais si elle se satisfaisait réellement de sa situation, alors pourquoi ressentit-elle un pincement au coeur en voyant Deklan et Katerina quitter la salle avec une petite délégation de résistants? Elle n'avait entendu que quelques mots depuis là où elle se trouvait. Danslav et Irina avaient été attaqués. Juste avant qu'ils ne partent, elle s'avança un peu en avant de manière à ce que la meneuse des Icebergs soit obligée de l'apercevoir. Mais ni Katerina, ni Deklan ne trouva utile de l'informer davantage. Sans avoir le courage de s'en expliquer les raisons, douloureusement évidentes, elle fut déçue. Lorsqu'on l'avait choisie pour assumer le rôle de Gardienne du secret, elle avait cru que c'était un signe de paix entre leurs anciennes rivalités, une marque de leur confiance. Plus le temps passait et plus elle avait l'impression qu'on l'avait uniquement choisie pour son caractère froid et indépendant, sans doute aussi ses capacités magiques. Au final, c'était presque comme si on l'avait choisie pour son nom de famille. Car après tout, sa façon d'être n'était-elle pas un héritage familial? N'avait-elle donc rien d'autre à offrir, ne pouvait-on pas la choisir simplement parce qu'elle l'avait mérité?

Agacée, la jeune femme entreprit de les suivre discrètement. Elle les observa entrer dans l'infirmerie et patienta jusqu'à ce qu'ils en ressortent. Ensuite elle se présenta devant ceux qui gardaient l'entrée, pénétrant sans un bruit dans la pièce où elle trouva un Danslav mal en point en compagnie d'une Irina indemne. Du moins, en apparence. La reine des Ombres était douée pour dérober ses sentiments au regard des autres. Mais Hedda n'était pas dupe, elle entendait les silences qui se murmuraient entre les mots. Elle savait que son homologue taisait bien plus de choses qu'elle n'aurait dû. « Hedda, fit-elle, impassible. » Abandonnant les convenances inutiles, la Droskaïa semblait appréhender la suite de leur échange. A n'en pas douter, elle pouvait sentir le regard perçant de la Sørensen l'examiner minutieusement.
Après un court instant, elle ajouta, toujours sur le même ton. « Tu es sûre que sortir de la Salle de Réception est bien prudent pour toi ? » Confinée dans ce qui s'apparentait de plus en plus à une cage, la Norvégienne se faisait violence pour ne pas se faufiler plus souvent entre les barreaux. On lui rabâchait sans cesse la même chose, ils semblaient tous oublier qu'elle était parfaitement consciente des dangers qui allaient de pair avec son nouveau statut. Elle s'était laissée briser les ailes trop longtemps, elle avait besoin de reprendre un peu ses droits sur sa propre liberté. « Dernièrement, on ne peut plus être sûr de rien, de toutes façons, rétorqua-t-elle un peu trop calmement. » Et aussi simplement que ça, elle envoya un premier coup de pioche dans la glace qui figeait chacun de leurs rapports.

Il y avait certaines choses qui avaient besoin d'être dites. C'était nécessaire pour passer outre, avancer. Si il était préférable d'y mettre des formes, l'Eclair n'avait jamais su y faire. Oh, elle était douée pour les beaux discours, à l'instar de Roman, on ne remettait pas en doute son charisme. Mais usait toujours d'une franchise tranchante, qui pouvait s'avérer agressive dans certaines configurations. Comme celle-ci, assurément. L'hostilité présente entre les deux jeunes femmes était palpable.
Quand elle posa les yeux sur Danslav, elle ne put s'empêcher de s'interroger sur les faits. Elle s'approcha du brancard pour mieux analyser sa condition, plus par curiosité intéressée que par réelle compassion. Sa poitrine se soulevait faiblement, il faisait peine à voir. Hedda se tourna lentement vers Irina, le visage fermé. « Mieux vaudrait pour toi qu'il se réveille en parfait état, ou on pourrait croire que cette attaque n'est pas ce qu'elle semble être. » Elle se méfiait de l'Ombre et de chacune de ses paroles souvent trop réfléchies pour refléter ses véritables pensées. Elle avait vu tout ce à quoi Irina avait dû renoncer depuis qu'elle avait choisi de rallier la Résistance, et parfois elle avait du mal à croire qu'elle ne regrettait rien. S'éloignant légèrement de Danslav, elle prit place exactement en face de la Droskaïa. Son regard pesait lourdement sur Irina, ne lui octroyant pas une seule seconde de répit. « Je constate que les Insurgés t'ont plutôt épargnée par rapport à Danslav. Une suggestion de ton fiancé, sans doute? »




     we are the poisoned youth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES
avatar
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : résolument purMessages : 3433Date d'inscription : 07/07/2011Localisation : Dans le noir
Ҩ Re: ― old wounds, new blood || IREDDA Ҩ Jeu 18 Mai - 12:27




old wounds, new blood
“Children show scars like medals. Lovers use them as a secrets to reveal. A scar is what happens when the word is made flesh.”  




Hedda était inhabituellement calme. L’Ombre la savait plus vive, d’ordinaire, plus électrique. La voir se tenir ainsi, droite et digne près du lit de Danslav renvoyait Irina à sa propre position, inhabituelle aussi. Presque courbée au dessus de Danslav, en un arc de cercle protecteur. Qui eut cru que le marbre pouvait plier et la foudre se raidir ? « Dernièrement, on ne peut plus être sûr de rien, de toutes façons » entendit-elle l’Eclair rétorquer. Irina n’était pas certaine de vouloir savoir à quoi la meneuse faisait référence. Ce n’était pas un secret que l’on pouvait être attaqué ; l’Ombre y voyait dans sa phrase la menace des siens, ses propres certitudes naïves envolées. S’il y avait bien un adjectif qu’elle n’avait jamais utilisé pour se décrire, c’était bien celui-ci.
Irina sentait les membres tendus de la jeune femme près d’elle. Les battements réguliers de son palpitant résonnaient dans ses oreilles, contrastant avec celui, plus lent, du meneur des Icebergs. Hedda se rapprocha du lit de Danslav ; Irina choisit de détourner la tête, ne voulant pas lui voler son intimité avec celui qui faisait partie des têtes royales des Vainqueurs avec elle. Ils étaient plus liés tous les deux qu’elle ne l’était avec l’un ou l’autre ; soudainement, la Droskaïa eut envie de quitter la pièce. Elle avait fait son travail, elle avait protégé son Vainqueur, le but et la fonction ultime des Résistants, maintenant elle pouvait le rendre aux siens. Au groupe dont elle ne faisait pas partie, dont on ne voulait pas la laisser faire partie. Pas tout à fait avec les Ombres et pas tout à fait avec les Résistants et les Vainqueurs, Irina réalisa soudain à quel point le vide s’était progressivement fait autour d’elle. A quel point elle était seule.

Hedda ne la laisserait pas se soustraire si facilement. A nouveau, la Droskaïa sentit le corps de la meneuse bouger, s’éloigner légèrement du lit de Danslav pour se rapprocher d’elle, se planter devant elle dans un face à face parfait. Lui faire comprendre que maintenant qu’elle était rassurée, c’était elle, Irina Droskaïa, l’objet de son nouvel examen. Un examen plus difficile encore, plus insidieux. « Mieux vaudrait pour toi qu'il se réveille en parfait état, ou on pourrait croire que cette attaque n'est pas ce qu'elle semble être. » Irina releva les yeux naturellement, à ces mots. Etait-ce une menace ? Confirmait-elle ce que tout le monde aller penser ? Qu’elle avait elle-même perpétré l’attaque, qu’elle était contre eux, de mèche avec les Insurgés, un agent double ? C’était presque risible. Tarvonen saurait leur dire, Tarvonen la croirait, saurait calmer les soupçons. Mais toi, qu’en penses-tu, ô reine foudroyante ? Irina restait silencieuse, plongée dans les prunelles dures de la meneuse des Eclairs, fixée sur son visage de porcelaine.

Hedda n’avait pas le choix. Elle portait enfin la couronne pour laquelle elle avait sacrifié, et l’ornement se révélait bien plus lourd à porter que prévu. Irina pouvait-elle la blâmer ? « Je constate que les Insurgés t'ont plutôt épargnée par rapport à Danslav. Une suggestion de ton fiancé, sans doute? » Cette fois, l’Ombre ne peut laisser échapper un petit rire sans joie. Dmitri. Elle se relève, sybilline, pour être au même niveau qu’Hedda. Elle est légèrement plus grande, et à cet instant là, elle est reconnaissante de ce simple détail. « Dmitri ne me porte guère plus d’affection que je ne lui en porte, dernièrement. » Etant donné leur dernière confrontation, Dmitri n’aurait pas voulu l’épargner. Même s’il avait commandité l’attaque, ce dont Irina doutait fortement. Avalon avait orchestré l’embuscade, l’Ombre en était persuadée. Tout comme elle était convaincue que Zakhar n’avait fait que suivre, que tenter de se prouver aux yeux des autres. Dmitri aurait attaqué lui-même, il voulait du sang, et il n'’urait pas hésité à la blesser, Irina en était certaine. Pour le simple plaisir de penser qu’il aurait pu faire pencher la balance tandis qu’elle était en position de faiblesse. Dmitri était insidieux de cette façon là. Comme si de simples blessures pouvaient faire bouger ses convictions.

C’était bien peu pour résumer tout ce qu’elle pensait savoir, mais Hedda n’aurait pas voulu l’entendre, tout comme Irina ne souhaitait pas rentrer dans les détails. Elle était plus forte en cachant ses squelettes au cœur de la forteresse sans les étaler au grand jour. Néanmoins, elle était bien conscience de devoir se justifier, consciente de sa position et de la meilleure chose à faire. Irina avait peut-être été naïve, mais elle était intelligente. Son esprit était affuté, aiguisé, il avait mené les Ombres parfaitement pendant 5 ans. Elle savait bien qu’il était plus utile de gagner la confiance de quelqu’un plutôt que de se mettre à l’écart soi-même en se plaignant du manque de confiance des autres. Irina devait raconter l’attaque, et Hedda devait comprendre qu’elle ne mentait pas. La jeune femme décroisa les bras, prenant le parti d’enlever une fraction de son blindage. Une seconde, elle eut l’image d’une jeune femme tendant son cou blanc devant une vipère prête à y planter ses crochets. Quels jolis crochets. « Il est très clair que leur cible était Danslav, pour des raisons évidentes. Il a été touché rapidement, pris par surprise, l’attaque était clairement planifiée. D’une manière ou d’une autre, ils étaient au courant du planning des rondes. Les deux Ombres ont fui quand j’ai défendu Danslav. Ils tenteront de me le faire payer plus tard j’imagine. » Inutile de lui dire que Avalon l’avait visée avec rage aussi, Hedda ne l’aurait pas crue, elle n’en portait pas les marques et l’Eclair n’avait pas confiance en elle. Comment expliquer sa guérison miracle alors que Danslav était allongé devant elle, ne se réveillerait pas avant plusieurs heures ? Sa volonté d’apaiser la belle Eclair avait ses limites ; en premier lieu, elle devait protéger Danslav et son secret. Le moment venu, ils réécriraient l’histoire ensemble pour se mettre à l’abri, un accord tacite entre créatures dangereuses, entre armes de combat qui ne pouvaient se contrôler.








hate me for all the things i didn't do for you Ψ
“The one thing that always tore us apart is the one thing I won't touch again. In my sick way I wanna thank you for holding my hand up late at night, when I was busy waging wars on myself you were trying to stop the fight.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel »
avatar
« My skin has turned to porcelain,  to ivory, to steel »

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : plus que pur.Messages : 443Date d'inscription : 05/04/2015Localisation : fouine partout dans le château.
Ҩ Re: ― old wounds, new blood || IREDDA Ҩ Mar 17 Oct - 14:39

« old wounds, new blood »


IREDDA // We'll have the days we break, and we'll have the scars to prove it. We'll have the bonds that we save, but we'll have the heart not to lose it. For all of the times we've stopped, For all of the things I'm not. There's so many wars we fought, There's so many things we're not, But with what we have, I promise you that we're marching on.


Ses insinuations retentirent contre les murs ; mais c’était encore sur elle que les briques menaçaient de s’écrouler. Qui était-elle pour oser défier la Reine des Ombres ? Qui était-elle pour prétendre au droit de prononcer de telles accusations à voix haute ? Hedda n’était personne, pas plus qu’un nom qui se faisait pulvériser par les consonnes de tous les autres ; et surtout par le sien, celui de cet homme pour lequel elle avait simulé des sentiments, consciente que ce serait à travers lui qu’elle atteindrait son but. Mais dans ses savants calculs, elle avait oublié un détail ; Roman était un homme et de ce simple fait, il l’éclipserait toujours. Quoi qu’elle fasse. Peu importe ses arguments. C’était une guerre qu’elle menait depuis trop longtemps et dont l’issue était toujours la même ; elle revoyait encore son propre père menacer d’offrir le trône Sørensen à son bâtard de fils pour ces mêmes raisons, injustes mais intemporelles. Comment avait-elle pu s’imaginer que Roman la considèrerait comme son égale ? C’était pratiquement écrit dans sa nature, quelque part entre son égo de mâle et son besoin irrépressible d’attirer sur lui toute l’attention. Avait-il un jour réellement eu l’intention de leur léguer des parts de ce nouveau pouvoir, ou n’avait-ce été que pour la forme ? Hedda n’était pas idiote, elle avait vu l’empressement maladif avec lequel il avait posé la couronne de Nikolas sur sa tête blonde. C’était lui, le véritable Roi, le seul et l’unique à qui le petit peuple s’adressait ; il ne les avait nommées reines que parce qu’il savait qu’elles le protègeraient quoi qu’il leur en coûte. Il agissait de plus en plus comme s’il était le seul aux commandes, le seul à mériter sa place sur le trône, alors même qu’il l’avait volée, saisie de force. Il semblait avoir oublié bien vite que c’était elle qui les avait menés jusqu’à l’Ox. Mais c’était également elle qui avait posé les doigts sur cette fichue bague qui les avait tous condamnés. Peut-être même qu’un jour, il trouverait un moyen de le lui reprocher. Il en était bien capable.

Hedda avait passé sa vie à se battre pour des miettes de reconnaissance, que ce soit auprès de son propre père ou au sein de cette maudite école. Alors ça commençait à la dévorer, ce sentiment lancinant de doute. Celui de ne pas être acceptée, d’être exclue d’une communauté qu’elle voulait si désespérément rejoindre. Elle pensait avoir déjà fait ses preuves, mais apparemment ça ne leur suffisait pas. Que leur fallait-il de plus? Que devait-elle leur sacrifier d’autre, après avoir accepté de risquer sa vie pour la leur, jour après jour ? Leur fallait-il son âme sur un plateau pour y planter les crocs et son cœur en offrande ? Elle était lasse de céder des petits bouts d’elle-même en espérant que ça ferait la différence, que quelqu’un s’apercevrait qu’elle avait changé. Elle n’était plus la même personne que celle qui avait trahi son clan, puis ses amis. Cette fille-là avait disparu, mais son spectre semblait encore hanter bien des esprits.
Elle se focalisa sur Irina, soudain perturbée par une vérité qui se dessinait lentement dans son regard trouble. Pour elle non plus, cela ne devait pas être facile. Si on ne se fiait guère à Hedda, se méfiait-on moins de la meneuse des Ombres, dont la plupart des membres se trouvaient parmi les soldats du camp adverse? Elle était la première à l’accuser, et ça lui fit soudain comme un violent choc dans la poitrine. Ne valait-elle donc pas mieux que ceux-là même qu’elle critiquait un peu plus tôt ?

« Dmitri ne me porte guère plus d’affection que je ne lui en porte, dernièrement. » Hedda se redressa légèrement, soudain perturbée par ses propres réflexions sur la meneuse des Ombres. Jamais elle ne s'était demandé ce que celle-ci avait pu ressentir lorsque son clan s'était déchiré sous ses yeux. Elle se laissa gagner par une curiosité corrosive, qui s'attaque à ses certitudes pour les effriter tout doucement. « Il est très clair que leur cible était Danslav, pour des raisons évidentes. Il a été touché rapidement, pris par surprise, l’attaque était clairement planifiée. D’une manière ou d’une autre, ils étaient au courant du planning des rondes. Les deux Ombres ont fui quand j’ai défendu Danslav. Ils tenteront de me le faire payer plus tard j’imagine. » Trahie par ses propres sujets. C'était donc tout ce que son clan lui réservait désormais, en guise de reconnaissance pour ces années de règne : de la violence et du sang. Que diraient-ils s'ils la voyaient discuter avec celle qui leur avait dérobé l'Ox? Ça la saisit d'un seul coup, ça lui fit l'effet d'une gifle. Elles se ressemblaient bien plus qu'elles ne l'auraient jamais soupçonné.
A la lueur de cette nouvelle perspective, Hedda considéra le corps blessé de Danslav quelques instants. Il semblait avoir terriblement souffert, il ne lui fut pas difficile de corroborer les dires d'Irina ; de toute évidence, ceux qui les avaient piégés s'attendaient à tomber sur le meneur des Icebergs et s'étaient acharnés sur lui. L'Eclair reporta son regard de glace sur la jeune femme qui lui faisait toujours face, mais quelque chose changea presque imperceptiblement au fond de ses yeux lorsqu'elle les plongea dans les siens. « Qu'ils essaient, fit-elle sur un ton chargé de sous-entendus. » Elle était persuadée qu'Irina saurait déchiffrer le message. Elle lui accordait ce que beaucoup leur avaient souvent refusé : le bénéfice du doute. Sa voix se radoucit légèrement. « Tu as une idée de qui aurait pu leur fournir ces informations, quelqu'un que tu soupçonnes en particulier? » L'Eclair se dit que si quelqu'un devait la trahir dans ses propres rangs, elle se doutait déjà de son identité. A cette triste pensée, un long soupir s'échappa d'entre ses lèvres. « C'est épuisant de douter de tout le monde, n'est-ce pas? J'ai horreur de ça, je préfère savoir d'emblée qui sont mes ennemis. » Et puis elle ajouta, esquissant un maigre sourire à l'attention d'Irina, « Et qui sont mes alliés. » Elle déposait entre ses mains les premiers fondements d'une confiance encore fragile.



     we are the poisoned youth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES
avatar
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : résolument purMessages : 3433Date d'inscription : 07/07/2011Localisation : Dans le noir
Ҩ Re: ― old wounds, new blood || IREDDA Ҩ Mer 18 Oct - 15:14




old wounds, new blood
“Children show scars like medals. Lovers use them as a secrets to reveal. A scar is what happens when the word is made flesh.”  




L’Ombre attendait la sentence, le jugement qui allait certainement tomber comme un couperet. Elle était prête à l’encaisser ; rajouter un peu de marbre à la pierre, se fortifier et ne rien attendre. Au moins, elle saurait exactement la portée de la confiance de ceux qu’elle tentait de défendre, sans leur demander autre chose en retour que leur respect, au moins, leur considération. Elle avait sacrifié l’idée qu’ils puissent lui faire confiance lorsque plus de la moitié de son clan s’était retourné contre eux. Pourtant, quelque chose avait changé dans les prunelles d’Hedda, un reflet qui ne pouvait venir du joyau de la couronne des Eclairs. « Qu'ils essaient » fit-elle, les yeux dardés sur elle. Impitoyable. Inflexible. Mais pas contre elle. Quelques vertèbres de la colonne d’Irina craquèrent sous la pression qui se relâcha dans son dos lorsque l’imperceptible soulagement donna une nouvelle saveur à l’air qu’elle respirait. L’Eclair était son ennemie par nature, et pourtant elle était peut-être la première à lui faire comprendre, à demi-mots, qu’elle avait sa place au milieu de la Résistance. Que si une partie d’elle était restée avec les Ombres, quelqu’un savait que cela n’entâchait en rien son engagement et sa détermination à se battre pour son école, pour tous ceux qui vivaient à l’intérieur.

L’infime cadeau que lui offrait Hedda la toucha plus que cela n’aurait dû ; c’était quelque chose qu’elle attendait de Danslav, qui lui avait finalement refusé, jusqu’à l’attaque. Irina n’avait pas besoin d’absolution. Son appartenance aux Ombres n’était pas criminelle. Néanmoins, le bénéfice du doute avait été tellement rarement accordé que malgré elle, la foudroyante reine du clan adverse pansait une plaie plus profonde qu’elle ne l’aurait cru. Lorsqu’elle reprit, Hedda était plus indulgente, plus souple : « Tu as une idée de qui aurait pu leur fournir ces informations, quelqu'un que tu soupçonnes en particulier? » Irina détourna les yeux ; le soulagement fut de courte durée. Ce n’était pas en partageant ses soupçons que la meneuse allait davantage lui faire confiance. Les doutes que l’Ombre avait portaient sur quelqu’un de trop proche d’elle, quelqu’un qu’Hedda défendrait, dont elle ne pourrait douter également. Et pourtant, Irina était profondément convaincue qu’au moins une partie de ses craintes étaient fondées ; Roman était une maladie. Une peste, qui se nourrissait du chaos et de la pourriture. Il avait infecté le château, il avait infecté jusqu’aux siens. La Droskaïa le sentait ; elle respirait l’odeur écoeurante du sang et de la trahison sur la peau et les vêtements de son ennemi à chaque fois qu’ils étaient amenés à se croiser. Elle-même se battait pour prouver sa légitimité auprès des Résistants, et il était profondément frustrant de penser que pour Tatsikov, la confiance des autres était acquise. Il était Vainqueur, par conséquent il était forcément du bon côté.

La mâchoire d’Irina se serra à la pensée qu’il était considéré comme acquis que si les Ombres avaient mis la main sur l’Ox en premier, ce pouvoir aurait été au service d’une bande de psychopathes qui n’avait pour but que de voir le monde brûler. L’immunité automatique dont semblaient se prévaloir tous les clans sauf eux faisait gronder en elle une rage sourde. Les Ombres n’étaient pas les seuls à pouvoir trahir, mentir, abuser du pouvoir ; c’était profondément humain, et humains, ils l’étaient tous. « C'est épuisant de douter de tout le monde, n'est-ce pas? J'ai horreur de ça, je préfère savoir d'emblée qui sont mes ennemis. » Irina acquiesça, doucement. C’était rarement aussi simple que ça, et c’était effectivement regrettable. L’Ombre allait répliquer dans ce sens lorsque la blonde, sibylline, rajouta : « Et qui sont mes alliés. » A nouveau, Hedda faisait un mouvement vers elle, amorçait quelque chose de beau, de fragile mais de sincère, Irina en était convaincue. Ce qui expliquait le malaise profond qui avait pris possession de ses entrailles, qui se tordaient doucement. Parler, et risquer de tout faire voler en éclats. Se taire au nom de la paix, et risquer de laisser courir un meurtrier et un traître parmi eux.

Néanmoins, tout n’était pas en noir et blanc. Les deux jeunes femmes étaient assez intelligentes pour se décrypter, se lire, peut-être se deviner, derrière le voile de l’alliance sacrée. « C’est encore plus déroutant de penser que ceux que tu considérais comme tes ennemis sont finalement des alliés… tandis que tes alliés présumés peuvent se révéler des ennemis. » Il était évident que l’Ombre faisait référence à son co-meneur, celui avec qui elle avait partagé sueur, nuits blanches et dur labeur ; même des fiançailles. Que Dmitri soit dans le camp opposé faisait tout aussi mal, non pas à cause de l’affection qu’elle lui avait portée, mais parce qu’ils étaient censés être du même bois. Le même statut, le même sceau, la même idéologie. Il était tristement douloureux de constater qu’ils divergeaient tant aujourd’hui. De la même façon, Hedda y lirait peut-être entre les lignes son sous-entendu voilé. Après tout, elle était peut-être dans la même situation. « Je ne veux pas lancer d’accusations sans preuve irréfutable, Hedda, quand bien même mes soupçons croissent de jour en jour. » Après le voile venaient peu à peu les cartes qu’Irina abattait sur la table, choisissant peu à peu la voie de la sincérité, révélant son jeu tout en essayant de se protéger. De les protéger. Hedda lui avait fait confiance pour l’appeler alliée, elle devait s’en souvenir. Irina inspira, doucement. Malgré ses belles résolutions, elle avait tout de même l’impression de risquer une nouvelle bataille. « Tu es bien placée pour comprendre à quel point c’est délicat pour moi de menacer une alliance tacite et fragile avec des suggestions qui pourraient être mal interprétées. » Irina était tout en sous-entendus, mais Hedda était loin d’être idiote. A moins d’être volontairement sourde et aveugle, elle saurait que les soupçons d’Irina se portaient vers son clan, et vers une personne y étant influente. C’était bien là le problème : la haine que se portaient Roman et Irina n’avait rien d’un secret. Quelqu’un croirait-il à l’objectivité de la Russe ?






hate me for all the things i didn't do for you Ψ
“The one thing that always tore us apart is the one thing I won't touch again. In my sick way I wanna thank you for holding my hand up late at night, when I was busy waging wars on myself you were trying to stop the fight.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

― old wounds, new blood || IREDDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum