AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — we are a battlefield ∮ THADDERA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♔ The things we lost in the fire
avatar
♔ The things we lost in the fire

HOMINUM REVELIO ϟ
Messages : 239Date d'inscription : 10/03/2015Localisation : quelque part où on lui foutra la paix
Ҩ — we are a battlefield ∮ THADDERA Ҩ Mar 21 Fév - 22:54





we are a battlefield ∮
“When we see too many battlefields, it breaks something inside of a person and they lose the ability to distinguish between cruelty and necessity.”



Pour la première fois depuis trop longtemps, Thaddeus marchait avec un but ; le résultat de sa machination devait être là, sa vie allait reprendre du sens. Ces longues semaines avaient été un calvaire, une succession sans fin de moments d’impuissance, les uns à l suite des autres, autant d’échardes dans son cœur de guerrier. Il avait toujours été au cœur de l’action, à la tête des opérations. Durant ses premières années à Durmstrang, puis à Salem… L’Ox ne l’avait pas rendu plus puissant, il détruisait chacune de ses cellules pour les modifier, faire de lui quelqu’un d‘autre. Ivanna avait eu beau essayer de le rassurer, lui susurrer à l’oreille que c’était un investissement sur l’avenir, qu’une fois le cocon funeste terminé, il ressortirait avec des poings d’acier et une source de pouvoir inépuisable. Comme s’il était un putain de papillon.  Mais c’était terminé, tout ça. Le Vainqueur avait repris son destin en main, avait repris les rennes de son propre pouvoir. Il se maîtrisait un peu mieux, pas assez pour ne causer aucun danger, mais assez pour ne pas se laisser dominer par ses émotions. Enfin, il était lui-même à nouveau. Il avait élaboré un plan, avec de complexes étapes, mais il allait obtenir son dû. Quoi qu’il advienne.

Hemera l’attendait déjà ; l’ancien Iceberg fronça les sourcils. Il était reconnaissant de ne pas avoir eu à tourner pendant des heures avant d’être confronté au vif du sujet, mais il ne pouvait plus reculer. Elle lui donnait froid dans le dos ; quelque chose en elle le mettait profondément mal à l’aise, sans exactement pouvoir mettre le doigt sur ce que c’était exactement. Pourtant, il était là, ancré fermement sur ses deux pieds. De marbre. Lui aussi, il avait quelque chose à offrir, quelque chose qu’elle voulait. Aucun rapport de force ne serait toléré ; pas s’ils voulaient tous les deux arriver à leurs fins. Cependant, plus Thaddeus se rapprochait, et plus son dos se raidissait. Et si elle n’avait pas été capable de délivrer son message, alors quoi ? Devrait-il recommencer depuis le début ? Trouver un autre acolyte à qui vendre les bienfaits de son pouvoir ? Il n’avait plus le temps, il avait déjà trop perdu. Depuis que toute cette affaire avait éclaté, il avait le distinct sentiment de s’être fait rouler. L’Iceberg songea à Danslav et serra les dents ; s’il avait su ce que le pouvoir de l’Ox impliquait, il aurait peut-être réfléchi à deux fois avant de se faire apposer le sceau.

Thaddeus se planta devant l’Ombre, et laissa passer quelques secondes avant de prendre la parole, déterminé. « Tu as pu faire ce que je t’avais demandé ? » demanda t-il, en heurtant ses prunelles à celles, vert bouteille, de son interlocutrice. Il demandait par politesse, parce qu’il fallait bien que l’un d’eux fasse l’effort, le premier pas. Il avait confiance qu’Hemera avait accompli la mission qu’il lui avait confiée ; lors de leur première entrevue, il n’avait pas caché les termes de leur accord, elle savait ce qu’elle obtenait en échange de ce qu’elle donnait. L’Iceberg attendait patiemment. Il tentait de se persuader qu’il n’aurait pas pu mieux choisir son interlocutrice. Elle était Ombre, et elle était Lestrange. Cela comptait bien comme un gage de qualité, non ? Pourtant, les secondes s’égrenaient dangereusement, et le silence était aussi assourdissant que le crissement d’ongles sur un tableau noir. Quelque chose n’allait pas. Thaddeus pouvait le sentir à la manière qu’elle avait de le regarder sans le voir. Il se racla la gorge. « Je sais que ça a dû demander des efforts logistiques, ce n’est pas la porte à côté, mais c’était essentiel à notre accord. Je ne t’apprends rien. » il insista, pour la pousser à ouvrir la bouche. S’il devait lui attraper les épaules et la secouer comme un prunier pour en faire tomber les informations, il le ferait. C’était trop important pour lui. Arriver à joindre sa mère, à lui dire qu’il arrivait, que tout allait aller mieux maintenant, ça avait été son but dès le début. C’était la raison pour laquelle il avait souhaité rejoindre un clan en premier lieu ; pour le pouvoir de guérir sa mère, d’enfin avoir une vie de famille normale. Pour arrêter de se perdre entre les jambes d’Ivanna en pensant que c’était okay, que ce n’était que sa demi-sœur et que tout ce qu’il voulait, c’était un sentiment d’appartenance qu’elle seule pouvait lui donner. Peut-être qu’avec l’Ox, ils trouveraient un moyen d’être heureux, à nouveau. Peut-être même qu’il pardonnerait les conneries de son père. Si seulement Hemera voulait bien lui confirmer que son putain de message avait été correctement transmis, et qu’on pouvait passer aux choses sérieuses. Le Vainqueur était désagréablement suspendu à ses lèvres, avec une amère sensation que le rapport de force était en train de se créer, et que tout cela n’annonçait rien de bon.






________________
the rains weep o'er his hall
and who are you, the proud lord said, that i must bow so low? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red, a lion still has claws. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur (d'angleterre).Messages : 392Date d'inscription : 12/02/2016Localisation : loneliness is the curse of the broken hearted
Ҩ Re: — we are a battlefield ∮ THADDERA Ҩ Mar 28 Mar - 1:06

Tu fais les cent pas dans le couloir, incapable de tenir en place. Tu sais que le rendez-vous était convenu pour plus tard, mais tu ne pouvais plus rester en place dans le QG des Insurgés. Le morceau de papier dans ta main droite semble te brûler le bout des doigts, mais tu ne peux pas te permettre de le lâcher, tu ne peux pas te permettre de l’oublier. Il est la raison de ton agitation. Tu sens ton cœur battre violemment dans ta poitrine, tu l’entends résonner contre tes tempes. Tu glisses tes doigts contre ta cage thoracique et tu peux le percevoir, rapide et puissant. Tu devrais en être reconnaissante, toi qui cherches sans cesse des preuves que tu es bel et bien vivante. Pas ce soir. Pas alors que tu te maudis d’être angoissée pour quelque chose qui ne te concerne pas. Tu ne devrais pas ressentir ces émotions, encore moins pour un inconnu. Car c’est tout ce que Thaddeus Romanovski est, un inconnu. Tu as conclu un marché avec lui, tu as trouvé un arrangement avec ce Vainqueur bien moins regardant que les autres. Cela ne lui offre néanmoins aucune position spéciale dans l’échelle de ton appréciation. Tu n’aurais pas dû ressentir cette empathie pour lui lorsque tu as appris la nouvelle, lorsque tu as reçu le morceau de papier par un portoloin maladroit. On t’a mieux enseignée que cela. Tu cherches parmi les moindres fibres de ta logique pour expliquer ton angoisse. Tu as beaucoup risqué pour ce marché. Tu veux le voir réussir. Cette nouvelle risque potentiellement de toute remettre en raison. Tu ne peux pas te le permettre. Oui. C’est pour cela que tu angoisses. Pas en raison d’une empathie qui n’existe plus en toi. Tu vaux bien mieux que cela.

Lorsqu’il se présente face à toi, nerveux, agité, tu te sens presque calme. Tu l’es, comparé à lui. Tu l’observes de ton regard vide. Tu cherches la moindre similitude entre vous, sans en trouver. Ressembles-tu à ça lorsque tu es nerveuse ? Tu n’espères pas. Il semble ridicule. Tu ressentais de l’empathie alors que tu étais seule, mais désormais face à lui, tu ne sens plus rien. L’homme ne t’a jamais fascinée. Tu as peut-être la faiblesse d’éprouver de la sympathie pour l’idée que tu as d’eux, mais tu n’éprouves plus rien quand tu te retrouves en leur présence. Rare sont ceux qui ont le droit à tes émotions, et un seul parmi eux te connaît mieux que tu ne te connais toi-même. Romanovski ne t’impressionne pas. L’impatience dont il fait preuve est loin de te perturber. Si tu avais du tact, tu aurais pu trouver une manière de formuler ce que tu as à dire de façon beaucoup plus subtile. Tu n’en as pas. Tu peux simplement plonger ton regard dans le sien, laissant les mots sortir calmement d’entre tes lèves. « Ta mère est morte. »

Tu n’as pas pu passer par Amatis pour tenter de contacter la mère de Romanovski. Ta sœur aurait estimé qu’il s’agissait d’une perte de temps. Tu as préféré contacter Mars. Il te doit une faveur, pour toutes les informations que tu lui fais parvenir volontairement. Il n’a pas hésité, n’a pas refusé. Votre correspondance a été extrêmement brève, les portoloins sont encore loin d’être entièrement stables. Seulement ton message, et sa réponse, un d’accord éloquent mais simple. Quelques semaines plus tard, lorsque tu as reçu le morceau de papier que tu tiens toujours dans ta main droite, tu n’as pas eu besoin de réponse écrite pour comprendre. Tu tends d’ailleurs le parchemin au Vainqueur. « Son acte de décès. » Tu ne ressens aucune compassion. C’est un sentiment que tu as perdu depuis longtemps pour tous ceux qui te sont étrangers. Personne n’importe à tes yeux, s’il ne s’agit pas d’un de tes proches. Tu ressembles à une poupée cassée, mais tu as appris à fonctionner de cette manière. « Notre marché tient toujours. J’ai rempli ma part. A toi de faire la tienne. »

© code par Nostaw.

________________
we killed in cold blood
when the day has come, that i've lost my way around ✻ and the seasons stop and hide beneath the ground. when the sky turns gray. and everything is screaming. i will reach inside. just to find my heart is beating. oh, you tell me to hold on. but innocence is gone, and what was right is wrong


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♔ The things we lost in the fire
avatar
♔ The things we lost in the fire

HOMINUM REVELIO ϟ
Messages : 239Date d'inscription : 10/03/2015Localisation : quelque part où on lui foutra la paix
Ҩ Re: — we are a battlefield ∮ THADDERA Ҩ Mer 17 Mai - 14:09




we are a battlefield ∮
“When we see too many battlefields, it breaks something inside of a person and they lose the ability to distinguish between cruelty and necessity.”



Il lui semble que des années se passent entre le moment où Hemera Lestrange entrouvre les lèvres pour parler, et celui où les mots sortent enfin de sa bouche. Une vie se passe avant que le son atteigne ses oreilles. Aucun laps de temps au monde ne peut lui permettre d’entendre vraiment l’information, de la digérer. Ca semble trop loin, trop irréel. « Ta mère est morte. » Dans les dix premières secondes de silence, elle aurait pu aussi bien lui parler de la météo. Lui dire que ah, on voit bien Mars ce soir. Lui dire que c’est embêtant ce siège tout de même, pas pratique pour accéder à la nourriture. N’importe quelle banalité stupide. Cela ne fait aucune différence ; Thaddeus est complètement déconnecté de son propre corps et incapable d’enregistrer ce qu’Hemera lui dit. Il est glace, il est marbre, il est sans colonne vertébrale. Ce n’est que lorsque le bras de la messagère passe près de lui que ses yeux se relèvent de ses orbites engoncées. « Son acte de décès. » L’Iceberg ne comprend pas, quelque chose ne passe pas. Qu’est-ce qu’elle lui tend encore, son dernier bulletin de notes ? Mais il s’en fiche. Ce qu’il veut entendre lui, c’est Daisy va bien, on l’a prévenue de ton arrivée imminente, elle t’attend à Boston. Pas des inepties concernant des actes de pacotille sortis de nulle part qui n’ont aucun sens.

Le monde continue visiblement de tourner, puisque Hemera le fixe d’un air impatient, comme si elle attendait quelque chose de sa part, mais l’Iceberg se sent fait de ciment. « Notre marché tient toujours. J’ai rempli ma part. A toi de faire la tienne. » L’effrontée se tient devant lui, indemne et entière, pas le moins du monde touchée par les débris et les décombres en train de pleuvoir dans la salle. Sans bouger, elle évite les blessures et les coupures, tandis que l’essence vitale de Thaddeus semble se déverser à ses pieds. C’est la vue du sang imaginaire qui lui provoque la première décharge. « Non. Tu te fous de ma gueule. C’est pas possible. » Elle se fiche de lui sur tous les sujets. Toute cette rencontre est une blague, une mascarade. Des couleuvres sans fin sortent de sa bouche en rictus, cruelle et froide, des serpents qui enserrent le jeune homme et lui coupent le souffle. Ca commence à faire mal, ça commence à se propager. Une profonde douleur à l’estomac, un mal diffus dans les poumons. Du mal à respirer, du mal à trouver l’air suffisant pour articuler. Un hurlement silencieux qui lui vrille le crâne. « Qu’est-ce qui s’est passé ? » D’un instant à l’autre, la Lestrange va se mettre à rire et à lui taper dans le dos avec un je t’ai bien eu t’as flippé hein eheh. Le fils Romanovski attend, planté sur ses deux jambes, résistant à la main toute-puissante qui appuie sur son échine, qui veut l’obliger à se courber, à plier les genoux, à se prostrer par terre.

Il ne peut pas se l’imaginer. Ne peut pas intégrer dans la réalité, dans sa réalité, une telle nouvelle. Ce serait trop cruel de la part du destin, de l’envoyer ici, de l’avoir quittée à reculons, entraîné par son père, en hurlant pieds et poings liés, pour finalement ne jamais pouvoir la revoir. Ce serait trop triste, trop tragique. Même Svarog n’est pas si malicieux. Thaddeus sent quelque chose se détraquer en lui quand il voit l’air peu concerné de son interlocutrice, son papier à la main. Il bondit d’un coup sur elle, lui arrache le papier de la main, et plante ses prunelles brûlantes sans celles de glace d’Hemera. « Tu n’auras rien du tout tant que je ne saurai pas tout. C’était supposé être gagnant-gagnant. » Et là je perds tout, se retient-il de rajouter. Quel toupet elle a, la fille Lestrange, de lui parler marché alors que la seule raison pour laquelle ledit marché existe, c’est Daisy. Elle est partie et tout part avec elle.








________________
the rains weep o'er his hall
and who are you, the proud lord said, that i must bow so low? only a cat of a different coat, that's all the truth i know. in a coat of gold or a coat of red, a lion still has claws. and so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur (d'angleterre).Messages : 392Date d'inscription : 12/02/2016Localisation : loneliness is the curse of the broken hearted
Ҩ Re: — we are a battlefield ∮ THADDERA Ҩ Mar 1 Aoû - 18:04

Tu ne comprends pas l’homme qui se tient devant toi. Le regard vide, le corps fixe, tu l’observes sans réellement le voir. Pourquoi s’agite-t-t-il ? Pourquoi tremble-t-il ? Tu sais que tu es censée ressentir quelque chose pour lui, de la compassion, de la sympathie, de la gentillesse… tu en es incapable. L'empathie t'a toujours été étrangère pour ceux que tu ne considères pas comme tes proches, et rare sont ceux qui méritent cette appellation sortant de ta bouche. Tu n'as aucune empathie pour Romanovski, au contraire la bêtise dont il fait preuve commence à t'agacer. Est-il stupide à ce point pour ne pas comprendre les mots ta mère est morte et acte de décès. Tu penches la tête sur le côté alors que tu le regardes, une moue dédaigneuse aux lèvres. Tu parles la même langue que lui, grâce aux sortilèges de traduction, alors il est certain qu'il t'a compris. Tu ne sais plus pourquoi tu étais angoissée, tu ne sais plus pourquoi tu as ressenti une émotion en pensant à lui. La peur, l'appréhension, ses démons qui te dévorent le coeur alors que tu es plus forte que ça.

L'es-tu ?
L'es-tu réellement Hemera ?

Oui.

Oui, tu l'es.

Tu dois y croire.
Ne pas te laisser dévorer, mais te laisser sombrer.

Tu es une Lestrange.
Agis comme telle.


Et puis, tu ne comprends pas. Si on t'annonçait la mort de ta mère, tu t'en moquerais. Peut-être serais-tu même heureuse. Elle t'a toujours empêchée de t'approcher de ton frère, de ta sœur. Alazar semble de moins en moins important aujourd'hui, mais il l'était quand tu avais six ans, quand tu avais dix ans, quand tu avais quatorze ans. Elle t'a gardée loin d'Amatis et pour ça, tu ne pourras jamais lui pardonner. Peut-être pourrais-tu la tuer toi-même ? Tu serais débarrassée. La pensée amène un sourire satisfait à tes lèvres, la pensée te plaît. Ce n'est pas le moment, mais tu la gardes dans un coin de ton esprit. Il te faudra en parler à Amatis. En attendant, tu dois t'occuper de l'attardé en face de toi. Il a des questions, exige des réponses. Il n'a rien à exiger, ce malandrin, rien à demander. Tu as accompli ta part du marché.

Tu hausses des épaules, laisse tomber l'acte de décès au sol. « Je n'en sais rien, cela ne m'intéresse pas. Si tu veux savoir, lis ce papier. » Tu ne le ramasseras pas, tu t'en moques complètement. Tu as fait ce que tu devais faire. A son tour. « Notre marché, Romanovski, était que je fasse parvenir un mot à ta mère en échange de ton sang, de ton pouvoir. » Qu’il se rappelle le fou, qu'il se souvienne des mots qu'il a lui même prononcé. Tu ne céderas pas, il te doit l'Ox. « J'ai transmis ton message. Que ta mère soit morte, cela ne change rien à notre deal. J'ai fait ce que j'avais à faire. A ton tour. » Te voit-il comme un monstre alors que tu ne cilles pas, alors que ton regard reste désespéramment vide ? Tu l'espères. Tu es un monstre, un monstre forgé par la douleur et par le sang, forgé par les larmes et les ténèbres. Il a conclu un pacte avec ce monstre.


© code par Nostaw.

________________
we killed in cold blood
when the day has come, that i've lost my way around ✻ and the seasons stop and hide beneath the ground. when the sky turns gray. and everything is screaming. i will reach inside. just to find my heart is beating. oh, you tell me to hold on. but innocence is gone, and what was right is wrong


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

— we are a battlefield ∮ THADDERA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Battlefield 3
» Test de bande passante :)
» Ici DiGiDiX ! ('tention, vulgarités basique)
» Mélinda Aria Griffin ♥ Battlefield or B59
» Two Chains Breakers on the Battlefield | Pv Sphinx

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum