AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Unloved Ones ♆ (Helesza II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
She was just some little girl who everyone stopped fighting for
avatar
She was just some little girl who everyone stopped fighting for

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Pur depuis des siècles, les Bàthory sont une des familles les plus respectées et illustres de Hongrie.Messages : 274Date d'inscription : 06/09/2015Localisation : Planquée dans un coin de la salle de réception.
Ҩ The Unloved Ones ♆ (Helesza II) Ҩ Dim 8 Jan - 18:52


♆ the unloved ones
helena & narz

Un éclair de lumière fonça droit sur son adversaire, manquant de peu de le tuer. Seulement ça n'avait aucune importance, parce qu'elle venait de croiser son regard. Trop perturbée pour continuer, elle demanda à faire une pause dans son entraînement. Ça ne rimait à rien, de toutes façons. Si ils voulaient la transformer en soldat, il leur faudrait plus qu'un stupide cours de défense. Elle ne protègerait que les siens, elle se fichait pas mal des autres. Sa mère lui avait toujours dit de se méfier des étrangers. Timea avait raison, ce n'était pas sa fille qui avait déclenché tout ça. Ce pouvoir maudit, elle n'en voulait pas. C'était leur faute.
Quelques minutes plus tard, depuis son coin isolé, la petite Hongroise assista à toute la scène. Ce fut d'abord un hurlement qui lui fit tourner la tête. C'est à ce moment-là qu'elle vit le plafond s'effondrer, faisant trembler toute la salle. Ça lui avait envoyé des électrochocs jusque dans les os, quand elle avait vu qui se trouvait en-dessous. En une demi-seconde, le visage poupin de Ludmila disparut derrière les gravats. Sa poupée était partie en fumée, évaporée dans le chaos. Malgré la panique qui l'envahit toute entière, elle ne put s'empêcher de penser qu'elle l'avait fait exprès, de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Ça devait lui plaire, toute cette agitation autour d'elle. Et puis au moins si elle devait crever maintenant, elle partirait comme elle avait toujours vécu, au centre de l'attention.
Il fallut un moment à Narcisza pour que la vérité se distille dans ses veines. Le choc la ramena à la réalité. Champs de mine dans sa cage thoracique, la terreur ravageait tout à l'intérieur. Elle traversa la pièce comme une météorite pour venir s'écraser contre les rochers, des étincelles dans les yeux. Elle ne savait pas si elle était terrifiée ou en colère, furieuse contre cette destinée qui s'acharnait à lui enlever tout ce qui avait un peu d'importance. Lorsqu'elle ne parvint pas à l'atteindre, Narcisza se rendit compte qu'elles partageaient bien plus qu'un secret, que ça dépassait de loin les squelettes que Ludmila avait laissés derrière elle. Peu importe qui se cachait derrière le masque, l'Iceberg ne pouvait supporter de la laisser l'abandonner à son tour. « S'il-te-plaît, reste avec moi, souffla-t-elle. » Elle suppliait, les lèvres brûlantes qui cherchaient vainement à prononcer un nom qu'elle ne connaissait pas.


Son regard noisette scrutait la chair, avide de la découper aux ciseaux pour savoir ce qui se cachait en-dessous. Cela faisait plusieurs heures qu'elle attendait en silence, sans se décourager. L'infirmière lui avait dit que la blessure guérirait avec le temps, pourvu que Ludmila prenne correctement son traitement. Elle allait se réveiller et elle aurait mal, apparemment. Tant mieux, elle goûterait à sa propre médecine. Narcisza s'était promis de ne pas lui sauter à la gorge dès qu'elle reprendrait conscience, qu'elle se montrerait tendre et patiente, comme n'importe quel autre être humain était censé se comporter. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire, il y avait tellement de questions sans réponses. Ça ne l'avait pas dérangée jusqu'à présent parce qu'elle n'avait jamais réalisé à quel point ça la tuerait de ne jamais apprendre la vérité. Pourquoi toutes les personnes qu'elle aimait s'obstinaient à lui mentir? Comme si elle n'avait pas assez d'Arabella et de ses airs torturés, il fallait encore qu'elle s'entiche de quelqu'un qui la ferait souffrir. Sa paranoïa se nourrissait des secrets des autres, des mots qu'on ne lui disait pas, des histoires qu'on ne lui racontait pas. Elle absorbait toute la noirceur des autres mais c'était elle qu'on appelait monstre. Ce monde n'avait aucun sens.

La Belle au Bois dormant ouvrit lentement les yeux, une expression crispée barrant son doux visage. « Venez vite! Elle est réveillée! cria-t-elle à l'intention de l'infirmière. » Aussitôt, quelqu'un accourut pour s'occuper d'elle et Narcisza s'éloigna, le coeur moins lourd. Un énorme poids venait de s'enlever de sa poitrine. Et alors que l'angoisse liée à la perte s'envolait, une place de choix se libérait pour une autre émotion. Plus sombre, plus dangereuse. La rancoeur gonflait dans ses poumons et la petite Hongroise avait du mal à respirer, à la laisser sortir.
Quand la douleur fut anesthésiée et que le calme revint, elle se rapprocha de la blessée et s'assit sur son lit. Dès qu'elle croisa son regard, des milliers de pensées se bousculèrent dans son esprit. Elle finit par grimacer, tirant une croix sur les beaux principes du genre humain. « Tu flirtes dangereusement avec la mort pour quelqu'un qui se targue d'avoir une vie parfaite. » Le ton de sa voix se voulait cassant, chargé de juste assez d'ironie pour en faire trop. Elle n'avait jamais été tendre avec Ludmila, d'ailleurs sa simple présence ici prouvait qu'elle avait compris. Jamais elle n'aurait osé s'approcher de cette garce dans un lieu comme celui-ci, trop exposé, trop public. Ç'aurait été comme de s'allonger sur les rails et d'attendre que le train passe.

Narcisza ne pouvait mettre de mot sur ce qu'elle ressentait, mais elle aurait tout donné pour que ça s'arrête. De toutes manières elle n'avait jamais vraiment su ce que ça voulait dire, toutes ces émotions. On leur donnait des noms mais tout se mélangeait toujours dans sa tête comme dans son coeur. Elle avait mal partout mais elle ne lâcherait rien, elle était venue pour réclamer, exiger qu'on lui rende des comptes. « Ça m'étonne que tu n'y sois pas encore passée. » Tout dans son regard dégoulinait d'amertume. Elle était trop orgueilleuse pour supporter d'avoir été mise à l'écart, comme si elle n'était rien, comme si elle n'avait pas le droit de savoir. Comme si rien ne la reliait à cette inconnue à part une identité volée. « Ce qui me fascine le plus, c'est ta créativité. Je dois reconnaître que tu es pleine de ressources en ce qui concerne les différentes façons de mourir. » Elle soutint son regard, l'emprisonnant entre ses cils. « Mais au fond je me demande si ça me surprend vraiment. Il en faut de l'imagination pour fabriquer tous tes mensonges. »


________________


open my chest and colour my spine

I can see through you, We are the same. It's perfectly strange. You run in my veins. How can I keep you inside my lungs. I breathe what is yours, you breathe what is mine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TWO-FACE WHORE
avatar
《 TWO-FACE WHORE 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur de chez purMessages : 195Date d'inscription : 20/09/2014Localisation : Introuvable
Ҩ Re: The Unloved Ones ♆ (Helesza II) Ҩ Mar 31 Jan - 15:57




the unloved ones
“We're creatures of the underworld. We can't afford to love.”



La dernière chose qu’elle voit avant que tout s’assombrisse autour d’elle, c’est les prunelles paniquées de Narcisza. A moitié partie, déjà, elle entend sa voix. Un timbre affolé. Helena a envie de sourire, et elle sait que ce sont les muscles de Ludmila qui étirent ses lèvres. C’est ridicule, que cette fille se soucie encore d’elle. Elle va crever, Helena, elle le sent. Elle va rejoindre sa jumelle, et les parents Buczkowski n’auront plus qu’à embaucher une autre fille de l’ouest pour faire leurs jeux de mimes. La Résistante est profondément fatiguée, lasse. Les gravas sur son corps et le sang poisseux qu’elle sent dégouliner d’elle, ça la soulage. Au moins, elle n’aura plus à faire avec leurs conneries. S’il fallait clamser pour avoir la paix, elle ouvrirait grand les bras. Elle ne se rend même pas compte que le prénom de la Bàthory s’échappe de ses lèvres, une fraction de seconde avant le trou noir.



Le goût du sel la réveille. Elle ouvre les yeux, difficilement, engourdie, comme enveloppée dans une immense tête de coton-tige. Helena passe sa langue sur ses lèvres desséchées et vient y chercher la saveur typique du canal lacrymal qui a trop fait des siennes. Elle est encore là. Le destin ne veut pas la lâcher, ne veut pas lui donner de répit. Plus elle voit clair, et plus la douleur lui fracasse le crâne. Alors que ses yeux sont grands ouverts, elle peine à respirer, ses poumons ne la suivent pas. Prise de panique, elle regarde l’infirmière accourir vers elle, et une silhouette familière reculer. Quelques secondes plus tard, la main qu’elle avait porté à sa poitrine retombe mollement ; elle ne sent plus grand-chose, sa respiration est faible mais l’air passe. La Buzckowski se sent fragile ; elle déteste ça. Surtout quand Narz est là.

Il ne lui a pas fallu attendre de l’avoir devant elle pour la reconnaître. Elle suit l’ancienne Iceberg du regard tandis que cette dernière s’assoit sur son lit, comme si elle avait tous les droits de le faire, comme si elle n’était pas une étrangère. « Tu flirtes dangereusement avec la mort pour quelqu'un qui se targue d'avoir une vie parfaite. » Son ton est dur, mais l’ironie de ses paroles roule sur la peau d’Helena comme du talc. Qu’est-ce qu’elle s’en fiche des apparences à présent. Cela fait quelques temps déjà qu’elle a compris, que d’autres avaient bien mieux connu sa jumelle qu’elle. Que la garce n’en avait pas été à son coup d’essai lorsqu’elle avait enroulé la corde autour de son délicat petit cou, l’été dernier. Helena ne se donne même pas la peine de répondre. Narcisza ne savait-elle pas que la valse avec la Mort était la plus belle des danses au monde ? « Ça m'étonne que tu n'y sois pas encore passée. » Helena veut sourire. Tout en elle veut répondre un ‘moi aussi’ ironique, et vide de sens. Elle a méprisé Ludmila pour son envie de mourir, pendant tous ces mois. L’a dite faible, trop conne pour savoir comment vivre. Pourtant, pourtant. N’a-t-elle pas accueilli le noir autour d’elle comme un cadeau, un peu plus tôt ? N’est-elle vraiment qu’une hypocrite ?

Pour autant, elle reste silencieuse, ne veut pas donner d’armes à cette peste qui se tient près d’elle comme si quelque chose les liait. Pincement au cœur. Connerie. Un truc se tord en elle, la ronge, la fait mentir. Elle sent la brûlure de la main de Narz sur sa peau, sent la pluie sur son visage, l’air frais fouetter son visage. Elle hallucine, elle s’invente des choses. Elle n’a jamais vécu ça. La vérité est logée trop loin dans ses entrailles pour qu’elle ne puisse l’atteindre. « Ce qui me fascine le plus, c'est ta créativité. Je dois reconnaître que tu es pleine de ressources en ce qui concerne les différentes façons de mourir. Mais au fond je me demande si ça me surprend vraiment. Il en faut de l'imagination pour fabriquer tous tes mensonges. » Pour la première fois, Helena a l’impression que sa némésis s’adresse réellement à elle. Elle, de chair et d’os. Pas au bout de fantôme à l’intérieur d’elle. Elle s’aperçoit que la Vainqueur la regarde différemment ; se tient différemment près d’elle. Les pièces du jeu ont déjà volé en éclats ; la Reine a été prise, est-ce qu’on en a toujours quelque chose à foutre du Roi ? « Pas autant que tu crois. Il n’y a rien d’original à se balancer au bout d’une corde, mais je te remercie du compliment. » siffle Helena, détachée et les yeux rivés sur la lampe de sa table de nuit.

Elle a l’image depuis trop longtemps dans sa tête, comme un film qui passe en boucle. Le regard vide de Ludmila, qui l’atteint là où ça fait mal, sans même la voir. Qui fait écho à son propre regard mort. La seule différence, c’est qu’elle, elle respire encore. Les morts ne peuvent pas mentir, et les vivants ne sont pas réels. Qui, d’elles deux, pouvait encore prétendre rester du bon côté du miroir ? « Le mensonge, c’est une question de perspective. C’est seulement la moitié d’une pièce à deux faces. » continue Helena sans regarder l’Iceberg. Elle se sent comme au bord d’un gouffre, les yeux fermés. Une demi-vérité sort de sa bouche, attendant patiemment d’être rejointe par l’autre moitié. Helena sent le mélange étrange du fer mélangé au sel dans sa bouche lorsqu’elle finit enfin, lorsqu’elle saute pour de bon. « Un peu comme moi. » S’écraser en bas, ce sera une putain de belle aventure.






________________
galaxies under our skin Ψ
“ some people are born with thunderstorms in their lives, but constellatons in their eyes. other people are born with stars at their feet, but their souls are lost at sea. ”


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

The Unloved Ones ♆ (Helesza II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum