AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (hematis) hey sister, do you still believe in love, i wonder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur (d'angleterre).Messages : 434Date d'inscription : 12/02/2016Localisation : loneliness is the curse of the broken hearted
Ҩ (hematis) hey sister, do you still believe in love, i wonder Ҩ Dim 18 Sep - 17:38

Tu te noies. Tu te noies et tu te sens malade jusqu’au plus profond de ton être. Tout se mélange dans ton esprit, alors que les images défilent, encore et encore, et que les cris ne cessent de résonner contre les parois de ton crâne. Tu as la nausée, mais rien ne peut plus sortir de ton corps, tout comme rien ne peut plus y entrer. Tu ne te fais plus vomir, mais tu ne manges plus. Tu sais que ta mère t’observe, tu sais qu’elle est derrière toi, chaque jour, qu’elle te parle et t’incite à tant de choses. Tu t’en moques. Tu te moques d’elle depuis bien longtemps déjà, depuis que tu as grandi sans elle, que tu as changé sans elle. Tu n’as plus besoin d’elle. Tu n’as jamais eu besoin d’elle. Et assise sur le canapé du grand salon du manoir Lestrange, les jambes posées sur tes coudes et la tête enfouie entre tes mains, tu laisses échapper un rire. Il n’a rien d’amusé ce rire, au contraire, il est nerveux. Tous tes nerfs sont à vif et tu n’as plus que ça comme réaction, rire. Rire à t’en rendre folle. Tu deviens folle, tu es certaine. Tu deviens folle alors que ton monde s’est brisé autour de toi. Bellatrix est morte. Alazar est en prison. Theodore n’a pas donné signe de vie. Alyx ne répond à aucune de tes missives. Amatis est partie depuis bien longtemps déjà. Tu es seule, seule à en crever, et tu le sens, tu vas en mourir. Prendre ta propre vie n’a jamais été une option, mais alors que tu te noies dans ta peine, dans ta douleur, dans ta peur et dans ta folie… tu te dis qu’au moins la mort serait le calme. La tranquillité. Plus de soucis, plus de frère et de sœur, plus de parents qui ne te connaissent pas, plus de problèmes… plus de souffrance. Et soudainement, tu préférerais mourir que rester ici, dans cette demeure bien trop vide, une seconde de plus.

Néanmoins, tu sais la vérité. Tu es lâche. Theodore te hurlerait probablement le contraire, te rappelant tes deux années à avoir le courage de vendre ton corps pour ta cause, à torturer et à tuer pour ta cause. Mais Theodore n’est pas là. Et tu es seule. Tout se répète alors en boucle, ta folie, et ta peur, et les images, et les cris, et ta solitude. Rien ne quitte jamais ton esprit, et chaque jour c’est le même schéma, le même cirque, et rien ne change. Jamais. Rien ne te distrait, si ce n’est écrire à ton frère. Chaque jour, tu reçois une lettre d’Alazar et chaque jour, tu lui réponds. Jamais tu ne te serais attendue que ton frère réponde à ta première lettre, ni même qu’il continue à te répondre à chaque fois. Aussi étrangement que cela puisse paraître, tu as l’impression d’avoir enfin une relation avec ton aîné. Alors qu’il est enfermé à Azkaban et que tu te noies dans ce manoir trop grand pour toi, vous vous parlez finalement, après toutes ces années à désirer son attention sans retour. Il s’agit peut-être de la seule chose positive qui ressort de tout ce bazar monumental que ce sont tes vacances d’été. Enfin. Plus seulement des vacances, désormais. Tu n’es plus à Poudlard. Tu as fini ta septième année. Pas complètement, mais en partie. Et tu ne penses pas vraiment y retourner l’année d’après, au vu de l’état de l’école. Et désormais… tu ne sais plus quoi faire. Une chose de plus à ajouter à la liste.

Un bruit dans l’entrée te fait finalement relever la tête. Si tu pensais que cela pouvait être l’un de tes parents, tu n’aurais pas réagi, mais ils sont partis pour la journée. Ta curiosité piquée, estimant que tu n’as rien à faire de plus, tu te lèves et va voir ce qu’il se passe. Qu’elle n’est pas ta surprise de voir ta sœur aînée dans le hall d’entrée. « Amatis. » Auparavant, tu aurais tenté de refouler un sourire, teinté de culpabilité. Auparavant, tu aurais tenté d’être gentille avec ta sœur, pour attirer son regard à elle aussi, pour te rendre intéressante et lui faire plaisir. Mais désormais… désormais, tu t’en moques. Toutes les sensations sont encore trop fortes pour que tu t’en soucies, à l’instant même. « Que fais-tu au manoir ? Tu ne vis plus ici. » Tu sais que ta voix est vide de toute émotion. Tu sais qu’elle sonne durement au milieu du silence du hall, encore plus alors que tu as toujours été aussi fascinée par ta sœur. Ce n’est pas la voix d’une fille fascinée, mais celle d’une fille fatiguée. Lui tournant le dos, tu retournes dans le grand salon, te moquant de si ta sœur te suit ou non. Tu n’as pas la tête à ça. « Père et mère ne sont pas là pour la journée. Tu as perdu ton temps en venant ici. » C’est la seule raison pour laquelle ta sœur ferait le déplacement, voir vos parents. Tu ne l’as jamais intéressée.

© code par Nostaw.


we killed in cold blood
when the day has come, that i've lost my way around ✻ and the seasons stop and hide beneath the ground. when the sky turns gray. and everything is screaming. i will reach inside. just to find my heart is beating. oh, you tell me to hold on. but innocence is gone, and what was right is wrong


Dernière édition par Hemera Lestrange le Mar 28 Mar - 1:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bury all your secrets in my skin ✝
avatar
Bury all your secrets in my skin ✝

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : purMessages : 409Date d'inscription : 29/12/2015Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Re: (hematis) hey sister, do you still believe in love, i wonder Ҩ Lun 9 Jan - 4:04


hey sister, do you still
believe in love ♆



Il faisait particulièrement chaud, ce jour-là. C'était un détail qui avait attiré l'attention de la Lestrange dès le réveil, quand le soleil était venu lui brûler les paupières. Ça l'avait arrachée des bras de Morphée, toute cette luminosité. Elle avait oublié de fermer les rideaux, encore une fois. Elle se disait toujours qu'elle attendait le dernier moment, juste avant de s'endormir, mais elle ne les fermait jamais. Elle ne l'avouerait pas, mais les lumières de la ville avaient quelque chose de rassurant. Le sommeil ne venait plus depuis longtemps, il fallait compter les heures avant que la fatigue ne l'emporte sur l'angoisse. Une peur incessante, l'impression morbide que sa vie ne tenait qu'à un fil. Comme si ça avait déjà été différent. Mais elle devait admettre que ça s'était amplifié depuis la fin de la guerre. Trop calme, sans doute. Ça ne durerait pas. Mais en attendant le prochain drame, elle ressassait les précédents.

Des tas de petits détails insignifiants lui revinrent en mémoire quand elle se demanda comment elle avait atterri ici, devant le manoir Lestrange. Au fond, elle n'était pas vraiment surprise, maintenant qu'elle avait analysé la situation. Sa décision avait été vachement précipitée, intuitive ; mais elle n'était que la suite logique des évènements, un chapitre pratiquement écrit d'avance, attendu. Quand elle songea à ce qu'elle avait lu dans le journal ce matin à propos de Bellatrix, elle se dit que sa venue était inévitable. Il fallait qu'elle sache, qu'elle creuse un peu plus à l'intérieur d'elle-même. Elle s'était demandé toute la journée si ça lui ferait quelque chose de rentrer chez elle et maintenant qu'elle se trouvait sur le pas de la porte, elle hésitait encore. Alazar n'était plus là, à son grand soulagement. Mais sans lui, ça n'était plus vraiment la maison de son enfance, ça n'avait plus le même impact sur son subconscient.
Pourtant ça ne l'empêchait pas de fixer sa main posée sur la poignée d'un air anxieux, elle ne savait que trop bien ce qui l'attendait une fois qu'elle aurait passé la porte. L'air se liquéfiait dans ses poumons tandis qu'elle pénétrait dans la demeure qui servait de toile de fond à tous ses cauchemars. Ses yeux se posèrent sur le papier peint vieilli, elle étouffa un rictus amer. Rien n'avait changé. Il y avait toujours la même atmosphère sordide, les mêmes horreurs incrustées dans les murs. Elle contracta tous les muscles de son visage, fit de son mieux pour ne pas vomir à cause des mêmes souvenirs atroces qu'elle se trimballait dans son âme calcinée.

What the hell am I doing here. Regrettant aussitôt d'avoir remis les pieds dans ce trou à rats, la jeune femme voulut faire demi-tour. La silhouette amaigrie d'une soeur oubliée se dessina droit devant elle. Sa voix d'outre-tombe l'appela et déclencha un vieux réflexe enfoui loin sous la surface, une pulsion à peine tangible, comme une envie de se reconnecter à ce bout de vie qui aurait dû compléter la sienne. Hemera était la pièce qui manquerait toujours à son puzzle. « Que fais-tu au manoir ? Tu ne vis plus ici. » Même si les deux Lestrange n'avaient jamais été proches, l'aînée sentit d'instinct que quelque chose détonnait de d'habitude. Difficile de mettre le doigt dessus quand on n'y avait jamais fait attention. Amatis réalisa à quel point sa soeur faisait partie des murs, c'était à peine si elle comprenait d'où ça lui venait, ce sentiment étrange que quelque chose était différent. « Père et mère ne sont pas là pour la journée. Tu as perdu ton temps en venant ici. » Elle se retint de lui dire qu'elle le savait déjà, qu'elle ne savait même pas pourquoi elle s'était imaginé que ça lui apporterait quelque chose de faire le déplacement. Peut-être que ça lui tomberait dessus plus tard, quand elle ne s'y attendrait pas. Peut-être qu'elle comprendrait enfin pourquoi son coeur s'était serré si fort dans sa poitrine quand elle avait lu toutes les horreurs que l'on crachait sur le dos des Lestrange. Et puis si ça ne venait pas, tant pis, tant mieux.

La médicomage suivit l'ombre de sa soeur sans trop réfléchir. Il fallait qu'elle mette son cerveau en pause pour ne pas devenir folle, dans ce manoir. Elle devait se sortir d'elle-même, quitter son corps et se contenter de regarder la scène depuis l'extérieur. Quelque chose la retenait, elle sentait qu'elle ne devait pas partir tout de suite. « Je suis pas là pour ça, je dois… récupérer des affaires. Bref, ça te regarde pas, répondit-elle machinalement. » C'est à cause de l'absence de réaction d'Hemera qu'elle réalisa ce qui avait changé. D'habitude, sa cadette se découpait en mille morceaux pour qu'Amatis en récupère un et lui accorde cinq secondes d'attention. Mais depuis son arrivée, la petite brune n'avait même pas cherché à croiser son regard. Non pas que ça lui importe, mais si, quand même un petit peu.
Pour la première fois depuis longtemps, Amatis posa les yeux sur sa petite soeur et elle prit le temps de la dévisager. Quand est-ce qu'elle avait grandi comme ça, où étaient passées ses grosses joues toutes roses? Elle laissa l'image de la nouvelle Hemera s'imprimer dans son esprit. « T'as maigri. » Après réflexion, elle la trouva même extrêmement maigre. Perplexe mais incapable de retranscrire humainement ses inquiétudes, Amatis fit comme elle faisait toujours avec elle ; elle fit semblant de rien, puisqu'après tout, elles ne se connaissaient pas. Elles ignoraient encore qu'elles partageaient bien plus qu'un simple nom. D'ailleurs il était inscrit en grandes lettres en première page d'un ramassis de conneries. « T'as lu ce qu'ils disent sur Bellatrix dans les journaux? Bientôt on devrait avoir honte de s'appeler Lestrange, c'est franchement n'importe quoi. »

Et puis finalement ça lui dégringolait sur la gueule, l'orgueil écorché d'une famille dépouillée par la guerre. Peut-être bien qu'elle en avait quelque chose à foutre de leur réputation et peut-être même bien que ça la pulvérisait de l'intérieur, d'avoir tout perdu.






don’t take that sinner from me

Oh Lord, oh Lord, what have I done? I’ve fallen in love with a man on the run. Oh Lord, oh Lord, what do I do? I’ve fallen for someone who’s nothing like you. He’s raised on the edge of the devil’s backbone. Oh I just wanna take him home. There wasn’t a wrong or a right he could choose, he did what he had to do. Don’t care if he’s guilty, don’t care if he’s not. He’s good and he’s bad and he’s all that I’ve got.



Dernière édition par Amatis Lestrange le Jeu 2 Nov - 16:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur (d'angleterre).Messages : 434Date d'inscription : 12/02/2016Localisation : loneliness is the curse of the broken hearted
Ҩ Re: (hematis) hey sister, do you still believe in love, i wonder Ҩ Mar 28 Mar - 1:06

La réponse d’Amatis ne te surprend pas. Pourquoi te surprendrait-elle ? Ta sœur ne t’a jamais accordé aucune attention, ta sœur ne s’est jamais occupée de toi. Au contraire, elle te regardait comme une épine dans son pied, comme un insecte qu’elle doit écraser. Tu n’es rien pour Amatis, et qu’elle te dise que ce qu’elle fait ne te regarde pas… cela ne te surprend pas. Mais cela t’agace. Ô comme cela t’agace. Et la colère, elle, te surprend. La colère te déstabilise, la colère te coupe le souffle. Tu n’as pas l’habitude de te sentir en colère contre ta sœur. Pas après toutes ces années à tenter de l’intéresser, à tenter d’attirer son regard, à tenter de voir de l’admiration dans ses prunelles. Mais tu n’as pas envie de l’impressionner à l’instant même, non. Tu as envie qu’elle parte, tu as envie qu’elle se taise, tu as envie qu’elle disparaisse. Tu ne veux pas qu’elle te réduise à rien, tu ne veux pas qu’elle te diminue. Et la colère se répand dans tes veines, comme un poison qui te brûle le sang. Tu sens le venin au bout de ta langue, mais tu te tais, te contente d’observer ta sœur. Est-ce réellement ta sœur, cette femme qui ne s’est jamais souciée de toi, cette femme qui t’a détestée depuis que tu es venue au monde ? Tu ne peux pas dire. Avant, tu aurais tenté de tout faire pour l’impressionner. Plus maintenant. Lorsque sa deuxième remarque arrive, tu as presque envie de hurler de rire. Ou de fondre en larmes. Tu te sentirais presque hystérique. Tu as envie de la féliciter de savoir utiliser ses yeux ; oui de lui demander comment a-t-elle pu remarquer, puisqu’elle ne te regarde jamais. Tu te contentes de la fixer, de ton regard froid et vide de toute vie. « Ça t’intéresse ? C’est nouveau. » Tu t’assoies dans le canapé, reprends le livre que tu ne lisais pas vraiment. Tu espères qu’elle t’oubliera, qu’elle fera ce qu’elle a à faire et repartira aussitôt. Tu ne veux pas la voir.

Néanmoins, il semble que ce ne soit pas la journée pour que tes souhaits se réalisent, alors que ta sœur reste où elle et que sa voix s’élève à nouveau. « Tante Bellatrix est morte. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent, aucun d’entre eux ne la connaissait vraiment. » Cela a toujours été le propre des journaux : parler des sujets brûlants, parler de choses qu’ils ne connaissent pas, parler comment s’ils savent tout alors qu’ils ne savent rien. C’est le propre des vainqueurs, tout simplement, de réduire à néant le côté des perdants. De ne laisser passer aucune chance de les voir ressurgir à nouveau. Lord Voldemort a fait la même chose quand il a été au pouvoir, détruisant l’image d’Harry Potter et de ses pathétiques amis. C’est normal. C’est irritant, mais c’est normal. Pour que tu ressentes quelque chose à ce sujet, il faudrait que tu ressentes quelque chose tout court. Ce n’est plus le cas. « Cela vaut pour toi aussi. Tu ne la connaissais pas. Ne joue pas l’offensée. » Theodore et toi, vous êtes restés sous apprentissages pendant trois années. Theodore et toi, vous la connaissiez, un minimum en tout cas. Bellatrix Lestrange était un monstre, une âme sanguinaire, qui les a corrompus jusqu’à la moelle. Bellatrix a fait de toi ce que tu es aujourd’hui. Rien de moins.

Sentant la lassitude et la colère se faire de plus en plus puissantes, tu inspires profondément et repose le livre à tes côtés. Tu lèves le regard vers ta sœur, plonge tes yeux dans les siens. « Que fais-tu réellement là Amatis ? Tu n’es pas là pour nos parents ; et si tu voulais réellement récupérer certaines de tes affaires, tu serais venue bien avant. Cela fait des années que tu n’as pas posé les pieds au manoir. Quant à moi… je ne suis pas assez naïve pour croire que tu es là pour moi. Alors pourquoi ? Quoique, non. Ne me le dis pas. Fais juste ce que tu as à faire. Plus vite ce sera fait, plus vite je serai à nouveau tranquille. » Et tu ignores tes mains qui tremblent, tu ignores tes subites nausées. Tu ne veux pas voir ta sœur.

© code par Nostaw.


we killed in cold blood
when the day has come, that i've lost my way around ✻ and the seasons stop and hide beneath the ground. when the sky turns gray. and everything is screaming. i will reach inside. just to find my heart is beating. oh, you tell me to hold on. but innocence is gone, and what was right is wrong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bury all your secrets in my skin ✝
avatar
Bury all your secrets in my skin ✝

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : purMessages : 409Date d'inscription : 29/12/2015Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Re: (hematis) hey sister, do you still believe in love, i wonder Ҩ Jeu 2 Nov - 17:38


hey sister, do you still
believe in love ♆



Lestrange. un nom maudit, un nom pourri. Ce n'était pas inédit pourtant, ça faisait longtemps que leur famille était corrompue. Ils étaient tous rongés par leur propre folie, ils avaient chacun leurs propres démons mais les monstres dansaient tous pareil dans leurs pensées pourpres. L'écarlate partout sur leur bannière, la folie pour étendard, ah ils étaient fiers les Lestrange, de toute cette noirceur qui les démangeait de l'intérieur. C'était ça, leur plus ancien héritage, le fruit de plusieurs siècles de consanguinité. Mais bien sûr ça ne dérangeait personne, pourvu que leur sang reste pur. C'était ça, la ligne de conduite, la seule règle à laquelle il ne fallait pas déroger. Et pour le reste ils pouvaient bien n'être que des animaux, des bêtes affamées, féroces, ça n'avait aucune espèce d'importance. Elle l'avait vu Amatis, elle l'avait vu dans les yeux noirs d'Alazar quand il s'était emparé de son enfant pour le livrer à d'autres parents. Elle avait su qu'il ne le permettrait jamais, comment avait-elle pu accoucher d'un bâtard dans leur propre maison? C'était sa jolie chose à lui, sa soeur, sa moitié, sa possession. Ça se passait comme ça entre les murs froids du manoir Lestrange, ça empestait la démence mais ils étaient tous bien trop attirés par la violence pour dire quelque chose, même elle, elle ne disait rien, elle n'avait jamais rien dit. Petite fille qui croyait que l'amour c'était les coups et les blessures, les mots et les regards trop durs.
Ça faisait mal de revenir ici, mais elle était revenue quand même. Si ce n'était pas la preuve qu'elle adorait ça, qu'elle en avait besoin, au fond, pour se sentir exister. Il fallait toujours qu'elle y pense, qu'elle se rappelle des gestes de Greengrass partout sur son corps et de tout le reste, l'enfer qui s'ensuivit. Ça la glaçait de l'intérieur, d'être à nouveau là, au milieu du petit salon. Ça lui crevait le coeur de se dire qu'ici rien n'avait changé depuis son absence, tout était toujours aussi étouffant et sinistre. Tout était cassé, ça tenait debout mais l'âme des choses tombait en ruines. L'âme de ceux qui vivaient sous ce toit, aussi. Surtout. « Tante Bellatrix est morte. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent, aucun d’entre eux ne la connaissait vraiment. » Amatis abandonna le journal sur la table pour se retourner vers Hemera. Elle aussi était brisée, en un millier de petits morceaux qui s'étalaient partout sur le sol. Et dans la tête de l'aînée ça tournait en boucle comme une musique entêtante, ça hurlait ramasse tout, ramasse chaque petit bout et remets-les à leur place.

Néanmoins elle resta plantée là, comme s'il y avait un voile invisible l'empêchant de s'approcher un peu plus près de sa soeur. Alazar disait qu'elle n'était rien, cette gamine-là, qu'elle ne comptait pas et qu'elle ne compterait jamais. Que c'était pas elle qu'il aimait. Alors elle ne l'avait jamais aimée non plus, plus par réflexe que par intention. Elle n'existait pas, voilà tout. Pourtant elle avait bien vu comment leur mère s'occupait de la petite dernière, alors bien sûr ça l'avait bousillée, au début. Mais elle avait l'amour du frère, et à l'époque c'était tout ce qui avait de l'importance. « Cela vaut pour toi aussi. Tu ne la connaissais pas. Ne joue pas l’offensée. » Hemera était-elle fatiguée de rester à sa place? Elle avait haussé le ton, à croire qu'elle avait fini par se faire une voix depuis qu'Amatis était partie. A exister, à respirer. « Je la connaissais, mais pas comme toi c'est vrai. Moi je ne l'ai pas laissée me laver le cerveau. » Chacun son bourreau.
Elle avait les traits tirés Hemera, et les os apparents sous sa peau trop fine. Elle faisait peur à voir, c'était pénible à regarder. Elle ressemblait à un fantôme, mort depuis des millénaires et qui ne se souvenait plus de comment c'était avant, quand il existait, ni même s'il avait réellement déjà existé un jour. « Que fais-tu réellement là Amatis ? Tu n’es pas là pour nos parents ; et si tu voulais réellement récupérer certaines de tes affaires, tu serais venue bien avant. Cela fait des années que tu n’as pas posé les pieds au manoir. Quant à moi… je ne suis pas assez naïve pour croire que tu es là pour moi. Alors pourquoi ? Quoique, non. Ne me le dis pas. Fais juste ce que tu as à faire. Plus vite ce sera fait, plus vite je serai à nouveau tranquille. » L'échange devint amer, c'était comme si elle avait une boule coincée dans la gorge depuis des années Hemera et qu'enfin ça commençait doucement à imploser. Mais elle avait l'air si frêle, l'explosion aurait pu la pulvériser. Est-ce que c'était pour ça qu'elle se taisait? C'était pour ça qu'elle s'enfuyait? Est-ce qu'elle avait trop mal elle aussi de ces silences dans leur vie et de ces démons dans leur sang? Ça la frappa d'un seul coup, la médicomage, leur étrange ressemblance. Bien sûr il y avait les évidences, les cheveux noirs et les traits semblables, l'allure écorchée, l'indécence qui perlait sur leur peau. Mais là où elles se ressemblaient le plus c'était dans leur regard abîmé. On pouvait y lire la même souffrance. « Je ne sais pas ce que je suis venue foutre ici. Quelque part j'ai toujours su que je finirais par revenir, pour voir si ça me faisait encore mal, même après toutes ces années. » Elle avait sa réponse désormais. Bien sûr que ça faisait mal, bien sûr qu'elle n'avait pas oublié, les larmes et les cris, les insultes et la colère. Ce qui s'était passé quand elle était enceinte, mais aussi tout ce qui s'était passé bien avant. Depuis le début, tout, absolument tout lui revenait en pleine face. Tout ce qu'Alazar lui avait fait, lui avait dit, tout ce qui l'avait transformée à jamais et qu'elle gardait en elle comme une éternelle brûlure. « Ne t'en fais pas, je ne compte pas rester. Tu as l'air d'y tenir, à la place que tu occupes depuis qu'on est partis. T'inquiète pas je ne vais pas te la prendre, ça a toujours été toi la fille chérie de toutes façons. » Regard planté dans le sien, comme un poignard. « La petite fille parfaite. » La petite princesse, la précieuse, la blanche colombe. Immaculée comme la neige en hiver, celle qui rendait maman fière. Celle qui lavait les péchés des deux aînés. C'était elle la belle, la jolie fille. L'autre on ne pouvait pas la présenter, l'autre c'était une garce depuis qu'elle savait parler, elle ne savait faire que mentir et tromper, leurrer. L'autre elle faisait des sourires mais ça se voyait que les canines dépassaient. L'autre elle ne savait pas se taire pour faire plaisir, elle ne faisait qu'obéir à son frère et lui il était pire, l'enfant terrible. La poupée c'était pas elle, ça ne l'avait jamais été mais c'était plus Hemera non plus. Depuis quand? Et pour combien de temps encore? « Ça n'a plus l'air de t'aller si bien que ça. Maman doit être déçue. » La fille parfaite ça devait être toi, qu'est-ce que tu as foutu Hemera? C'était pas ce que tu voulais? Et puis au fond tu t'attendais à quoi? On est Lestrange ou on ne l'est pas.








don’t take that sinner from me

Oh Lord, oh Lord, what have I done? I’ve fallen in love with a man on the run. Oh Lord, oh Lord, what do I do? I’ve fallen for someone who’s nothing like you. He’s raised on the edge of the devil’s backbone. Oh I just wanna take him home. There wasn’t a wrong or a right he could choose, he did what he had to do. Don’t care if he’s guilty, don’t care if he’s not. He’s good and he’s bad and he’s all that I’ve got.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: (hematis) hey sister, do you still believe in love, i wonder Ҩ

Revenir en haut Aller en bas
 

(hematis) hey sister, do you still believe in love, i wonder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hey Sister, do you still believe in love I wonder ? [Ellie]
» Quoi de mieux que de résister à la tentation ? Y céder {Dja'
» REE ϟ la meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder.
» “A best friend is a sister that destiny forgot to give you.” (ft. Cassiopée) [terminé]
» [Ile de Ronapura] Sister Act I : Une soeur appelée à prier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum