AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Put on your war paint || AKSAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
petit géranium vivace.
avatar
petit géranium vivace.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 964Date d'inscription : 01/05/2014Localisation : Derrière toi
Ҩ Put on your war paint || AKSAN Ҩ Jeu 9 Juin - 16:23

« Parfait, j'en parlerai à Irina dès demain. Il faudra aussi prévenir les professeurs, leur présence calmerait peut-être les esprits. Je n'ai pas envie que cet entraînement finisse en règlement de compte. » Si ça se faisait. Ce n'était encore qu'une idée, ils mettraient ça en place ; rapidement, si possible. Mais pas seuls. Depuis que la présence des Assaillants avait été détectée sur Domovoï's Rock, les Résistants organisaient des séances d'exercice, des cours de duel, ou ce qui s'en approchait le plus. Le but était de se préparer à encaisser des attaques et à les repousser : le danger était réel, et y faire face impliquait de prendre des mesures concrètes. Deklan participait volontiers à l'entraînement. Il se savait bon combattant, plus habitué aux rixes que la plupart de ses camarades, mais il n'était pas dupe : face à un réel ennemi, il était aussi démuni que tous les autres. Pour autant, il avait des choses à leur apporter, et c'était également son devoir en tant que chef de clan. D'autre part, ça lui permettait de se rassurer un peu : il était actif, il ne restait pas les bras croisés en attendant que l'inéluctable se présente à leur porte. C'était la condition sine qua non pour ne pas devenir dingue à cause de l'inaction et de l'impuissance. Ca lui donnait tout bêtement l'impression de pouvoir faire quelque chose pour protéger sa vie, son école, et ceux qui comptaient pour lui.
Maintenant qu'ils s'étaient alliés au Vainqueurs, il semblait assez logique d'étendre les entraînement aux élèves qui détenaient l'Ox. Eux aussi auraient à se défendre. Il fallait faire face ensemble mais personne n'était encore très rassuré à l'idée de se battre dans le même camp que ces bombes à retardement. Il le fallait, pourtant, il était le premier à l'affirmer.

Ce soir, les figures du clan des Flammes s'étaient regroupées dans le bureau des meneurs, derrière le QG, pour faire un petit topo de la situation. Impossible de rassembler les Résistants et les Vainqueurs aujourd'hui, chacun ayant ses propres chats à fouetter. La cohésion de leur petite organisation laissait encore à désirer et c'est bien la raison pour laquelle il avait été proposé de mettre en place un entraînement en commun. Ce n'était encore qu'une idée. Une bonne idée, lui semblait-il. « Il faut aussi qu'on trouve un moyen de se tenir au courant de ce qui se passe sur Domovoï's Rock. Je n'aime pas trop l'idée de ne pas savoir exactement à quoi on doit s'attendre. »
Son regard d'acier passait de l'un à l'autre de ses camarades à mesure qu'ils prenaient la parole pour donner leurs avis. Cinq visages concentrés et anxieux ; les deux meneuses, leur bras-droit et Ystrinov, son bras-droit à lui. Lui, Deklan Levski, le meneur du célèbre clan des rouges. Plus terrifié qu'un gosse de sept ans qui serrait les dents chaque jour pour garder la face et maintenir son dos droit sous toute la pression qui commençait à s'accumuler sur ses épaules. Le manteau de chef de clan lui était allé comme un gant pendant quatre ans. Les enjeux étaient différents aujourd'hui. Il n'était pas seulement chef de clan. Il était responsable de centaines de ses camarades dont la plupart crèverait sûrement sous les baguettes de psychopathes assoiffés de pouvoir. Mais qui était-il exactement pour traiter les autres de psychopathes quand lui-même avait poussé son ex petite amie au suicide ? Qui était-il pour se prétendre Figure de la Résistance alors qu'il n'avait même pas été capable de mener son clan à la victoire pendant la guerre des clans ? Maintenant qu'ils passaient au stade supérieur, il avait peur. Peur de ne pas être à la hauteur, oui ; peur des conséquences de son incompétence, surtout. Son regard s'attarda sur Aksana. Pour la première fois de sa vie sans doute, il avait besoin qu'on croie en lui pour croire lui-même qu'il pourrait y arriver. Et il avait la nette impression que ce n'était pas du tout le cas. Le meneur n'avait jamais vraiment eu besoin de se savoir suivi pour avoir confiance en lui, mais les circonstances étaient différentes. Et puis par des temps aussi sombres, il était indispensable d'avoir une confiance absolue en chacun de ses alliés. Encore plus en ceux qui, comme lui, constituaient la tête et le fer de lance de la Résistance.
Il soupira intérieurement. Intérieurement parce qu'il s'appliquait à ne rien laisser paraître de ce trouble tout nouveau qui s'était invité à la fête depuis la découverte de l'Ox. Deklan n'avait jamais été le genre de personne qui doutait. Il était l'un des chefs de ces gens et s'il laissait paraître la moindre faiblesse, il le regretterait profondément. Heureusement qu'il savait garder la face. Il avait toujours su porter le masque du meneur inébranlable et il se targuait même de le porter plutôt bien. S'il ne semblait pas douter de lui, on ne douterait pas de lui. Ca valait pour la plupart des gens en tout cas. « On en parlera avec les autres demain, de toute façon, il faut qu'on avance avec eux sinon on ne va jamais y arriver. En attendant je pense qu'on peut s'arrêter là pour ce soir, tout le monde a mérité un peu de repos. »

En vérité il avait l'intention de prendre un dernier tour de garde autour de la salle de réception avant d'aller dormir, mais s'il le disait maintenant il était certain qu'Eka allait lui grogner après pour qu'il aille se coucher. Et il n'avait pas du tout envie de l'inquiéter plus qu'elle ne l'était déjà. Avant de s'en aller, elle attendit qu'il s'approche. Un geste tendre, un baiser sur le front et un sourire rassurant. Il ne la bernait pas du tout et il était certain qu'elle avait bien compris qu'en jouant les protecteurs comme ça, il cherchait surtout à se rassurer lui-même. Elle l'embrassa sur la joue avant de sortir de la pièce. Deklan la laissa partir sans rien dire puis, se pensant seul, il se tourna à nouveau vers le centre de la pièce pour récupérer sa baguette sur la table. Il sursauta violemment en s'apercevant qu'il n'était pas seul. Son coeur venait de faire un bond dans sa poitrine. Bon sang, il était vraiment trop à cran. « Aksana. Je pensais que tu étais partie. » Peut-être qu'il aurait préféré. Il n'était pas très sûr d'avoir envie de cette confrontation, mais il n'allait certainement pas se défiler.


How am I supposed to let you go ?
Iriklan ✻ Now you stand in front of me and all the rain is turning into snow. Can you tell me that you're real ? So I can really know that everything I feel I can finally show. Standing next to me, the person I can be is finally here and he won't back down at all.

bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur (de russie)Messages : 492Date d'inscription : 14/11/2015Localisation : where you need her.
Ҩ Re: Put on your war paint || AKSAN Ҩ Jeu 8 Sep - 16:50

Les bras croisés, adossée contre l’un des murs du bureau des meneurs des Flammes, Aksana écoute ce que dit Deklan, sans émettre un mot. Pour la première fois depuis longtemps, c’est son masque de glace qui a pris le dessus sur son caractère. Oubliée la maternelle, l’amusante, la rassurante Aksana, qui cajole les âmes en peine, qui fait rire les visages tristes et ravivent les sourires. Ecoutant Deklan et Erika mener la danse, le nœud dans son estomac ne fait que se resserrer. Ils veulent organiser un entraînement commun, entre Vainqueurs et Résistants. Ils veulent nouer des liens, resserrer ceux qui existent déjà, permettre d’établir une confiance entre eux. En soit, l’idée n’est pas mauvaise. C’est même elle qui a conseillé à Erika qu’ils s’entraînement, réellement. Qu’ils se préparent à la guerre qui va venir, parce que beaucoup trop d’entre eux sont inexpériences quand il s’agit de pratiquer réellement la magie. Sans parler de ceux qui n’ont absolument aucune conscience du danger qui pèse au-dessus d’eux. Mais le réaliser avec les Vainqueurs… l’idée est mauvaise, bien trop mauvaise, et Aksana en est déjà inquiète. Les Vainqueurs sont volubiles, leur magie est instable. Leur colère est grande, et beaucoup ne supportent plus d’être enfermés dans la salle de réception. Aksana gère les Résistants qui y stationnent, gère les rondes constantes qui sont réalisées dans l’Institut, et elle a l’occasion, tous les jours, de voir la frustration des Vainqueurs grandir, encore et encore. Elle sait ce qu’ils ressentent, en a même directement parlé avec Assen, et elle sait que ce n’est absolument pas positif. Alors les faire sortir, les réunir dans une seule pièce, les pousser à s’entraîner, à utiliser la magie… tous les instincts d’Aksana lui hurlent que c’est une mauvaise idée. Néanmoins, elle ne peut rien dire face à un si grand groupe. Elle sait très bien qu’Erika est pour l’idée, et se disputer avec elle devant un public ne permettrait aucune solution, bien au contraire. Elles sont bien trop bornées, toutes les deux, pour qu’elles puissent trouver un terrain d’entente. Sasha suit automatiquement Erika, bien trop heureuse de s’être réconciliée avec elle, et ne souhaitant pas se mettre sa co-meneuse de nouveau à dos. Elle n’ira pas dans le sens d’Aksana. Il en va de même pour Deklan, qui a dirigé toute l’opération depuis qu’ils en ont évoqué l’idée de manière concrète. Et Ystrinov ira forcément dans son sens, elle le sait. Alors Aksana se tait et observe. Elle ne les blâme évidemment pas. Elle sait qu’ils cherchent des solutions, qu’ils veulent que tout le monde puisse s’en sortir dans cette guerre qu’aucun d’entre eux n’a jamais suspectée. Si Durmstrang teinte leurs âmes dès qu’ils posent un pied dans l’institut, cela ne les a pourtant jamais préparés à la possibilité d’une réelle guerre. Ils veulent tous faire ce qu’il faut. Néanmoins, l’angoisse d’Aksana est bien trop grande pour être ignorée.

Alors elle reste dans l’ombre de la salle quand Deklan annonce la fin de leur réunion. Elle observe leurs marques d’affection d’un regard désintéressé. Erika est assez grande pour connaître la danse qu’elle mène. Aksana et elle en ont déjà parlé, depuis qu’elle a rejoint les Flammes. Cela ne la regarde pas et ne concerne que la vie de son amie. Elle attend qu’Erika passe à son côté, répond à son regard interrogatif par une caresse de la main. « Je te rejoindrai plus tard. Je dois parler à Deklan. » Elle connaît le regard qu’Erika lui lance, sait que son amie lui intime patience et délicatesse, ne la connaissant que trop bien. Aksana répond d’un hochement de tête, même si elles savent bien, toutes les deux, que cela ne durera sûrement pas. Erika quitte finalement la pièce, sans un mot de plus. Aksana reconcentre alors son attention sur Deklan, et avance au centre de la pièce en sa direction. Son bond et sa surprise l’amusent presque, et elle l’observe sans un mot, les bras croisés, un sourire en coin sur le visage. « Aksana. Je pensais que tu étais partie. » « J’ai bien remarqué. Je ne voulais pas t’effrayer. » Aksana joue sur les mots, et elle sait qu’elle cherche les ennuis en agissant ainsi. Elle aurait tout à fait pu utiliser le mot « surprendre », mais préfère sous-entendre qu’elle fait peur à Deklan. Bien plus amusant. « Deklan, il faut qu’on parle. » Elle n’a jamais été du genre à tourner autour du pot – en tout cas, dès que cela ne concerne pas sa vie privée – et préfère être une nouvelle fois directe avec son meneur. Elle sait que la situation sera déjà assez bien compliquée, sans qu’elle ne rajoute une fausse discussion pendant plusieurs minutes. « Cet entraînement commun est une mauvaise idée. On ne peut pas se permettre quelque chose de cette ampleur.  » Aksana sait qu’elle prend un grand risque en allant ainsi à l’encontre de Deklan. Et elle est préparée à ce qu’ils disputent à nouveau, parce que c’est ainsi que fonctionne leur relation depuis qu’Aksana s’en est pris publiquement à lui concernant la situation des Flammes cette année. « Il est évidement qu’il faut qu’on s’entraîne. Mais pas avec les Vainqueurs. Leur magie est complètement instable, et c’est risqué beaucoup trop que de leur permettre de pratiquer. Encore plus dans un endroit qui n’est pas aussi bien protégé que la salle de réception. De plus, beaucoup des nôtres, Flammes comme Ombres, leur en veulent inconsciemment pour avoir trouvé l’Ox. Accepter de les protéger ne veut pas dire qu’ils n’éprouvent pas de rancune au fond d’eux. C’est demander beaucoup de chacun d’entre eux, et je ne suis pas sûre qu’ils soient encore prêts pour cela. Annule l’entraînement commun, s’il te plaît. Tous mes instincts hurlent que c’est une vraiment, vraiment, mauvaise idée. »

© code par Nostaw.


gotta get you back to me
reindeer queen, crystal core ✻  your mind has been divided from your soul, now you say you are that stranger on your shore, grief it brings need the naked freeze caught in the frost, numb unbearable thoughts your inner need fire not lost, no way, not lost.


Dernière édition par Aksana Varenkova le Dim 26 Mar - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit géranium vivace.
avatar
petit géranium vivace.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 964Date d'inscription : 01/05/2014Localisation : Derrière toi
Ҩ Re: Put on your war paint || AKSAN Ҩ Dim 20 Nov - 17:08

« J’ai bien remarqué. Je ne voulais pas t’effrayer. » Exaspéré, Deklan lui jeta un regard de biais avant de rassembler les documents étalés sur la table d'un coup de baguette. Il n'avait pas de temps à perdre et espérait qu'elle était là pour une raison plus valable que lui balancer de petites piques par-dessous la table. « Deklan, il faut qu'on parle.» A la bonne heure. Il se tourna vers elle, le visage fermé, et s'appuya contre la table en attendant qu'elle lui dise ce qu'elle avait à lui dire ; et qu'elle se dépêche, si c'était pas trop demandé. « Cet entraînement commun est une mauvaise idée. On ne peut pas se permettre quelque chose de cette ampleur.» Il retint un soupir irrité, en se faisant la réflexion qu'il ne devrait pourtant pas être surpris que la jeune femme s'oppose une fois de plus à lui et à son autorité. Mauvaise foi quand tu nous tiens...

« Il est évidement qu’il faut qu’on s’entraîne. Mais pas avec les Vainqueurs. Leur magie est complètement instable, et c’est risqué beaucoup trop que de leur permettre de pratiquer. Encore plus dans un endroit qui n’est pas aussi bien protégé que la salle de réception. De plus, beaucoup des nôtres, Flammes comme Ombres, leur en veulent inconsciemment pour avoir trouvé l’Ox. Accepter de les protéger ne veut pas dire qu’ils n’éprouvent pas de rancune au fond d’eux. C’est demander beaucoup de chacun d’entre eux, et je ne suis pas sûre qu’ils soient encore prêts pour cela. Annule l’entraînement commun, s’il te plaît. Tous mes instincts hurlent que c’est une vraiment, vraiment, mauvaise idée. » Il prit son temps pour répondre, tâchant de toutes ses forces de mettre de côté sa rancoeur envers la Flamme pour que cette conversation les mène quelque part. Il avait l'amertume tenace mais devait reconnaître qu'Aksana n'avait à coeur que les intérêts du clan. C'était pour cette raison déjà qu'elle avait poussé son coup de gueule il y a quelques mois. Et quelqu'un devait le faire, en effet. Peut-être que ça aurait dû être lui. Mais en tant que chef il ne s'était pas vraiment senti le droit d'aller contre la majorité de son clan ; parce que le fait est que Sasha avait été élue par les Flammes eux-mêmes. Il pensait que la situation se calmerait et du coup, il l'avait laissée s'envenimer. C'était une erreur. Les hommes en commentaient, c'était une chose. Il aurait simplement préféré que la jeune femme essaie de considérer un peu sa position avant de la condamner si catégoriquement, fermant les yeux sur ce qu'il avait apporté au clan depuis trois ans qu'il le dirigeait pour mettre en avant son incompétence et son incapacité à gérer la situation. N'avait-il pas le droit d'être amer ?
Il considérait que si. Mais ça ne devait pas être au détriment du clan, encore moins quand les enjeux étaient tels. Il était assez intelligent pour s'en rendre compte.

« C'est risqué » lâcha-t-il au bout de quelques secondes, d'une voix grave, un peu rauque. Il se forçait visiblement à la garder égale. C'était un effort qu'il tenait à faire. « Mais on n'a pas l'éternité devant nous. Ca m'étonnerait que dehors, ils attendent tranquillement qu'on ait fini de se préparer. A l'heure où on parle, ces tarés essaient de trouver un moyen d'entrer dans le château ; sans parler des insurgés qui sont une menace certes moins grande, mais plus immédiate. S'ils arrivent à entrer en communication avec les assaillants ? Imagine la puissance qu'ils ont dehors, associée aux connaissances de Durmstrang que nos anciens camarades peuvent leur donner. Si on n'est pas préparés, on est mort, tous autant qu'on est. On ne peut pas attendre qu'ils soient prêts. » C'était trop tôt, mais plus tard, ce serait trop tard. « C'est un risque qu'il faut prendre. Je ne suis pas rassuré non plus, je n'ai pas envie de mettre qui que ce soit en danger, mais le fait est qu'on est tous menacés, et l'urgence est de se préparer à contrer cette menace-là. On n'a pas le choix. »


How am I supposed to let you go ?
Iriklan ✻ Now you stand in front of me and all the rain is turning into snow. Can you tell me that you're real ? So I can really know that everything I feel I can finally show. Standing next to me, the person I can be is finally here and he won't back down at all.

bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur (de russie)Messages : 492Date d'inscription : 14/11/2015Localisation : where you need her.
Ҩ Re: Put on your war paint || AKSAN Ҩ Mar 28 Mar - 1:02

Aksana sait qu’elle abuse beaucoup trop avec Deklan, elle sait qu’elle pousse ses limites le plus loin possible dans l’espoir de le voir réagir. En agissant ainsi, elle empêche une conversation saine, une vraie discussion, de s’établir en elle. C’est simplement plus fort qu’elle. Elle l’a vu passer des mois à tenter de gérer la situation entre Sasha et Erika sans froisser l’une ou l’autre, à tenter de ne pas prendre parti pour ne pas agacer l’un des deux camps, mais se faisant, laissant la situation grandir de manière démesurée au sein du clan. Cette guerre intestine aurait pu être arrêtée aussitôt s’il avait agi comme le meneur qu’il est, et Aksana ne peut s’empêcher de le lui reprocher. Elle peut comprendre qu’il ait été attaché à Erika, mais elle aussi. Erika est sa meilleure amie, sa plus vieillie amie, et cela ne l’a pas empêchée d’agir de la meilleure manière possible pour les Flammes, quitte à se la mettre à dos. Néanmoins, cela est du passé. La situation est toute autre désormais. Aksana doit mettre sa rancœur derrière elle pour tenter de trouver les meilleures solutions plus possibles, autant pour les Vainqueurs que pour les Résistants. Cela passe par une vraie conversation avec Deklan, pas un moment où elle tente de le pousser dans ses retranchements.

Elle est heureuse de voir que Deklan tente de faire de même. Alors elle se redresse, se positionne vraiment devant lui pour discuter, d’autant plus qu’ils sont loin d’être d’accord au sujet de cet entraînement. « J’entends ce que tu dis, réellement. J’ai conscience que ceux qui sont à l’extérieur n’attendront pas que nous soyons prêts pour venir s’en prendre à nous. Au vu des rumeurs qui circulent, la plupart d’entre eux sont dangereux, très dangereux. Assassins, Mangemorts, scientifiques obsédés, assoiffés de pouvoir, et j’en passe. Il faut que nous ayons un minimum d’expérience pratique pour pouvoir nous défendre. » Aksana a sincèrement conscience de tout cela, seule une personne naïve ne s’en serait pas rendue compte. Si elle méprise ceux qui attendent comme des chiens affamés derrière les murs de Durmstrang, elle ne les sous-estime pas pour autant. Elle sait le danger qu’ils représentent. « Je ne dis pas qu’il ne faut pas nous entraîner. Bien au contraire. Je suis la première à aider les nôtres à s’améliorer. Mais cet entraînement commun est très loin d’être une bonne idée. Autant de personnes réunis au même endroit, c’est de la folie ! » Elle sait que son ton a monté sur sa dernière phrase, alors elle se tait. Elle ne peut laisser ses émotions prendre le pas sur ses attentions, et se disputer avec Deklan à l’instant même ne permettra pas de trouver une solution.

Inspirant profondément, Aksana cherche tout ce qui est Iceberg en elle, tout ce qui a mené Assen à vouloir l’intégrer à son clan, pour se calmer. Penser logique avant emportement. « Nous pouvons nous entraîner, nous le devons même. Mais pas comme ça. Organisons de petits groupes, faisons en sorte que trop d’esprits ne puissent pas s’échauffer au même endroit. Pour les Vainqueurs, ce sera la première fois qu’ils utiliseront la magie depuis leur obtention de l’Ox. Il va y avoir des dérapages, des accidents, c’est certain. » Aksana la sent jusqu’au creux de son estomac, la catastrophe à venir. Elle la sent qui lui serre la gorge, qui lui donne la nausée. Quelque chose va mal se passer, son instinct le lui crie. « S’il-te-plaît Deklan. Pour une fois, écoute-moi. Si tu l’avais fait la dernière fois… » Aksana se tait avant de terminer sa phrase, mais elle sait que les mots résonnent entre eux, dans l’air de la pièce. Si tu l’avais fait la dernière fois, notre clan ne se serait pas déchiré.

© code par Nostaw.


gotta get you back to me
reindeer queen, crystal core ✻  your mind has been divided from your soul, now you say you are that stranger on your shore, grief it brings need the naked freeze caught in the frost, numb unbearable thoughts your inner need fire not lost, no way, not lost.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit géranium vivace.
avatar
petit géranium vivace.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 964Date d'inscription : 01/05/2014Localisation : Derrière toi
Ҩ Re: Put on your war paint || AKSAN Ҩ Mer 24 Mai - 18:03

▬18 Avril
Aksana se campa bien en face de lui avant de répondre, et Deklan la considéra sans rien dire. Il se demanda si elle agissait ainsi pour faire barrage, pour s'affirmer un peu plus fort face à lui, et non à ses côtés ; ou bien si c'était une façon de le confronter directement, une forme de respect, surtout pas trop voyante. Elle semblait au moins reconnaître les efforts qu'il faisait, lui aussi, pour que tout se passe bien ; alors il considéra plutôt la seconde option. Ils avaient les mêmes objectifs, ils étaient dans le même camp. Mieux valait ne pas l'oublier ; savoir où se trouvaient ses ennemis était essentiel dans une telle situation.
La jeune femme argumentait en son sens pour lui montrer qu'elle n'était pas totalement fermée, qu'elle concevait son point de vue. Et de la même façon, il considérait le sien ; évidemment, il n'était pas assez inconscient pour ne pas envisager tous les risques que comprendrait cet entraînement, s'il avait lieu. Des entraînements par groupes restreints seraient moins risqués, mais il était difficile d'avoir l'oeil sur tout le monde. Si les esprits étaient aussi échauffés qu'avait l'air de le penser la Flamme, alors... ses propres pensées le consternaient ; manquait-il à ce point de confiance en les siens ? Il haïssait la guerre, il haïssait la méfiance et la trahison. Ce n'était pas dans sa nature, de remettre les gens en questions. Ce n'était pas dans sa nature de remettre quoi que ce soit en question, dès lors qu'il avait décidé que les choses devaient être d'une certaine façon. C'était un tort, sans doute ; et il s'en rendait compte. Ce n'en était pas moins difficile de changer, même s'il refusait de mettre des vies en danger par bêtise pure et simple. « S’il-te-plaît Deklan. Pour une fois, écoute-moi. Si tu l’avais fait la dernière fois… »

Il fronça les sourcils et lui jeta immédiatement un regard noir. Il ouvrit la bouche pour répliquer, mauvais, mais se ravisa au dernier moment. Non. Ca ne les avancerait pas de se disputer maintenant. « Je sais. » fit-il, sèchement, en refusant catégoriquement de s'engager sur cette pente, glissante et totalement contre-productive. Il soupira intérieurement en songeant que dans dix ans, s'ils étaient toujours en vie, il entendrait encore parler de cette foutue fois où il avait manqué à son rôle de meneur. « Moi aussi je t'entends, je t'assure. » soupira-t-il. « Je ne veux mettre la vie de personne en danger ; pas encore plus, pas en faisant preuve de stupidité. Mais ça m'étonnerait que Danslav accepte de nous confier l'entraînement des siens s'il n'est pas présent. Il ne voulait même pas nous laisser entrer dans la salle de réception, à la base. » Peut-être ne le savait-elle pas ; les détails de cette conversation étaient restés privés. Ca l'avait prodigieusement agacé. « On en discutera avec les autres demain. Il faudra faire preuve de prudence, quelle que soit la décision qui sera prise. »

Il ne pouvait rien promettre de plus ; la décision finale ne lui appartenait pas, et elle le savait. Ils échangèrent un regard appuyé, entendu, puis Deklan rangea sa baguette dans sa veste avant de se diriger vers la sortie, Aksana sur les talons. « Je vais patrouiller avant de rentrer. » lâcha-t-il. Il posait cette information là ; si elle n'avait pas l'air de vouloir en faire quoi que ce soit, il ferait son tour de garde seul. Mais il était surpris de ne pas se trouver fermé à l'idée que sa camarade l'accompagne. Peut-être que cette conversation les aura bien menés quelque part, finalement.

* ~ * ~ * ~ * ~ * ~ * ~ *

▬ 5 Juin
Le vent de panique avait laissé la place à une organisation relative ; tout le monde était concentré, les ateliers se mettaient en place avec une efficacité satisfaisante, en considérant les circonstances. Ils étaient tous morts de peur, mais s'employaient à l'oublier. C'est le moins qu'on pouvait leur demander.
Après les quelques minutes nécessaires à la mise en place du groupe qu'il avait pris en charge, Deklan fit signe à Ystrinov de le relayer et se rendit un peu plus loin dans la salle, près de l'endroit où Aksana dispensait des cours élémentaires de maniement des armes blanches. Son regard s'attarda sur le sabre qu'elle tenait dans la main et il regretta de ne pas pouvoir participer. Ca l'aurait beaucoup intéressé, mais l'heure n'était pas exactement à la découverte de nouvelles disciplines pour son petit accomplissement personnel.
Lorsqu'il lui sembla que le petit groupe pouvait se passer pour quelques instants de la présence de son professeur, le meneur fit signe à la jeune femme de le rejoindre. « O'Connors est parti faire la gueule dans un coin. » grinça-t-il, visiblement toujours très exaspéré. « Je crois que si je m'en occupe tout seul je vais le balancer dehors, il vaut mieux que tu m'accompagnes. »


How am I supposed to let you go ?
Iriklan ✻ Now you stand in front of me and all the rain is turning into snow. Can you tell me that you're real ? So I can really know that everything I feel I can finally show. Standing next to me, the person I can be is finally here and he won't back down at all.

bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur (de russie)Messages : 492Date d'inscription : 14/11/2015Localisation : where you need her.
Ҩ Re: Put on your war paint || AKSAN Ҩ Mar 17 Oct - 15:36

Aksana sait qu’elle terrifie ses camarades par moment, notamment parce qu’ils ne la comprennent, parce qu’ils ne savent pas à quoi s’attendre avec elle. Elle est Iceberg et Flamme à la fois, elle possède les traits des deux clans tout en étant dans un seul. Elle est de glace, mais prête à exploser à chaque instant, et dès que sa voix s’élève, les regards se baissent. Elle ne prend pas plaisir à imposer son respect de cette manière, elle n’apprécie pas forcément être crainte de la majorité des personnes l’entourant, mais au vu de la situation qui se développe, elle se convainc au moins que c’est utile. Si elle peut les tenir en place, si elle peut les garder tranquille, alors elle s’en satisfiera. Peu importe qu’ils aient peur d’elle, cela sert à quelque chose. Néanmoins, ce n’est pas le cas pour tous. O’Connors en tête. Et Morgane seule sait à quel point elle aimerait prendre la tête de ce petit crétin et l’enfoncer contre le mur le plus proche.

Elle n’a jamais eu aucun problème avec l’arrivée des élèves étrangers au début de cette année scolaire, ayant plus peur pour eux qu’autre chose. Durmstrang est violent, Durmstrang est sombre, Durmstrang abîme les âmes et détruit les innocences. Un enfant de Durmstrang n’en est plus un dès qu’il pose les pieds dans l’institut. Chacun d’entre eux sont des victimes de l’histoire de l’école, entraînés dans une guerre éternelle alors qu’ils n’ont que dix ans. Les étrangers n’avaient pas vécu ce tourbillon, et Aksana voyaient déjà leurs corps brisés par la violence innée de ce lieu. Certains comprenaient, certains avaient vécu cette souffrance, surtout ceux venant de Poudlard, ayant vécu leur propre guerre, leurs propres conflits. Cependant, certains ne restent que des gosses qui ne comprennent rien à ce qui les entoure, ils agissent comme des enfants qui pensent que tout n’est que jeu, qu’ils peuvent agir comme ils l’entendent. Peu importe que la guerre gronde finalement aux portes de Durmstrang, peu importe que certains risquent leur vie pour qu’ils continuent d’être en sécurité. O’Connors fait partie de ceux-là. Et il lui donne de vraies envies de meurtre.

Alors quand Deklan vient la retrouver sur le lieu de sa petite classe improvisée d'armes blanches, Aksana sait déjà ce dont il lui veut lui parler. Elle se surprend, depuis quelques semaines, à apprécier la présence du meneur, à chercher son regard avant de prendre toute décision importante. Ils travaillent étonnamment bien pour des personnes ne pouvant se supporter il y a encore quelques temps. Une certaine confiance s'est établie entre eux, et Aksana sait qu'elle respecte désormais Levski. Néanmoins, pour gérer un cas comme O’Connors, peut-être aurait-elle préféré qu’il l’oublie. Soupirant lourdement, elle jette un œil à sa classe qui semble s’en sortir avec les bases qu’elle leur a donné et fait signe à Deklan de la mener là où se trouve l’abruti de leur clan. « Tu es certain que venir me demander de m’occuper d’O’Connors alors que j’ai un sabre entre les mains, et au moins quatre dagues sous mes vêtements, est réellement une bonne idée ? » Son sourire est amusé, mais pincé, et elle-même ne sait pas si elle plaisante réellement. Elle pourrait planter ce gamin au bout d’une de ses lames sans aucune compassion.

Sa main se pose sur le bras de Deklan, l’arrêtant dans sa marche. « Deklan, il faut réellement que ce gosse arrête d’ouvrir sa bouche. Il va finir par terrifier les plus jeunes, et c’est déjà assez difficile sans qu’on ait à supporter ça. » Aksana a son regard plongé au fond de celui de l’homme face à elle, espérant que le poids de ses mots se transmet également par la force de ses yeux. Elle reprend son chemin, trouvant sans mal O’Connords qui – sans surprise – est en train de râler auprès d’autres jeunes des Flammes. « Déguerpissez. » La voix d’Aksana est sans appel, et les plus jeunes fuient sans attendre une seconde. Se posant d’un côté d’O’Connors, l’épaule contre le mur, les doigts jouant avec son sabre, elle observe le jeune homme de manière très nonchalante. « Il va falloir qu’on discute avec toi, O’Connors. »

©️ code par Nostaw.


gotta get you back to me
reindeer queen, crystal core ✻  your mind has been divided from your soul, now you say you are that stranger on your shore, grief it brings need the naked freeze caught in the frost, numb unbearable thoughts your inner need fire not lost, no way, not lost.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: Put on your war paint || AKSAN Ҩ

Revenir en haut Aller en bas
 

Put on your war paint || AKSAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Graph' paint
» Pour les grands fans de Paint ^^
» PAINT IT BLACK [01/02, 18:50]
» Délire sur Paint : Spirit en Jambon !
» MINI-INTRIGUE N°5 ✤ paint party.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum