AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 gabrissen ☩ que des marées d'écume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ gabrissen ☩ que des marées d'écume Ҩ Dim 15 Mai - 2:42

RP KLEENEX




Assen & Gabriel

Le titre du RP ici



Noms des personnages : Gabriel & Assen
Statut du personnage kleenex : PNJ
Hors chronologie [X] Dans la chronologie [ ]
Epoque du RP : Intrigue II - Post découverte de l'Ox.





» tu me laisseras sans voix,
sans rien

― Gabrissen ―


“ ― Est-ce que tu crois qu'un jour. là comme un vieux saigneur saignant, tu me laisseras en croix, elclaté de lumière dans nos corps, dans l'écume, dans des marées d'écume...

Le bruit de la lourde porte résonna dans le silence, arrachant un frisson à la foule. Le froid s’était engouffré dans le couloir, berçant dans ses bras la silhouette vouté du nouvel arrivant. C’était comme un mirage, une illusion irréelle, un souvenir enfoui… Ses contours se découpaient sur le fond ténébreux et il semblait flotter au dessus du sol, tel un fantôme. Un instant, il a cru à un rêve. Etait-il mort ? Tous se tenaient près au combat. Il pouvait s’agir d’un piège, d’une ruse de l’ennemi pour pénétrer leurs rangs. Ils se devaient d’être prudents et tous les regards convergeaient vers la source de leur méfiance ; l’inconnu n’en était pas un et lui le connaissait, mieux que quiconque. Baguettes brandies, muscles bandés, ils s’attendaient à tout mais lui osa. Doucement, il s’avança vers l’ombre, le cœur battant. Il sentait des frissons le porter. Son regard était rivé sur lui, envoûté, fasciné. Il savait qui il était et ce n’était pas un traître.

◄►◄►◄►


Assen n’arrivait pas à fixer son esprit. Des milliers de pensées l’assaillaient. Des souvenirs. Des questions. Des désirs…Certaines choses lui échappaient et il ne supportait pas de ne pas comprendre. Il tentait vainement ne pas regarder Gabe, assit en face de lui à quelques centimètres. Son image l’attirait irrévocablement, comme l’oiseau est attiré par le soleil, au risque de s’y brûler les ailes. Il ne l’avait pas vu depuis des années. Un temps qui lui semblait infini. Et pourtant, à le regarder là, à ses côtés, il avait l’impression de ne l’avoir jamais quitté. De n’avoir jamais cessé de l’aimer aussi fort qu’il l’avait aimé lorsqu’il menait encore les Icebergs. Depuis son départ, la glace était à la dérive. Danslav était un bon meneur mais aux yeux d’Assen, personne n’aurait pu égaler la grandeur de Gabriel, pas même lui, qui avait pourtant si souvent rêvé de se voir désigné comme son successeur. Il n’avait pas eut cette chance et si à l’époque il avait été incapable de détester son ami pour ça, aujourd’hui il l’était encore moins.

Il le fixait avec douleur ; frissonnant à voir sa lèvre éclatée, son œil enflé et ses multiples contusions. Il sentait la souffrance émaner de lui et pourtant, il était toujours aussi majestueux et charismatique. Assen savait combien leur pouvoir était convoité et jusqu’où étaient capables d’aller les Assaillants pour l’obtenir mais l’image de Gabe défiguré donnait du pouvoir à une réalité depuis trop longtemps ignorée. Une rage sourde avait saisit le jeune sorcier lorsqu’il avait apprit la vérité sur les blessures de son ancien meneur. Gabriel était fort. Cela lui avait permis de s’en tirer, de s’échapper, de leur échapper. Et maintenant il était là… en sécurité à l’intérieur. Etrangement, cela ne soulageait qu’à moitié Assen, qui parvenait difficilement à faire taire sa colère grandissante envers ceux qui avaient osé faire couler le sang de celui qu’il avait toujours considéré comme son ami le plus cher. Il avait une envie cruelle de leur faire payer cet affront. Et au fond, il savait qu’il pourrait assouvir ce désir, un jour. Pour l’heure, le temps était aux palabres. L’arrivée de Gabriel n’était pas passée inaperçue et il avait été compliqué pour Assen de convaincre les autres de lever la sécurité magique pour laisser entrer le Vainqueur. Ses efforts et sa passion avaient payé et Gabe était là. Il ne cessait de se le répéter comme pour s’en convaincre, alors qu’il lui suffisait de le regarder pour savoir que c’était bien la réalité.

Ses yeux baissés sur ses mains croisées, Assen releva une énième fois la tête et laissa son regard triste et noirci par la rage se noyer dans les prunelles océanes de son ami. « Ils payeront, pour tout ça. Je te le promets. » Des années auparavant, c’était Gabriel le roi des promesses. Mais aujourd’hui, bien des choses avaient changées. Aujourd’hui, ils étaient affublés d’un pouvoir instable qui rendait leur magie quasi incontrôlable. Aujourd’hui, Gabriel était au même niveau qu’Assen, alors que ce dernier ne s’était jamais senti aussi petit face à lui. Il avait tant de respect pour ce sorcier. Tant d’admiration. Gabe avait toujours été son héros, aussi loin qu’il s’en souvenait. Et il n’avait jamais cessé de l’être.

Un nouveau frisson parcourut l’échine d’Assen et il posa machinalement sa main sur celle de Gabriel, saisissant à nouveau son regard hypnotique. « Je laisserai plus rien t’arriver. » Pas On. Je. Lui. Seulement eux deux. Comme avant. Avant Danslav. Avant tout ça…



― made by hope . citation by damien saez ―
Revenir en haut Aller en bas
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES
avatar
BAND-AIDS DON'T FIX BULLET HOLES ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : résolument purMessages : 3473Date d'inscription : 07/07/2011Localisation : Dans le noir
Ҩ Re: gabrissen ☩ que des marées d'écume Ҩ Sam 4 Fév - 21:43




que des marées d'écume
“i need you i need you i need you right now, don't let me down, it's in my head darling i hope, that you'll be here when i need you the most”



Gabriel fronçait les sourcils. Il ne restait plus qu’à espérer que ça marche. « Frappe juste sur la pommette, c’est ça que ça fera le plus d’effet. Frappe fort. Je suis pas en sucre.» Ses côtes lui faisaient d’ores et déjà terriblement mal, mais c’était le seul moyen d’assurer que les autres ne le prendraient pas pour un traître. Il fallait aller au bout des choses, et Gabriel n’avait jamais été du genre à traîner des pieds. Il était volontaire, avec un mental d’acier. Il faisait les choix impossibles, ceux qui déchiraient en deux. Il les faisait sans trembler. Et là, il devait sauver sa vie. Le poing de l’Assaillant vint s’écraser sur sa pommette droite, et Gabriel laissa échapper un cri. La douleur réveillait sa magie ; il devait la mettre sous contrôle. Il n’avait déjà pas l’usage de sa baguette, mais il n’était pas à l’abri d’explosions de magie, comme celle qui était arrivée plus tôt dans le laboratoire. C’était ça, d’ailleurs, qui avait prompté Asgard à lui faire son offre. Le Vainqueur pouvait passer le reste de ses jours attaché à un brancard pour servir de cobaye avant de mourir douloureusement, ou il pouvait faire en sorte de faire sortir les moutons de la bergerie, là où les loups les attendraient.

Les idéaux de Gabriel en avaient pris un coup. Ils l’avaient laissé mijoter comme un pruneau pendant 48h complètes, voyant qu’il ne se résoudrait pas à trahir les siens. Après tout, il était revenu du Canada pour les rejoindre, pour les aider, pour vérifier que les siens allaient bien. Il n’avait pas été assez rapide, et voilà qu’il se retrouvait coincé entre deux, dans la terrible Domovoï, avec cette bande d’assoiffés de pouvoir et de sang. S’il avait su… « C’est bon comme ça, je vais pouvoir y aller » hoqueta t-il, crachant un peu de sang, et tentant de ne pas trop boiter.


◄►◄►◄►



En un sens, il regrettait presque que Assen ait été le premier à l’accueillir. On l’avait amené directement à lui, comme s’il était de notoriété publique que l’un n’allait pas sans l’autre. Duper Assen serait facile ; il avait toujours eu entière confiance en son meneur. Cela ne rendait les choses que plus difficiles. Il avait rampé pour arriver jusqu’à eux, pour rendre la mascarade plus crédible. Il avait entaillé sa lèvre sur un rocher, puis hurlé aux remparts, attendu que l’on se rende compte de sa présence. Il avait juré avoir réussi à s’échapper, réussi à les rejoindre, porté par la force de ses convictions. Gabriel n’avait jamais cru être un aussi bon menteur ; d’habitude c’étaient plutôt les promesses qui le faisaient tenir. Revoir Assen dans ces circonstances lui fendait le cœur. « Ils payeront, pour tout ça. Je te le promets. » Gabriel déglutit. Il n’avait pas encore prononcé le moindre mot. Pas sûr de ne pas se laisser trahir par sa voix tremblante. Il ne savait pas exactement quel risque était pire : apparaître comme un faible aux yeux de quelqu’un pour qui il s’était toujours fait passer pour invincible, ou lui mentir en le regardant en face. Trop fier, Gabriel, trop orgueilleux. Il avait connu la peur trop tardivement, avait connu la guerre alors qu’il n’avait pas envisagé de se défendre à mains nues. Il avait imaginé pouvoir se sortir de cette situation avec une bonne stratégie, avec la tête froide.

On lui avait souvent fait la leçon, tenté de lui apprendre que le seul moyen de s’en sortir, parfois, était de foncer dans le tas. Mais Gabriel persistait à vouloir contourner le problème,  à trouver des solutions parfois aux casse-têtes les plus impossibles. Souvent, cela avait payé. Cela avait même construit sa réputation de meilleur meneur des Icebergs depuis l’histoire du clan. Et aujourd’hui, aujourd’hui, comme le roi était tombé bien bas… « Je laisserai plus rien t’arriver. » Pour la première fois, le Vainqueur osa croiser le regard de son ami. Il avait toujours tenu en haute estime le jugement d’Assen, la façon dont il le regardait. C’était grâce à lui que le meneur s’était senti pousser des ailes un nombre incalculable de fois. « Toi et quelle armée ? » murmura t-il, la voix cassée, pour faire une pointe d’humour. Il était toujours lui-même, et toujours porté par la présence apaisante de son ami. Cette histoire de moutons et de bergerie allait être bien plus compliquée qu’il ne pensait au départ. « Merci de m’avoir accueilli. Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans toi… » Inverser les rôles, insister sur la confiance, revenir sur le lien qui les avait toujours lié. C’était ça, sa stratégie. A travers Assen, il aurait la main mise sur une bonne partie des Vainqueurs, même les plus dubitatifs, ceux qui faisaient confiance au jugement de Danslav le paranoïaque. Parfois, Gabriel en venait même à oublier qu’il l’avait mis sur le trône de sa propre main. S’il avait désigné Assen, les autres l’auraient suivi, il en était persuadé. Il avait été adoré, auréolé de gloire durant tout son règne. Et pourtant, son choix s’était porté sur Danslav. Il ne savait pas s’il aurait le courage un jour d’avoir pourquoi à son ami, qui l’aurait pourtant mérité.








hate me for all the things i didn't do for you Ψ
“The one thing that always tore us apart is the one thing I won't touch again. In my sick way I wanna thank you for holding my hand up late at night, when I was busy waging wars on myself you were trying to stop the fight.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

gabrissen ☩ que des marées d'écume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» batailles du Maréchal NEY
» Les maréchaux de l'empire Soult
» Les maréchaux de l'empire Davout
» Ma liste de marée verte ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum