AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I wish it wasn't always my fault || Draklan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
petit géranium vivace.
avatar
petit géranium vivace.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 953Date d'inscription : 01/05/2014Localisation : Derrière toi
Ҩ I wish it wasn't always my fault || Draklan Ҩ Mer 30 Mar - 1:09

« Salut, à demain. A demain. » sourit-il en saluant de la main le groupe de garçons qui quittaient les divans rouges du quartier général des Flammes. La nuit était déjà bien entamée, ils venaient de refaire le monde des heures durant, un verre à la main, installés au coin du feu. Les bûches en fin de vie dans l'âtre brûlaient faiblement, encore alimentées par les restes de braises incandescentes. Deklan s'étira, força un peu sur ses épaules pour essayer de les dénouer. Il s'empara d'une autre bière en fixant les petites flammes qui luttaient pour leur survie dans le foyer de la cheminée. La journée avait été longue, mais il n'était pas fatigué. Les responsabilités que lui avait confiées Krum en partant pour l'Ecosse lui tenaient très à cœur et il était galvanisé par cette estime que son meneur lui accordait. De plus, personne n'avait pensé à remettre son autorité temporaire en cause, tous les membres du clan avaient accepté sa nomination un peu arbitraire pour l'année à venir, et ça lui faisait chaud au cœur. Viktor quitterait Durmstrang définitivement à la fin de l'année, les élections seraient organisées à la prochaine rentrée. C'était une occasion incroyable de prouver qu'il avait les épaules pour prendre la suite. Même s'il n'avait que seize ans, il se sentait prêt. Iris s'était moquée de lui gentiment en partant. Elle ironisait sur la tragédie que ce serait de ne pas le voir exercer ses fonctions de nouveau grand chef bis, et quand il prétendait qu'elle aurait l'occasion de le voir en tant que Grand Chef tout court, elle se moquait de son assurance au sujet de ces élections. Au final, la sœur Stoyanov était partie avec le bateau et il était resté là pour tenir les rennes du clan. En soi, ça lui allait bien. Il aurait aimé partir mais de toute façon, il n'avait pas l'âge de participer.

Les Flammes finirent par passer la porte du QG et Deklan jeta un œil sur le canapé près de lui. Dragomir était toujours là, son verre à moitié vide bien calé entre les mains. « Déterminé à tenir jusqu'au bout de la nuit, Drago ? » lança-t-il en souriant, avant de se lever pour jeter une nouvelle bûche dans l'âtre. Il écarta un peu les cendres avec le tison pour laisser le feu prendre et s'attaquer à l'écorce avant de se tourner à nouveau vers son ami. Ils se connaissaient depuis des années maintenant ; le contact était passé dès leur première rencontre. De camarades, ils étaient devenus amis, s'entendaient comme larrons en foire et affrontaient courageusement les fins de soirées difficiles – les plus arrosées, ou les plus moroses. Et puis, Deklan avait commencé à sortir avec Iris, la sœur de celui qui était devenu son meilleur ami. Ca les avait encore rapprochés.
Le meneur provisoire retourna s'asseoir auprès de son ami, laissa ses épaules rejoindre le dossier de velours en tirant une longue rasade au goulot de sa bouteille de bière. « Pas de nouvelle de ta sœur, par hasard ? » demanda-t-il, nonchalamment. Elle n'avait pas répondu à sa dernière lettre, partie pour l'Ecosse il y avait un peu plus de trois semaines. Ca ne le dérangeait pas plus que ça mais il était curieux de savoir si elle avait écrit à son frère depuis. Si oui, il pourrait en conclure qu'il ne lui manquait pas beaucoup plus qu'elle ne lui manquait. Au final, c'était plutôt bon signe.


How am I supposed to let you go ?
Iriklan ✻ Now you stand in front of me and all the rain is turning into snow. Can you tell me that you're real ? So I can really know that everything I feel I can finally show. Standing next to me, the person I can be is finally here and he won't back down at all.

bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: I wish it wasn't always my fault || Draklan Ҩ Mer 30 Mar - 1:54




i wish it wasn't always my fault



Drago contemplait les flammes dansantes au milieu du foyer, pendant que la majorité de son clan désertait le QG. Il était environ cinq heures du matin, l’heure habituelle de fin de soirée au sein du chaleureux clan des flammèches. A seize ans, on aime boire jusqu’à en avoir mal aux entrailles, jusqu’à oublier son nom, brûler jusqu’à en toucher le soleil. Avant de finir gerber en technicolor. C’était probablement la période de sa vie où Drago était le plus heureux ; le jour même, il avait fait la découverte lancinante de ses dons pour l’alchimie. Ce jour là, pour la première fois de sa vie, il avait une vision très claire du reste de sa vie, et ce n’était pas au fond d’une poubelle dans le fin fond de l’Autriche. Il avait la possibilité de se construire un putain d’avenir ; il buvait à ça. Et pourtant, regarder Deklan lui rappelait l’absence de sa sœur Iris, lui rappelait que c’était une journée qu’il ne pouvait partager avec elle autrement que par courrier, que par quelques mots sur un bout de papier. Presque jumeaux, pourtant, il savait qu’elle pouvait ressentir sa joie à distance, de la même façon qu’ils ressentaient leur désespoir lorsque la pluie sur les vitres faisaient écho à leurs lacrymales. Regarder Deklan lui rappelait aussi que définitivement, hélas, il ne pouvait pas tout partager avec Iris. « Déterminé à tenir jusqu'au bout de la nuit, Drago ? » Le Flamme laissa échapper un petit rire mais ne releva pas ; ils étaient désormais seuls tous les deux. Tandis que Levski retournait une buche avec le tisonnier, l’aîné des Stoyanov songea que le règne lui allait bien. Il avait les épaules et la carrure d’un vrai meneur ; personne n’était dupe, une fois que Krum serait enfin parti de l’école, Deklan serait le prochain meneur. Ils en étaient tous convaincus, Drago plus que les autres. « Pas de nouvelle de ta sœur, par hasard ? » demanda-t-il, en s’asseyant à ses côtés. Le jeune Flamme pencha la tête sur le côté, et pris peut-être un peu trop de temps pour répondre. L’esprit légèrement embrumé par l’alcool, il eut l’air de trop réfléchir pour que sa réponse paraisse naturelle. Sa question n’était pas anodine ; cela voulait dire qu’Iris ne lui avait pas écrit. Etrange… Elle correspondait avec son frère minimum une fois par semaine. « J’ai reçu une lettre il y a deux jours ; elle va bien, c’est juste très animé là bas, elle découvre beaucoup de choses et elle a peu de temps à elle. Mais elle est heureuse. Tu lui manques. » Il avait rajouté le dernier bout de phrase à la volée, avec le goût du mensonge sur les lèvres. Iris, hélas, n’avait pas mentionné Deklan dans ses lettres. Il ne pouvait que supposer qu’elle le gardait dans ses pensées, mais sa vie en Ecosse la gardait occupée ; elle collectionnait les bouts de vies édulcorées comme elle aimait le faire, sachant que revenir à la maison serait la fin de cette partie d’elle-même. « Je vais essayer de ne pas abuser ce soir. Ne pas prendre trop de… risques. » dit-il en posant son verre sur la petite table en verre devant eux, en prenant soin de ne pas croiser le regard du meneur officieux. Quelque chose lui tordait les entrailles, et contre toute attente, ce n’était pas le Whisky pur Feu.







this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit géranium vivace.
avatar
petit géranium vivace.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 953Date d'inscription : 01/05/2014Localisation : Derrière toi
Ҩ Re: I wish it wasn't always my fault || Draklan Ҩ Mer 30 Mar - 3:08

Ca faisait quelques mois qu'il sortait avec Iris. La petite soeur, rayonnante et innocente. Curieuse de tout, si désireuse de mordre la vie à pleine dents. Elle lui avait tout de suite plu, avec ses grands yeux clairs si prompts à briller d'émerveillement, et ses cheveux blonds qu'elle laissait toujours libres. Libres tant qu'elle voulait l'être. Il n'était pas convaincu qu'elle était très heureuse de s'enfermer comme elle l'avait fait en commençant à sortir avec lui. Et il s'en souciait assez peu. De la même façon qu'il avait fini par ne plus tellement se soucier de la voir lui échapper un peu, et un peu plus. Elle revenait chaque fois vers lui, parce qu'elle n'avait aucune raison de ne pas revenir, de ne pas venir, simplement. Mais il n'allait pas la chercher. Et plus les semaines s'écoulaient et plus ce désintéressement lui pesait. Ce n'était pas normal, qu'il se fiche bien de savoir avec qui elle avait passé la soirée. Ce n'était pas normal qu'il n'ait pas envie de s'intéresser à ses journées, pas normal qu'il n'ait rien à lui dire. Alors, de temps en temps, il avait commencé à lui demander des comptes. Elle n'avait pas compris, il avait insisté, c'était parti en vrille. Une fois, deux fois. D'autres fois. De tels problèmes au bout de si peu de temps, est-ce que c'était vraiment normal ?
Au final, Iris était partie pour l'Ecosse au début du mois de Septembre. Il avait essayé de lui écrire, mais le même problème s'était posé. Rien à dire. Alors il avait posé des questions, histoire de faire tout de même un effort. Les réponses évasives de sa petite-amie avaient fini par le fatiguer. Sa propre dernière réponse était peut-être si peu intéressée qu'elle ne s'était pas donné la peine de lui envoyer un hibou en retour. Est-ce que c'était vraiment un mal ?

De toute façon, le Levski avait autre chose à faire de ses journées qu'attendre des nouvelles de sa copine partie s'éclater à l'autre bout du monde. Il avait un clan à co-gérer, des examens à préparer. D'autres personnes sur lesquelles se concentrer. « J’ai reçu une lettre il y a deux jours ; elle va bien, c’est juste très animé là bas, elle découvre beaucoup de choses et elle a peu de temps à elle. Mais elle est heureuse. Tu lui manques. » Finit par répondre Dragomir, après un temps de réflexion qui intrigua Deklan. Il se demanda si son ami avait trop bu pour être réellement réactif, ou s'il avait réfléchi à ce qu'il allait lui dire et ne pas lui dire. L'idée que Drago puisse le mettre à distance de cette façon le froissa légèrement, mais il chassa cette pensée d'un revers mental de la main. C'était complètement ridicule. Il avait écouté sa réponse en observant la bière tournoyer dans la bouteille en rythme avec les petits cercles qu'il effectuait avec son poignet. Mais la dernière phrase, trop précipitée, lui fit relever la tête. Le jeune homme ne le regardait pas et s'occupa plutôt de reposer prudemment son verre sur la table basse devant eux en marmonnant une vague tentative de changer de sujet. « Je vais essayer de ne pas abuser ce soir. Ne pas prendre trop de… risques. »

Le Flamme haussa un sourcil, dévisagea son camarade qui refusait toujours obstinément de le regarder dans les yeux. Il se mit à rire doucement, bouscula gentiment Dragomir d'un coup d'épaule. « Est-ce que t'essaies d'être .. comme, raisonnable ? C'est un concept bizarre. » Son sourire disparut derrière le goulot de la bouteille qu'il porta à ses lèvres pour boire une ou deux gorgées. Avisant le verre encore à moitié plein sur la table, il bascula la tête en arrière pour finir sa bière et reposa la bouteille vide sur la table. Lorsque sa main s'en ré-éloigna, le verre de Drago était calé contre la paume du meneur. « Je ne te suis pas, sur ce coup. Je préfère vivre .. dangereusement. » Glissant un oeil vers le visage du Stoyanov, il croisa son regard et accrocha ses pupilles quelques secondes, l'ombre d'un sourire au coin de la bouche. Il trempa les lèvres dans la liqueur avant d'ajouter. « Tu sais, c'est pas la peine de me mentir, pour Iris. Je ne pense pas lui manquer. » Il tourna la tête pour toiser les flammes qui ondulaient en craquant dans le foyer, l'air songeur, en venant appuyer ses avant-bras sur ses genoux. Il eut une perceptible hésitation avant d'ajouter « Je crois qu'elle ne me manque pas vraiment non plus. » L'alcool favorisant bien largement la prise de distance, il finit par se redresser après un bref haussement d'épaules. Dragomir était-il vraiment le meilleur interlocuteur possible pour parler de ce genre de choses ? Le Levski savait comme il était proche de sa soeur, comme ils partageaient presque tout. Mais après tout il ne voyait pas trop pourquoi sa relation avec Iris devrait prévaloir sur leur relation à tous les deux. Ils étaient proches aussi. Ils partageaient aussi, et ça n'avait pas moins de valeur. Pourquoi ça en aurait moins ? Un peu hagard quelques instants, il releva brièvement les yeux vers Dragomir, les écarta dès qu'il croisa ses pupilles. Les liens du sang, tout ça. Est-ce que ça avait une petite importance dans la hiérarchie ? « C'est un peu le bordel, tout ça. » Il soupira, replongea son regard dans l'âtre. « J'en ai assez. Elle ne prend pas la peine de m'écrire, on n'attend plus grand chose l'un de l'autre. J'ai plus envie de l'attendre. J'ai plus envie d'attendre quoi que ce soit. » Il prit une gorgée de Whiskey. La liqueur lui brûla légèrement la gorge, il sentit la chaleur grimper vers son visage. Merde, c'était fort ce truc. « Vivre dangereusement. », ajouta-t-il dans un petit rire, plus amer que le Whiskey.


How am I supposed to let you go ?
Iriklan ✻ Now you stand in front of me and all the rain is turning into snow. Can you tell me that you're real ? So I can really know that everything I feel I can finally show. Standing next to me, the person I can be is finally here and he won't back down at all.

bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: I wish it wasn't always my fault || Draklan Ҩ Mer 30 Mar - 5:11




i wish it wasn't always my fault



Le meneur remplaçant laissa échapper un petit rire ; son air surpris l’avait trahi. Drago eut un peu de mal à ne pas rire lui-même. Il était vrai qu’il n’avait pas vraiment la réputation d’être quelqu’un de prudent, ou qui ne prenait pas de risques. Il était toujours le premier à dire oui pour la première connerie que son clan pouvait inventer. « Est-ce que t'essaies d'être .. comme, raisonnable ? C'est un concept bizarre. » Le regard du Flamme resta fixé sur son ami tandis que ce dernier finissait sa bière d’un trait. De toute évidence, la soirée n’était pas encore terminée. « Je ne te suis pas, sur ce coup. Je préfère vivre .. dangereusement. » Le Stoyanov eut un petit rire nerveux ; il était d’accord sur le principe, mais il avait déjà beaucoup bu, et déjà il avait eu du mal à se réfréner lorsque Deklan avait voulu attraper le citron qu’il avait dans la bouche pour parfaire son shot de tequila, quelques dizaines de minutes plus tôt. « Tu sais, c'est pas la peine de me mentir, pour Iris. Je ne pense pas lui manquer. » Le sourire de Drago s’affaissa quelque peu tandis qu’il suivit le regard de Deklan vers l’âtre brûlant. Evidemment qu’il avait perçu le mensonge de son camarade ; le Flamme n’avait aucun talent pour dissimuler la vérité. Il était dans le tranchant, dans la passion et dans l’honnête, et avoir à cacher la vérité pour un quelconque prétexte le mettait mal à l’aise. Il retint son souffle tandis que son meneur du moment ajoutait : « Je crois qu'elle ne me manque pas vraiment non plus. » Drago fronça les sourcils ; écartelé entre les deux réactions qui lui étaient arrivées simultanément. Iris était sa sœur, il serait toujours protecteur envers elle ; et entendre de telles paroles dans la bouche de son ami, le petit ami de la prunelle de ses yeux, aurait dû le faire tiquer, l’enrager, limite lui donner envie de le plaquer contre un mur pour le mettre en garde, si jamais tu lui fais du mal, blah blah blah. Mais ils avaient déjà eu cette conversation sur le ton de l’humour quelques semaines auparavant. La deuxième réaction était bien plus irrationnelle : le soulagement, qui prenait racine quelque part dans ses désirs les plus honteux.

Il n’eut pas le loisir de laisser ses pensées vagabonder, Deklan secoua les épaules comme pou chasser le sujet. « C'est un peu le bordel, tout ça. J'en ai assez. Elle ne prend pas la peine de m'écrire, on n'attend plus grand chose l'un de l'autre. J'ai plus envie de l'attendre. J'ai plus envie d'attendre quoi que ce soit. » Peu sûr de l’attitude à adopter, Drago se contenta d’hocher la tête, incapable de contrôler le mix étrange d’émotions qui se bousculaient dans son estomac. Victime de ses envies sans être complètement capable de les assumer. Il observa Deklan se saisir de son verre. « Vivre dangereusement. » annonça t-il avec un petit rire avant de boire une gorgée. Sans réfléchir, Drago se rapprocha, un peu fiévreux de la quantité d’alcool déjà absorbée, et se laissa gagner par l’insouciance contagieuse de son meneur. Il se saisit du verre, ses doigts attrapant ceux de Deklan au passage. « Le comble de l’insubordination serait de ne pas suivre le modèle de son meneur » marmonna t-il, au comble du sarcasme, avant de faire basculer le verre encore à moitié plein vers sa proche bouche, faisant couler le liquide ambré dans sa gorge. Ca brûlait délicieusement. Même après avoir lâché la main de Deklan, le contact le marquait encore. D’une voix rauque, il murmura : « Tu sais si ça ne marche plus, ça ne marche plus, et ce n’est pas la faute de quelqu’un en particulier. Après tout, elle s’est barrée pour un an, c’est difficile à gérer. Même pour moi, alors bon… » il s’efforçait de lui faire comprendre qu’il ne se rangerait pas du côté de sa sœur, si les choses devaient s’effilocher. Il aurait été bien hypocrite de prétendre qu’il aurait pu se passer de la compagnie du Levski, de toute manière. Il aimait Iris de tout son cœur, et serait toujours auprès d’elle, mais Drago pouvait également faire ses propres choix. La position médiane dans laquelle il se trouvait le mettait mal à l’aise, mais les limites disparaissaient agréablement dès lors que l’alcool coulait dans son gosier. Le Flamme se racla la gorge pour se dédouaner, et commença à sortir de sa poche des feuilles à rouler, et une petite pochette au contenu douteux. Avec un sourire, il demanda : « J’espère que ta décision ne vivre dangereusement ne se limite pas qu’à l’alcool, sinon ça va devenir gênant » sans réfléchir au double sens de ses paroles.








this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit géranium vivace.
avatar
petit géranium vivace.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 953Date d'inscription : 01/05/2014Localisation : Derrière toi
Ҩ Re: I wish it wasn't always my fault || Draklan Ҩ Mer 30 Mar - 6:35

Le whiskey commençait à lui monter à la tête. Il avait déjà ingurgité pas mal de verres, depuis le temps qu'il avait posé ses fesses sur ce divan, quelques heures plus tôt. Il tenait bien l'alcool, mais au final ça commençait réellement à l'étourdir ; la fatigue ne l'aidait pas. Ses neurones peinèrent à se connecter au moment où il inspirait à nouveau de l'air après avoir senti le whiskey réchauffer toute sa gorge et sa poitrine. Il sentit une main s'emparer du verre qu'il tenait encore, trouva agréable la chaleur qui vint se poser sur ses doigts pour les mener quelques centimètres plus loin. Il cligna des yeux, inspira à nouveau en regardant Dragomir « Le comble de l’insubordination serait de ne pas suivre le modèle de son meneur ». Deklan rit doucement, à nouveau, sans songer un seul instant que continuer à fixer son ami de la sorte puisse sembler légèrement anormal. Le Stoyanov prit une gorgée de la liqueur avant de finalement relâcher et le verre et les doigts de celui qu'il venait de nommer son meneur. Ca sonnait bien, songea le Levski en faisant tourner la boisson au fond de son récipient.  « Tu sais si ça ne marche plus, ça ne marche plus, et ce n’est pas la faute de quelqu’un en particulier. Après tout, elle s’est barrée pour un an, c’est difficile à gérer. Même pour moi, alors bon… »

Surpris par ces paroles, Deklan releva la tête pour dévisager son camarade, qui ne le regardait pas. Il ne s'était pas attendu à ce soutien ; ce n'était pas très explicite, mais c'est comme ça qu'il le comprenait. Il s'était attendu à ce que Drago soutienne sa soeur coûte que coûte, malgré la pseudo légitimité de son lien avec le Flamme dont il avait voulu se convaincre un peu plus tôt. Essayer de s'en persuader était une chose ; voir cette position affirmée par le principal intéressé, c'en était une autre. Et le jeune homme en était réellement touché. Il regarda son camarade sortir de sa poche un matériel bien intéressant. « J’espère que ta décision ne vivre dangereusement ne se limite pas qu’à l’alcool, sinon ça va devenir gênant » A nouveau, le meneur provisoire se mit à rire. « T'es vexant, Drago. Tu sais bien que je ne recule devant rien. »

Un peu maladroitement à cause de ses sens légèrement brouillés, il se rapprocha un peu du Stoyanov et récupéra ce qui lui fallait (« Tu permets ? ») pour confectionner l'objet de leurs (très hautes) ambitions pour le reste de la nuit. Il tremblait un peu, mais, force d'expérience, ne s'en sortit au final pas trop mal. Extirpant un vieux briquet moldu de sa propre poche, il plaça le joint entre ses lèvres et inspira en actionnant le mécanisme au bout de la tige d'herbes. La sensation âpre et épaisse de la fumée s'engouffrant dans sa gorge puis ses poumons remplaça le goût de l'alcool. Il attendit quelques instants avant d'expirer, et approcha finalement sa main du visage de Dragomir, plaçant l'embout du joint à quelques centimètres de sa bouche. « Je sais pas ce que c'est, ton truc, mais ... » marmonna-t-il, plus concentré sur les lèvres de Dragomir qui se refermaient sur le joint en frôlant ses doigts que sur ce qu'il était en train de raconter. Il ne savait pas trop si c'était l'alcool, si c'était la fatigue, si c'était ce qu'il fumait. Mais il se sentait bizarre. Comme si quelque chose était en train de faire des noeuds avec ses tripes sans lui avoir demander son avis. Un truc qui se passait à l'intérieur de son ventre.


How am I supposed to let you go ?
Iriklan ✻ Now you stand in front of me and all the rain is turning into snow. Can you tell me that you're real ? So I can really know that everything I feel I can finally show. Standing next to me, the person I can be is finally here and he won't back down at all.

bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: I wish it wasn't always my fault || Draklan Ҩ Dim 15 Mai - 0:44




i wish it wasn't always my fault



Drago ne parvenait pas à comprendre pourquoi il était subitement beaucoup plus guilleret qu’en début de soirée, alors qu’il était pourtant un peu plus sobre. Mais il avait un sourire à la con sur les lèvres en regardant Deklan, ça lui faisait beaucoup trop drôle. « T'es vexant, Drago. Tu sais bien que je ne recule devant rien. » Le Flamme eut un petit sourire en coin et acquiesça. Il avait toujours admiré son ami pour sa témérité, son allure à la fois aristocratique et négligée, et cette douce ironie empreinte d’humour qu’il portait toujours comme une armure. Et Drago aurait été mille fois chevalier à ses côtés, bouclier et épée tendus vers le monde, Deklan et lui soigneusement derrière, ensemble. Putain quelle connerie, Drago songea tandis que l’odeur de la substance que le Flamme était occupé à rouler lui atteignait les narines. Il n’avait pas encore fumé et déjà son cerveau en carton lui envoyait déjà les visions les plus stupides.

Il observa Deklan travailler, tranquillement, entre deux fantasmes de capes et d’épée certainement envoyés par l’alcool, et détailla son visage ciselé tandis que le meneur fermait les yeux pour aspirer la fumée. Il était beau, à cet instant précis, il était beau. Pas mignon, comme l’appelait nombre de filles dans cette foutue école. Pas belle gueule, truc inutile de beau parleur séducteur. Pas aristocratique comme le voulaient ses parents. Beau. Un truc pur, un truc intense. Tandis que son estomac alla se planquer dans ses chaussures, il comprit soudainement pourquoi Iris avait succombé. Il comprenait enfin les nuits blanches, les yeux qui pétillent de connerie. L’air benêt. Il avait juré qu’il n’aurait jamais le même. « Je sais pas ce que c'est, ton truc, mais ... » dit-il d’une voix rauque en tendant le joint à Dragomir. Avec un petit sourire, Drago, à son tour, aspira la fumée lourde et épaisse, qui remplit directement ses poumons sans passer par la case départ. En recrachant doucement, il eut à nouveau un sourire goguenard. « Il faut connaître les bonnes personnes, disons. Les mecs de la spécialité Herbologie ne font pas poussier que des géraniums dans les Serres, si tu vois ce que je veux dire. » Il ponctua sa phrase d’un petit clin d’œil.

Et déjà, les effets commençaient à se faire ressentir. Drago pouvait le voir, ne serait-ce qu’à la façon dont ses entrailles dansaient, alors que les doigts de Deklan se tenaient toujours à quelques centimètres de sa peau. Comme quoi, il avait un meilleur dealer que ce qu’il ne pensait. Doucement, il tendit la main pour rattraper l’objet du délit. D’un geste déterminé, l’esprit un peu embrouillé, il tira une longue bouffée de fumée, puis écarta la tige de son visage pour se rapprocher de Deklan, le plus naturellement du monde, en retenant la fumée dans sa bouche. Des soufflettes, il en avait fait des millions de fois, sans y penser. Mais plus le visage de son meneur se rapprochait, moins l’idée semblait bonne. Vu la rapidité du Flamme à saisir le signal, Drago n’était clairement pas le seul à être expert en la matière. Alors que la fumée passa d’une bouche à l’autre par l’intermédiaire de leurs mains fermées, l’autrichien se laissa aller une demi-seconde à fermer les yeux, et se pencha en avant un centimètre de trop tandis que sa bouche effleurait celle de Deklan. Il recula, le joint toujours à la main, et prit le parti d’ignorer ce qui venait de se passer dans sa poitrine. « Je suis un peu déçu de voir que tu as autant d’expérience que moi, moi qui pensais pouvoir t’apprendre deux-trois trucs pour une fois » fit-il en riant, tentant de dédramatiser la mini crise-cardiaque qu’il venait de subir.









this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit géranium vivace.
avatar
petit géranium vivace.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 953Date d'inscription : 01/05/2014Localisation : Derrière toi
Ҩ Re: I wish it wasn't always my fault || Draklan Ҩ Mar 21 Juin - 3:20

Il n'avait jamais vraiment eu besoin de s'embarrasser de questions. Ou en tout cas, il avait toujours fait sans. Deklan n'avait jamais été quelqu'un de très cérébral. Il était dans l'action, toujours, un peu trop vite parfois. Peut-être que de temps en temps, il ferait mieux de réfléchir un petit peu avant d'agir. Juste de temps en temps. Se poser la question, au lieu de refuser obstinément de se donner le temps de douter. Ce n'était pas son genre, ça ne l'avait jamais été. Il pouvait se targuer de savoir ce qu'il voulait, et de tout faire pour l'obtenir. Sans chercher à savoir, sans remettre en question. Il avait grandi dans un monde où le moindre geste était pensé en fonction des autres et de leur jugement. Ce n'était pas ce qu'il avait voulu alors il avait décidé de faire autrement, en fonction de lui, de ce qu'il désirait, et rien d'autre. Ca lui avait plutôt réussi jusqu'à maintenant.
D'ailleurs, il se demandait bien à qui ça réussissait, de s'empêcher de vivre en analysant le moindre geste avant de le faire. En réfléchissant aux conséquences, au pour et au contre, en calculant le bien et le mal, pour déterminer si, finalement, c'est une bonne idée ou pas. Comme si ça pouvait se calculer, se définir de façon aussi nette. En tout cas il avait choisi de fonctionner autrement. Ou bien peut-être que ce n'était pas vraiment un choix. Peu importe. Là, tout de suite, il choisit de ne pas réfléchir aux conséquences de ses gestes lorsqu'il referma ses mains près de celles de Dragomir pour recevoir la fumée qu'il lui soufflait. Il choisit de ne pas se demander pourquoi les lèvres de l'autrichien frôlèrent les siennes là où elles n'auraient pas dû le toucher. Il choisit de ne pas se demander s'il avait envie d'être le genre d'homme qui s'électrise au contact du frère de sa petite-amie.

Il préférait laisser les choses arriver. Saisir les opportunités sans avoir à se préoccuper du reste du monde. De toute façon, le reste du monde lui semblait bien loin. Comme s'ils étaient hors du temps.

Son regard d'acier posé sur Dragomir, il n'articulait pas un mot, trop concentré sur son ami et son air un peu sonné. Lequel disparut rapidement lorsqu'il reprit la parole, le rire aux lèvres : « Je suis un peu déçu de voir que tu as autant d’expérience que moi, moi qui pensais pouvoir t’apprendre deux-trois trucs pour une fois. » Le presque-meneur se redressa soudain, sans dévisser ses prunelles du visage du jeune homme. « Moi qui pensais que tu me connaissais mieux que personne, on dirait que tu me sous-estimes. » fit-il, en relevant légèrement le menton vers le Stoyanov d'un air faussement hautain, l'ombre d'un sourire au coin des lèvres. Sans lâcher son air désormais presque autoritaire, il tendit le bras pour s'emparer du poignet du Flamme - celui du côté du joint - et amener ce dernier jusqu'à son visage. « Mais qui sait,» commença-t-il.
Glissant sa paume autour de la main de Dragomir pour raffermir sa prise sur la tige de drogue, il s'approcha afin de porter cette dernière à sa bouche, touchant plus ou moins délibérément ses doigts avec ses lèvres tandis qu'il tirait sur l'embout.

A quoi il jouait ? Bonne question. Il ne se la posait pas, pourtant. Dragomir et lui avaient toujours été proches. Peut-être pas de cette façon là, non, mais est-ce que ça devait nécessairement être un problème ? A cause d'Iris, peut-être. Mais Iris n'était pas là. « Il y a toujours matière à être surpris, je crois. » fit-il doucement, l'air un peu plus absent, abandonnant le faux air noble qu'il s'était donné. Le Levski arracha son regard au vide et revint l'accrocher aux prunelles de Dragomir, qu'il trouva toujours étrangement proche. En fait, il n'avait pas lâché sa main, sur laquelle il exerçait une pression significative de son pouce qui glissait à l'intérieur de sa paume. « Ou en tout cas, quand on se laisse aller à contre-courant. » Ce n'était jamais que ce qu'il faisait depuis le début de sa vie. Et il avait bien l'intention de continuer comme ça. Ce soir y compris.


How am I supposed to let you go ?
Iriklan ✻ Now you stand in front of me and all the rain is turning into snow. Can you tell me that you're real ? So I can really know that everything I feel I can finally show. Standing next to me, the person I can be is finally here and he won't back down at all.

bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: I wish it wasn't always my fault || Draklan Ҩ Ven 25 Nov - 19:20





i wish it wasn't always my fault



Drago se délecta de la réaction qu’il provoqua chez son ami. Il se repaissait de la brûlure de ses prunelles dans les siennes.  « Moi qui pensais que tu me connaissais mieux que personne, on dirait que tu me sous-estimes. » fit-il, le prenant à son propre jeu. Ce n’était pas juste, pensa Drago, une fois, juste une fois, il aimerait avoir le dernier mot. Lui clouer un peu le bec. Deklan rappatria le bras du Stoyanov vers sa bouche, et continua avec son ton goguenard. « Mais qui sait… » Il laissa sa phrase en suspens, et le Flamme aurait pu ne rien entendre, trop occupé à fixer le carton monter jusqu’aux lèvres de son camarade. « Il y a toujours matière à être surpris, je crois. » finit-il par conclure. Mais Drago n’écoutait qu’à moitié, trop concentré sur la main de Levski toujours accrochée à la sienne, qui se frayait un chemin dans sa paume. Il n’osait même pas fermer les yeux. Etait-ce Iris ? Etait-ce parce qu’elle lui manquait tant que ça, qu’il se raccrochait au contact de ce qui lui appartenait avec tant de ferveur ? Avait-il tant besoin d’un souvenir ? Il avait l’impression de connaître le grain de peau du Flamme par cœur, comme s’il l’avait connu toute sa vie. « Ou en tout cas, quand on se laisse aller à contre-courant. » Le Stoyanov fronça légèrement les sourcils, il n’était pas sûr de comprendre où il voulait en venir, et il était agacé d’avance de sa propre incapacité à interpréter un signe si toutefois c’en était un, une référence, une insinuation. Il ne pouvait la saisir.

L’intellectuel, dans la famille Stoyanov, c’était la sœur. Le frère, lui, était beaucoup plus sanguin, plus sauvage, dans le concret. « Et c’est quoi, exactement, ta notion de contre courant ce soir ? » demanda t-il de but en blanc, laissant aller sa main un peu plus fort contre la prise de Deklan. Iris était aussi plus douce, avait plus de principes. Elle ne se serait jamais retrouvée dans cette situation. Ce n’était pas convenable, comme dirait leur mère. Et pourtant, Drago continuait, incapable de s’arrêter, comme un papillon attiré par la Flamme. « Un truc un peu comme ça ? » fit-il en écrasant le reste du joint contre le cendrier avant de glisser sa main derrière la nuque du Flamme et de l’attirer contre lui. C’était comme sauter du dernier étage d’un immeuble, et le choc lui fit l’impression de s’écraser au sol tandis qu’il pressait ses lèvres contre celles de Deklan.

Et voila. Avec un peu de chance, il aurait le dernier mot, cette fois.









this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit géranium vivace.
avatar
petit géranium vivace.

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : PurMessages : 953Date d'inscription : 01/05/2014Localisation : Derrière toi
Ҩ Re: I wish it wasn't always my fault || Draklan Ҩ Jeu 1 Déc - 22:30

La question de Dragomir surprit le meneur provisoire ; il ne s'attendait pas à une telle coupure dans les petites insinuations qu'il lâchait depuis qu'ils s'étaient retrouvés tous les deux. Il avait toujours beaucoup aimé s'engouffrer dans les portes à demi fermées, même celles qui lui étaient interdites. Ce soir, avec Dragomir, il était tout à fait conscient qu'il n'avait pas le droit d'aller plus loin. Il tentait le diable en jetant des coups d'oeil par la serrure avec ses allusions, risquait un orteil de l'autre côté avec ses gestes, sa main sur la sienne, son pouce dans sa paume et son épaule contre lui. L'autrichien venait d'ouvrir grand la porte en lui demandant si oui ou non, bordel, il avait l'intention de franchir le pas. Il le prenait de court, encore plus à cause du brouillard d'alcool dans lequel le Levski naviguait. Autant dire qu'il était encore en train d"envisager avoir une réaction quand son ami poursuivit : quelque chose un peu comment ? L'idée de résister à la prise du Sroyanov contre sa nuque ne l'effleura même pas. Il se laissa faire, probablement trop surpris ; ou pas, il ne savait pas, il s'y était attendu, il l'avait cherché sans vraiment croire que ça arriverait vraiment. Pourtant les lèvres du jeune homme avaient à peine atteint les siennes que, brusquement, presque comme un réflexe, Deklan empoigna fermement les cheveux du Flamme juste au dessus de sa nuque, plaquant un peu plus son visage contre le sien et lui interdisant tout mouvement de recul. Son coeur battait à toute vitesse, altérant le silence qui régna dans la pièce pendant les quelques secondes d'immobilité qui suivirent le geste du hongrois avant que, penchant légèrement la tête sur le côté, il ne presse un peu plus fort sa bouche contre celle de Dragomir, se frayant un passage entre ses lèvres. Il posa son autre main à plat sur son torse et, prolongeant le mouvement amorcé par l'autrichien lorsqu'il avait attiré Deklan jusqu'à lui, appuya son poids contre lui pour le faire basculer sur le canapé.

Toujours accroché au visage de Dragomir et guère décidé à le laisser s'éloigner du moindre millimètre, le Levski essaya de s'appliquer à ne pas lui tomber dessus de tout son poids, changeant ses mains de place au dernier moment pour ne pas être trop déséquilibré. Il s'y prenait un peu comme un manche, niveau logistique il avait déjà fait mieux. Il lâchait à peine sa bouche le temps de reprendre une respiration, l'appuyait un peu plus fort contre le sofa, s'éloignait juste ce qu'il fallait pour tirer sur sa chemise et arracher quelques boutons, presser sa paume contre sa peau par l'ouverture dans le désordre le plus total. Ce n'était pas très convenable, tout ça, mais il s'en foutait un peu. Il ne comprenait rien et il ne voulait pas comprendre ; ou alors il comprenait trop bien et il refusait de lâcher les lèvres de son ami une seule seconde, parce qu'il avait peur que ce laps de temps lui soit suffisant pour reprendre ses esprits et arrêter tout avant qu'ils ne dépassent les bornes. Ils les avaient déjà dépassées de toute façon. Et puis peu importe. Il l'embrassait et il le respirait ; il le bloquait contre le canapé et arrachait de sa bouche le goût d'une liberté toute nouvelle qu'il ne connaissait pas encore et dont il ne supporterait pas d'être privé. Il lui fallait plus, et quelque chose lui disait qu'il ne commençait qu'à entrevoir tout ce que Dragomir était prêt à lui donner.


How am I supposed to let you go ?
Iriklan ✻ Now you stand in front of me and all the rain is turning into snow. Can you tell me that you're real ? So I can really know that everything I feel I can finally show. Standing next to me, the person I can be is finally here and he won't back down at all.

bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: I wish it wasn't always my fault || Draklan Ҩ Mar 20 Déc - 15:26




i wish it wasn't always my fault



Pilote automatique. Ca avait été le thème général des quelques heures qui avaient suivi. Dans un enchevêtrement de mains, de corps, de mots à peine prononcés, sans même l’envie de comprendre. Les deux Flammes s’étaient abandonnés pleinement à la braise de leurs envies, et en avaient fait un feu de forêt. De très longues minutes après la fin du feu d’artifice, Dragomir haletait encore, au creux des draps qu’ils avaient rejoint in extremis pour ne pas imprégner les canapés du QG de leurs péchés. La nuit glissait sur ses paupières comme du sable sur sa peau, refusait de le bercer, de l’emporter ailleurs, là où son pauvre petit cœur de faisait pas de bonds coupables. Le Flamme se retourna sur le côté pour faire face à son amant endormi ; Deklan avait fermé les yeux rapidement et sombré quelques secondes plus tard, un mince sourire accroché aux lèvres, et lui il était là, comme un con avec son cerveau qui ne voulait pas lui foutre la paix. Bravo, tu t’es envoyé le copain de ta petite sœur. Bien joué, trou du cul. La respiration égale de son ami le rassurait. Il pouvait à loisir admirer son grain de peau lisse, ses petites ridules au coin de la bouche. Drago avait toujours levé les yeux au ciel devant cette légende urbaine selon laquelle on regardait les gens dormir quand on les aimait. Complètement ridicule. Et pourtant, et pourtant.

▲▼▲


Il tentait de ne pas faire trop de bruit, s’échapper en douceur, avoir le temps de réfléchir, d’aller boire un verre d’eau ou quinze, de purger son corps du Whisky Pur Feu et des trois orgasmes qu’il avait eu pendant la nuit. Dragomir se sentait l’homme le plus lâche du monde, de se barrer alors que Deklan dormait encore, mais il avait peur de craquer encore une fois. Trop facile, de retomber dans ses bras sans réfléchir. Il tenait ses chaussures à la main comme une gamine de quatorze ans qui s’apprête à faire le mur, mais c’était sans compter sur Ystrinov, bien sûr. « Eh, Stoyanov ! » il lança de sa voix gutturale, sans faire aucun effort sonore « la prochaine fois, vous serez gentils de trouver un autre endroit pour faire ça, je suis ravi pour vous mais merde, y en a qui veulent pioncer » il rajouta, sans laisser Drago, rouge de honte, en placer une. Le Flamme se tira en sifflotant, laissant un Dragomir pris en faute face à un Deklan désormais parfaitement réveillé, bien qu’un peu les cheveux en bataille. Inutile d’essayer de lui faire croire qu’il était en train d’aller chercher les croissants. « Salut ! Bien dormi ? » Le Flamme soupçonnait que c’était ce genre de discours à la con qui faisait qu’il n’avait jamais été plus loin qu’une aventure d’un soir. Ce n’était clairement pas le genre de choses à dire à un mec qui l’avait fait jouir trois fois en cinq heures.









this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I wish it wasn't always my fault || Draklan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Haiti and Guyana - the two fault lines of the Caribbean
» the fault in our stars ♣ augustus
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» The fault is in our stars • Ayaki
» Bambi et Paytah || Some people find fault like there is a reward for it

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum