AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 it's been a long day without you ▲ DRARIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ Ven 19 Fév - 1:46






it's been a long day without you
how can we not talk about family when family's all that we got ? everything I went through you were standing there by my side, and now you gon' be with me for the last ride




Il ne l’a pas quittée depuis tout ça. Pas lâché sa main, son bras. Greffé à elle comme un organe en bandoulière. L’impression d’avoir enfin de l’air au fond de ses poumons, de respirer à plein nez. L’ironie de savoir que tant que le monde se casse la gueule, lui il a retrouvé sa vie. C’est le feu d’artifices constant dans le palpitant de Dragomir alors qu’il réapprend le contact de l’épiderme de sa sœur, alors qu’il entend à nouveau le chant du cygne. Depuis qu’Iris est revenue, il ne la quitte pas des yeux ; trop peur de cligner les paupières et de se rendre compte que le cauchemar continue, trop la trouille de la perdre encore une fois s’il ne fait pas attention. Il a fait l’erreur une fois, plus jamais il ne la laissera seule.

Dragomir déambule dans le couloir comme si rien ne s’était passé, prétendant ne pas remarquer à quel point les couloirs sont vides parce que les Vainqueurs sont tous regroupés quelque part comme des moutons en attendant d’aller à l’abattoir, et que les Résistants les protègent comme s’ils n’avaient pas la rage d’être des pauvres perdants. Les Ombres, les Flammes, même les Unmarked, ils s’étaient tous foirés. Et pourtant, ce n’était pas de leur faute si la guerre les attendait au-delà des murs de Durmstrang. La faute aux putain d’Icebergs et d’Eclairs s’ils étaient coincés au château, s’ils étaient encerclés comme de la volaille dans un poulailler. De leur faute si Iris souriait moins qu’avant. Et ça, c’était peut-être le crime que Drago ne pouvait pas leur pardonner. Dans quel état l’avaient-ils ramenée ? Elle essaye, la Revenante. La plus belle de toutes, la plus délicate. Le Flamme ne voit pas encore que sa précieuse sœur est une bombe à retardement ; il aime encore à penser qu’elle est celle qu’il a toujours connue, que son sourire n’a pas ce fantôme triste et vide sur les lèvres. Qu’elle est encore elle-même. Et elle n’est jamais autant elle-même que lorsqu’elle est avec lui.

Le sorcier darde un regard noir sur chaque pauvre âme esseulée qu’ils croisent dans les couloirs, comme un défi d’essayer de lui faire du mal. Il a l’impression d’être un bulldozer prêt à écraser de ses roues le premier adversaire qui oserait s’opposer à elle, à eux. Elle est sa pierre philosophale. «T’en fais pas, Schwesterherz » il ne cesse de lui répéter dans leur langue natale. Keine Sorge. Tout va bien. Des petits mots qu’il lui susurre au creux de l’oreille pour la rassurer alors qu’il essaie désespérément de retrouver sa chaleur lorsqu’il presse sa chair contre la sienne. Il fait comme s’il la sentait ; comme s’il n’y avait aucun doute, qu’Iris était parfaitement humaine et comme avant. Il vit dans le mensonge, le Stoyanov, mais ça lui suffit pour l’instant.

Pour l’heure, il l’emmène en pèlerinage. Ces derniers jours, ils ont beaucoup marché à travers le château. Drago lui parle de Vervein, de leurs anciens amis. De Priska, beaucoup. Comme il a du mal à lui pardonner de l’avoir abandonné, et comme il aimerait la comprendre, que ce soit comme avant. Il lui raconte Velvet, et Erika. La guerre chez les Flammes et le drame chez les Eclairs. Il lui raconte Vladimir, qui lui crève le cœur bien plus qu’il n’aimerait l’imaginer. Il ne lui raconte pas les coups de poing dans les murs à s’en faire péter les jointures, les litres de Whisky avalés puis dégueulés en chialant comme une merde, les hurlements à s’en déchirer les tympans au plus sombre de la nuit. Il n’a pas encore trouvé le courage de lui parler de tout. Il s’imagine que ça viendra, peu à peu. Il n’est pas pressé ; ne se rend même pas compte vraiment qu’il évite les sujets. C’est juste plus facile ainsi.

Ce n’est qu’en arrivant dans le couloir du QG des Flammes que Dragomir se rend compte qu’il préférerait s’arracher les intestins, centimètre par centimètre, plutôt que de mentionner certaines choses. En croisant le regard de Deklan Levski, il sait instantanément qu’il y a des sujets à éviter. C’est dans ces moments là que la matière grise disparaît ; ça devient un réflexe. Le Flamme ne réfléchit même pas, et tourne les talons et gardant fermement la main de sa sœur dans la sienne. Il accélère le pas ; met le plus de distance possible entre le meurtrier et son précieux cygne. Le sang bat à ses oreilles, Drago ne comprend même pas comment il arrive contre le lavabo, mais quand il se regarde dans le miroir, il a l’impression de se revoir six mois auparavant. Les joues rouges, le front fiévreux, et une sale envie d’encastrer la tronche de son meneur dans le miroir en face de lui. Il tremble, bordel. Dire qu’il ne voulait jamais qu’Iris le voit comme ça. « J’suis désolé » il marmonne d’une voix faiblarde en se laissant glisser contre le lavabo, jusqu’à finir le cul par terre, misérablement. Encore une fois, il avait échoué alors qu’il voulait garder la tête haute. Putain de Levski, encore et toujours. Ne pouvait pas lui foutre la paix, même maintenant que le destin lui avait rendu son Iris. « Désolé que tu doives me voir comme ça, j’m’étais promis de plus être comme ça, maintenant que t’es là. » Il bafouille et ne sait pas comment formuler ses pensées. Au moins, ça, ça n’a jamais changé.








this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ Jeu 3 Mar - 23:55



It's been a long day without you
ft. Iris & Dragomir.


J’étais soulagée, soulagée d’avoir enfin retrouvé mon frère. C’est la première personne à qui j’ai pensé quand je suis revenue. C’est celui qui compte le plus à mes yeux, il est ma famille, mon confident, mon meilleur ami. Bref, il est tout pour moi. Je ne sais pas pour combien de temps je suis ici, mais j’ai bien l’intention d’en profiter pour passer le plus de temps possible à ses côtés et tenter de l’aider à redevenir l’homme charmant qu’il était. Il a découvert la partie sombre qui vivait en lui quand je suis partie, mais je souhaite la faire disparaître pour qu’il puisse être heureux à nouveau. Il semble si torturé par la vie, je ne veux pas qu’il souffre autant que j’ai pu souffrir. Depuis qu’on est à nouveau rassemblé, il ne me quitte plus des yeux. C’est à peine si je réussis à m’immiscer hors de sa vue pour aller prendre une douche! Je peux bien voir qu’il a besoin de moi. Mais je crois bien que moi aussi, j’ai besoin de lui. J’avais oublié à quel point sa voix me manquait, à quel point j’avais besoin qu’il me prenne dans ses bras de temps à autres pour me faire oublier mes soucis.

On est là, à marcher ensemble, main dans la main. Je remarque que les couloirs manquent de vie, on dirait que la moitié des élèves se sont envolés. Les temps sont plus sombres que jamais, ce qui a peut-être un lien avec mon retour, qui sait? Je ne me sens plus la même, j’ai moi-même l’impression d’avoir une partie noire qui s’infiltre lentement dans mes veines. Mais je n’en parle pas, je ne veux pas tout gâcher. Ce n’est rien pour l’instant. Quand je suis avec Dragomir, je me sens instantanément mieux. Comme il m’avait manqué! « Keine Sorge, Schwesterherz. »  Il ne cesse de me rassurer dans notre langue natale, quand il voit que je commence à m’inquiéter. Il me raconte ce que j’ai pu manquer, et se confie à moi. J’aimerais pouvoir rester à ses côtés pour longtemps encore, mais je ne crois pas que c’est moi qui décide de cela. Je sais aussi qu’il s’est mis à boire beaucoup, beaucoup trop, mais ça il ne m’en parle pas. Qu’il lui arrive d’avoir des excès de violence, et je peux voir dans ses yeux qu’il y a quelque chose qui ne va pas. J’ai peur qu’il explose, qu’il fasse comme moi. Je n’ose pas lui en parler, mais c’est quand même venu à mes oreilles.

Nous arrivons près du quartier général des Flammes, et sans que je comprenne pourquoi, Dragomir me fait faire demi-tour à toute vitesse. Intriguée, je me tourne la tête, pour voir ce qui pouvait bien l’avoir fait changé d’avis d’un seul coup. C’est à ce moment que je vois Deklan. Je sens mon cœur se serrer. Drago marche de plus en plus vite, et j’ai de la difficulté à le suivre étant donné qu’il a de plus grandes jambes. « Drago, ralentis un peu s’il te plaît. » Il semble en transe, comme pris de colère. Je comprends ce qui le rend dans cet état, c’est Deklan. Drago a peur pour moi, je ne sais pas trop quoi faire pour le rassurer. En quelques secondes, il se retrouve face à un lavabo, se fixant dans le miroir. Je suis juste en arrière, j’approche tranquillement. J’aperçois la colère dans ses yeux, il ne va pas bien du tout. Puis, je vois son corps trembler un peu. « J’suis désolé. » Il se laisse glisser contre le lavabo, se retrouvant par terre. Je ne peux pas le laisser comme ça, alors je m’assois à côté de lui. Je lui colle doucement la tête sur mon épaule et je lui prends ensuite la main. Parfois, c’est le grand frère qui a besoin d’être réconforté par la petite sœur. « Ça va Drago. Je suis là. » Il semblait si déçu de lui-même, ça me brise le cœur de le voir souffrir comme ça. « Désolé que tu doives me voir comme ça, j’m’étais promis de ne plus être comme ça, maintenant que t’es là. » Je me mors la lèvre, n’osant pas parler de ma disparition. Je sens que c’est trop tôt pour emmener le sujet. Et trop douloureux. « Je comprends. Mais je n’ai pas l’intention de te laisser à nouveau. Je suis là pour les bons, comme les mauvais moments. » J’avais cruellement besoin de le voir sourire à nouveau, de revoir l’ancien Drago. Alors, je me suis mise à le chatouiller. « Tu vois, j’arrive toujours à te remonter le moral! Quoi qu’il arrive, je serai toujours là pour veiller sur toi. »

made by lizzou – gifs by hope & gabriellawildedaily tumblr
Revenir en haut Aller en bas
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ Mer 30 Mar - 4:12





it's been a long day without you
how can we not talk about family when family's all that we got ? everything I went through you were standing there by my side, and now you gon' be with me for the last ride




Drago sentit le corps de sa petite sœur se glisser contre lui près du lavabo. L’étrangeté du contact le surprenait toujours ; et pourtant, il l’avait rarement lâchée depuis son retour. Le fait de l’avoir près d’elle, que leurs épidermes se touchent rendait la chose réelle, l’aidait à croire au miracle qui s’était produit. Le miracle qu’il se refusait à réfuter pour l’instant ; il continuait de penser qu’avec le temps, si l’on parvenait à comprendre, alors il pourrait complètement la retrouver telle qu’elle était. S’il y avait une chose qui n’avait pas changé après ces années de silence, de solitude, et de vide sans elle, c’était cette capacité qu’elle avait à l’apaiser immédiatement, par sa simple présence. A force d’être élevés comme des jumeaux, ils avaient appris très vite à ne faire plus qu’un dans les situations les plus critiques ; Drago savait qu’elle pouvait voir les tréfonds de son âme, et l’étendue de sa détresse et de son impuissance face à ce qu’elle avait vécu. « Ça va Drago. Je suis là. » Il le savait ; il le savait et pourtant, il n’arrivait pas à faire disparaître cette crainte irrationnelle que peut-être leur temps était limité, qu’on lui avait accordé un court passage dans le monde des vivants pour accomplir quelque chose, et qu’après il se retrouverait de nouveau tout seul. « Je comprends. Mais je n’ai pas l’intention de te laisser à nouveau. Je suis là pour les bons, comme les mauvais moments. » Le Flamme laissa échapper un soupir ; l’entendre de sa bouche parvenait à colmater son flux de pensées négatives. Ce n’était pas assez pour l’en convaincre, pas assez pour le détourner du chemin tortueux qu’il avait récemment commencé à emprunter auprès des Insurgés, mais assez pour prendre conscience de sa présence à ses côtés à cet instant précis, où il en avait peut-être le plus besoin, et définitivement assez pour remercier le ciel de l’avoir de nouveau. Alors qu’il s’apprêtait à répliquer, Drago sentit les mains d’Iris venir envahir ses côtes pour le chatouiller. Malgré lui, il laissa échapper un rire tonitruant ; un rire qui le ramenait à leurs jeux d’enfant. Il avait l’impression qu’il s’était passé mille ans depuis la dernière fois qu’elle avait exploité sa faiblesse d’une telle manière. Le son de la voix du Flamme semblait également rassurer Iris, dans une certaine mesure. « Tu vois, j’arrive toujours à te remonter le moral! Quoi qu’il arrive, je serai toujours là pour veiller sur toi. » Dragomir fixa le visage de sa sœur, tout en attrapant une de ses mains pour la serrer contre lui. Elle tentait de son mieux de le rassurer, lui répéter encore et encore, sur tous les tons différents, qu’elle était là, qu’elle ne partait pas. Parce qu’elle savait que c’était ce genre de garantie dont le Stoyanov avait le plus besoin. Il admirait ses efforts, et en était reconnaissant. Mais continuer à faire l’autruche ne pouvait pas leur profiter sur le long terme. Il ne pouvait pas continuer à entrer en transe dès que Levski entrait dans son champ de vision.

Il plongea ses prunelles dans celles, identiques, de sa petite sœur, son cygne, sa jumelle à bien des égards. « Je sais que tu es là. Et j’essaie de ne pas penser au fait que tu as du revenir parce que tu es déjà partie une fois. » Dragomir baissa les yeux, soudainement envahi par l’angoisse que lui inspirait ce sujet, et pourtant il savait que pour ne pas laisser s’infecter la plaie, il devait creuser, enlever ce qui était pourri, ce qui le rongeait depuis des années. Il n’avait jamais réussi à accéder à la phase où il aurait logiquement dû être en colère contre elle pour l’avoir quitté sans dire au revoir ; trop occupé à se considérer lui-même et Deklan comme responsables. Il avait la chance de réparer les choses avant d’avoir à le faire ; mais pour cela, il devait être assez fort pour affronter ses propres démons. Il lui devait bien ça. « Te savoir sous le même toit que Levski, alors que… Ca me rend dingue. J’en dors pas la nuit. J’arrête pas de penser à ce qui aurait pu arriver si j’avais juste fait un peu plus attention. Si on avait pu… Si tu avais senti que tu pouvais m’en parler. » Le Flamme ravala la boule qu’il avait dans la gorge. Enoncer les choses à voix haute le rendait tremblant ; il avait déjà eu l’occasion de mettre des mots sur ce qui s’était passé, lors de cette soirée libératrice avec Enora Barjow, quelques mois auparavant. C’était ce qui avait commencé à amorcer sa remontée au monde des vivants. Et pourtant, quelque chose restait indéniablement coincé. « Pourquoi tu m’en as pas parlé, Iris ? » arriva t-il à murmurer, en évitant le regard de sa sœur. Quand il se perdait dans les méandres de ses souvenirs, il revoyait les soirées interminables à boire en compagnie de Deklan, à rire comme des dégénérés ; il l’avait réellement considéré comme un modèle. Il avait compris immédiatement, ce qu’Iris avait vu en lui, lorsqu’elle lui avait annoncé qu’elle était tombée amoureuse de lui. Le reste, il en avait été trop distancé. Le reste, il l’avait perdu de vue. Le reste, il n’avait jamais pu le comprendre. Iris était sa seule chance de pouvoir faire le lien entre ces souvenirs souillés et le bordel intergalactique qu’était leur vie à présent.









this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ Mar 17 Mai - 0:01



It's been a long day without you
ft. Iris & Dragomir.



Affronter la réalité ne m’a jamais semblé aussi difficile qu’en ce moment. Voir l’état dans lequel mon frère était désormais, et ce, par ma faute… C’était beaucoup trop pour moi. Ça me brisait le cœur. Je ne pouvais tout simplement pas m’empêcher de penser que s’il est ainsi désormais, c’est de ma faute à moi. Je lui ai enlevé sa sœur, sans même qu’il puisse se douter de rien. Je lui avais causé un grand choc, qu’il n’avait pas encore réussi à surmonter. Je dis bien « pas encore », puisque je suis persuadée qu’il va réussir un jour. Je suis revenue pour ça, enfin je crois. Je lui avais causé tout ce tort, alors j’allais l’aider à remonter la pente et j’allais le diriger vers le droit chemin. Je sais que l’angoisse de me perdre à nouveau le ronge, mais c’est pareil pour moi. J’ai peur de devoir partir avant d’avoir terminé cette mission que je me suis donnée. Dragomir soupira quand je lui ai dit que j’étais là, pour les bons moments comme pour les mauvais. Il n’avait pas l’air bien convaincu de ce que je lui avais dit. Je ne savais pas trop quoi faire… Et puis avec cette guerre, ce n’est pas le parfait contexte pour des retrouvailles. J’avais besoin de revoir son sourire qui hantait mes pensées, alors j’ai commencé à le chatouiller un peu. Son sourire était comme un baume sur mon cœur. Ça apaisait mes peurs et mes pensées assez négatives. Je suis restée figée quand je l’ai vu qui me fixait. Je n’osais pas le regarder dans les yeux sachant ce qui s’était passé avant que l’on se perde.

Il attrapa ma main, et me serra contre lui. On venait tout juste de croiser Deklan et Drago avait perdu son sang-froid. Il plongea ses prunelles dans les miennes. Je ne pouvais pas fuir son regard cette fois-ci. Je sais à quoi il pense, et je commence à angoisser. Je sais ce qu’il va me demander : des explications. Mais je n’ai pas envie de replonger dans cet enfer. Cet enfer que j’avais décidé de fuir. « Je sais que tu es là. Et j’essaie de ne pas penser au fait que tu as dû revenir parce que tu es déjà partie une fois. » Il baissa les yeux, il semblait tout aussi stressé que moi par ce sujet. Je ne suis pas certaine d’avoir la force d’affronter le passé que j’avais décidé de laisser derrière moi. « Te savoir sous le même toit que Levski, alors que… Ça me rend dingue. J’en dors pas la nuit. J’arrête pas de penser à ce qui aurait pu arriver si j’avais juste fait un peu plus attention. Si on avait pu… Si tu avais senti que tu pouvais m’en parler. » C’était encore pire que ce que je croyais. Il pensait que c’était sa faute! « Non, non, non. Ce n’est pas ta faute. Je ne veux pas que tu penses que c’est à cause de toi Drago… » Je me sens encore plus mal. J’avais raison sur ce point : c’est moi qui le fais autant souffrir depuis longtemps. Il tremblait, et une boule se formait dans ma gorge. « Pourquoi tu m’en as pas parlé, Iris? » Il avait murmuré ces paroles, en fixant le sol. Il souffrait beaucoup et ça paraissait. Mais comment lui expliquer? J’avais créé un mur entre les autres et moi-même à l’époque. Je m’étais complètement isolée, me croyant une nuisance pour tous les autres. « Je… Je n’y arrivais pas. » Une larme coula sur ma joue, à ressasser ces souvenirs douloureux. Mais je lui devais bien des explications. « Je n’arrivais pas à mettre des mots sur ce que je ressentais. Aucun mot ne pouvait l’expliquer… Et je ne voulais pas déranger personne avec mes petits problèmes, il y en avait des bien pires. Je ne vivais pas dans a famine comme les gens de d’autres pays, je n’étais pas en plein milieu d’une guerre ou d’une maladie grave. Mes petits problèmes étaient bien insouciants, on me l’avait fait comprendre. Alors, je les gardais pour moi. Je me disais que ça allait finir par passer avec le temps. Je ne voulais pas non plus parler contre celui que j’aimais. Celui qui en plus, était un de tes bons amis et futur meneur. Je ne souhaitais pas me mettre personne à dos. Et surtout, je ne voulais pas que tu me vois ainsi. Je ne voulais pas te faire souffrir ou te faire de la peine. Je voulais que tu sois heureux. » Je me pinçais la lèvre, je ne pouvais plus continuer à parler. J’allais me mettre à pleurer encore plus. Je ne veux pas qu’il me voit dans cet état. Je ne veux pas voir de pitié dans ses yeux. Je veux être forte, comme lui a toujours su l’être. Et passer par-dessus les problèmes, comme il a toujours su le faire.

made by lizzou – gifs by hope & gabriellawildedaily tumblr
Revenir en haut Aller en bas
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ Lun 12 Sep - 2:33






it's been a long day without you
how can we not talk about family when family's all that we got ? everything I went through you were standing there by my side, and now you gon' be with me for the last ride




Drago se raccrochait aux paroles de sa sœur comme un naufragé à la mer. A ce stade là, il avait besoin de comprendre. Il n’avait pas réussi à entendre ce que Deklan lui disait, pas dans le Pavillon Cristal quand il avait tenté misérablement de lui mettre une râclée, pas dans le parc quand il avait effectivement réussi à presque lui régler son compte, et pas dans les cachots quand ils avaient enfin réussi à se parler sans se foutre les traditionnels gnons qui accompagnaient immanquablement leur rencontre. Il n’avait pas voulu écouter Deklan, qu’il considérait comme le responsable ultime de l’histoire, celui sur lequel il avait déchargé toute sa propre culpabilité. Maintenant qu’Iris était là, qu’elle avait la chance de s’expliquer, Drago pouvait enfin toucher les réponses tant attendues du bout des doigts. C’était le seul moyen pour que ses entrailles cessent de se déchirer à chaque fois qu’il pensait à l’image de sa sœur pendue, avec sa chevalière qui reflétait tous les cristaux funestes du pavillon. « Je… Je n’y arrivais pas. » finit-elle par répondre. Le Flamme sentit quelque chose tomber au fond de son estomac. Iris venait de lui confirmer sa pire crainte ; qu’elle n’ait pas senti qu’elle pouvait se confier à lui. Il avait réellement été un frère de merde, au fond.

Le jeune homme n’eut pour autant pas le temps de commencer son auto-flagellation dans les règles de l’art. Il entendit dans la voix de sa jeune sœur les premiers tremblements annonciateurs des larmes, et ça ne manqua pas, lorsqu’elle reprit par la suite, ses joues étaient mouillées par le chagrin, le regret, le désespoir ou même les trois. « Je n’arrivais pas à mettre des mots sur ce que je ressentais. Aucun mot ne pouvait l’expliquer… Et je ne voulais pas déranger personne avec mes petits problèmes, il y en avait des bien pires. Je ne vivais pas dans la famine comme les gens de d’autres pays, je n’étais pas en plein milieu d’une guerre ou d’une maladie grave. Mes petits problèmes étaient bien insouciants, on me l’avait fait comprendre. Alors, je les gardais pour moi. Je me disais que ça allait finir par passer avec le temps. Je ne voulais pas non plus parler contre celui que j’aimais. Celui qui en plus, était un de tes bons amis et futur meneur. Je ne souhaitais pas me mettre personne à dos. Et surtout, je ne voulais pas que tu me vois ainsi. Je ne voulais pas te faire souffrir ou te faire de la peine. Je voulais que tu sois heureux. » Dragomir n’eut pas la force de répondre. Il se contenta pendant un moment de serrer Iris contre lui, son corps frêle tremblant secoué de sanglots.

Soudainement, il se sentit coupable de l’avoir obligée à traverser une nouvelle fois tout ça. Il avait cherché à comprendre, mon dieu mais à quel prix ? Etait-il égoïste de la faire ressasser tout ça, pour la simple satisfaction de pouvoir reconstruire le puzzle ? Après quelques minutes de silence, Drago rassembla ses forces, et murmura : « Tu aurais dû m’en parler, Iris. Tout plutôt que de découvrir tout ça alors qu’il était déjà trop tard. Ca valait la peine. Tu comptes, tu es ce que j’ai de plus précieux, et quand tu es partie… » Le Flamme laissa sa phrase en suspens. Il supposait qu’elle savait très bien ce qui était advenu de lui lorsqu’elle avait décidé de quitter ce bas monde. La spirale infernale, elle devait être au courant. Il ne savait pas comment l’expliquer, mais il savait qu’elle savait. « C’est moi qui t’ai présenté Deklan, tu comprends ? » Cette question résumait toute la culpabilité et le ressentiment qu’il avait accumulé au cours des dernières années. L’erreur de jugement qui avait coûté la vie à sa sœur, et qui lui avait coûté aussi un bout de sa vie à lui. Mais il comprenait, du moins il essayait.

Il ne voulait pas obliger Iris à revenir plus en détails sur une relation qu’il savait lugubre. Maintenant qu’elle était là, il n’avait plus le besoin malsain de connaître et chercher à savoir tout ce qui avait bien pu se passer, chaque épisode et chaque nouveau lot de détresse. Son seul souci était que cela ne se reproduise jamais. Et il allait veiller au grain. « Mais ne t’en fais pas, Schwesterherz, bientôt, tout ça sera derrière nous. On va rendre ton retour permanent, et tout sera comme avant, tu verras. Plus jamais je ne laisserai quelque chose de mal t’arriver. » Il avait un plan, c’était pour ça qu’il avait rejoint le petit groupe de rebelles qui s’était formé au cours des derniers jours, des dernières semaines.  Les Insurgés, qu’ils s’appellent. Drago n’est pas assez naïf pour croire que leurs objectifs sont tous honorables, même s’ils se présentent comme les libérateurs de l’école. Dmitri Ashtakhov, le meneur des Ombres, en particulier, ne lui inspire aucune confiance. Son petit discours de capture et de torture de vainqueurs le laisse complètement de marbre ; il a encore des amis dans ces clans là, et s’il n’a aucune intention de mourir pour eux, il n’a pas non plus l’intention de les tuer. Si Drago fait partie des Insurgés, c’est pour l’alliance avec les gens au dehors, ceux qui vont pouvoir percer le secret de l’Ox. Un secret bien gardé entre les veines des Vainqueurs, un secret qu’ils n’ont pas les moyens de percer par ici. Si l’on en croyait les rumeurs, les gens dehors, les assaillants, comme ils les appelaient ici, disposaient d’un laboratoire, il avait entendu deux Insurgés en parler entre eux. Et s’ils avaient un laboratoire, ils allaient être à même de comprendre. Pour Drago, féru d’alchimie et croyant dur comme fer au pouvoir de la connaissance par la science, il ne planait aucun doute quant à la capacité de ces gens là à trouver une solution. Et s’il devait pour ça livrer des Vainqueurs arrogants et débordants de pouvoir à ne plus savoir quoi en faire, il n’hésiterait pas. Iris devait le comprendre.


Petit ps ♥:
 








this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ Mer 19 Oct - 3:02



It's been a long day without you
ft. Iris & Dragomir.



J’avais surtout voulu lui épargner tout ça. Je n’avais pas voulu que mon frère souffre en voyant celle que j’étais devenue. C’est pourquoi j’avais tout gardé en dedans, je n’avais jamais osé lui en parler. Pourtant, j’aurais dû, je m’en rends bien compte désormais. Dragomir avait tout du frère parfait, et je l’avais détruit. Je m’étais concentrée sur mes propres problèmes, laissant mon frère se démerder derrière. J’avais complètement échoué dans le rôle de la petite sœur. Je souhaitais plus que tout le réparer maintenant, mais comment pourrait-il oublier le passé? C’était impossible, ça laisserait toujours une trace, une cicatrice. Je n’imagine même pas les cauchemars qu’il a dû faire après m’avoir vue, au bout de cette corde. Le pire dans tout ça, c’est qu’il ne réalisait pas à quel point il avait été un bon frère. Elle l’idéalisait, elle voulait devenir comme lui. Je ne pouvais pas retenir mes larmes. Sentir les bras de Drago autour de moi me faisait un grand bien. Je plaçai ma main par-dessus. Il murmura : « Tu aurais dû m’en parler, Iris. Tout plutôt que de découvrir tout ça alors qu’il était déjà trop tard. Ça valait la peine. Tu comptes, tu es ce que j’ai de plus précieux, et quand tu es partie… » Je me suis tournée pour le regarder, la douleur lui transperçait le regard. « Je suis tellement désolée Drago! J’aimerais tant pouvoir tout réparer, pouvoir faire en sorte que tu sois heureux. J’ai… J’ai tout foiré. » Après ma disparition, il était entré dans une spirale infernale. La déchéance était devenue sa nouvelle meilleure amie. Je me sentais tellement coupable. Si je n'avais pas commis ce geste, il serait un tout autre homme. Il serait si heureux et aurait accompli de grandes choses, j'en suis certaine. Mais il n'est pas trop tard pour ça, je veillerai moi-même à ce qu'il retrouve ce chemin.

« C’est moi qui t’ai présenté Deklan, tu comprends? » C’est à ce moment que j’ai compris l’ampleur des dégâts. Non seulement il souffrait à cause de mon suicide, mais en plus il se sentait coupable. Il pensait qu’il m’avait carrément présenté à ma propre mort. « Oh non. Je t’interdis de penser ça! Tu ne pouvais pas me cacher dans un coin, me coupant du reste du monde pour ne pas que j’aie un jour le cœur brisé. Tu n’y es pour absolument rien Drago. Je ne regrette pas de l’avoir rencontré. Je regrette simplement comment ça s’est terminé. J’étais réellement heureuse avec lui au début, tu sais? C’était merveilleux. » Je n’avais pas dit ça juste pour le réconforter, je le pensais vraiment. « J’étais tellement fière que tu m’emmènes avec toi dans les soirées. J’étais fière d’être la petite sœur de Dragomir. Et je le suis toujours. » C’était à mon tour de le serrer fort. Je n’avais pas fait mon devoir : je n’avais pas été présente pour lui. Mais j’allais y remédier, je serais là désormais, aussi longtemps qu’on me le permettrait.

« Mais ne t’en fais pas, Schwesterherz, bientôt, tout ça sera derrière nous. On va rendre ton retour permanent, et tout sera comme avant, tu verras. Plus jamais je ne laisserai quelque chose de mal t’arriver. » Je souris en entendant le surnom qu’il me donnait depuis que j’étais toute petite. J’étais confiante, nous allions retrouver notre joie d’autrefois. Il fallait qu’on oublie un peu les autres, et qu’on se concentre sur notre famille. Sauf qu’il se passait des choses assez sombres. Il faudrait peut-être attendre un peu avant de nous concentrer sur les Stoyanov. « Dis, tu peux m’expliquer un peu ce qui se passe avec les clans? Je suis un peu perdue… Je ne sais pas à qui je dois faire confiance ni de quel côté je dois être… » J’avais tenté de suivre un peu l’histoire, mais je me concentrais plus sur Drago et moins sur le contexte qui évoluait derrière sa déchéance. J’avais tellement été surprise de voir que le QG était fermé quand je suis revenue!


made by lizzou – gifs by hope & gabriellawildedaily tumblr
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ Ven 25 Nov - 17:41






it's been a long day without you
how can we not talk about family when family's all that we got ? everything I went through you were standing there by my side, and now you gon' be with me for the last ride




Iris réagit immédiatement ; elle avait du percevoir la douleur quasi insupportable de la culpabilité de son frère. Elle n’avait jamais beaucoup aimé assister à cela. Déjà lorsque Vladimir l’avait laissé tomber brusquement, elle avait tenté de remuer ciel et terre pour remettre un sourire sur son visage. Ca, au moins, ça n’avait pas changé. Iris avait une aura différente à présent, elle n’était plus la même, Drago n’était pas stupide au point de l’ignorer ou de se voiler la face. Mais il y avait quelque chose de rassurant à savoir que certaines choses de sa personnalité restaient en elle. Certaines choses de lui, aussi. Subitement, le Flamme se demanda si son patronus était toujours un cygne. Pouvait-elle toujours produire un patronus, d’ailleurs ? « Je suis tellement désolée Drago! J’aimerais tant pouvoir tout réparer, pouvoir faire en sorte que tu sois heureux. J’ai… J’ai tout foiré. » Quelque chose se bloqua dans la gorge du Flamme. Subitement, il s’en voulut, d’avoir exposé sa douleur ainsi. C’était délicat, de lui montrer que les choses avaient été difficiles, que son geste l’avait envoyé au fond d’une bouteille. C’était délicat de la regarder dans les yeux et de se laisser tout à fait voir, en sachant qu’elle ne pouvait que culpabiliser en constatant les dégâts. En aucun cas ce n’était ce qu’il voulait. Il savait qu’elle avait fait au mieux. Il ne pouvait pas la blâmer pour quoi que ce soit. Leur seule chance était d’aller de l’avant. « Je t’interdis de penser ça! Tu ne pouvais pas me cacher dans un coin, me coupant du reste du monde pour ne pas que j’aie un jour le cœur brisé. Tu n’y es pour absolument rien Drago. Je ne regrette pas de l’avoir rencontré. Je regrette simplement comment ça s’est terminé. J’étais réellement heureuse avec lui au début, tu sais? C’était merveilleux. J’étais tellement fière que tu m’emmènes avec toi dans les soirées. J’étais fière d’être la petite sœur de Dragomir. Et je le suis toujours. » Dragomir inclina la tête sur le côté, un mince sourire aux lèvres.

Être la sœur de Dragomir. C’était amusant qu’elle lui parle de ça. Effectivement, des deux, il avait toujours été le plus populaire, le plus connu. Il faut dire qu’il avait été aussi le plus casse-cou et le plus bruyant, et le plus sauvage. Ses frasques faisaient le tour du château. Pour n’importe qui d’autre, être la sœur de cet énergumène ne devait pas forcément être très positif, mais pour Iris ça l’était. Il lui en avait toujours été profondément reconnaissant. De l’aimer malgré ses nombreux travers. Ironique, que quelques temps après, il doit à son tour devenu « le frère de ». Le frère de la fille qui s’est suicidée.

C’était juste un peu moins drôle.

« Dis, tu peux m’expliquer un peu ce qui se passe avec les clans? Je suis un peu perdue… Je ne sais pas à qui je dois faire confiance ni de quel côté je dois être… » Dragomir prit le temps de réfléchir. La situation devait l’avoir complètement paumée, effectivement. Rattraper les dernières années de sa vie devait être suffisamment dur, mais en plus, s’il fallait subir ce qui se passait avec l’Ox… Délicatement, le Flamme prit le menton de sa sœur cadette dans sa main. « Ne fais confiance qu’à moi, surtout. » Il insista du regard. Il était catégorique. Il n’avait confiance en personne ; entre les Insurgés qui voulaient retourner la situation mais qui n’étaient pas assez loyaux pour défendre leur école, les Vainqueurs trop détraqués et les Résistants naïfs qui croyaient qu’ils allaient pouvoir repousser l’envahisseur indéfiniment, ils étaient tous plus stupides les uns que les autres. « Tout le monde a à cœur ses propres intérêts, il ne faut se fier à personne. Les plus optimistes croient que ce n’est qu’une passade, mais une guerre se prépare, et je serai fin prêt lorsque la merde nous explosera à la gueule. » Il s’en était fait la promesse. C’était Iris et lui contre le reste du monde, et si le reste du monde devait crever pour qu’ils survivent, il n’avait aucun problème avec ça.

Très sérieux, il reprit. Il fallait mesurer le dosage des informations. Assez pour qu’elle comprenne, pas assez pour l’inquiéter. Drago était là pour la protéger. S’inquiéter, c’était souffrir deux fois. « Je ne dois rien à cette école, ni aux gens qui sont dedans. Surtout pas les Icebergs ou les Eclairs. Il y a des gens, Iris, des gens à l’extérieur qui veulent comprendre et qui pour ça ont besoin d’avoir des Vainqueurs sous la main. Ils pourraient percer le mystère qui entoure ton retour. Tout ce qui m’importe c’est ça, c’est de t’avoir avec moi. Si je dois livrer tous les Vainqueurs de cette école pour y arriver, je le ferai. » Malgré sa belle détermination et son discours de connard en puissance, l’aîné des Stoyanov ne put s’empêcher de ressentir une pointe de culpabilité à cette déclaration. Il avait grandi ici. Il avait aimé ici. Il avait trouvé un foyer ici. Mais cependant, songea t-il en durcissant son regard, ce n’était pas pour ça qu’il était supposé crever ici.









this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ Mar 7 Fév - 22:32



It's been a long day without you
ft. Iris & Dragomir.



J'aurais dû m'en rendre compte, que j'allais blesser les gens que j'aime. Mais j'étais prise dans un tourbillon, un ouragan, qui m'empêchait de voir clair. Je voulais qu'ils soient heureux. Je voulais que leur monde continue de tourner et que tout soit comme avant, seulement, sans moi. Je ne voulais pas que rien ne change, je voulais simplement arrêter la souffrance qui me faisait si mal. Je voulais arrêter le tourbillon de pensées qui ne cessait de tourner dans ma tête. Je voulais dormir, et ne jamais plus me réveiller. Mais c’était du passé. Il faut que je me concentre sur le présent et sur l’avenir. Quoi que je ne sais pas si j’ai un avenir sur Terre ou si je disparaitrai à nouveau. Je ne sais même pas pourquoi je suis revenue après tous, encore moins pour combien de temps… Mais je n’en peux plus. Je dois arrêter de rester tranquille dans mon coin, je ressens le besoin d’aider. Je dois me battre pour mes convictions, ne plus être une victime, devenir une combattante. Je dois comprendre la réalité, ce qui se cache derrière les guerres en cours. Je dois choisir mon camp. Il y a cette étincelle en moi, qui n’y était pas auparavant. Je dois la laisser brûler, jusqu’à ce qu’elle me consume et que je devienne une tout autre Iris, une version améliorée.

Étant donné mes années d’absence, je ne comprenais pas la situation actuelle. J’avais donc besoin que Drago m’explique les récents événements pour éclaircir ma lanterne. Il prit mon menton dans sa main, pour s’assurer que je l’écoutais attentivement. Il faisait ça, habituellement, quand il était hyper sérieux avec moi. « Ne fais confiance qu’à moi, surtout. » Un frisson me parcourut. Il n’y a réellement plus personne digne de confiance? C’est une triste réalité… « Tout le monde a à cœur ses propres intérêts, il ne faut se fier à personne. Les plus optimistes croient que ce n’est qu’une passade, mais une guerre se prépare, et je serai fin prêt lorsque la merde nous explosera à la gueule. » J’avais des frissons, tout cela n’annonçait rien de bon. « D’accord. Comment ça une guerre se prépare? Que s’est-il passé pendant que je n’étais pas là bon sang… » Je me doutais bien que quelque chose ne tournait pas rond, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit si pire que ça! « Je ne dois rien à cette école, ni aux gens qui sont dedans. Surtout pas les Icebergs ou les Eclairs. Il y a des gens, Iris, des gens à l’extérieur qui veulent comprendre et qui pour ça ont besoin d’avoir des Vainqueurs sous la main. Ils pourraient percer le mystère qui entoure ton retour. Tout ce qui m’importe c’est ça, c’est de t’avoir avec moi. Si je dois livrer tous les Vainqueurs de cette école pour y arriver, je le ferai. » Tant de nouveaux clans… « Vainqueurs? Vainqueurs de quoi au juste? » Je sentais que mon frère ne me disait pas tout, qu’il choisissait les informations qu’il me donnait. Mais j’avais besoin d’en savoir plus. Je repensais au quartier général des Icebergs, fermé, quand je suis revenue. Je n’avais toujours pas compris pourquoi d’ailleurs. « Comment se fait-il que le QG des Icebergs ne soit plus ouvert? » J’ai pris une respiration avant d’ajouter, déterminée : « Drago, je souhaite combattre. Je souhaite t’aider. Mais pour cela, je dois comprendre ce qui se passe. »

made by lizzou – gifs by hope & gabriellawildedaily tumblr
Revenir en haut Aller en bas
《 UNTIL EVERYTHING BURNS
avatar
《 UNTIL EVERYTHING BURNS 》

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : pur, non pas qu'il en ait quelque chose à carrerMessages : 397Date d'inscription : 19/04/2014Localisation : en train de cuver quelque part et de se faire des ennemis, vraisemblablement.
Ҩ Re: it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ Lun 20 Fév - 17:40






it's been a long day without you
how can we not talk about family when family's all that we got ? everything I went through you were standing there by my side, and now you gon' be with me for the last ride




La flamme de colère dans les prunelles de Dragomir était si vive, pourtant elle ne parvenait visiblement pas à éclairer la lanterne d’Iris. « D’accord. Comment ça une guerre se prépare? Que s’est-il passé pendant que je n’étais pas là bon sang… » Le jeune homme savait que sa sœur avait bon nombre de choses à rattraper ; il allait trop vite. Il prenait pour acquise sa connaissance des événements, comme si elle ne l’avait jamais quitté, comme si une partie d’elle était toujours restée avec lui. Le chaos dans le château régnait depuis de longues semaines maintenant, mais après tout, ils ne s’étaient pas trouvés tout de suite, et Drago l’avait entraînée dans ses pas sans lui laisser le temps de souffler. « Vainqueurs? Vainqueurs de quoi au juste? Comment se fait-il que le QG des Icebergs ne soit plus ouvert? » Il commençait à sentir la panique dans la voix de sa cadette, la frénésie, le besoin de comprendre ce qui lui arrivait. Si seulement il pouvait comprendre lui-même exactement tout ce qui se passait, songea Drago. Les deux Stoyanov ne se quittaient pas des yeux, comme raccrochés l’un à l’autre par un fil invisible. S’ils étaient perdus en pleine mer, au moins, ils étaient ensemble dans la tempête. « Drago, je souhaite combattre. Je souhaite t’aider. Mais pour cela, je dois comprendre ce qui se passe. » Drago soupira. Comment mettre des mots sur tout ce qui s’était passé ? L’exercice était difficile.

Et pourtant, il était final à sa compréhension. S’il voulait le soutien inconditionnel d’Iris, comme il l’avait toujours obtenu, il devait jouer franc-jeu, s’assurer qu’elle était avec lui dans chacune des étapes, non pas parce qu’elle le suivrait envers et contre tout, mais parce que c’était aussi son choix à elle. « Il y a des gens, dehors, des gens qui veulent rentrer, qui veulent récupérer le pouvoir de l’Ox. Qui a été récupéré par les Eclairs et les Icebergs, pendant ton… absence. » Il se sentait un peu hyprocrite ; il devait être l’un des rares Flammes à s’être réjoui de la défaite de son clan. Il avait activement lutté contre eux, à être totalement sincère. Son alliance avec feu Nikolas Krum avait eu le temps de porter ses fruits, avant le suicide de ce dernier. Il avait disséminé des informations à droite à gaucher par la suite, mais sa traîtrise avait déjà fait son effet. Pour ça, il ne se sentait que peu coupable : qui aurait pu le blâmer de refuser implacablement que le meurtrier de sa sœur reçoive un pouvoir aussi puissant ? Il avait rendu service au monde, en évitant cette catastrophe. Deklan n’avait peut-être pas forcé Iris à se passer la corde au cou, mais c’était tout comme. Hors de question qu’un homme comme ça ait le pouvoir légendaire de l’Ox, ç’aurait été trop dangereux.

Si pendant un temps, il avait trouvé un moyen de faire la paix avec cette part de lui-même qui voulait se venger de Deklan, elle avait été ranimée par le retour d’Iris. Dans ses yeux innocents, Dragomir voyait le fantôme de celle qu’elle avait été, celle qu’elle ne serait jamais plus. « On les appelle les Vainqueurs, parce ce sont eux qui ont gagné la quête qu’on poursuivait tous. Et leurs sceaux ont été brisés, c’est pour ça que le QG n’est plus ouvert. Il n’était accessible que pour une personne qui en protait le sceau. Aujourd’hui la notion de clan est… confuse. » Cette partie-là serait difficile à comprendre, il le savait. Durmstrang avait toujours tenu à ses clans, à ses sceaux. Depuis la construction de l’école, c’était comme ça. Et pourtant, aujourd’hui, il n’en restait pas grand-chose, des liens de sang. Même si techniquement il était encore Flamme, au même titre que les Ombres étaient encore Ombres, le déséquilibre causé par les Vainqueurs était trop fort. Mais le plus important restait à venir. Le Flamme plongea son regard dans celui de l’ancienne Iceberg, profondément, pour s’assurer qu’elle l’écoutait attentivement. « Et ces gens à l’extérieur, ils peuvent comprendre pourquoi tu es revenue, pourquoi tous ces Revenants sont là. Mais pour ça, ils ont besoin d’examiner les Vainqueurs, de comprendre la magie de l’Ox, puisque c’est ça qui t’a ramenée. C’est pour ça que je travaille avec les Insurgés, pour leur donner ce qu’ils veulent. » Et elle devait le faire aussi. C’était ce qui était le mieux pour eux deux, elle devait lui faire confiance là-dessus. Dragomir attendrait le verdict patiemment, mais il était convaincu du bien-fondé de sa démarche. Il espérait juste ne pas avoir à trahir trop de ses anciens amis en voulant protéger la seule qui comptait envers et contre tout.






this is my kingdom come

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ Ven 28 Avr - 15:06



It's been a long day without you
ft. Iris & Dragomir.



Je ne pouvais pas choisir mon camp moi-même, tout comme je ne pouvais plus rester là, en plein milieu de cette guerre de pouvoir. Ma connaissance des événements des dernières années était très limitée, c’est pourquoi j’avais décidé de me fier à Dragomir pour me dire à qui je pouvais faire confiance. C’était mon frère qui allait me dire qui, selon lui, étaient les méchants et les gentils dans cette histoire. Je n’avais pas l’intention de créer des vagues et d’alimenter le feu de la guerre, mais je devais aider mon frère pour qu’il s’en sorte vivant. Et puis, je ne voulais pas qu’il se perde là-dedans, lui qui commençait à peine à redevenir le Drago que je connaissais autrefois. J’avais entendu des rumeurs par ci et par là concernant les nouveaux camps, mais c’était très flou dans mon esprit. J’avais besoin de clarifier tout cela et d’éclaircir mes pensées. « Il y a des gens, dehors, des gens qui veulent rentrer, qui veulent récupérer le pouvoir de l’Ox. Qui a été récupéré par les Éclairs et les Icebergs, pendant ton… absence. » Dragomir me donnait enfin les réponses à mon questionnement au sujet du temps de guerre. « Si je comprends bien, nous sommes enfermés dans le château? Que se passe-t-il si l’on tente de sortir? Ces sorciers qui sont dehors, sont-ils plus nombreux que ceux qui sont à l’intérieur? » Le château était bien loin d’être calme, c’était plutôt le chaos entre ses murs. Mais à ce que l’on dit, c’est aussi sombre à l’extérieur.

Je n’arrive pas à sortir de l’école, sans savoir pourquoi. J’imagine que ça a un lien avec le fait que je sois une revenante. J’aimerais rencontrer des gens qui sont dans le même bateau que moi, des gens qui pourraient mieux comprendre comment on se sent quand on revient au lieu où on s’était arraché la vie. Ou bien même quelqu’un qui comprend pourquoi nous sommes de retour, et surtout, pour combien de temps. « On les appelle les Vainqueurs, parce ce sont eux qui ont gagné la quête qu’on poursuivait tous. Et leurs sceaux ont été brisés, c’est pour ça que le QG n’est plus ouvert. Il n’était accessible que pour une personne qui en portait le sceau. Aujourd’hui la notion de clan est… confuse. » Des milliers de questions s’entassent dans mon esprit et probablement dans ceux des sorciers aussi. Tous souhaitent comprendre la magie qui nous a permis de revenir, mais personne ne semble en mesure d’en percer le secret malheureusement. Cet Ox était à l’origine du bris des sceaux des clans. Ça aussi c’était étrange, et quelque peu difficile à comprendre. « Alors les membres des différents clans se retrouvent dispersés dans de nouveaux clans? » J’étais un peu perdue, mais je restais attentive à toutes les informations qu’il me donnait. J’aurais probablement besoin d’un peu de temps pour digérer tout cela, comme c’était très différent de mes derniers souvenirs du monde des vivants.

Dragomir plongea son regard dans le mien, signifiant qu’il allait me dire quelque chose de primordial. « Et ces gens à l’extérieur, ils peuvent comprendre pourquoi tu es revenue, pourquoi tous ces Revenants sont là. Mais pour ça, ils ont besoin d’examiner les Vainqueurs, de comprendre la magie de l’Ox, puisque c’est ça qui t’a ramenée. C’est pour ça que je travaille avec les Insurgés, pour leur donner ce qu’ils veulent. » L’Ox, cette magie si mystérieuse. « Que sais-tu sur l’Ox? Comment puis-je vous aider là-dedans? Enfin, je souhaite surtout t’aider, toi. Tu sais bien que je serai toujours de ton côté! Comment je fais pour entrer dans un clan, ton clan? »



made by lizzou – gifs by hope & gabriellawildedaily tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

HOMINUM REVELIO ϟ
Ҩ Re: it's been a long day without you ▲ DRARIS Ҩ

Revenir en haut Aller en bas
 

it's been a long day without you ▲ DRARIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Un combat long....très long !!
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum