AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De la pluie à la brume.. [Hakan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Née MoldueMessages : 174Date d'inscription : 17/11/2015Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ De la pluie à la brume.. [Hakan] Ҩ Sam 13 Fév - 14:15

Un.
Compter les jours et les marquer au fer rouge.
Deux.
Ne faire qu'un avec sa haine pour vaincre toute menace.
Trois.
Apprendre à vivre autrement qu'en mourant à chaque inspiration.
Quatre.
Achever le ballet dans une note dissonnante.

Dans l'ombre de sa tente, à l'extérieur, je suis assise sur une vieille pierre inconfortable, aiguisant à la main mon nouveau couteau de chasse. Il n'a aucune qualité magique, si ce n'est qu'il ne pourra jamais se briser lors d'un combat ; mais il peut s'émousser. Je n'avais encore jamais fait attention à cela. Je sais que pour vaincre, il me faut une bonne arme, et celle que je tiens en main ne le sera que si j'en prends soin. La pierre à aiguiser brise le silence, dans le campement. Autour de moi, hommes et femmes ne sont que des instruments dans mon esprit dominé par la volonté et la colère ; je sais que je ne peux pas reculer, maintenant. J'ai fait le choix de tout abandonner pour venir ici, et j'ai conscience que la lutte sera longue, avant que je puisse obtenir tout ce que je veux. La lame dérape sur la pierre avec un crissement satisfaisant ; je crache dessus pour la nettoyer, en frottant avec un coin de ma cape. Plus brillante que jamais, la lame d'obsidienne a cet éclat de mort que peu d'armes possèdent. Elle sera ma fidèle alliée lors de combats futurs.

J'ai rejoint Domovoï's Rock il y a une petite semaine. J'ai installé une tente au milieu du campement, pour montrer à tous ceux qui auraient un avis contraire qu'à aucun moment je ne baisserais ma garde. Ce qui est drôle ici, c'est de constater que malgré notre volonté commune de récupérer l'artefact caché à Durmstrang, nous ne pouvons faire confiance à personne. Accordez seulement votre foi à quelqu'un ici, et vous vous retrouverez avec un couteau planté entre les omoplates ; et je sais de quoi je parle. Je serais tout à fait capable de passer à l'acte, si cela pouvait servir mes intérêts. Rangeant mon couteau dans le fourreau bien serré autour de ma cuisse gauche, je me redresse et je m'étire ; il est tôt, et beaucoup de sorciers sont encore endormis. Des tirs magiques résonnent déjà dans le hangar, près du campement ; mais je ne m'y rends absolument jamais. D'abord, parce que je n'ai aucun coéquipier avec qui m'entraîner ; ensuite, parce que je n'ai aucune envie de montrer ma stratégie de combat à des gens qui seraient capables de s'en servir contre moi. Je repousse machinalement une mèche de cheveux barrant mon visage, avec un soupir. Une main dans mon dos me fait vérifier l'état de mon carquois. Depuis mon départ, je vérifie le bon état de mon archet au moins cinq à six fois par jour, même si je ne combats pas. Ma baguette est enfermée dedans, et il est hors de question que mon instrument subisse le moindre dommage. Mais non, tout va bien ; mon violon n'a pas non plus subi le moindre outrage. Le coeur un peu plus léger, je me redresse, prête à aller dans le village pour prendre des provisions. J'ai presque épuisé mes propres denrées, et si je veux être dans une bonne forme physique pour combattre... Je suppose qu'il faut que je mange.

En traversant les allées étroites entre les tentes, je croise quelques visages, ne répondant à aucun hochement de tête. J'ai beau m'être installée au milieu du campement, je n'ai pas cherché à me lier avec qui que ce soit, restant horriblement méfiante à la simple idée de faire confiance à quelqu'un qui risquerait de compromettre tous mes plans. J'ai choisi de laisser mon fils à ma soeur pour récupérer l'Ox. Je n'ai pas droit à l'erreur.

La seule chose qui m'arrête, c'est lui.

Un gamin, assis sur l'herbe, près du camp, tripote machinalement sa baguette magique, plongé dans ses pensées. Il a le visage fin, long, un corps musculeux... Mais il n'a pas du tout la tête de l'Assaillant type que je connais. Non, lui, il fait tache dans le décor. Un peu comme si on mettait un bisounours au milieu des tortues ninja. Je l'observe, à l'arrêt ; Qu'est ce qu'un gamin pareil fait ici, et pourquoi ? Nous avons tous une raison de chercher l'Ox, et chaque excuse est différente. Certains n'ont pas peur d'évoquer leurs motivations à voix haute. Moi, je ne le cautionne pas, et je ne dis rien. Mais lui ? C'est un sourire narquois qui se dessine sur mon visage.

"Ben alors gamin, tu t'es perdu ?"


Oui, parce que dans ma tête je suis convaincue qu'il ne s'agit pas du tout d'un assaillant. Ce môme là, il n'a rien à faire ici.

"La crèche, c'est de l'autre côté de la colline. Taille la route."


Il relève le nez, et je croise un regard contrarié. Qu'à cela ne tienne.

"Honnêtement, j'ai pas envie de taper sur un mioche pour te convaincre."


Je réserve ça à ces salauds de vainqueurs.

________________
Dead is the new alive
i've died a thousand times ✻ I could cry a thousand tears, I could appease your secret fears... But the louder that I scream the harder your machines close over me. But I don't care, Maybe I'm afraid, but still I swear, If I burn, you will see the fire in your mind when you sleep. And the rain won't wash away the ashes underneath your nails today
'Cause if I burn, so will you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Assaillants
avatar
Assaillants

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-pur. Messages : 129Date d'inscription : 02/01/2016Localisation : Perdu à Domovoï's Rock.
Ҩ Re: De la pluie à la brume.. [Hakan] Ҩ Jeu 31 Mar - 21:49


Il ne sait pas trop ce qu’il fou ici. Il n’a vraiment pas sa place parmi tous ses assaillants avides de pouvoir. Bon sang, qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour Darya. Sa famille a beau croire qu’il est ici principalement pour récupérer l’Ox, il n’en est rien. Hàkan n’en a que faire de cet artefact magique, persuadé que ça ne mènera qu’à des querelles entre sorciers. A vrai dire, ça avait déjà débuté. Le jeune homme ne doutait pas que dès que les assaillants se trouveraient dans le château, tout serait à feu et à sang. Certains étaient bien trop cruels pour vouloir récupérer l’Ox de façon pacifiste. C’est bien pour cela qu’il se la jouait solo. Ce n’était sans doute pas une excellente idée, l’union faisait la force, mais à qui pouvait-il bien faire confiance dans ce camp ? Il avait déjà repéré des têtes connues, et pas des plus angéliques. Chacun n’était là que pour sa propre personne, y compris lui. Il se trouvait à Domovoï’s Rock juste pour retrouver Darya. Cette dernière qui avait ignoré ces dernières lettres, et à présent qu’il n’y avait plus aucun moyen de communiquer avec l’intérieur du château, il craignait pour sa sécurité. Il connaissait la jeune femme par cœur, et elle était trop impulsive pour sa propre sécurité. Tout ce qu’il voulait, c’était la sortir de ce piège à rats, et la ramener avec lui.
D’un regard vide, il fixe quelques assaillants qui s’entrainent dans la salle. Hàkan n’a pas particulièrement envie de s’entraîner, car il n’a pas l’intention de se battre. Et puis, il a toujours quelques rudiments de ses entrainements à mains nues qu’il pratiquait en Sibérie. Les chamanes n’usant pas de baguettes magiques d’ordinaires, ils devaient  donc apprendre à se battre à la façon moldue. Se redressant, il sortit de la salle sans un regard en arrière. Se dirigeant en dehors du hangar, il hésita à retourner à sa tente une seconde. Non, il ferait mieux de rester à l’air pur plutôt que d’attendre que ça se passe dans sa tête. Cela faisait trois jours qu’il était ici, et il s’ennuyait fermement. Il espérait que sa petite escapade chez les assaillants ne lui ferait pas perdre son travail au ministère de la magie. Si on apprenait qu’il se trouvait ici pour raisons personnelles, et non pour apaiser les tensions comme il l’avait si bien dit, il se ferait sans aucun doute virer. Mais lorsqu’il s’agissait de Darya, Hàkan ne pensait plus à lui, ou à son avenir. Il la savait en danger, et c’était tout ce qui comptait. S’asseyant dans l’herbe, il sortit sa baguette de sa poche arrière, et joua avec quelques instants. C’était trop paisible. Il ne se passait rien dans ce fichu camp, et il n’était pas prêt de rentrer dans le château à cette allure. Il n’allait pas attendre plusieurs jours comme ça. Il avait beau être patient d’ordinaire, rester sans rien faire le rendait dingue. Plus il attendait, plus Darya était en danger. Perdu dans ses pensées, il n’entend pas que quelqu’un se rapproche de lui. « Ben alors gamin, tu t'es perdu ? » Redressant la tête, il découvre une jeune femme à la chevelure rouge flamboyante, s’adressant à lui en anglais. Elle au moins, on ne peut pas la louper. Il n’apprécie pas tellement le terme de « gamin », mais n’en tient pas rigueur. « La crèche, c'est de l'autre côté de la colline. Taille la route. » Elle en rajoute une couche, et Hàkan ne peut s’empêcher de se vexer. Pour qui le prend-elle ? Un élève qui s’est perdu ? Un gamin de Domovoï qui traine du côté des assaillants ? Il ne comprend pas pourquoi elle vient le harceler de la sorte pour lui balancer ce genre de chose à la figure, il ne lui à rien demandé. Elle fait mauvais genre, et Hàkan n’a pas vraiment envie de discuter avec elle. « Honnêtement, j'ai pas envie de taper sur un mioche pour te convaincre. » Le jeune assaillant fronce les sourcils, toujours assis, la regardant d’en bas. Elle le surplombe de toute sa hauteur, ce qui lui donne un avantage sur lui. Tranquille, il se redresse, toujours sa baguette à la main. A présent il fait bien une tête de plus qu’elle, mais elle ne démord pas de son petit sourire railleur.

Il n’a jamais été du genre à chercher la confrontation, ni à la faire durer. Il est plus pacifiste, à vouloir apaiser les tensions, même lorsqu’on vient lui chercher des noises. Croisant les bras sur sa poitrine, il la dévisagea un instant. « Honnêtement, je n’en ai pas envie non plus. » Elle avait l’air d’être un sacré numéro, et ne doutait pas qu’elle pouvait aisément se défendre toute seule parmi les assaillants. Elle ne paraissait pas âgée, pourtant, il ne l’avait jamais vue à Durmstrang, elle devait venir d’un autre pays, elle n’avait pas l’accent russe, mais plutôt un accent latino. Il y avait beaucoup d’étrangers dans le camp, de toutes régions confondues, et même si elle avait un style étrange, elle ne paraissait pas venir de Bulgarie. « Merci pour tes conseils, je tâcherai de m’en souvenir. Mais ce n’est pas pour autant que je vais « tailler  la route. » » Il avait dit ses mots en mimant des guillemets avec ses doigts. Il n’appréciait pas son comportement à son égard. Ils ne se connaissaient ni en noir, ni en blanc, et elle venait l’agresser. « Ce n’est pas parce que je n’ai pas ton air agressif rebelle, que je n’ai pas ma place parmi les assaillants. »



 
made by roller coaster

________________

   
   
   
I know places we can go, babe. The high won't fail here, no, the high won't hurt here. Don't ask me how but ask me where. There is a road, there is a way. There is a place. Now won't you lay and wait. Wait on me.




Spoiler:
 


Dernière édition par Hàkan Silaëv le Ven 20 Mai - 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Née MoldueMessages : 174Date d'inscription : 17/11/2015Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Re: De la pluie à la brume.. [Hakan] Ҩ Jeu 14 Avr - 13:49

Face à elle, le jeune homme qu’elle observe n’a absolument rien d’un assaillant.

Eva en est intimement convaincue ; il ne peut y avoir que deux cas de figure. Soit ce gamin s’est perdu en cherchant le chemin de sa maison - il est donc l’un de ces maudits de l’île – soit c’est un élève retrouvé piégé au moment où les barrières magiques ont été levées autour de Durmstrang. Dans un cas comme dans l’autre, il n’a rien à faire ici. Les yeux fixés sur lui, Eva respire le sarcasme et la moquerie. Car en effet, comment ne pas se moquer d’un oisillon pareil, égaré qu’il est au milieu d’une meute de chiens à la recherche d’un os à ronger ? Quand elle y songe, c’est charité que de lui dire de quitter les lieux. Certains auraient été nettement moins aimables et l’auraient tué sitôt que l’occasion se serait présentée. Il n’y a pas la place pour les traînes-savates et les faiblards parmi la troupe avide de pouvoir dont elle fait partie, bien malgré elle. Le jeune homme, assis face à elle, pourrait faire des rencontres bien pires que la sienne. Pourtant, quand il se met debout, elle peut le détailler d’un peu plus près ; et son sourire s’agrandit encore.

Il est bien plus grand qu’elle, plus fort physiquement aussi. Un corps souple et musculeux qu’elle n’aurait pas deviné lorsqu’elle le surplombait ; des cheveux en bataille, indisciplinés, un visage carré, bref, Eva pourrait aisément le prendre pour une armoire à glace armée d’une baguette ; et peut-être qu’elle ne s’y serait pas frottée deux fois si elle n’avait pas vu ses yeux. La jeune hispanique a toujours été convaincue que pour connaître le fondement du caractère de quelqu’un, il faut regarder au fond de ses pupilles. On y décèle toutes les traces qu’on cherche en général, un trait de caractère, un sentiment, une émotion subite ; bien entendu, il y a des exceptions. Eva a essayé de nombreuses fois de regarder dans les yeux de Mordred pour lui trouver une faille. Elle n’a jamais rien trouvé que ce que le mangemort a bien voulu montrer. Voilà sans doute pourquoi ce grand con force son admiration.

Mais dans les yeux de l’inconnu, il n’y a qu’un concentré infini de calme, de douceur… Et de vexation, bien sûr. Personne n’apprécie de se faire insulter de bon matin ; mais Eva n’a jamais fait dans la tendresse. Ce garçon n’a rien d’agressif, pas de hargne, pas de morgue. Non, clairement, que fait-il ici ? Un instant, Eva se retient d’éclater de rire ; ce pauvre môme va se faire bouffer tout cru.  Il croise les bras, les sourcils froncés. Il boude.

« Honnêtement, je n’en ai pas envie non plus. »


Bien. Eva croise les bras à son tour, attendant la suite ; s’il veut se battre, elle veut bien lui donner sa première leçon maintenant. Convaincue qu’elle pourrait le maîtriser en un tour de main, elle se contente de hausser un sourcil dans une grimace de circonstances. Puis elle écoute. Visiblement, Tinkie Winkie en a gros sur la patate.
i

Il lui fait face, la voix grave, le timbre assuré, mimant les paroles de la jeune femme dans une parodie de moquerie. Elle reste silencieuse, mais grince des dents. Il est con ou quoi ?

« Ce n’est pas parce que je n’ai pas ton air agressif rebelle, que je n’ai pas ma place parmi les assaillants.

- Parmi les quoi ? »

Un petit rire s’échappe de la bouche d’Eva, qu’elle contient en plaquant une main sur ses lèvres. Un Assaillant, lui ? Pour de vrai ? Est-il en train de dire qu’il a rejoint la bande de décérébrés peuplant l’île ?

« Tu es fou, Junior. Tu vas te faire bouffer tout cru. »


Elle est plus sérieuse quand elle lui fait face, les mains posées sur les hanches. Elle lève les yeux au ciel. Ces jeunes, il faut tout leur apprendre hein ? Il a quoi lui, dix-huit ans ? Il est suicidaire, voilà ce qu’elle pense. Ce garçon a dû connaître un évènement traumatisant pour avoir eu la faiblesse d’esprit de croire qu’il serait de taille à évoluer auprès de tous ces monstres qu’elle croise tous les jours.

« Tu es en train de me dire que tu as sérieusement planté ta tente à Domovoï ? »
c’est de la surprise. Pour de vrai. « Mais… Qu’est-ce qui t’est arrivé pour que tu t’imagines de taille ? Enfin je veux dire… Ta grand-mère est morte ? On a abusé de toi ? On t’a fait boire et tu as fait un pari stupide ? » pour le coup, Eva cherche vraiment à comprendre. Car il ne faut qu’être fou pour rejoindre la compagnie si jeune. Et… Il a l’air étonnamment saint d’esprit.

« Non sans rire, je sais pas qui tu es mais ça se voit comme le nez au milieu de la figure que tu ne tiendrais pas quinze jours ici. Faut vraiment que tu renonces, l’Ox c’est pour les gens qui ont un peu la hargne, tu vois ? »


Les gens qui font des alliances, qui sont félons, mauvais. Les gens comme elle. Elle n’est vraiment pas persuadée que Casimir puisse débarquer au milieu des Gremlins sans avoir quelques séquelles.

________________
Dead is the new alive
i've died a thousand times ✻ I could cry a thousand tears, I could appease your secret fears... But the louder that I scream the harder your machines close over me. But I don't care, Maybe I'm afraid, but still I swear, If I burn, you will see the fire in your mind when you sleep. And the rain won't wash away the ashes underneath your nails today
'Cause if I burn, so will you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Assaillants
avatar
Assaillants

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-pur. Messages : 129Date d'inscription : 02/01/2016Localisation : Perdu à Domovoï's Rock.
Ҩ Re: De la pluie à la brume.. [Hakan] Ҩ Dim 8 Mai - 22:04


Il est vrai que la jeune femme face à lui avait clairement sa place parmi les dingues qui constituaient le clan des assaillants. Avec ses cheveux rouges, son style punk, et sa voix rauque, elle ressemblait à une sorte de guerrière un peu bizarre. Hàkan ne savait pas comment se défendre face à cette fille à l’agressivité facile. Il sentait que peu importe ses arguments pour affirmer sa position en tant qu’assaillant, elle trouverait à le contredire et le rabaisser. Il n’aurait sans doute pas le dernier mot. « Parmi les quoi ? » Le concerné ne répliqua pas, dépité face au rire railleur de la jeune femme. Il avait fortement envie de partir. Face à lui, la dingue aux cheveux rouges pose ses mains sur ses hanches, comme pourrait le faire une mère qui corrige son fils, et lève les yeux au ciel, dépité. Hàkan reste impassible, attendant d’entendre sa nouvelle insulte à son égard. « Tu es fou, Junior. Tu vas te faire bouffer tout cru. » Elle avait raison, sans aucun doute. C’est bien pour cela que Hàkan restait dans son coin depuis son arrivée au camp, et qu’il ne se mêlait à personne. Il avait bien retrouvé des têtes connues, comme Andreï, mais il le savait inoffensif lorsqu’il ne s’agissait pas de voler les copines des autres. Pour ce qui est du reste des assaillants, mieux Hàkan prenait de la distance, mieux il se portait. Il n’était pas ici pour se faire des amis, ni pour mettre au point un plan pour récupérer des vainqueurs pour étudier l’Ox et avoir le pouvoir. Non, tout ce qui l’intéressait vraiment, c’était de faire sortir Darya de Durmstrang. L’Ox n’était qu’une excuse, une couverture du pourquoi de sa présence sur cette île. Et il ne comptait pas le crier sous tous les toits, notamment parce que Darya était vainqueur elle aussi, et qu’il lui semblait de plus en plus compliqué de la ramener ici sans la jeter dans la gueule du loup. Situation bien compliquée, à laquelle il n’avait pas encore de solution. « Tu es en train de me dire que tu as sérieusement planté ta tente à Domovoï ? Mais… Qu’est-ce qui t’est arrivé pour que tu t’imagines de taille ? Enfin je veux dire… Ta grand-mère est morte ? On a abusé de toi ? On t’a fait boire et tu as fait un pari stupide ? » Hàkan hésite entre rire, ou prendre la mouche. Elle fait sans doute exprès de se moquer de lui, pour l’agacer, le tester. Mais malheureusement pour la jeune femme a l’accent espagnol, le sibérien n’est pas du genre à rentrer dans son jeu. Il devait avouer qu’il avait agi sur un coup de tête, que sa venue ici n’avait pas été préméditée longtemps à l’avance. Mais dès qu’il s’agissait de Darya, le jeune homme si sage d’habitude, ne prenait pas le temps de la réflexion. Il agissait, tout simplement. Même si depuis qu’il se trouvait à Domovoï il avait plus passé son temps à se tourner les pouces, qu’à réellement agir pour sortir Darya du château. « Non sans rire, je sais pas qui tu es mais ça se voit comme le nez au milieu de la figure que tu ne tiendrais pas quinze jours ici. Faut vraiment que tu renonces, l’Ox c’est pour les gens qui ont un peu la hargne, tu vois ? » Ce qui était visiblement son cas. Elle ne semblait pas appartenir au clan des anciens mangemorts, sales sorciers au passé sombre, elle paraissait plutôt être la fille curieuse par l’Ox, intéressée pour une raison personnelle, plus que par l’envie du pouvoir comme certains.
Il hausse les épaules, faisant une légère moue avec sa bouche. « Peut-être que comme tu l’as proposé, j’ai perdu un pari, et je suis obligé de me justifier auprès d’une fille aux cheveux rouges, agressive. » Il se fiche d’elle, mais sans réelle méchanceté. Il n’est pas du genre d’Hàkan de se moquer d’autrui, mais elle l’agace sérieusement à le prendre pour un gosse paumé. Il n’avait rien demandé à personne, jusqu’à ce qu’elle vienne lui cracher de sales mots à la figure. Il ne rentrait dans la dispute que s’il était réellement en colère, ce qui n’était pas le cas ici. Il était plutôt vexé à vrai dire. Il savait qu’il n’avait pas la gueule de l’emploi, mais tout de même, s’il se revendiquait assaillant, ce n’était pas pour se la péter. « Tu crois sincèrement que l’Ox est réservé à des gens qui préfère la violence à la réflexion ? On n’est pas obligé de mener une guerre comme des bourrins pour la remporter, il faut aussi se montrer malin et habile. Ce n’est pas en cognant contre la table avec leur poing, que tous ces sauvages d’assaillants parviendront à récupérer l’Ox. » Il ne les aiderait sans doute pas à trouver des solutions envie si cela ne concernait pas leur entrée dans Durmstrang. Récupérer l’Ox était une chose, avant tout, il fallait se montrer un tant soit peu futé pour parvenir à rentrer dans le château surprotégé. « Mais si d’après toi il ne faut que de la hargne, je serai curieux de savoir comment toi tu comptes t’y prendre pour récupérer l’Ox en agressant tout le monde ? »




 
made by roller coaster

________________

   
   
   
I know places we can go, babe. The high won't fail here, no, the high won't hurt here. Don't ask me how but ask me where. There is a road, there is a way. There is a place. Now won't you lay and wait. Wait on me.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Née MoldueMessages : 174Date d'inscription : 17/11/2015Localisation : Domovoï's Rock
Ҩ Re: De la pluie à la brume.. [Hakan] Ҩ Lun 23 Mai - 13:44

Eva observe, Eva jauge. Elle est parfaitement consciente que si elle doit un jour obtenir l’Ox, c’est avec l’aide secourable d’alliés ou d’esclaves. Faire ami-ami avec les assaillants ne lui plait pas ; pour la simple et bonne raison que peu sont dotés d’un cerveau suffisamment actif pour lui servir. Les yeux clos un court instant pour réfléchir, elle se demande si ce gamin en a vraiment assez dans le froc pour servir ses intérêts. Il est là, au milieu de cette foule bigarrée de gens aussi hétéroclites et dangereux les uns des autres ; et lui, il tient un peu plus du labrador que du loup efflanqué et crevant la faim. Un bon labrador qui a bien mangé toute sa vie, et n’a jamais vraiment connu la douleur. Eva ne sait rien de ce garçon, mais à cet instant, elle en est persuadée ; elle doit le convaincre d’arrêter ça tout de suite s’il ne veut pas terminer en pâtée pour la meute grondante de l’autre côté du monde. Mais le garçon n’a pas l’air disposé à l’écouter. Elle se fout de sa gueule et il ne dit rien, ce n’est pas désolant, ça ? Fronçant les sourcils, elle poursuit. Il fait une tête de plus qu’elle, mais de toute évidence, il n’a pas l’air disposé à la cogner. Donc en plus d’être fragile, il est con. Cela devient d’une logique élémentaire pour la jeune femme qui n’a jamais connu meilleure discussion qu’en échangeant des coups.

Mais il ne bouge pas, à aucun moment. Elle a beau le railler, se moquer et chercher, il ne répond rien, absolument rien à sa diatribe pleine de venin. Eva en est presque déstabilisée. Elle est capable de mettre Mordred en colère et pourtant, il faut quand même chercher la merde assez loin. Mais lui il ne bouge pas. Il se contente de la fixer, les sourcils froncés. Impassible. C’est à n’y rien comprendre. Eva ne bouge pas, à son tour, incapable de comprendre pourquoi ce garçon est ici. Veut-il véritablement l’Ox ? Pourquoi ? Et qu’est-ce qui l’a poussé à aller chez les Assaillants ? D’où vient-il et surtout, surtout, croit-il vraiment avoir une chance de ramener l’Ox au milieu de ces assassins qui n’attendent qu’à planter un nombre conséquent de couteaux dans la chair d’éventuels ennemis ? Eva n’en sait rien. Mais elle est curieuse ; elle veut comprendre la raison qui a un jour pu le pousser à croire qu’il avait sa chance. Finalement, au bout d’un temps qu’elle juge interminable, il hausse les épaules, une moue boudeuse sur le visage.

« Peut-être que comme tu l’as proposé, j’ai perdu un pari, et je suis obligé de me justifier auprès d’une fille aux cheveux rouges, agressive. »

Elle fronce les sourcils, les bras croisés sur sa poitrine.
Quel con bordel.

Il est en train de se foutre de sa tronche. En soit, ce n’est pas forcément une mauvaise façon de communiquer avec un personnage aussi pénible qu’Eva, mais la réplique la fait grincer des dents. Elle n’aurait aucun mal à maîtriser un type comme lui, les mains liées dans le dos et elle le sait très bien. Les batailles verbales, elle aime beaucoup ça, mais de toute évidence son cerveau n’est pas assez grand pour répondre à la question élémentaire « qu’est-ce que tu fous là ». Non, lui il préfère répondre à côté, comme s’il était le détenteur d’un immense secret qui perturberait la face du monde s’il venait à le révéler… Il se la joue, quoi. Eva n’y croit pas un seul instant. Tout le monde a des secrets ici, mais certains le cachent mieux que d’autres, voilà tout.

« Tu crois sincèrement que l’Ox est réservé à des gens qui préfère la violence à la réflexion ? On n’est pas obligé de mener une guerre comme des bourrins pour la remporter, il faut aussi se montrer malin et habile. Ce n’est pas en cognant contre la table avec leur poing, que tous ces sauvages d’assaillants parviendront à récupérer l’Ox. »


Il marque un point. Elle reste silencieuse, parce que visiblement, monsieur en a gros sur la patate. Elle le laisse parler, parce que pour une fois, il dit quelque chose d’intéressant ; si ce garçon est capable de réfléchir, alors il lui sera utile. C’est un très bon point pour lui, à dire la vérité. Debout face à elle, son physique impressionnant (et avantageux) lui faisant face comme une protection pour un esprit tourmenté ne sachant que faire dans cet endroit. S’il veut s’allier avec des gens qui réfléchissent, il risque de ne pas avoir beaucoup de choix. Déjà d’entrée, il oublie les Lestrange. Jamais Eva n’a vu de gens aussi ABRUTIS. Le frère et la sœur, aussi stupides l’un que l’autre, gagnés par la haine et une prétention sans bornes, comme s’ils avaient oublié qu’il y a deux ans, ils léchaient allègrement une paire de fesses merveilleusement blanches avec leur langue râpeuse. Pitoyables.

« Mais si d’après toi il ne faut que de la hargne, je serai curieux de savoir comment toi tu comptes t’y prendre pour récupérer l’Ox en agressant tout le monde ?

- Crois-moi, je ne suis pas en train de t’agresser. Si je le faisais tu ne serais pas là pour en parler. »

C’est un sourire amusé qui découpe les lèvres d’Eva en deux, alors qu’elle décroise les bras, en signe d’écoute. Plus calme et moins moqueuse, elle n’en pense pas moins que ce garçon a besoin d’aide pour se mêler à la foules des assaillants. Les labradors ne sont pas vraiment admis dans la bande ; c’est à celui qui gueule le plus fort, un point c’est tout.

« Mais tu marques un point. Gueuler en tapant du poing n’a jamais apporté le moindre pouvoir. La plupart des gens d’ici semblent l’oublier, et j’admets que c’est assez distrayant de les voir se mettre sur la gueule pour voir qui a la plus grosse. Je ne mange pas de ce pain là. Si je dois obtenir l’Ox, c’est par les alliances. »

Son sourire s’agrandit, laissant entrevoir cette légère lueur de folie dans son regard de jeune femme qui en a déjà un peu trop vu.

« Mais pour s’allier il faut savoir parler le même langage qu’eux, vois-tu ? Tout seul tu n’arriveras jamais à entrer dans Durmstrang et encore moins à choper un vainqueur vivant. Quant à l’Ox… Hors de ta portée. Il va falloir t’endurcir un peu, mon grand, si tu veux arriver à tes fins. Ça ne marche qu’avec les adolescentes, le jeu du grand brun ténébreux plein de mystères. »

Elle ricane, un peu, mais c’est bien plus léger que tout à l’heure. Il a l’air totalement idiot, mais c’est exactement ce qu’elle cherche. Alors, autant être un peu plus aimable.

« Je m’appelle Eva. Et j’admets que j’aimerais bien savoir comment tu comptes t’y prendre pour aller chercher l’Ox à grand coups de réflexion. Tu me plais bien. »


________________
Dead is the new alive
i've died a thousand times ✻ I could cry a thousand tears, I could appease your secret fears... But the louder that I scream the harder your machines close over me. But I don't care, Maybe I'm afraid, but still I swear, If I burn, you will see the fire in your mind when you sleep. And the rain won't wash away the ashes underneath your nails today
'Cause if I burn, so will you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

De la pluie à la brume.. [Hakan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» [Texte] La pluie
» Canidé prétentieux [PV Spectre du Passé & Pluie d'Anarchie]
» Pluie d'hiver [PV Elim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum