AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-pur, pure CarrowMessages : 427Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : Dans l'ombre.
Ҩ Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /! Ҩ Dim 24 Jan - 19:57

Your lips are like wine and I want to get drunk.
 

C’était un sentiment indescriptible : être amoureuse. Est-ce qu’il était normal de ne penser à rien d’autre qu’à lui ? De ne plus avoir faim, ne plus avoir sommeil ? D’attendre impatiemment chaque instant où ils pouvaient se retrouver ? Alyx était au paroxysme du bonheur. Chose qu’elle n’avait jamais connue jusqu’à aujourd’hui. Cela faisait quelques mois seulement qu’elle était avec Danslav, et pourtant, elle avait cette douce impression de le connaître par cœur. C’était tellement facile entre eux, ils arrivaient même à ce comprendre à l’aide d’un regard. Ca semblait naturel, étonnement naturel. Tous ses sentiments qu’il avait su créer en elle, s’étaient amplifiés au fil des jours. Elle vivait le cœur gonflé, ne pensant qu’à une chose : retrouver Danslav. Elle avait refoulé tous ses anciens démons, elle avait mis de côté sa culpabilité, et avait décidé d’être un peu égoïste. Depuis l’infirmerie, elle n’avait pas essayé d’avouer ses crimes. Comment aurait-elle pu vouloir que tout ceci s’arrête ? Elle savait que ça finirait par exploser au grand jour, mais jusque-là, elle voulait en profiter. Elle voulait Danslav, juste pour elle, à elle, même si ça ne durerait pas sur le long terme, même s’il venait à la détester ensuite. Elle, elle saurait qu’il l’avait aimée. Tout ce qu’ils vivaient en cet instant, était bel et bien réel. Qui aurait pu croire que quelqu’un comme Danslav, aurait pu réellement s’intéresser à une fille comme Alyx, et en tomber amoureux ? Parce que même s’ils ne se l’étaient pas encore officiellement dit, il n’était pas difficile de comprendre qu’ils s’aimaient plus qu’ils ne l’auraient cru. Il avait réussi à faire ressortir le peu de bon qui subsistait en elle, il la faisait presque aimer ce qu’elle était devenue aujourd’hui. Danslav avait sa façon bien à lui de la rendre unique.
La brunette l’attendait dans le quartier général des icebergs. Il était proche des vingt-trois heures, et plus personne ne se trouvait dans la pièce. Danslav devait finir sa ronde, et la rejoindre ensuite ici. Ils avaient parfois du mal à trouver un endroit où ils pouvaient être seuls. Ils ne pouvaient pas se rendre dans les dortoirs, ces derniers n’étant pas mixtes, et bien souvent il y avait des élèves au QG, mais pas ce soir. Et ça ravissait Alyx, qui parfois se lassait de devoir partager le meneur des icebergs avec tout le reste du clan. Elle qui n’était pas du genre sociable, à toujours vouloir être entourée de monde, c’était malheureusement ce que vivait Danslav au quotidien. Mais elle tentait de s’y faire, ou alors, elle préférait le laisser vaquer à ses occupations de leader, plutôt que de se forcer à supporter tout ça. Fort heureusement, Danslav était un garçon intelligent, et il comprenait parfaitement le comportement d’Alyx. Ils ne s’étaient jamais disputés. Même s’ils leur arrivaient de ne pas être souvent d’accord, ça n’avait jamais été violent entre eux. Ils étaient tellement butés l’un l’autre, qu’il n’était pas souvent facile de se mettre d’accord. Mais ils finissaient toujours par passer à autre chose, ou l’un des deux finissait par abdiquer.

Assise sur l’un des poufs de la salle, l’anglaise patientait, ou plutôt, elle trépignait d’impatience. Lorsque la porte de la salle finit par s’ouvrir un moment plus tard, un large sourire s’ancra sur son visage. Danslav passa la porte, et n’eut pas le temps de la rejoindre, qu’elle s’empressa de venir à son encontre. Elle était toujours légèrement réservée quand ils se retrouvaient, un peu nerveuse, ne sachant pas comment se comporter. Et puis, il avait ce don de la mettre à l’aise en un rien de temps. Le jeune homme approcha son visage du sien, et posa délicatement ses lèvres sur les siennes. Alyx répondit aussitôt au baiser donné, son cœur loupant un battement. C’était toujours comme si c’était la première fois qu’ils s’embrassaient. Elle avait ces espèces de papillons dans le ventre qui s’agitaient férocement, son organe vital semblait exploser sous l’amas de sentiments, et ses pensées finissaient toujours par être embrouillées. Se reculant légèrement du jeune homme, Alyx rouvrit les paupières et souffla : « T’es en retard. » Elle aimait le taquiner, depuis le premier jour où ils s’étaient rencontrés. Attrapant ses mains, elle le tira légèrement en arrière, tout en rencontrant de nouveau ses lèvres. Elle était avide du goût de sa bouche sur la sienne, elle n’en avait jamais assez. Et l’embrasser marchait toujours étrangement bien, surtout lorsqu’il se lançait dans des explications barbantes de cours qu’Alyx souhaitait stopper. Se détachant de l’iceberg, elle murmura : « Tu remarques que pour une fois, il n’y a personne au qg. » Il était assez rare qu’il soit vide, il y avait toujours quelques élèves qui tardaient à se rendre à leur dortoir, surtout à cette heure-ci. De plus, la brunette détestait se donner en spectacle, et devant du monde, elle était incapable de porter autant d’attention qu’elle le voulait à son petit-ami. Ca la mettait beaucoup trop mal à l’aise, persuadée que de nombreuses paires d’yeux étaient rivées sur eux. Elle quitta les doigts de Danslav, pour passer ses mains derrière sa nuque. Alors qu’il répondait à sa dernière réplique, elle ne le laissa pas finir et l’embrassa de nouveau. Elle ne se lassait pas de ses baisers, de ses caresses. Elle en voulait toujours plus, et ce soir, elle avait envie de plus. Ils n’avaient pas encore franchi l’étape du dessous de la ceinture, et l’anglaise commençait à s’impatienter légèrement. Elle le voulait, pour elle, toute la nuit, jusqu’à ce que l’aube se lève. Elle voulait que leurs corps ne fassent plus qu’un, elle voulait s’imprégner de lui, le graver dans sa chaire. Elle l’aimait, et voulait le lui prouver à travers des gestes, des caresses, à travers un lien qui les unirait pour toujours.
crackle bones

________________
   
darkness growing on me
I'm being punished for all my offenses I want to touch you but I'm afraid of the consequences I want to banish you from whence you came but you're part of me now and I've only got myself to blame.




Dernière édition par L. Alyx Carrow le Jeu 3 Mar - 12:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
king of iced shadows
avatar
king of iced shadows ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : tout le monde pense que les volkovitch sont une famille de sang-pur mais il est en réalité un hybride, à moitié sorcier et à moitié vélane de par sa mère. Messages : 1033Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : dans la salle de réception, avec les siens.
Ҩ Re: Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /!\ Ҩ Lun 25 Jan - 18:20

alyx & danslav

« i am hers and she is mine. »


« Et que je ne vous reprenne plus ici sous peine à ce que je double vos heures de retenue ! Mademoiselle Farouchka, suis-moi je te prie que je te raccompagne à ton dortoir sans encombre. Quant à toi Maslov, retourne dans ton dortoir commun, tu n'as peut-être pas de meneur à qui je peux rapporter ton comportement mais crois-moi quand je te dis que les enseignants entendront parler de tes virées nocturnes. Du balais, maintenant ! » fit-il dans un calme plat, stoïque et menaçant, la baguette levée sachant bien que Karldrick Maslov était connu pour son tempérament impulsif. Celui-ci soupira et les mains dans les poches prit la direction de son dortoir en trainant des pieds. Une fois de plus, il puait l'alcool à plein nez et avait probablement passé sa soirée au bar des Trois Trolls où il avait trouvé une jeune fille de son propre clan qu'il avait dragué sans vergogne. Elle avait à peine quatorze ans, bon sang ! Ce porc n'avait donc aucune retenue ? Du coin de l'oeil, il remarqua que la jeune glaçon semblait un peu gênée, voire déboussolée. Elle n'était cependant pas la première qu'il trouvait dans cette posture inconfortable et ne serait probablement pas la dernière. Depuis le début de l'année, Danslav avait l'impression que c'était un vrai défilé, il ne passait pas une semaine sans qu'il ne fasse de remontrances et ne distribue des heures de colles aux petits malins qui dépassaient le couvre-feu. Si bien qu'il lui arrivait de devoir même passer au Trois Trolls pour vérifier que personne n'y était encore et pousser Igor à faire la fermeture. Il passait généralement pour le méchant dans les cas comme celui-ci mais le meneur n'en avait que faire, il tenait beaucoup à son insigne et son rôle dans l'école et savait que sans lui et ses compères, les règles ne seraient jamais respectées.

Bien qu'il est vrai que depuis quelques semaines, lui-même se surprenait à enfreindre le règlement pour rester un peu plus longtemps dans les bras de sa Némésis. Il passait des heures en sa compagnie dans leur qg généralement bien qu'il était souvent trop débordant de personnes alors ils recherchaient une intimité qu'ils n'arrivaient pas à trouver en dehors des salles de classe désertes dans la soirée mais bien trop froides. Arrivant devant le dortoir des filles, sa camarade lui souhaita une bonne nuit d'une petite voix et s'engouffra rapidement à l'intérieur, n'attendant pas de réponse de sa part. Il attendit deux petites minutes dans un silence total, vérifiant qu'elle ne s'aventurerait pas à nouveau dans les couloirs. Quand il fut sûr que plusieurs personnes ne sortiraient du dortoir, Danslav fit demi-tour et prit la direction de son propre qg. Il y avait rendez-vous avec Alyx et se doutait bien qu'elle l'y attendait malgré le retard qu'il avait prit à cause de ces deux élèves qu'il avait croisé en train de s'embrasser sur le chemin du retour. Comme à chaque fois qu'il retrouvait la demoiselle, le jeune homme sentait une boule d'angoisse se former aux creux de son estomac, tant il était stressé à l'idée de la voir, autant qu'impatient. Il avait beau être totalement à son aise à ses côtés, les moments où il était en chemin pour la revoir était un long supplice où il sentait le trac monter. Cela faisait quelques mois qu'ils étaient ensemble et jamais n'avaient-ils dépassé le cap des bisous. Bien que ceux-ci se sentaient de plus en plus enflammés et impatients, tous les deux s'étaient montrés sages, au plus grand soulagement de Danslav. Ce dernier n'avait aucune expérience en la matière et avait toujours peur de passer le cap, craignant de s'y prendre comme un pied et de passer pour un idiot face à la si belle Alyx. Elle lui avait volé son cœur et il ne voulait pas la décevoir. Dans tous les sens du terme. Quand il arriva dans son qg d'un pas pressé, elle l'attendait sur le canapé près du feu qui crépitait et se leva immédiatement en le voyant arriver, l'air ravi. L'un comme l'autre firent les quelques pas qui les séparaient pour se retrouver et s'embrasser à pleine bouche, toujours dans cette tendresse qui était propre à leur idylle encore toute fraîche. « T’es en retard » lâcha-t-elle dans un souffle, le front collé au sien. Comme toujours, il ne put s'empêcher de sourire bêtement face à ces petites boutades qu'elle lui faisait quotidiennement. Ce n'était jamais rien de bien méchant et il le lui rendait généralement assez bien, non pas que ce soit son fort. Elle excellait dans le second degrés très léger quand lui avait une certaine spécialité pour les blagues beaucoup plus maladroites. Elle le tira en arrière vers le canapé et leurs doigts s’entremêlèrent tandis que leurs lèvres se rencontraient à nouveau, l'un comme l'autre bouffés par la frustration de s'être autant retenu. Combien de fois s'étaient-ils embrasser à en perdre le souffle durant ce qui lui semblait des heures sans aller plus loin ? Danslav avait pu goûter au joie de l'excitation inassouvie, désir qui lui était jusque-là inconnu.

Car l'hybride n'étant pas entièrement humain n'a jamais ressenti les mêmes besoins que les garçons de son âge. Pas une fois il n'avait été excité par une demoiselle ou avait senti sa virilité faire des tonneaux dans son boxer. Or là, quotidiennement, il se sentait perdre le contrôle, inconscient de ce qui lui arrivait, encore bien naïf de penser qu'il pouvait contrôler la moindre parcelle de son corps. Car s'il y avait bien une rébellion, ça se passait bel et bien en-dessous de sa ceinture. Tout en se détachant de lui, elle lui offrit un petit sourire. « Tu remarques que pour une fois, il n’y a personne au qg. » fit-elle, mutine dans un sous-entendu qu'il remarquait et qui lui fit tourner la tête un instant. Ses yeux dévièrent alors dans l'immense qg et il remarqua qu'il n'y avait effectivement personne, ce qui ne le surprenait pas : les glaçons étaient toujours les premiers à se rendre dans leur dortoir, rares étaient ceux qui transgressaient les règles, exceptions faites aux plus jeunes encore friands d'aventures. Sans compter le fait que la nuit était déjà tombée depuis un long moment maintenant et qu'à part peut-être une visite de Katerina dans le qg pour vérifier qu'il était vide, personne ne viendrait faire un tour dans le coin : ils étaient seuls pour la nuit. Mal-à-l'aise, Danslav se sentit brusquement nerveux, sa boule au ventre encore plus douloureuse qu'ordinaire car il comprenait bien ce que tout cela voulait dire. Ce soir serait leur première nuit ensemble.
Pour détendre l'atmosphère, il voulu dire une bêtise mais à peine ouvrit-il la bouche que la brunette se jeta à son cou en enlaçant sa nuque et en retrouvant à nouveau ses lèvres collées aux siennes. D'une passion subite, il répondit au baiser d'une manière beaucoup plus appuyée, sentant une impatience grandissante dans les agissements d'Alyx qui eut pour effet de l'assoiffer à cette envie incontrôlable et cette faim qui semblait impossible à rassasier. Passant ses mains dans son dos, il se colla davantage à elle et la tenait fermement entre ses bras, se refusant à l'idée d'être séparé d'elle désormais. Tout en continuant de marcher, il l'emmena en direction du plus grand canapé de la pièce où tous les deux prirent place côte à côte sans pour autant arrêter de s'embrasser. Elle le sentit alors passer ses mains sous son pull et il lâcha un râle qui eut pour effet de la faire sourire. Doucement, il se sépara d'elle, sentant bien que plus rien ne pourrait désormais les arrêter tant ils étaient excités. Une tornade aurait pu s'abattre sur Durmstrang qu'ils auraient continué de s'enlacer. Le monde continuerait de tourner avec ou sans eux tant qu'ils étaient ensemble, c'était le plus important. Caressant doucement son visage, il se pencha vers elle et embrassa sa mâchoire pour descendre jusqu'à son cou qu'elle lui tendait avidement. Il y déposa des petits baisers assez appuyés encore et encore tandis qu'il sentait les fines mains de la demoiselle dans ses cheveux et son dos. Embarrassé par son gilet et son tee-shirt, il s'arrêta dans ces baisers et les lui retira, le plus lentement possible, prenant son temps car il voulait tout garder en mémoire après. Il voulait se souvenir de tout. Elle ne semblait pas contre l'idée et se laissa faire, pas gênée de se retrouver en soutien-gorge devant lui. Quand il envoya paître le début de ses vêtements dans le qg, il ne put s'empêcher de la détailler avec envie, la trouvant absolument magnifique. Ne pouvait-il pas exister si belle créature sur cette Terre. « Tu es tellement belle » souffla-t-il, plongé dans son admiration. Elle semblait gênée mais ne fit aucun commentaire. Voulant la mettre à l'aise, Danslav se pencha vers elle et la fit délicatement coucher sur le canapé où leurs lèvres se retrouvèrent enfin. Il l'embrassa alors d'une manière si passionnée et si tendre qu'il était impossible de douter de ses sentiments pour elle ; il transpirait d'amour. Cependant, jamais ses mots avaient franchis la barrière de ses lèvres, toujours frileux de dévoiler au grand jour ses émotions. Sa manière de la toucher était lente, douce puisqu'il la touchait pour la première fois ainsi. Il voulait prendre son temps et ne pas précipiter les choses car il découvrait absolument tout en même temps que le corps à moitié nu de son aimée.

Encore maladroit, il n'osait lui dire que c'était sa première fois, craignant un peu de voir de la déception dans son regard. Il reprit alors où il en était et continua d'embrasser tout son corps, descendant plus bas que le cou pour arriver jusqu'à la poitrine qui bien que couverte le fit rougir. Il n'osait pas trop les toucher et encore moins les embrasser. Il se contenta alors de les éviter, voulant faire passer ça pour une fausse décontraction. Lorsqu'il arriva au ventre, il la couvrit d'innombrables baisers, sans sortir la langue se contentant simplement de ses lèvres et de son souffle contre sa peau brûlante.

________________


― ALYX & DANSLAV ;

» you tried to poison me & now it's over. you let me fall, how to forget? how to live without you? i no longer breathe, i no longer live without you. you tried to poison me and now it's over.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-pur, pure CarrowMessages : 427Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : Dans l'ombre.
Ҩ Re: Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /!\ Ҩ Mar 26 Jan - 18:28

Deux corps enlacés, animés par un désir muet se tiennent debout dans la pièce. Il est encore trop tôt pour pouvoir clamer haut et fort qu’ils s’aiment à l’aide de simples mots, mais quelque chose de plus fort peut les unir. Une promesse silencieuse d’être à jamais là pour l’autre, une promesse tenue à l’aide de baiser, de caresses, d’amour. Ca tourbillonne autour d’eux, parce qu’ils savent, tout au fond d’eux, que le moment fatidique va arriver. La jeune femme s’accroche à l’iceberg de plus en plus férocement, refusant de quitter ses lèvres qui embrassent les siennes. Le meneur tient à ramener la brunette contre lui, plaquant ses paumes contre son dos, refusant de voir un quelconque millimètre d’air séparer leur deux corps s’impatientant. Liés par leur bouche, Danslav mena la danse, la dirigeant tout droit vers un canapé. Se retrouvant l’un contre l’autre, ils ne rompirent pas pour autant le baiser. Alyx laissa ses mains glisser le long des bras du jeune homme, pour ensuite se glisser sous son pull. La chaleur qui émanait du corps de l’iceberg réchauffa de suite ses doigts qui se collèrent contre sa peau. Elle se rapprocha un peu plus de lui, laissant la pulpe de ses doigts parcourir son torse finement musclé. Un grognement de contentement s’échappa des lèvres de Danslav, ce qui amusa l’anglaise qui prit plaisir à continuer ses légères caresses. Il en avait autant envie qu’elle, elle le sentait. Pourtant, il stoppa leur étreinte, se reculant légèrement. Fronçant les sourcils, Alyx le fixa quelques secondes, silencieuse. Accrochant son regard au sien, il laissa sa main caresser doucereusement sa joue. Docile, la brunette se laissa faire. Le visage de Danslav se rapprocha de nouveau du sien, et il se mit à embrasser sa mâchoire. La jeune femme ferma les paupières, se laissant enivrer par la situation. Elle frissonnait à chaque fois que ses lèvres touchaient sa peau en feu. Tandis qu’il descendait le long de son cou, continuant sa douce torture, les mains d’Alyx trouvèrent ses cheveux. Elle passait encore et encore ses doigts dans ses boucles brunes, tout en sentant son cœur tambouriner férocement dans sa poitrine. Soudain, il décida de lui retirer son tee-shirt et son pull. Légèrement intimidée, elle se laissa faire malgré tout, l’aidant dans son entreprise. Danslav s’appliquait à lui retirer ses vêtements avec autant de lenteur qu’il en était capable, rendant la jeune fille folle d’impatience. Elle sentit ses doigts glisser le long de ses bras, provoquant une chair de poule sur son épiderme. Ce n’est pas comme si elle ne s’était jamais retrouvée à moitié nue devant un garçon,  malgré tout, elle appréhendait la réaction du jeune sorcier. Heureusement, elle prenait soin tous les jours de cacher son tatouage à l’aide d’un sortilège de dissimulation, et il ne semblait pas encore avoir réapparu sur son bras. L’iceberg envoya au loin ses vêtements, et Alyx se retrouva en soutien-gorge devant lui. Elle attendait une réaction de sa part, n’importe laquelle. Et lorsqu’elle aperçut ses prunelles brillantes la détailler avec envie, elle sut que plus rien ne les stopperait. « Tu es tellement belle. »

Les joues de l’anglaise prirent une teinte rosée, tandis qu’elle restait muette. Danslav la regardait d’une façon que jamais personne n’avait eu avec elle. Elle se sentit réellement belle, sous son regard bleuté, et c’était bien la première fois. Son cœur loupa un battement tandis que le jeune homme la couchait avec soin sur le canapé. Suivant le mouvement, sa tête se posa sur l’accoudoir du canapé. Danslav se positionna au-dessus d’elle, prenant soin de ne pas l’écraser. Ses lèvres retrouvèrent avidement les siennes. Les mains d’Alyx s’agrippèrent à son dos, alors qu’elle l’embrassait avec fougue, et envie. Alors qu’elle aurait dû trembler de froid dans le qg, le corps du jeune homme au-dessus d’elle la réchauffait inévitablement. Elle pouvait sentir ses doigts sur ses bras, puis descendre le long de sa taille, la faisant frémir de plaisir. Il entreprit de reprendre là où il s’était arrêté. Il explora tout d’abord son cou, puis le haut de sa poitrine, laissant ses lèvres dévorer la moindre parcelle de sa peau brûlante. Il descendit sur son ventre qu’il parsemait d’innombrables baisers chauds et humides. Les yeux fermés, ses mains étaient retombées dans la chevelure brune de Danslav, tandis que son corps se tendait comme un arc. Se mordant la lèvre inférieure, elle le fit remonter vers elle, en tirant légèrement sur ses cheveux. Elle commençait réellement à perdre patience, dévorée par un désir de plus en plus fort. Une douce chaleur naissait dans son bas ventre, et son corps se réchauffait à la vitesse de la lumière. Lorsqu’elle retrouva les lèvres du jeune homme, elle l’embrassa férocement, ses dents attrapant sa lèvre inférieure. Sa respiration devenait saccadée, tandis que ses gestes se faisaient plus brusques.
Elle le poussa en arrière, se redressant par la même occasion. Le forçant à s’assoir, elle se mit à califourchon sur lui, collant son corps contre le sien. Cette attente la rendait folle, elle brûlait littéralement de désir pour le jeune homme. Elle avait ce besoin, irrémédiable, de le sentir en elle, de lier son corps au sien. Ses lèvres s’accrochèrent de nouveau aux siennes, tandis que ses mains descendaient le long de son torse encore couvert par son pull. Arrivée en bas du vêtement, elle se chargea de le lui enlever. Danslav l’aida, et le pull ne tarda pas à rejoindre ses vêtements au sol. Elle laissa ses mains découvrir le corps de l’iceberg, ses lèvres se positionnant dans son cou. Les mains du jeune homme étaient contre son dos, caressa sa peau, créant des arabesques du bout de ses doigts. L’anglaise frissonnait sous le contact, laissant de côté la nervosité qui l’avait gagné l’instant d’avant. A présent, elle ne pensait plus qu’à une seule chose. L’une de ses mains descendit le long du ventre de l’iceberg, et se retrouva à la limite de son pantalon. Elle laissa ses doigts glisser entre le pantalon et le tissu qui retenait étroitement la virilité du jeune homme. Ses lèvres retrouvant le chemin des siennes, elle le sentit grogner contre sa bouche alors que sa main se posait contre la bosse que formait son caleçon. Mais tandis qu’elle souhaitait continuer sa douce torture, une main s’empara de son poignet. Surprise, elle quitta les lèvres du jeune homme. Le fixant en fronçant les sourcils, elle souffla : « Quoi ? » Elle savait qu’elle n’était pas une experte quand il s’agissait de moment comme celui-ci, n’ayant eu qu’un seul petit-ami, malgré tout, elle ne doutait pas que Danslav était animé par le même désir qu’elle. Elle croisa son regard, curieuse de connaître la raison qui l’empêchait de continuer.



crackle bones

________________
   
darkness growing on me
I'm being punished for all my offenses I want to touch you but I'm afraid of the consequences I want to banish you from whence you came but you're part of me now and I've only got myself to blame.




Dernière édition par L. Alyx Carrow le Jeu 3 Mar - 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
king of iced shadows
avatar
king of iced shadows ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : tout le monde pense que les volkovitch sont une famille de sang-pur mais il est en réalité un hybride, à moitié sorcier et à moitié vélane de par sa mère. Messages : 1033Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : dans la salle de réception, avec les siens.
Ҩ Re: Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /!\ Ҩ Mer 27 Jan - 20:27

Il embrassait son corps dans une étreinte douce, la serrant contre lui de manière intime, tendre, comme si en cet instant elle était son bien le plus précieux. Et Merlin seul savait à quel point, effectivement, elle lui était ô combien inestimable. Il était fou d'amour pour elle, brûlant intérieurement tant cette tendresse lui faisait perdre la pied et le noyait dans cet océan inconnu qu'il tentait pourtant vainement d'apprivoiser. Toute cette fougue, toute cette passion, jamais encore il ne s'était senti aussi proche de quelqu'un qu'en cet instant, autant physiquement que moralement. Elle comblait absolument toute ses attentes et il ne se voyait plus vivre dans un monde où elle n'existait plus. Son esprit était embrumé par ce flux de sensations qui lui parvenaient d'un peu partout ; sa virilité qui agonisait dans son boxer tant elle était à l'étroit, son palpitant qui battait à vive allure, ses lèvres qui goûtaient délicieusement l'arôme de sa peau, ses mains qui glissaient le long de ses formes et son esprit qui n'avait qu'un mot à la bouche. Alyx, Alyx, Alyx. Elle raisonnait en lui dans un écho chaud, s'infiltrant dans tout son corps et passant par absolument tous ses muscles, os et organes vitaux. Il ne pensait plus qu'à elle, ne désirait plus qu'elle, n'aimait plus qu'elle. Le monde avait cessé de tourner, le temps s'était arrêté et plus rien ne comptait que son corps contre le sien, enlacés durant un moment qui ressemblait à un instant volé au Paradis. Pourtant, il le savait, ça ne faisait que commencer et il se forçait à prendre son temps pour se souvenir de tout afin de garder en mémoire la première fois où il s'est donné à une fille et surtout... La première fois qu'il s'est rendu compte qu'il était indéniablement fou amoureux de sa camarade. Jamais plus il ne l'autoriserait à quitter ses bras désormais, prisonnière pour toujours de ses sentiments. Elle le trainerait toute sa vie à ses côtés, même si un jour il serait à ses yeux un boulet l'empêchant d'avancer, il se refusait à vivre sans elle. Car ça serait comme respirer sans air, manger sans nourriture ou danser sans musique. Impensable.
Les doigts de la jeune femme ans la crinière de Danslav, il sentait ses ongles s'enfoncer dans son cuir chevelu tandis qu'elle se courbait sous la torture de ses bisous. Il était prêt à faire ça toute la nuit tant il aimé la voir en supplice, joueur comme jamais auparavant. C'était la première fois qu'il était aussi tactile avec une femme et il trouvait flatteur qu'Alyx soit dans un tel état sans même qu'il ne l'ait davantage touché. Peut-être n'était-il pas obligé de lui dire la vérité sur lui, du coup. S'il se débrouillait bien et que ça continuait ainsi naturellement, avec un peu de chance, la demoiselle ne se rendrait compte de rien. Elle tira alors sa tête vers la sienne et il s'exécuta, remontant sous les ordres de la belle anglaise, ne voulant faire que son bonheur. Ils s'embrassèrent à nouveau et Danslav pu constater à quel point elle désirait d'envie tant elle mettait une certaine hargne et férocité dans leur baiser, allant même jusqu'à mordre sa lèvre inférieure. Un peu surprit, il ne se recula pas mais tenta de la calmer en se montrant plus doux avec ses mains. Il ne voulait pas précipiter les choses, il avait besoin de temps pour que tout soit absolument parfait et comme il se l'était imaginé.

Mais elle ne semblait pas de cet avis car elle se releva précipitamment et se mit à califourchon sur lui tandis qu'ils continuaient de s'embrasser de plus en plus passionnément. Elle le rendait fou, il avait l'impression de bouillir tant il se sentait entrainé dans ce tourbillon de désir. Plus que jamais son boxer le serrait et lui faisait presque mal. Il avait une envie ardente de déchirer leurs vêtements et de passer aux choses sérieuses. Elle semblait lire dans son esprit car elle passa ses doigts sous son pull pour attraper les bords et le lui retirer. Il l'aida en levant les bras et elle balança son haut dans un coin du qg. Tout comme elle, il était à demi nu devant elle et fit un peu gêné. Pas une fois il ne s'était montré torse-nu devant une fille, pas même l'été en maillot de bain où il portait généralement toujours un tee-shirt dans les lieux publics. C'était différent dans sa demeure mais personne ne l'avait vu autant dénudé à ce jour. Le bout des doigts d'Alyx contre son torse lui fit comme un coup électrique, redonnant davantage vie à cet instant, elle semblait découvrir son corps comme lui découvrait le sien. Il la serra davantage dans ses bras, les mains de l'iceberg dans le dos frêle de la demoiselle. Il ne touchait cependant pas le tissu qui retenait ses seins, n'osant toujours pas aller trop loin dans son exploration. Il ignorait en plus si c'était chose à faire ; aimait-elle garder son soutien-gorge ou préférait-elle qu'il lui retire ? Trop de questions qu'il n'osait poser par crainte de dévoiler son manque cruel de pratique en la matière. C'est alors qu'une de ses main descendit dangeureusement sur son ventre pour continuer son chemin vers son pantalon. Dans un geste rapide, elle se glissa à l'intérieur et la posa sur sa virilité gonflée. Il lâcha un râle de surprise, ne s'attendant pas à ce que ça aille aussi vite d'un coup. Il ne voulait pas qu'elle se précipite, ne sachant pas s'il arriverait à se contrôler ou pas. Il était déjà à la limite de jouir tant il était excité de la sentir sur lui, dans une manière très provocante. « Quoi ? » fit-elle en remarquant sa soudaine nervosité. Il lui fit un petit sourire gêné et attrapa sa main vagabonde pour l'entrelacer avec ses doigts. Un peu de répit ne lui ferait pas de mal et calmerait peut-être leurs ardeurs. Il baissa alors le regard en se rendant compte qu'elle semblait s'interroger. Il paraissait beaucoup trop anxieux pour paraître détaché maintenant et elle avait fini par le sentir, ça crevait les yeux. Il lâcha un soupir, se doutant bien que si elle ne le comprenait pas maintenant elle finirait par découvrir son petit secret quand ils en viendraient aux choses sérieuses. Il était sûr de ne pas pouvoir tenir très longtemps une fois à l'intérieur d'elle et il ne voulait pas qu'elle soit déçue : il était, après tout, novice en la matière.« Alyx, je... Je n'ai jamais... » fit-il l'air embarrassé, le rouge aux joues et le regard fuyant. La honte de sa vie. Sans nul doute. Peut-être même avait-il gâché leur moment et qu'elle partirait en lui riant au nez. Il ne continua pas sa phrase, se doutant qu'elle avait comprit toute seule. Dans un tel contexte, il n'était pas difficile de deviner ce qu'il n'avait jamais fait.

Prenant son courage à deux mains, il évita de la regarder dans les yeux et continua, comme pour lui expliquer, donner une raison valable à tout ceci. « J'ai toujours voulu attendre la bonne personne pour cela. Car ce n'est pas quelque chose d'anodin pour moi et... Je crois qu'intérieurement, je t'ai toujours attendu, en fait... » fit-il de plus en plus gêné, n'ayant pas l'habitude de se dévoiler autant. Il ne lui disait pas directement qu'il l'aimait mais il le lui faisait comprendre à sa manière. Beaucoup de filles avaient essayé de le séduire durant toutes ces années mais pas une fois il n'avait perdu son temps avec elles. Jusqu'à ce que Alyx débarque et que sa vie prenne un sens. Passant une main dans ses cheveux, il se rendit compte qu'il venait de tout gâcher et de réduire à néant ses chances avec elle. « J'espère que ça ne t’embarrasses pas, excus... » Il voulait lui présenter ses excuses mais il n'eut pas le temps de le faire car elle s'agrippa à lui, son visage entre ses mains et elle l'embrassa. D'un baiser tendre, profondément doux et ô combien profond. Peut-être était-ce sa manière à elle de lui répondre et de lui dire que ça ne la dérangeait pas. Que dans le fond, elle s'en fichait. Sous ses lèvres, il esquissa un sourire comblé auquel il sentit qu'elle répondait. Beaucoup plus assuré maintenant qu'il venait de se soulager de ce secret, il la serra dans ses bras et la fit basculer à nouveau sur le dos, couchée sur le canapé, lui au-dessus d'elle. Avant, il décida d'agir et de lui retirer son soutien-gorge à l'aide de ses mains. Il mit quelques secondes à comprendre comment ce truc se retirait mais une fois compris, il ne lui résista pas bien longtemps. Les seins à l'air, il prit soin de ne pas loucher dessus bien qu'il demeurait curieux. Il sentait les tétons de la demoiselle se durcir contre son torse et collé à elle résonnaient les battements de leurs deux cœurs, en symbiose.

________________


― ALYX & DANSLAV ;

» you tried to poison me & now it's over. you let me fall, how to forget? how to live without you? i no longer breathe, i no longer live without you. you tried to poison me and now it's over.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-pur, pure CarrowMessages : 427Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : Dans l'ombre.
Ҩ Re: Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /!\ Ҩ Mar 2 Fév - 20:57

/!\
Un ange passa. Peut-être avait-elle mal agi ? Qu’il n’avait pas envie d’elle comme elle le pensait. Elle se sentit tout à coup idiote, tandis qu’il entremêlait ses doigts aux siens. Muette, l’anglaise le fixa, indécise. Quelque chose n’allait pas, elle pouvait le lire sur le visage de l’iceberg. Ce qu’elle ne comprenait, c’était quoi. Ca le rendait sans doute nerveux de se trouver dans le QG, il craignait peut-être qu’on ne les surprenne ici. Cette possibilité semblait cohérente, et Alyx tenta de se rassurer un instant. Elle préférait croire en cette excuse, qu’au fait qu’elle pouvait indéniablement mal s’y prendre. Ca serait certainement un peu humiliant si Danslav finissait par lui dire qu’il fallait qu’elle s’y prenne autrement. Cherchant le regard du jeune homme, il finit par briser le silence : « Alyx, je... Je n'ai jamais... » Il n’avait pas besoin de finir sa phrase pour que la concernée comprenne de quoi il parlait. Elle fut surprise, elle crut au début à une blague pour détendre l’atmosphère, mais lorsqu’elle lut la gêne de l’iceberg sur son visage, elle réalisé que c’était la simple vérité. Il est vrai qu’ils avaient rapidement abordés le sujet des ex petit ami, mais l’anglaise ne s’était pas trop attardée là-dessus car ça ne l’intéressait guère. Elle avait toujours pensé que Danslav avait eu quelques conquêtes, étant meneur, toujours très convoité, et irrémédiablement beau garçon, la brunette savait pertinemment que des demoiselles lui avaient certainement tourné autour avant qu’elle ne débarque à Durmstrang. Jamais elle n’aurait pensé qu’il était inexpérimenté en la matière. Cela semblait presque inenvisageable. Et pourtant, elle s’était complètement trompée. Malgré tout, Alyx ne laissa rien paraître, et ne dit pas un mot. A vrai dire, elle n’aurait pas su quoi dire, et elle ne voulait pas le mettre mal à l’aise. Parce qu’en réalité, elle s’en fichait qu’il soit un Casanova ou non, ça ne changeait rien au fait qu’elle avait des sentiments pour lui, et qu’en cet instant, elle avait envie d’aller plus loin. « J'ai toujours voulu attendre la bonne personne pour cela. Car ce n'est pas quelque chose d'anodin pour moi et... Je crois qu'intérieurement, je t'ai toujours attendu, en fait... » L’anglaise laissa un fin sourire apparaître sur ses lèvres. C’était bien la première fois qu’elle entendait ce discours de la part d’un garçon. D’ordinaire, on entendait plus ce genre de chose sortir de la bouche d’une fille, les garçons étaient toujours majoritairement les premiers à vouloir perdre leur virginité.  Comme quoi, elle s’était sans aucun doute trompée. Et puis, de l’entendre dire qu’il l’avait toujours attendu, sonnait merveilleusement bien à ses oreilles, son cœur se mettant doucement à ronronner. Elle se sentit réellement unique. Elle serait la seule pour Danslav, et l’anglaise savait que ce n’était pas rien. Ca comptait pour lui, et par la même occasion, ça comptait pour elle. Il l’aimait, elle n’en doutait pas une seconde, et il l’aimait bien plus que quiconque n’avait pu le faire jusqu’à aujourd’hui. L’iceberg passa une main dans ses cheveux, nerveux. « J'espère que ça ne t’embarrasses pas, excus... » Alyx ne lui laissa pas le temps de terminer sa phrase, qu’elle agrippa son visage entre ses mains, et accrocha ses lèvres aux siennes. Elle n’avait que faire de ses excuses, elle n’en avait pas besoin. Ca aurait été plutôt à elle de s’excuser de lui avoir mis autant la pression ce soir. L’embrassant avec le plus de douceur dont elle était capable, elle voulait lui faire comprendre que rien d’autre n’avait d’importe qu’eux. Ils n’avaient pas besoin d’avoir des années d’expériences dans les parties de jambes en l’air pour pouvoir s’unir ce soir, pour prouver cet amour qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre. L’anglaise n’était pas douée avec les mots, et il lui était plus facile de lui faire comprendre par un baiser et des caresses. Et comme s’il lisait dans ses pensées, elle put sentir Danslav sourire sous ses lèvres. Ce qui provoqua le même effet chez Alyx.

L’iceberg sembla reprendre peu à peu ses esprits, et ils reprirent bien vite là où ils s’en étaient arrêtés, laissant de côté toute cette conversation qui n’avait pas d’importance en cet instant. L’anglaise se promit intérieurement de réfréner ses ardeurs, et de se montrer la plus délicate possible avec le russe. Bien qu’elle fût impatiente, elle voulait lui montrer que pour elle aussi cette nuit marquerait incontestablement sa vie. Danslav glissa ses mains dans son dos, et ses doigts s’agrippèrent à son soutien-gorge. Il tenta de retirer ce dernier, prenant un court instant pour le lui enlever. Une fois libérée du morceau de tissu, il entreprit de la rallonger sur le canapé. Docile, Alyx se laissa tomber en arrière, ses lèvres toujours accrochées aux siennes. Elle ne se lasserait jamais du goût de sa bouche, elle en était certaine. Leurs peaux se rencontrèrent bien vite, s’embrasant. La brunette put rapidement sentir que son organe vital s’emballait autant que celui de l’iceberg. Elle perdait dangereusement toute raison, son torse collé contre sa poitrine. Le désir qui sommeillait en elle, commençait à s’éveiller, irradiant de plus en plus son bas ventre. Son souffle se faisait de plus en plus court, et bientôt les lèvres de Danslav quittèrent les siennes, se posant dans son cou. Paupières closes, la jeune femme le laissa marquer sa peau sous d’innombrables baisers qui descendaient vers sa poitrine qui se gonflait au rythme de sa respiration. Ses  mains avaient quitté son visage, pour s’aventurer sur le dos de l’iceberg. Ce dernier découvrit timidement sa poitrine, ne s’y attardant pas trop longtemps pour autant. A vrai dire, l’anglaise ne savait pas si elle aurait vraiment la patience de faire languir les choses. Collé contre elle, elle pouvait clairement sentir que Danslav avait clairement du mal à cacher sa virilité gonflée dans son caleçon.
Tout à coup, elle le sentit descendre jusqu’à la limite de son jean, la faisant frémir. Il s’appliqua à défaire son pantalon, le faisant glisser le long de ses jambes. Alyx l’aida tant bien que mal, et elle se retrouva rapidement en petite culotte devant son futur amant. Elle fut légèrement gênée, bien que le brun n’avait visiblement pas de quoi comparer, malgré tout, la jeune femme n’avait jamais été très à l’aise avec son corps. Mais ça ne semblait pas déranger l’iceberg, au contraire. Il remonta bien vite jusqu’à ses lèvres, tandis qu’Alyx laissait ses mains descendre jusqu’aux reins de Dansalv. Elle n’avait pas envie d’être la seule à se retrouver avec un seul morceau de tissu lui recouvrant le corps. Glissant ses mains sous son pantalon au niveau de ses fesses, elle passa bien vite ses doigts du côté qui l’intéressait. Elle caressa la bosse durcie qui s’était formée dans le caleçon du jeune homme. Elle ne se montra pas sauvage, se contentant de glisser ses ongles sur le tissu tendu. Le russe grogna légèrement contre ses lèvres. Elle le sentait se contracter au-dessus d’elle, et finit par arrêter ses caresses pour détacher son pantalon. Une fois qu’ils se retrouvèrent au même niveau, l’anglaise laissa ses mains retourner là où elle se trouvait quelques secondes plus tôt. Hésitante, elle finit malgré tout par prendre les devants, et glissa ses doigts sous le caleçon du jeune homme. Il se figea en la sentant s’infiltrer jusqu’à sa virilité durcie, mais Alyx l’embrassa de plus belle, un peu plus furieuse, entrechoquant leurs dents par la même occasion. Elle commença de courts va et vient, caressant son sexe retenu par ce morceau de tissu tendu. Quelques gémissements s’échappaient de la gorge du jeune homme au-dessus d’elle qui ne parvenait plus à l’embrasser avec fougue. Ses lèvres se posèrent à la commissure des siennes, elle pouvait sentir son souffle chaud se terminer sur sa joue. Elle se montrait lente, s’arrêtant même quelques fois, craignant qu’il ne puisse se retenir. Elle voulait qu’il ressente un maximum de plaisir, elle voulait lui faire perdre doucement la tête. Elle voulait qu’il se souvienne de sa première fois, de leur première fois pour le reste de sa vie.
crackle bones

________________
   
darkness growing on me
I'm being punished for all my offenses I want to touch you but I'm afraid of the consequences I want to banish you from whence you came but you're part of me now and I've only got myself to blame.




Dernière édition par L. Alyx Carrow le Jeu 3 Mar - 12:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
king of iced shadows
avatar
king of iced shadows ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : tout le monde pense que les volkovitch sont une famille de sang-pur mais il est en réalité un hybride, à moitié sorcier et à moitié vélane de par sa mère. Messages : 1033Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : dans la salle de réception, avec les siens.
Ҩ Re: Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /!\ Ҩ Jeu 11 Fév - 18:24



Tout semblait parfait, utopique même au vu de la situation actuelle. Longtemps, Danslav avait eu peur de révéler son manque d'expérience à qui que ce soit, il ne pensait d'ailleurs jamais le faire, même au moment venu. Mais il s'agissait d'Alyx et le meneur n'arrivait pas à lui cacher des choses, il voulait être un livre ouvert et que jamais les secrets ne puissent ternir leur relation. De plus, même s'il avait été gêné de lui confier son plus intime secret, il ne le regrettait absolument pas, se rendant compte de la chance qu'il avait d'avoir à ses côtés la plus douce et la plus compréhensive des amoureuse. Elle aurait pu se moquer ou le juger mais elle s'était contentée de l'embrasser sans même chercher à comprendre les raisons qui l'avaient bloqués jusque-là. Et heureusement, d'ailleurs. Se justifier aurait été beaucoup trop humiliant, que pouvait-il dire pour sa défense ? Qu'il était à demi-vélane et que par conséquent il avait attendu la bonne personne parce qu'il savait sans nul doute que la concernée serait à jamais avec lui. Bien sûr, il aurait pu profiter de son don pour séduire les plus jolies femmes du château en se contentant simplement de vivre l'instant présent et se voiler la face ; l'amour est si rare dans ce monde. Mais ce n'était pas lui, les femmes ne l'intéressaient pas et il était trop consciencieux et ambitieux pour se faire divertir par le besoin primaire qu'était le sexe. Pourtant, en cet instant précis, il était bouillonnant de désir, ne pensant plus qu'au moment où leurs deux corps s'uniraient et où pour la première fois il comprendrait ce que c'est que de ne faire qu'un avec l'être aimé. Il rattraperait enfin son retard en la matière et il savait incontestablement que cette nuit changerait absolument tout pour lui. Au lever du jour, il ne serait plus le même Danslav Volkovitch.

Débordant de désir, leurs deux bouches ne cessaient de se rencontrer et semblaient inséparables. Il n'arrivait pas à se détacher d'elle tant il aimait sentit ses lèvres contre les siennes, indéniablement Alyx était la meilleure personne qu'il ait jusque-là embrassé – bien que la liste ne soit pas tellement longue, en fait. Se motivant intérieurement – car il aurait pu rester coller à sa bouche toute la nuit -, la jeune homme descendit sur l'arrête de sa mâchoire pour embrasser chaque parcelle de sa peau, descendant doucement mais sûrement vers le cou. Il l'entendit soupirer et sa virilité n'en fut que plus dure tant ce simple son à ses oreilles résonna comme une promesse de délice. Il voulait encore l'entendre souffler, prêt à y mettre les moyens pour lui donner un plaisir incommensurable. Continuant sa descente, Danslav arriva au niveau de la poitrine et se sentant rougir, il l'évita doucement, plaçant juste quelques baisers à l'orée de ses seins. Il pu les voir mais en s'attarda pas dessus, craignant que sa partenaire ne le remarque et que ça puisse la gêner – il savait avec deux sœurs à quel point les femmes pouvaient être bêtement complexées par tout et n'importe quoi. Plus les secondes passaient et plus c'était une véritable torture pour lui ; il se sentait beaucoup trop à l'étroit dans son pantalon. Lorsqu'il arriva à son ventre, l'hybride commençait déjà à jouer avec le bouton du jean de la demoiselle, sachant bien qu'il n'arriverait à rien si elle restait habillée. Sa peau était tellement délicieuse, légèrement sucrée et avec des arômes propres à elle-même. Avec le temps, il connaissait son odeur par cœur et savait qu'il finirait bien par connaître le goût de son épiderme. Arrivant au moment fatidique où il devait lui retirer son bas, il prit un malin plaisir à faire descendre lentement sa fermeture éclaire pour finalement tirer sur le vêtement. Elle l'aida en relevant les fesses et quand le vêtement fut dans ses mains, il le balança en prenant soin de lui retirer aussi ses chaussettes. Sa respiration s’accéléra ; maintenant qu'elle était à moitié nue devant lui, jamais il n'avait vu pareille beauté. Elle irradiait de magnificence. Et son désir de la faire sienne ne fit que s'accroître à partir de ce moment-là. Il remonta donc jusqu'à ses lèvres, se couchant à nouveau sur elle en posant ses avants-bras juste à côté de son visage, pour ne pas l'écraser. Il n'aurait jamais imaginé qu'il fallait être à ce point musclé pour faire l'amour ; sans nul doute qu'il allait devoir faire quelques exercices supplémentaires pour ne pas vite s’essouffler.

Reprenant possession de ses lèvres, il savait qu'il ne tiendrait pas longtemps tant le désir était perceptible. La demoiselle le serra dans ses bras et laissa très lentement ses mains se perdre dans son dos jusqu'à descendre dans le creux de ses reins. Chaque caresse qu'elle lui infligeait était une douce torture qui ne faisait que resserrer l'étau de son boxer sur son pénis. Merlin qu'elle le délivre vite de cet étau insupportable. Elle passa alors ses mains dans le jean de Danslav et caressa du bout des doigts ses fesses encore recouvert par son slip. Contournant cette zone bombée, elle caressa de manière timide la verge gonflée de sang de Danslav qui ne put s'empêcher de lâcher un râle de plaisir. Une simple caresse et il se sentait perdre pied. Quelques secondes plus tard, elle cessa de le torturer en détachant sa ceinture et en voulant à son tour lui retirer son bas. Il l'aida en secouant les jambes et une fois que son jean se retrouva à ses pieds, il fit quelques mouvements souples pour le balancer par terre, rejoignant les autres vêtements qui gisaient sur le sol. Tous les deux étaient désormais presque nus, restaient le seul vêtement qui les empêchait d'aller plus loin. A nouveau dans la coupe de sa bouche gonflée, Danslav en était venu au point où il rentrait entièrement dans l'inconnu : déshabiller était une chose, embrasser aussi mais le reste... Ca serait entièrement de l'improvisation. Il avait déjà entendu certains de ses camarades parler de sexe, Assen n'avait cessé de le charrier sur son manque d'expérience, connaissant le petit secret de son meneur bien que celui-ci ne l'ait jamais admis. Il avait tenté de lui raconter ses dernières séances sportives et Danslav avait fait comme si ça ne l'intéressait pas, n'écoutant que d'une oreille. Il se souvenait néanmoins que les préliminaires étaient une étape à ne jamais sauter, surtout lors d'une première fois. Alyx sembla lire dans ses pensées car elle décida de faire le premier pas en jouant délicatement avec son boxer pour finalement mettre la main dedans et empoigner son sexe. Il se figea en la sentant effectuer des mouvements de va et vient et elle essaya de le détendre en l'embrassant un peu plus violemment, sûrement happée par un désir violent qui fit claquer leurs dents tant le baiser se montrait beaucoup plus passionnel. Ses gestes lui procurent une sensation nouvelle, un désir ardent qu'il n'arrivait plus à contrôler. Son corps brûlait comme un volcan, il ne tiendrait pas longtemps si elle continuait ainsi à l'exciter. Trop concentré sur le mouvement, il ne pouvait plus l'embraser et gardait son front contre le sien, lâchant des grognements de satisfaction sortir d'entre ses lèvres. C'était délicieusement bon. Beaucoup trop bon.

Il n'allait pas tenir, il finirait par éjaculer si elle ne s'arrêtait pas aussi décida-t-il lui prendre gentiment la main pour la ramener vers le haut de son visage, emprisonnant ses doigts dans les siens. Se retenant par les genoux, il laissa son autre main de libre descendre vers la culotte de la demoiselle ; c'était son tour de lui infliger quelques tentations capiteuses. Un peu gêné et ne sachant pas comment faire, il laissa sa main glisser sous son vêtement et se dirigea vers la fente de son vagin. Il passa par les lèvres protégeant le clitoris et les caressa sans pour autant s'y attarder. Il savait que trouver le point g d'une femme était presque impossible. Pourtant, il essaya, n'ayant rien à perdre : les deux savaient qu'il n'était pas expérimenté et qu'il n'était donc pas un dieu du sexe. Laissant un de ses doigts descendre vers son vagin, son pouce fit pression un peu au hasard sur la partie clitoridienne de la demoiselle. Il effectuait quelques mouvements circulaires, recherchant le point sensible tandis qu'un de ses doigts caressait le bord de son vagin, n'osant cependant pas encore y rentrer. C'était la première fois qu'il touchait une femme aussi intiment et il découvrait bien des choses. La sentant brusquement se cambrer et soupirer, Danslav comprit qu'il était finalement parvenu à trouver le célèbre clitoris. Il le caressa de haut en bas dans un mouvement lent, sans brutalité malgré le désir qu'il avait de la voir autant s'exciter. Elle avait les yeux fermés et il lui déposa un baiser sur le bout du nez mais elle était bien trop concentrée sur son propre plaisir pour s'en rendre compte alors il se plaça dans sa nuque et y déposa de longs baisers un peu langoureux en continuant son manège. Quand il sentit que ses doigts étaient mouillés, il en profita pour finalement mettre son index dans son vagin et effectuer à son tour des mouvements de va et vient. Puis il mit son majeur comme deuxième doigt et se mit à accélérer sur le mouvement ; autant à l'intérieur du vagin que sur le clitoris. Elle lâcha un petit cri et il cru un instant qu'il l'avait blessé alors s'arrêta. Mais elle rouvrit les yeux pour l'embrasser, le poussant à continuer. Il s'exécuta mais fut tellement perturbé par ce dernier incident qu'il n'arriva pas à réellement reprendre le rythme. Il décida donc de passer aux choses sérieuses tant lui aussi n'en pouvait plus. Il avait besoin de la sentir en elle.

Timide, il retira ses doigts et leurs regards se croisèrent. Il lui fit un sourire timide et elle y répondit en se rapprochant de lui et en l'embrassant. Lentement, doucement mais avec une passion débordante ainsi qu'un désir accru. Hésitant, il se baissa vers elle pour lui retirer sa culotte. Elle n'émit aucun signe de désapprobation et il en conclut qu'elle était finalement prête. Il retira à son tour son boxer et sentit le rouge lui monter aux joues en s'exposant ainsi face à elle. C'était la première fois qu'il osait se montrer nu devant quelqu'un et un instant il se demanda si elle n'était pas déçue de ses attributs physiques. Puis il chassa ses vilaines pensées de sa tête en se disant que ça ne servait à rien de douter puisque dans le fond, ça n'avait pas d'importance sur le moment. A nouveau, il se replaça face à elle et ils se regardèrent un moment. Il la sentit écarter les cuisses et tout en se penchant vers elle pour l'embrasser, il la pénétra le plus posément possible avec tout l'amour qu'il ressentait pour elle.

________________


― ALYX & DANSLAV ;

» you tried to poison me & now it's over. you let me fall, how to forget? how to live without you? i no longer breathe, i no longer live without you. you tried to poison me and now it's over.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-pur, pure CarrowMessages : 427Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : Dans l'ombre.
Ҩ Re: Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /!\ Ҩ Mar 16 Fév - 0:23

/!\
Elle n’en pouvait plus d’attendre. Le voir ainsi au-dessus d’elle, son souffle chaud se terminant contre sa peau, l’anglaise en tremblait de désir. Elle n’avait pas cru en avoir autant envie jusqu’à ce moment précis. Cela faisait plusieurs jours qu’elle voulait aller plus loin, mais ils n’avaient jamais eu l’occasion de se retrouver seuls dans le QG. Il était tellement difficile d’avoir un peu d’intimité dans ce château, qu’Alyx pensait ne jamais voir le moment arriver. Certes, elle n’avait pas beaucoup d’expérience en la matière, mais elle avait indéniablement le besoin de se donner à l’iceberg, toute entière, corps et âme. Elle voulait être encore plus proche de lui, ne faire qu’un avec leur corps, sentir sa peau contre la sienne, son cœur cogner férocement dans sa poitrine, se sentir exister entre ses bras. Elle l’aimait, bien plus qu’elle ne s’aimait elle-même, et c’était une première. La brunette s’en fichait éperdument qu’il n’ait connu aucune autre fille qu’elle, au contraire, elle se sentait unique, certaine que personne d’autre ne pourrait prendre sa place.
Alors qu’elle continuait sa douce torture sur le sexe du jeune homme, ce dernier décida de la stopper. Il lia ses doigts aux siens, les ramena plus haut. Il redressa légèrement son visage face au sien, croisant son regard bleuté une fraction de seconde. La jeune femme sentit la main du jeune homme descendre lentement vers son bas ventre. Docile, elle le laissa faire. Ses doigts se glissèrent sous son sous-vêtement, et son ventre se contracta lorsqu’elle les sentit sur son intimité. Il s’aventura de haut en bas, la faisant frémir, son bas ventre s’enflammant au fil des secondes. Malgré son inexpérience en la matière, l’anglaise ne pouvait réfréner des frémissements de plaisir sous ses caresses. Ses doigts cherchaient à lui plaire, à la faire doucement défaillir, la rendant folle d’impatience. Elle voulait qu’il la touche, encore plus, elle crevait d’envie, de désir. Si elle ne se retenait pas, elle aurait pris les devants comme une sauvage. Mais elle savait que plus c’était lent, mieux c’était. Sentant son doigt s’attarder sur sa zone sensible, la jeune femme ferma les yeux, se mordant légèrement la lèvre. Il n’était pas encore parvenu à découvrir son clitoris, mais ça n’était pas pour lui déplaire, ça ne faisait que l’embraser un peu plus. Sa respiration devenait plus courte, l’une de ses mains s’accrochant à la sienne, et l’autre s’agrippant au bord du canapé. Tout à coup, son corps se cambra, un léger gémissement s’extirpant de ses lèvres. Elle se crispa, impatiente, tandis que son amant prenait un malin plaisir à la faire languir. Ses mouvements circulaires et lents sur son clitoris enflammaient son intimité, et ses doigts devaient certainement serrer bien trop fort ceux du jeune homme, mais c’était l’effet voulu. Elle le sentit déposer un baiser sur son nez, mais elle ne le vit pas, maintenant ses paupières fermement closes, ne pensant qu’aux doigts de l’iceberg qui découvraient son sexe brulant. Les lèvres de Danslav trouvèrent la route jusqu’à son cou, qu’il parsema d’innombrables baisers.  La main de l’anglaise qui maintenait le canapé, vint trouver les cheveux du jeune homme, dans lesquelles elle se glissa brutalement. Ses muscles se contractèrent en le sentant pénétrer son intimité. Elle avait du mal à respirer, son cœur s’affolant, son corps se soumettant aux douces tortures qu’il lui prodiguait. Elle ne pensait à rien d’autre, totalement sous le joug du jeune homme. Insérant un deuxième doigt à l’intérieur d’elle, ce dernier accéléra le rythme. L’anglaise se sentait peu à peu partir, en proie à un plaisir puissant qui enveloppait tout son corps. Alors qu’il n’allait pas tarder à l’emmener au point culminant, elle ne put réfréner un cri de plaisir, qui lui fit stopper tous ces mouvements. Frustrée, elle ne comprit pas pourquoi tout venait de s’arrêter. Rouvrant les paupières, elle fronça légèrement les sourcils. Elle l’attira vers ses lèvres, l’embrassant férocement, lui intimant de reprendre son petit manège. Mais il sembla déstabilisé, et l’instant sembla être passé, alors que son désir était légèrement redescendu. Ses doigts reprirent là où ils s’étaient stoppés, mais pas aussi rapidement, et Alyx vit s’enfuir son orgasme à toutes jambes. Elle mordit légèrement sa lèvre inférieure, tandis que l’iceberg retirait ses doigts de son intimité.

Il releva la tête, et leurs regards se croisèrent. Le moment fatidique était arrivé, et les deux protagonistes brulaient littéralement d’impatience. Le bas ventre de l’anglaise semblait être devenu une bête féroce, lésée de ne pas avoir eu ce qu’elle voulait, la martyrisant tant elle se languissait. Danslav lui accorda un timide sourire, auquel la jeune femme répondit par un baiser. Elle ne voulait pas qu’il se sente nerveux, elle voulait le mettre en confiance. Elle l’embrassa avec douceur, y mettant tout l’amour qu’elle éprouvait pour lui depuis ces derniers mois, lui prouvant que rien ne pourrait les séparer, rien ne pourrait détruire cet instant. Détachant ses lèvres des siennes, le jeune homme s’appliqua à lui retirer son dernier sous-vêtement qui semblait tout à fait inutile à présent. Se retrouvant nue devant lui, Alyx se sentit légèrement mal à l’aise, mais en apercevant le regard du jeune homme sur elle, toute sa timidité s’envola, pour ne laisser que l’envie fleurir en elle. Il continua sur sa lancée, et retira son boxer à son tour, affichant sa virilité durcie. L’anglaise n’en pouvait plus d’attendre, elle voulait le sentir en elle, maintenant. Aimantant son regard au sien, un ange passa. Ils allaient se lier l’un à l’autre dans la plus puissante forme d’amour qui puisse exister, et rien ne pourrait jamais briser cela. La brunette écarta légèrement les cuisses, frémissante d’envie. Danslav s’approcha, se callant entre ses jambes, et tout en posant ses lèvres sur les siennes, s’inséra en elle. Ce fut comme une première délivrance, et elle le força à rester immobile un instant, l’embrassant plus férocement, ses doigts agrippant ses cheveux, et caressant son dos. Puis, elle ne put plus résister à l’attente, et ses hanches parlèrent pour elle. Il commença de lents va-et-vient en elle, accélérant son rythme cardiaque, décuplant son plaisir au fil des secondes. Sa main glissa le long de son dos, remontant et descendant le long de sa colonne vertébrale, tandis qu’il accélérait ses mouvements au creux de ses reins. Il quitta sa bouche pour la poser contre sa mâchoire, grognant légèrement. Les lèvres entrouvertes, l’anglaise se cambrait, alanguit sous son amant, désireuse de ressentir le plus de plaisir possible. Elle ne réfléchissait même plus, c’était son corps qui exprimait ses attentes. Des gémissements s’échappaient de sa gorge, alors qu’il s’insérait en elle plus vigoureusement encore, animé par le même désir ardent que le sien. Ses ongles s’enfoncèrent dans sa peau, ses jambes enserrant rudement la taille du russe. Elle voulait qu’il aille plus vite, qu’il l’emmène le plus loin possible sous ses coups de reins féroces. Seules leurs respirations résonnaient dans la salle, coïncidant avec le grincement des pieds du sofa sur le sol de pierre, rythmé par leurs ébats. Son corps brulait, littéralement, elle avait terriblement chaud, une pellicule de sueur recouvrait leur peau. Elle sentait qu’elle partait, que son bas ventre n’allait pas tarder à exploser. Ses hanches répondaient mécaniquement aux siennes, elle se cambrait de plus en plus. Sentant qu’ils n’allaient pas tarder à atteindre le paroxysme, elle le força à accélérer encore un peu plus, sa main sur ses fesses. Le plaisir montait, grimpait à une allure folle, contractant ses muscles. Elle s’offrait complètement à lui, les jambes écartées, l’acceptant au creux de son intimité, son corps tremblant et se cambrant de désir. En quelques coups de reins, l’anglaise sentit son bas-ventre exploser, atteignant l’orgasme tant attendu. Un cri s’échappa de ses lèvres ouvertes, sa tête partant en arrière, laissant le plaisir la submerger. Elle s’agrippa, tremblante, au jeune homme qui continuait ses va-et-vient, et qui ne tarda pas à la suivre. Elle le sentit éjaculer en elle, tandis qu’un râle de plaisir sortit de la bouche de Danslav. Il s’écroula sur elle, haletant, alors qu’elle se remettait encore de ses émotions. Respirant difficilement, l’anglaise caressa les cheveux de l’iceberg, un fin sourire comblé fleurissant sur ses lèvres.
Le jeune homme se trouvait toujours en elle, reprenant doucement ses esprits. Il redressa le visage, et posa ses prunelles brillantes sur elle. Alyx le dévisagea un instant, souriante, elle releva la tête et happa ses lèvres, doucereuse. Elle retrouvait peu à peu un rythme cardiaque modéré, tandis qu’il se retirait de son intimité. Quittant sa bouche, elle recula légèrement, et le fixa, attentive. Elle porta sa main jusqu’à la joue de l’iceberg, qu’elle caressa tendrement, amoureusement. Elle n’avait pas l’habitude de se montrer si douce, mais le moment s’y prêtait, et c’était sa façon à elle de lui dire qu’elle l’aimait. Déposant chastement sa bouche sur la sienne, elle souffla en souriant « Encore. » Sur cet ordre, elle le poussa contre le dossier du canapé, et parvint à se retrouver au-dessus de lui. Elle avait sans doute réussit ce tour de passe-passe, parce que Danslav se remettait encore de ses émotions et qu’il n’avait émis aucune résistance. Dire qu’elle avait été timide à l’idée de se retrouver nue devant lui, à présent, elle ne l’était plus du tout. Elle était tout simplement animée par une seule envie : refaire l’amour. A cheval sur le jeune homme, elle l’embrassa d’abord lentement, puis passant la barrière de ses dents, elle glissa sa langue, joueuse. Ses mains se posèrent sur ses pectoraux, griffant légèrement sa peau, tandis que ses hanches s’agitaient légèrement. Quittant ses lèvres, elle embrassa sa mâchoire, descendant dans son cou. Elle entendit son amant lui faire une remarque qui la fit sourire un peu plus, mais ne l’empêcha pas pour autant de continuer son manège. Les mains du russe se posèrent sur sa taille, l’une s’aventurant au bas de son dos. Mordillant légèrement sa peau, son sexe au-dessus du sien, elle ondula au-dessus de lui, espérant l’exciter à nouveau. Avide, l’anglaise laissait le désir renaître peu à peu en elle, lentement. Elle n’était pas encore rassasiée, et elle voulait encore sentir Danslav en elle.

crackle bones

________________
   
darkness growing on me
I'm being punished for all my offenses I want to touch you but I'm afraid of the consequences I want to banish you from whence you came but you're part of me now and I've only got myself to blame.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
king of iced shadows
avatar
king of iced shadows ☽

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : tout le monde pense que les volkovitch sont une famille de sang-pur mais il est en réalité un hybride, à moitié sorcier et à moitié vélane de par sa mère. Messages : 1033Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : dans la salle de réception, avec les siens.
Ҩ Re: Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /!\ Ҩ Mer 9 Mar - 22:26

Voilà le moment tant attendu, face à elle dans un moment unique où le temps venait de s'arrêter tandis qu'il la contemplait une dernière fois avant de plonger dans l'inconnu. Vingt-deux ans de sa vie à éviter les filles et ne pas perdre son temps dans les complaisances de l'amour qu'il était tombé dans ce piège mortel en croisant son regard, quelques mois auparavant. Il était différent des autres, à trop longtemps éviter cette compagnie pourtant si recherchée par la plupart des humains, elle avait fini par le rattraper. La fatalité avait poussé Alyx sur son chemin et comme un simple mortel, il avait flanché le genoux et baissé la tête devant sa Némésis. Des centaines l'avaient fait avant lui, des centaines le feront après lui. C'était le passage inébranlable de l'adolescent à l'homme, quand bien même s'était-il toujours senti adulte. Pas une fois il ne s'était senti honteux à l'idée de posséder encore son innocence, pour lui ça n'avait jamais été un poids lourd à porter, il s'en était toujours fichu. Mais là, tout de suite, il tremblait presque à cause de son manque d'expérience et était happé par un millier de pensées et d'interrogations qui se tairont quand il finirait par prendre son courage à deux mains. Il le savait mais c'était plus fort que lui, il prenait son temps, poussait l'échéance un peu plus loin même si l'envie lui brûlait sa virilité. Il s'accrochait aux derniers instants de son enfance car après cette nuit, il n'y aurait plus de retour en arrière. Alors, tout en croisant le regard bleuté de sa petite-amie, il se pencha en avant, se plaça correctement entre ses cuisses et la pénétra facilement, glissant à l'intérieur de son vagin comme s'il avait été délicatement beurré. Et il comprenait enfin. Pourquoi le sexe était si important dans la vie d'un couple, pourquoi des guerres pouvaient se créer à cause de cette raison et pourquoi tous les Hommes étaient complètement obnubilés par ça. A peine était-il rentré à l'intérieur qu'il se sentait déjà frémir de plaisir, sentant le vagin de son amante encercler son pénis dans un étau chaud et humide, serrant assez sa verge pour qu'il en tremble de plaisir. C'était presque impossible à décrire et pourtant tellement plaisant à ressentir. Il comprenait désormais. Pendant quelques secondes, ils restèrent immobiles, Alyx l'empêchant de bouger et savourant simplement de le sentir en elle tout comme il se concentrait sur ce qu'il ressentait en cet instant. Il était sans nul doute possédé par une passion dévorante et un amour aux abysses éternel. Enfin, elle l'embrassa violemment et le bassin de la demoiselle se mit à bouger, l'encourageant timidement à la rejoindre dans cet échange.

Maladroit, il commença alors à effectuer des va-et-vient lents, voulant prendre son temps, s'accrochant au visage d'Alyx pour vérifier chacun de ses gestes et ralentissant s'il la voyait froncer les sourcils. C'était ô combien difficile de ne pas se laisser aller et simplement accélérer le mouvement pour éjaculer sauvagement. Il en avait l'envie furieuse, il voulait aller plus vite, il voulait essayer de ressentir les choses différemment. Mais il souhaitait aussi que sa première fois soit aussi un moment de partage et d'amour et pour ça, il restait à l'écoute de sa partenaire. Il voulait donner autant qu'il recevait en cet instant. Danslav se tenait sur ses avants-bras et contractait son ventre ; ce n'était pas la position la plus confortable mais il ne s'y connaissait pas encore assez pour vouloir changer. Et puis, de toute manière, il était bien trop emporté par l'exaltation du moment, se sentant partir à chaque coup de reins qu'il lui donnait. Il ressentait tout pour la première fois ; tant psychiquement que physiquement. Il sentait son cœur s'ouvrir en grand et accueillir un flot ininterrompu de ressentiments mêlant joie et tendresse, il percevait entre deux soupirs les caresses légères qu'elle effectuait dans le creux de son dos tandis qu'il accélérait le mouvement, il l'entendait gémir tandis qu'il se sentait roi dans ce nouveau jeu, cette nouvelle manche qu'il essayait d'analyser sous tous ses traits. Il restait un érudit, un esprit logique même durant le moment le plus important de sa vie. Mais quelque chose avait néanmoins changer car uni à sa promise, Danslav comprenait le sens d'aimer pour la première fois de sa vie à cet instant. Il n'y avait plus de crainte, plus de doute, plus de déni ; elle était celle qu'il avait attendu toute sa vie, celle pour qui il pouvait mourir, celle qu'il aimait plus que sa propre vie, plus que n'importe qui sur cette fichue planète. Il n'y avait qu'elle, reine de son palpitant, il s'offrait à elle en entier, de la tête jusqu'aux pieds. Il n'était plus rien sans elle. Se concentrant sur leur étreinte, il ne put s'empêcher d’accélérer un peu le mouvement en la voyant se cambrer, excité de la voir réagir à chaque coup qu'il lui donnait de voir le plaisir monter sur son visage angélique. Il quitta même ses lèvres pour venir embrasser la courbe de son cou, se sentant presque prêt à partir s'il continuait de l'embrasser tant chaque contact avec elle était une source de délice. C'était absolument impossible à décrire, il n'arrivait qu'à ressentir un plaisir pur, sauvage, sentant que sa virilité n'était pas loin d'aller jusqu'à l'orgasme, la pensée même l'excitait et ne faisait que gonfler davantage sa verve dans cet étroit vagin. C'est alors qu'il sentit Alyx bouger, lâcher un râle de plaisir tandis qu'elle fermait les yeux et serrait sa prise sur ses épaules, se contractant entièrement contre lui. Au comble de l'ébullition, il accéléra encore plus le mouvement, complètement essoufflé mais ne pouvant s'empêcher d'aller plus vite en la voyant avoir autant de plaisir. On n'entendait plus que le bruit de leurs respirations saccadées qui se transformaient en gémissement et les pieds du sofa qui grattaient le parquet à chaque mouvement qu'il effectuait. Il était en train de brûler, tant par la faim gourmande qu'il avait que la fièvre de ce moment. Puis, elle se releva presque, la tête en arrière, se cambrant comme jamais tandis qu'un cri et un soupir long sortirent de ses lèvres et que son visage se lissa entièrement, comme si la Grâce l'avait illuminé de toute sa beauté. Excité, il continua ses mouvements de bassin et éjacula en elle quelques secondes après, ne pouvant plus se retenir tant cette dernière image avait fini de l'achever. Un plaisir sans fin lui lécha l'échine du dos pour se répandre absolument partout dans son corps tandis qu'il lâchait un dernier gémissement de bonheur. Puis, essoufflé et n'en pouvant plus, il se coucha entièrement sur sa bien-aimée, à deux doigts de faire une crise cardiaque.

Le moment avait été magique, jamais il n'aurait pu imaginer à quel point l'amour et le sexe faisaient bon ménage. Il sentit les ongles d'Alyx caresser son crâne et il ferma les yeux un moment, apaisé et ô combien heureux. Couché sur elle, il entendait les battements de son petit cœur et eut un sourire amusé en entendant son rythme s'accélérer à chaque petit mouvement qu'il faisait. Joueur, il posa son menton sur sa poitrine et leurs prunelles accrochèrent ; elle était si belle, bien plus qu'une vélane et que toutes les femmes de cette Terre. Elle était sa perfection, la seule et unique. Il n'y en avait pas d'autres et il n'y aurait plus jamais personne à part elle. Il était lié à elle, lui offrant chacune de ses respirations, sur un plateau d'argent, il lui donnait sa vie, son âme, son cœur, absolument tout qui pouvait lui faire plaisir. La voir heureuse était son vœu le plus cher. Se rapprochant de son visage, il happa ses lèvres et ils s'embrassèrent de manière douce, amoureuse, comme pour terminer ce merveilleux chapitre qu'ils venaient d'écrire à deux. Il ne lui avait jamais dit qu'il l'aimait, pas tellement réservé mais attendant le bon moment, il n'était pas du genre à s'ouvrir aussi facilement mais pour elle, il le ferait, il en était capable. Si elle voulait entendre ses mots, chaque jours de sa vie, il le lui dirait. Pour elle, il ferait n'importe quoi. Puis, dans un mouvement lent, elle lui caressa la joue et il rayonna de plaisir, se sentant simplement en vie quand leurs peaux rentraient en contact. Il transpirait d'amour, de plaisir, de bonheur. S'il avait été un chat, sans nul doute qu'il serait en train de ronronner comme un fou furieux.

Puis, brusquement, elle se releva légèrement, l'obligeant à se reculer pour ne pas l'écraser et elle déposa un baiser rapide sur ses lèvres. Pensant qu'elle voulait se relever pour s'habiller, il s'écarta même un peu d'elle pour lui laisser le champ libre et s'installa en position assise. Pourtant, elle ne se releva pas et se contenta de sourire. « Encore. » murmura-t-elle en le poussant alors sur le dos, l'obligeant à se reculer jusqu'au dossier du canapé. Un peu étonné, il lui offrit un regard surprit tandis qu'elle s'installait sur lui, s'offrant à lui sans aucune honte, ni gêne. Elle était entièrement à l'aise à l'idée de se montrer nue face à lui et cette pensée lui fit gonfler son cœur ; elle se sentait à l'aise à ses côtés. Complètement animée par la passion, Alyx avait déjà en tête de recommencer alors qu'ils avaient à peine terminer. Hilare, il la laissait faire, complètement dépourvu par son tour de passe-passe. Elle était déjà en train de le chauffer, embrassant son cou et remontant jusqu'à ses lèvres où elle força un peu pour caresser sa langue, beaucoup plus sauvagement que lors de leur première fois. Elle semblait animée par l'envie de recommencer, motivée au point de déjà commencer à mouver sur lui en se frottant contre son pénis désormais mou. Descendant à nouveau jusqu'à sa mâchoire, il esquissa un sourire et eut presque envie de rire. « Tu veux me tuer, femme ! » lâcha-t-il avec humour, la laissant pour autant continuer son petit manège. Il la sentit sourire dans ses baisers et secoua la tête, amusé. Il la sentait à nouveau contre lui, bouger le bassin contre sa virilité tandis qu'elle embrassait sa peau humide, encore transpirante et qu'elle le caressait du bout des doigts, griffant presque son torse. Il prit une longue inspiration, sentant qu'il allait devoir prendre son mal en patience ; il allait mourir si elle continuait de le torturer autant. Elle était pourtant douée, savait ce qu'elle faisait et où allait pour le faire craquer. Continuant ses douces tortures, il la sentit descendre tout en embrassant son torse, ses pectoraux, puis ses abdominaux et il se figea quand il la sentit arriver à sa ceinture. Excité par l'idée mais ne voulant pas lui infliger ça, il attrapa ses épaules d'une poigne de fer et la fit remonter jusqu'à lui ; il n'avait pas besoin de préliminaire, juste de ses lèvres contre les siennes. Alors il l'embrassa de manière un peu plus violente qu'avant, se sentant à nouveau partir dans l'abysse du désir. Elle continuait de se frotter contre lui et ça ne faisait que marcher ; à nouveau, il se sentait durcir au fil des secondes, partir un peu plus dans son jeu d'excitation. Elle le rendait fou ! Passant ses mains dans son dos, il effectuait quelques caresses tandis qu'il continuait de l'embrasser, se perdant dans leur étreinte et la danse de leurs deux langues qui se cherchaient et se perdaient. Voulant lui aussi s'amuser avec elle et sentant qu'il avait retrouvé le contrôle de sa verge, il se concentra pour la faire bouger et la fit toquer contre elle, n'arrivant qu'à la faire remonter sous une impulsion particulière. Mais pas plus. Il voulait qu'elle sache qu'il était prêt, gonflé à bloc dans tous les sens du terme pour un round deux. En le sentant s'amuser contre son clitoris, elle se sépara de ses lèvres pour lui offrir un drôle de regard auquel il répondit par un sourire espiègle. Puis, étant à nouveau très excité et ne voulant pas tenir plus longtemps, il la fit un peu reculer et elle comprit en se soulevant délicatement pour qu'il puisse la pénétrer à nouveau.

La vagin s'étant un peu refermé, il y alla doucement, ne voulant pas la blesser en entrant comme un bourrin. Déjà, il savait qu'il ne tiendrait à nouveau pas longtemps, il le pressentait tant la sentir et voir au-dessus était encore plus excitant que lors du premier round. Couché sur lui, elle releva un peu le bassin et il finit par rentrer complètement et tous deux lâchèrent à nouveau un long soupir de bonheur. C'était étrange, la manière dont s'unir ainsi leur faisait un bien fou. Peut-être parce qu'ils ne faisaient qu'un et qu'ils s'emboitaient juste parfaitement bien. Comme s'ils avaient été créé pour que tout coïncide et rentre au millimètre près. Ils avaient été fait pour se rencontrer.

Alyx commença à son tour à faire des mouvements avec son bassin, étant au-dessus de lui. Il se laissa faire, appréciant le délice de simplement savourer et la laisser entièrement faire ; elle était maîtresse de son plaisir, elle avait le contrôle. De couchée, elle se releva doucement sur lui, s'exposant entièrement et il la dévorait du regard tandis que ses mains vinrent doucement enlacer sa taille. Il la sentait bouger contre lui, faire des tours de bassins qui le rendaient complètement fou. Elle se tenait à son torse, le griffant quand il osait donner quelques coups de reins. Même couché, il pouvait aussi s'amuser. Elle accéléra le rythme, le rendait fou. C'était complètement différent de quand il était au-dessus ; parce qu'il n'avait rien à faire et qu'il se laissait guider, c'était davantage excitant. Alors quand elle fit un tour de bassin qui failli le faire céder, il décida de se relever un peu pour la rejoindre et ils continuèrent leurs mouvements en étant désormais assis l'un en face de l'autre. D'une main il la tenait par le dos et de l'autre il se tenait au canapé, ne voulant pas retomber sur le dos. Elle avait encerclé ses fins doigts autour de son cou et il retrouva le goût de ses lèvres dont il ne voulait plus se passer. Tandis qu'elle continuait à mouver sur lui, Danslav était plus à l'aise pour la rejoindre et donner des coups de bassins qui augmentaient son rythme. A peine avait-il commencé depuis deux minutes qu'il la sentit se contracter et qu'elle s'arrêta dans son mouvement, comme brusquement happé par l'orgasme. Elle serra sa prise autour de lui, rentrant ses ongles dans son dos brûlant et il se releva un peu, levant ses fesses pour avoir plus de mobilité et accélérer le mouvement. Elle essaya de continuer ses propres mouvements mais Danslav allait tellement vite qu'elle se stoppa et tête en arrière, lâcha un long soupir de jouissance. Excité de la voir ainsi, il ne put s'empêcher d'éjaculer à son tour, à presque trois secondes de différence, se tenant à elle et la serrant dans ses bras tandis qu'il se sentait partir. Il fit lui donna encore deux coups de bassins, satisfait d'avoir éjaculé à nouveau aussi rapidement. Il ne pensait pas que c'était possible. Puis, complètement essoufflé, il se laissa tomber sur le canapé, emportant Alyx avec lui.

Couchée sur lui, il sentait sa respiration saccadée et tous les deux étaient tout collants de transpirations. La faute à ce fichu feu de cheminée qui ne les aidait pas à les rafraichir durant l'effort. La prenant dans ses bras, il la serrait tout contre elle et il déposa un doux baiser sur le haut de son crâne. Délicatement, il caressait son dos avec ses ongles, regardant le plafond d'un air rêveur, heureux comme jamais. « Je suis content de t'avoir attendu... » fit-il dans une confidence voilée. Jamais il ne s'imaginait partagé cet instant avec une autre qu'elle. C'était leur moment, sa première fois. Elle releva la tête vers lui et il en profita pour sceller leurs lèvres dans un baiser beaucoup plus doux et ô combien amoureux. Puis, avant qu'elle ne puisse lui répondre quoi que ce soit, il se releva, la gardant tout contre lui et se mit debout en la portant. Elle avait eu le réflexe d'enrouler ses jambes autour de son bassin et il la tenait fermement par les fesses pour ne pas qu'elle tombe. C'était à son tour de la surprendre un peu. Alors, tandis qu'elle lui offrait un regard surprit, il esquissa un sourire en prenant la direction de son bureau et murmura un petit « Encore ! » pour l'embrasser par la suite, le sourire aux lèvres.

________________


― ALYX & DANSLAV ;

» you tried to poison me & now it's over. you let me fall, how to forget? how to live without you? i no longer breathe, i no longer live without you. you tried to poison me and now it's over.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /!\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Your lips are like wine and I want to get drunk. ● Alyslav /!\
» your lips are like wine, and i want to get drunk ▽ madison, michael.
» bran ♣ the curves of your lips rewrite history
» Alysse Lucy O'Berry - Your lips are poison in my Veins
» LC / Acer Aspire one

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum