AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-mêléMessages : 394Date d'inscription : 15/10/2015Localisation : Quelque part dans mon esprit ...
Ҩ We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac Ҩ Mer 20 Jan - 23:55


   
 Follow me and I'm escaping you, escape me and I will follow you



   
Athénaïs & Isaac

Il n’y avait presque aucun bruit. Seulement la légèreté de pages qui se tournent dans les mains de jeunes élèves avides de savoir. Par les carreaux, la lumière se découpait en une multitude de rayons. Des étagères imposantes et chargées d’ouvrages de toutes sortes, imbriquées les unes contre les autres rendait toute personne humanoïde à ses côtés aussi petite qu’une fourmi. Une petite et fine couche de poussière se déposait ci et là.

L’atmosphère pourrait paraitre étouffante pour certains. Mais ce n’était pas son cas. C’était loin d’être son cas. Ses doigts se posèrent sur la tranche d’un livre usé. Il resta un instant figé ainsi, se perdant dans ses pensées.

La bibliothèque avait toujours été un endroit apaisant pour Isaac. Depuis petit, il lisait beaucoup. Il ne se souvient pas d’un seul livre présent chez lui qui n’a pas été lu. Ses parents en avaient été désespéré quand, jeune adolescent, il ramenait à chaque vacances une valise pleine de livre, sans compter tous ceux qu’il achetait chez les moldus.

C’était pour lui une forme d’exutoire, surtout avec les premiers problèmes qu’il a rencontré dans son ancien voisinage moldu. Une façon de rester calme, de se changer les idées et de reposer ses nerfs et surtout, de ne pas utiliser sa magie ou simplement ses poings. Il ne comptait plus le nombre de fois où son meilleur ami lui avait mis un livre entre les mains pour s’assurer qu’il ne répondrait pas à la provocation.

Ne pense plus à cela, c’est bien loin maintenant. Ici, personne ne traiteras comme ces ignorants. Ils ne méritent pas d’y penser. Pense plutôt à Gaby. Voilà, pense à Gaby et ses beaux yeux. Il me manque … Pense aux livres alors ! Oui, c’est bien les livre, ça apaise.

Il regarda par la fenêtre un instant, en s’appuyant contre une étagère. Perdu dans sa contemplation, il sursauta en entendant des voix s’approcher du rayonnage où il se trouvait. Plus loin dans la rangée derrière lui, il vit une fille, celle qui venait sans doute de parler mais elle était maintenant seule.

Ce n’était pas n’importe qu’elle fille, loin de là. Isaac la connaissait alors qu’il était nouveau à Durmstrang. Il l’a connaissait par le simple fait qu’ils ont été tous les deux des élèves de Salem. Et puis, qui ne connaissait pas Athénaïs Stone ? La descendante des fondateurs de l’école de Salem ? Alors oui, ils se connaissaient. Tout du moins, de vue car ils étaient loin d’être amis.

Se redressant, le jeune sorcier s’approcha doucement tout en gardant une distance respectable et minimale pour ne pas empiéter dans son espace privé.

« Athénaïs Stone. »

Il regarda la jeune fille se tourner vers lui et il sourit. Apparemment, elle l’avait aussi reconnue. Il la regarda, détailla un peu son visage. Pour lui, elle n’avait pas changée et restait la jeune sorcière qu’il croisait dans les couloirs de l’école.
Isaac était loin de la connaitre plus que comme la fille des fondateurs. Après tout, ils n’étaient pas amis, ils avaient certes partagés certains cours mais cela s’arrêtait là. Pour lui, Athénaïs était comme toute sa famille, hautaine, trop sûre d’elle, arrogante. Oui, certes il pouvait parler, lui aussi était arrogant à ses heures perdues comme maintenant, comme presque chaque jours depuis qu’il avait mis les pieds à Durmstrang. Et au regard brillant qu’il lui lançait, appuyé de moitié contre une étagère et les bras croisés sur son torse à la détailler, il était en ce moment même l’arrogance elle-même.

Mais pour en revenir à la sorcière, il n’aimait pas son caractère. Tout du moins de ce qu’il en voyait car il ne lui est jamais venu à l’esprit de la côtoyer. Rien que de savoir son nom, il ne voulait pas faire partit de sa cour. La famille Stone se pensait au-dessus de tout le monde d’après lui. Ils étaient des sang-purs et le faisaient bien entendre à tout le monde. Isaac a grandi comme un moldu et vit toujours parmi eux, et son père en est un, alors cette parade ne lui donnait guerre d’émotion que la nausée.

« Il me semblait bien t’avoir entrevu dans les couloirs. Impression de déjà vu, n’est-ce pas ? »

Il souriait toujours, provoquant. Il pouvait se le permettre, ici les Stone n’étaient rien de plus qu’eux, même si les sang-pur étaient bien vu. Mais Isaac était aussi fautif car même s’il voyait la famille d’Athénaïs ainsi, il n’avait jamais pris la peine de la connaitre, la croisant dans la salle de réception, à l’autre bout de la salle de cours, assise à une table de la bibliothèque pour étudier, parfois même avec ses amis à rire.

Son visage se radoucit alors qu’il l’écoutait parler. Il se détendit pour assurer une posture plus lâche, ses bras relâchés contre lui. Une invitation à le connaitre. Si son meilleur ami avait été ici, il l’aurait encouragé dans cette voie, sachant qu’il était difficile de briser cette barrière à la première rencontre.

Mais là ce n’était pas une première rencontre. Isaac et Athénaïs étaient des connaissances de Salem. En tout bon élève de Salem, il était normal qu’il vienne lui parler. Après tout, ils étaient tous les deux loin de leurs écoles d’origines, loin de leurs chez eux pour des raisons qui leurs étaient propres. Ce n’était peut-être plus le moment de se tenir éloigné de la sorcière, et peut-être enfin apprendre à la connaitre pour se faire son propre avis sur elle et pas seulement un préjugé pour quelques rencontres de couloirs.

« Il y a au moins une tête connue pour moi dans cette école. »

Le jeune sorcier continuait de sourire. Il savait que le fait de se trouver dans la bibliothèque y était pour quelque chose. Même s’il était nouveau ici, une bibliothèque lui était toujours et partout un terrain connu qui ne le trahirait pas. Cet endroit avait don de l’apaiser. Peut-être que s’il avait décidé d’approcher Athénaïs dans un couloir, justement, cela ne se serait pas passé de la même façon. Il se pourrait même qu’il ne l’ait jamais approché, tout simplement, comme une façon de ne pas déroger à leurs habituelles rencontres furtives et coups d’œil lancés.

« Et donc, que deviens-tu depuis que tu es partie de Salem ? Je ne te demanderais pas comment tu es arrivée là, je me doute que tu n’en parleras pas. »

Il l’écouta poliment, hochant la tête de temps à autre ou en plaçant une petite remarque. Son avis sur la sorcière était loin d’avoir changé mais au moins, avoir une tête connue dans cet océan de découvertes le rassurait, au fond de lui. Il se sentait moins perdu, moins à l’abandon. Bien sûr, il n’était pas près de l’admettre ni à Athénaïs, ni à qui que ce soit, il faudrait pour cela creuser encore plus loin sous sa carapace. Mais celle-ci comportait déjà des fissures face à la jeune fille car ils étaient tous les deux du même endroit et cela donnait un grand soulagement à ses tripes. Peut-être que cela ferait une personne en moins dont il devrait se méfier ?

   

   
Fiche de CaptainBen ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evanae.tumblr.com/
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Son nom devrait être pour vous la réponse à cette question, mais puisque vous y tenez elle est de sang purMessages : 138Date d'inscription : 30/10/2015Localisation : Dans les couloirs du château, puisqu'il n'y a que dans ces derniers qu'elle puisse se trouver, vu que l'extérieur est déconseillé
Ҩ Re: We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac Ҩ Sam 23 Jan - 14:39

+ We encounter not a person by coincidentally +
Depuis quelques temps, la bibliothèque était devenue une sorte de refuge pour toi, car si tu appréciais grandement te rendre au bord du Lac de Brume, ou encore dans le Parc du château, parfois tu ne pouvais pas y aller. En effet lorsqu'il y avait trop de monde part là-bas, cela te faisait fuir, puisque ce que tu désirais lorsque tu t'y rendais c'était d'être seule. Totalement seule. Or tu ne pouvais pas l'être lorsque les élèves se retrouvaient dans le Parc et qu'il n'y avait plus de place vraiment possible pour être seule dans tes pensées. Alors tu avais trouvée en la bibliothèque un second refuge où aller lorsque tu voulais rester dans ta bulle. Certes, il y avait également du monde dans ce lieu et parfois, tu étais bien obligée de parler avec certaines personnes, mais la sérénité du lieu te permettait de rester toujours calme et d'avoir le sentiment d'être malgré tout encore dans ta bulle. Après tout, les élèves qui se trouvaient ici, étaient là pour travailler, aussi ce n'était pas comme si des cris s'élevaient pouvant te déconcentrer. Au contraire, même si certains discutaient, les discussions restaient toujours calmes et détendues, ce qui n'était pas le cas près du Lac de Brume où les gens étaient beaucoup plus excités. Certainement parce qu'ils se trouvaient à l'extérieur et que l'extérieur avait tendance à apporter de l'euphorie dans tous les cœurs. Et encore, tu n'imaginais même pas l'excitation générale lorsque la neige viendrait à recouvrir l'ensemble du paysage, car il fallait bien avouer que dès l'instant où les flocons se mettaient à tomber, nombre de personnes se trouvaient émerveillées et se mettaient à s'amuser dans la poudre blanche. Ce que tu ne pouvais que comprendre, car lorsque tu étais petite, tu étais toujours émerveillée en voyant la neige tomber dans ton jardin privé où tu passais des heures à t'amuser. Mais forcément, lorsque tu étais dans ton jardin dans la demeure familiale des Stone, le bruit était absent, car il n'y avait que toi dans ce dernier. Seule toujours seule…

A croire que malgré la popularité de ton nom de famille, la solitude t'entourait tout de même. Après tout, la plupart des gens étaient particulièrement attirés par tes aînées qui étaient entourées d'une aura populaire, mais toi… Il était rare qu'ils t'approchent lorsque tu étais encore à Salem. Cela avait changé une fois à Durmstrang, car les gens ne s'étaient pas tant intéressés que cela par ton nom de famille, puisqu'en ce lieu, ce n'était pas les américains qui faisaient la loi. Et autant dire que tu en étais particulièrement ravie, car tu savais très bien que dès qu'une personne remarquait ton nom de famille, les amalgames étaient rapidement faits. Tu étais alors vu par cette personne comme une Stone pur et dur, particulièrement hautaine, imbu d'elle-même, et n'appréciant pas particulièrement les nés moldus. Alors qu'au fond, tu étais l'opposé complet de ta famille, mais cela, personne n'arrivait à le voir lorsqu'ils te regardaient de loin, car ton côté solitaire pouvait faire penser à un côté hautain. Mais voilà, tu n'allais pas changer pour que les gens se mettent à te voir autrement. Aussi, si quelqu'un t'approchait et apprenait à te connaître, tu étais toi, le petit cygne noir des Stone, mais si la personne ne cherchait pas à voir plus loin que ton nom et bien, tu n'allais pas chercher à lui montrer le contraire. Après tout, ta tête était tellement prise par ce manque que tu sentais au fond de ton cœur pour se prendre encore plus de complications en voulant détromper les gens sur ton compte. Mais au moins, ici tu n'avais de toute façon pas vraiment besoin de le faire, car étant chez les Flammes, ils t'avaient tous accueillis avec joie et tu n'en étais que d'autant plus fière de posséder leur sceau sur ta cheville.

C'est alors que, tandis que tu te trouvais dans un rayon de la bibliothèque, après qu'une de tes amies Flamme vienne à te dire qu'elle t'abandonnait pour se rendre en cours, une voix te sortie de tes pensées « Athénaïs Stone. » Tournant ton visage vers la personne qui venait de t'interpeller, un sourire se posa sur tes lèvres lorsque tu reconnus l'ancien élève de Salem avec lequel tu as été dans certains cours à l'Institut. « Isaac Wells, si je m'attendais à ça. » En effet, même si tu l'avais croisé quelques fois dans les couloirs depuis le début de l'année, c'était la première fois où vous vous adressiez la parole. « Il me semblait bien t'avoir entrevu dans les couloirs. Impression de déjà vu, n'est-ce pas ? » Bien qu'il ne le disait pas clairement, sa position parlait pour lui. Il était provoquant avec ses bras croisés, adossé à l'étagère, tout en te regardant de manière appuyée, tel un vautour autour de sa proie. Mais pour autant, cela te hérissa pas plus que cela, tu avais tellement de fois eue à faire à des comportements du genre lorsque tu étais encore à Salem. On te regardait alors souvent de manière provocatrice pour voir jusqu'où une Stone pourrait aller et plus encore, parce que la réputation de ta famille te précédait toujours et de ce fait, tu ne pouvais pas montrer aux autres qui tu étais avant. Alors ils te jugeaient très vite, tout comme Isaac te jugeait à cet instant de part les actions de ta famille et cela, tu pouvais le voir dans ses yeux. « C'est étrange de revoir une personne de Salem à Durmstrang, mais je ne peux pas dire que c'est désagréable. Au moins ne suis-je pas trop dépaysé. » Dans ces propos tu étais sincère, car même s'il semblait tendu face à toi, tu étais plutôt ravie de le revoir. Après tout, en posant ton regard sur lui, tu avais l'impression de ne pas t'être coupée tant que ça de ta vie d'avant et que au fond, cette vie là serait toujours au fond de toi.

« Il y a au moins une tête connue pour moi dans cette école. » C'était exactement ce que tu venais de penser, certes tu avais retrouvé d'autres personnes de Salem depuis la rentrée, par exemple Mary Blackwood avec laquelle tu étais très proche à Salem et maintenant encore, mais connaître un visage en plus c'était toujours agréable. Tu esquissas donc un sourire tout en gardant ton regard plongé dans le sien. « Et donc, que deviens-tu depuis que tu es partie de Salem ? Je ne te demanderais pas comment tu es arrivée là, je me doute que tu n'en parleras pas. » Sa dernière remarque sur le fait qu'il était persuadé que tu ne parlerais pas de la raison de ta présence ici, te surpris quelque peu, cela semblait quelque peu arrogant de sa part d'être certain de ça alors qu'il ne te connaissait pas. Mais au fond…Il avait plutôt raison dans le sens où jamais tu n'avais dit la vérité sur ta présence ici, car pour tout dire, tes parents désiraient que tu trouves l'Ox pour eux, ce que tu ne comptais pas dévoiler. Et plus encore… Ils t'avaient envoyé ici à cause de ton don qui leur faisait une sorte de tare dans leur lignée, ce que là aussi tu ne comptais pas partager, car depuis qu'ils t'avaient en quelque sorte rejeté à cause de ton don de Fourchelang, tu avais décidé de ne pas en parler, sauf en cas d'extrême nécessité. Puisque tu craignais que quelqu'un d'autre réagisse comme eux et que cette personne vienne à te rejeter. Or le rejet, tu ne pourrais une nouvelle fois le supporter. « Et bien, j’ai décidé de prendre spécialisation Créatures Magiques, car cette matière m’a toujours passionné, et que l’on m’a dit qu’ici les cours étaient vraiment intéressant pour cette matière. Et puis sinon, j’ai rejoint les Flammes, moi qui pensait que les clans ne m’intéresseraient pas, voilà que maintenant je suis ravie de mon choix. » Après une petite pause tu ajoutas. « Et toi ? Durmstrang te plait ? J’imagine que pour toi aussi ça doit vraiment changer de Salem. Mais parfois, je trouve que le changement à du bon. »

________________
Right so believe me then
You think I had a choice ? Some of us have to make mistakes ! Some of us have to get our hands a little bloody sometimes !  How do you want me to fix this ? Tell me what you want me to do ! ▽ Aksanaïs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-mêléMessages : 394Date d'inscription : 15/10/2015Localisation : Quelque part dans mon esprit ...
Ҩ Re: We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac Ҩ Lun 1 Fév - 23:19


 
 I’m disabled words, I don’t know saying what I really think, and I don’t know what to say.


Athénaïs & Isaac

« Et bien, j’ai décidé de prendre spécialisation Créatures Magiques, car cette matière m’a toujours passionné, et que l’on m’a dit qu’ici les cours étaient vraiment intéressant pour cette matière. Et puis sinon, j’ai rejoint les Flammes, moi qui pensait que les clans ne m’intéresseraient pas, voilà que maintenant je suis ravie de mon choix. »

Isaac la regarda faire une pause. D'après lui, c'était la plus longue phrase qu'elle lui avait adressée depuis plusieurs années. En même temps, dans un sens il pouvait dire, il n'avait pas fait mieux non plus. Il allait partir dans ses pensées, s'éloignant de la situation présente pour être ramené à la réalité par la jeune sorcière.
Athénaïs voulait semble-t-il lui rendre la donne, en s’intéressant un minimum à lui et posant quelques questions, dans cette conversation assez maladroite quoique bien menée sans aucun mot fébrile et bégaiement.

« Et toi ? Durmstrang te plaît ? J’imagine que pour toi aussi ça doit vraiment changer de Salem. Mais parfois, je trouve que le changement a du bon. »

Comme il se doutait et donc sans surprise, la jeune sorcière avait éludée sa réponse en résumant par une phrase ce qu’elle venait faire ici. Pas que le détail avait une quelconque importance pour Isaac mais il voyait la retenue cachée par des mots. La barrière créée entre eux à Salem était loin d’être détruite.
Au mieux, leur relation consisterait non plus à de l’indifférence mais à une politesse amicale. Peut-être plus que quelques mots échangés sur le beaux temps ou les cours. C'était quelque chose qui était dans ses cordes. Pour commencer. Après tout, il pouvait tout de même se faire des amis, cela ne lui était pas interdit. D'autant plus qu'ils avaient un point commun plutôt important, ils venaient de la même école, du même pays.

«   Disons que je ne peux que m’y faire.   »

Et c’était vrai. Il ne regrettait pas d’être entré à Durmstrang, loin de là. Il avait dit à ses parents qu’il continuerait dans cette école après avoir appris le système des années supplémentaires. Il aurait aussi bien pu retourner à Salem ou tout simplement arrêter les études mais il aurait été encore plus loin de sa famille et cela, il ne l’aurait pas supporté. Alors il avait préféré sacrifier son amitié avec son moldu qui l'avait forcé à partir à force de cris et gestes avec pour excuse que sa famille aurait plus besoin de lui et que ce n'était pas quelques années de plus dans une école de sorcier qui aurait raison de leur lien. Mauvais souvenirs.

«   L’école est pas trop mal, j’ai pris spécialisation en Métamorphose, les professeurs plutôt bons, une bibliothèque et un parc. C’est suffisant. Pour le reste, ce n’est que détails que je saurais supporter.   »

Donc, pour bien paraître et par promesse, Isaac avait choisi cette école et continué d'étudier pour s'occuper. Et puis, Durrmstrang n'était pas si mal, et il le pensait vraiment. Malgré le fait que les sang-mêlé ne soient pas tolérés et acceptés par tous. Il ne le criait certainement pas sur les toits, de toute façon son statut sanguin ne regardait que lui.

«   Et il est vrai que changer de paysage ne peut que nous faire apprécier le retour à nos origines par la suite.   »

Ça, il le pensait vraiment. Il avait un peu le mal du pays, tout du moins, lorsqu'il se laissait partir dans ses pensées et ses souvenirs. Il aimait bien la Bulgarie, tout du moins, ce qu'il en voyait depuis l'école mais ce n'était pas l'Amérique. Et d'après certains, il faut partir de chez soi pour mieux y revenir. Ce qu'il ferait très certainement à l'obtention de son diplôme, avec ou sans sa famille, quoiqu'il se passe.

«   Tu es donc une Flamme.  »

Petite reprise de la discussion et changement de sujet. Elle n'était pas la seule à savoir éluder. Pas que le sujet l'intéressait vraiment mais ils communiquaient alors autant continuer et ne pas l'envoyer sur les roses. Il la regarda dans les yeux, se perdant un instant dedans avant de les fermer quelques secondes pour les rouvrir et les poser sur la jeune fille.

«  A première vue, je t’aurais plutôt dite chez les Ombres ou les Icebergs.  »

Il se mordit la langue. Concrètement et réellement, il n'avait pas voulut dire ça. Tout du moins, pas comme ça. Il aurait pu le dire plus gentiment ou par d'autres mots. Il sentit un air de tension passer, venant autant de lui que d'elle. Il ouvrit la bouche plusieurs fois et la referma tout autant de fois sans laisser un mot passer ses lèvres.

«  Mais peut-être que ton clan actuel te conviens mieux. Je ne vais pas non plus faire un débat, je ne te connais pas.   »

Ce n'était pas des excuses. Il était nul pour ça. Il ne savait pas s'excuser. Puis après tout, quelques paroles offensantes n'étaient pas mortelles. Dérangeantes certes mais … Mais qu'est-ce qu'il racontait. Bien sûr que ce n'était pas poli, lui qui voulait trouver une entente cordiale avec la jeune sorcière, il la critiquait. Et le pire, au fond de lui, il ne le pensait pas, c'était un simple réflexe de Salem, de répondre à des provocations lancées par les populaires. Et Athénaïs n'y était pour rien car en l'instant, elle n'avait rien fait, elle parlait simplement avec lui et lui … Venait tout gâcher. Encore, comme toujours. A force, il en avait l'habitude, ce n'était pas souvent lui qui faisait le premier pas pour cette raison. Il n'était pas doué avec les gens et ne s'ouvrait pas facilement à tout le monde.

«  Ce ...  »

Isaac se redressa et s’éloigna vers la fenêtre. Il avait laissé traîner quelques livres sur la tablette à côté et les prit afin de les ranger dans le rayonnage où ils étaient tous les deux. Une façon pour lui de dire qu’il avait fini de parler mais qu’il ne voulait pas que la conversation s’arrête, qu’il attendais juste un mot ou une phrase pour relancer un sujet sur lequel échanger.
Du coin de l’œil, il regardait Athénaïs, celle-ci, toujours au même endroit semblait regarder ailleurs alors il ne la dérangea pas plus et continua de remettre les livres à leurs places. Laissant ses pensées s’égarer un peu, il fit maladroitement tomber les derniers ouvrages de ses mains. En se penchant pour les ramasser, il sentit un regard sur lui et vit un sourire et une main l’aider.

«   Pardon. Je ne le pensais pas. J'ai juste … Laissé sortir des mots qui n'auraient pas dû être. Tu ne mérite pas ce jugement. Et j'aimerais apprendre à te connaître. Vraiment. Parce que je pense que l'on a plus qu'une relation scolaire en commun. En réfléchissant, je pense que l'on peut peut-être … devenir … Ami ?  »

Le sorcier hésita sur les derniers mots. Après tout, rien en Athénaïs ne transcendait son envie d'avoir une amitié avec lui, un garçon maladroit avec ses mots, Maladroit de la Communication, comme il était parfois surnommé par ses amis de Salem, lorsqu'il faisait une bourde, qu'il bafouillait ou mélangeait ses mots avec ses pensées.
Il se mordit doucement la langue en attendant sa réponse. C'était tout l'un ou tout l'autre. Ou elle accepterait de passer outre et discuterait avec lui, ou elle le rembarrait de façon piquante et tournerait les talons sans tarder. Et au fond de son âme, si la jeune fille choisissait la deuxième option, Isaac serait déçu. Déçu de voir quelqu'un vers qui il tentait de faire des efforts pour parler et s'ouvrir lui tourner le dos. Déçu de lui-même de voir qu'il n'arriverait jamais à 'ouvrir comme il l'avait fait avec sa petite bande avant. Et déçu de voir que chaque fois qu'il ferait le premier pas, il se ferait rejeter.
Finalement, peut-être que la solitude pouvait être sa seule grande amie en ce moment. Ça ne le dérangerait pas plus que cela à vrai dire.


 

 
Fiche de CaptainBen ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evanae.tumblr.com/
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Son nom devrait être pour vous la réponse à cette question, mais puisque vous y tenez elle est de sang purMessages : 138Date d'inscription : 30/10/2015Localisation : Dans les couloirs du château, puisqu'il n'y a que dans ces derniers qu'elle puisse se trouver, vu que l'extérieur est déconseillé
Ҩ Re: We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac Ҩ Ven 5 Fév - 10:30

+ We encounter not a person by coincidentally +
« Disons que je ne peux que m’y faire. L’école est pas trop mal, j’ai pris spécialisation en Métamorphose, les professeurs plutôt bons, une bibliothèque et un parc. C’est suffisant. Pour le reste, ce n’est que détails que je saurais supporter. » Ainsi, à ta différence semblait-il regretter sa vie d'avant, ou tout du moins l'Amérique. En même temps, c'était peu étonnant dans le sens où la Bulgarie était en quelque sorte le net opposé de l'Amérique. Déjà la culture était différente, la langue, et même, lorsqu'on regarde du côté du monde des sorciers c'était quelque peu opposé. Après tout, ce n'est pas à Salem que les professeurs auraient imaginés mettre en place un cours de Magie Noire, car même si ils faisaient étudier à tous leurs élèves les différents types de magie, autrement dit Magie Blanche, Magie Verte et Magie Rouge, jamais ô grand jamais ne placeraient-ils la Magie Noire au programme. Ce serait alors partir dans une direction radicalement opposée de ce que le Conseil recherchait et ça assombrirait la réputation de l'Institut, ce que bien évidemment, les quatre familles originelles ne désiraient pas. Et tes parents en faisaient partis. Et pourtant, même s'ils n'avaient de cesse de tenir de bien beau discours sur la nécessité d'éradiquer la magie noire des sorciers, car cela ne pouvait que nuire autrui, il n'en demeurait pas moins qu'ils t'avaient envoyés à Durmstrang pour que tu ne les nuisent pas avec ton don de Fourchelang sans prendre le temps de prendre un peu de recul. Et de plus, ils voulaient de toi que tu trouves l'Ox pour eux, or si le pouvoir n'est pas forcément synonyme de magie noire, il te semblait pourtant qu'à tes yeux, mieux valait laisser l'immense pouvoir de l'Ox aux oubliettes, car il ne pourrait apporter que le malheur chez autrui. Or n'était-ce pas cela justement que ta famille ne désirait pas ? Le malheur d'autrui ? Bien sûr que oui et autant dire que leurs discours étaient toujours quelque peu contradictoire ce qui faisait que tu étais tout particulièrement ravie de ne plus être dans leur ligne de mire à Salem. Tu n'en pouvais tout simplement plus de toutes leurs contradictions et de leurs beaux discours alors que derrière cela, il n'y avait que du vent…

« Et il est vrai que changer de paysage ne peut que nous faire apprécier le retour à nos origines par la suite. » Croisant son regard, tu finis par baisser les yeux vers le sol et murmuras. « Pas pour moi. » Car à dire vrai, tu ne comptais pas retourner en Amérique et encore moins à Salem. C'était une page de ta vie que tu avais tournée et étrangement, tu ne comptais pas revenir dessus. Après tout, que t'attendait-il à Salem ? L'ombre de tes aînées encore et encore ? Leurs moqueries ? L'indifférence de tes parents ? Leur incompréhension face à ton don ? Non… Tu ne pouvais pas y retourner, ce n'était pas une vie pour toi. Aussi n'arrêtais-tu pas de te dire qu'une fois tes études terminées tu te mettrais à voyager dans le monde entier. Tu voulais voir autre chose que toujours les quatre mêmes murs autour de toi. Tu voulais te sentir libre et plus que tout, te sentir vivante, rien qu'une fois. Car même si tu trompais beaucoup de personnes, tu ne te trompais pas toi. Tu avais été peu de fois vraiment heureuse dans ta vie et même ces souvenirs, tes parents t'en avaient privé lorsqu'ils t'avaient retiré le souvenir de Liam. Mais cela bien évidemment, tu l'ignorais… Alors tu t'étais mise à croire que la seule chose qui pourrait te rendre vraiment heureuse serait de te libérer une bonne fois pour toute de tes chaînes, mais cela… Ça ne pouvait se faire qu'étapes par étapes et tout d'abord, tu allais devoir te libérer totalement de tes parents. Car oui, même si ils étaient des étrangers à tes yeux, il y avait toujours ce petit quelque chose en toi qui espérait qu'un jour ils te reconnaissent enfin comme tu le mérites, mais ce jour ne semblait pas prêt d'arriver et tu te mettais quelque peu à croire qu'il n'arriverait jamais. Aussi, voyager te ferait le plus grand bien, c'était certain. « Tu es donc une Flamme. »

« A première vue, je t'aurais plutôt dite chez les Ombres ou les Icebergs. » Tandis que tu replongeais ton regard dans celui de Isaac, ton sourcil se arqua de surprise. Il avait vraiment dit cela ? Encore, les Icebergs, certainement qu'il y avait une place parmi eux pour toi, surtout que leur meneur avait cherché à te faire rejoindre son clan, mais la sœur de ce dernier, Raven, t'avait fait prendre conscience du fait qu'il ne fallait pas que tu fasses la même erreur qu'elle et que, les Flammes étaient certainement le clan qui te correspondait le plus même si tu ne le voyais pas encore totalement. Aussi avais-tu rejoins les Flammes et tu avais été ravie de voir que tu n'étais pas la seule de Salem parmi eux. D'autant plus que les deux meneuses étaient vraiment chères à ton cœur et de ce fait, tu t'étais sentie directement à ta place avec le sceau des Flammes sur ton corps. Aussi, d'une certain manière, le fait qu'il ait parlé des Icebergs ne te choquait pas, non… Ce qui te choquait le plus c'était le fait qu'il t'aurait plus vu chez les Ombres. Toi qui faisais toujours tout pour te tenir aussi loin possible de la magie noire qu'il est permis. Toi qui t'étais juré que jamais tu ne sombrerais dans la noirceur comme ta famille te l'avait si souvent dit, car oui, pour eux ce n'était qu'une question de temps pour que tu deviennes un monstre assoiffé de pouvoir, de sang et de magie noire. Toi qui t'éloignais de ce clan autant que possible, car tu craignais que ton don ne t'attire en leur sein et que tu viennes à sombre. Oui… Toi qui te voyais partout sauf chez les Ombres, voilà qu'il te disait qu'il t'aurait plus vu là-bas. Autant dire que, les yeux écarquillés, tu l'observais, attendant qu'il se rétracte, car cela ne pouvait être vrai. « Mais peut-être que ton clan actuel te conviens mieux. Je ne vais pas non plus faire un débat, je ne te connais pas. »

« Ce ... » Mais il ne poursuivi pas sa phrase et tu ne le poussas pas non plus à poursuivre d’ailleurs, préférant t’adosser à la bibliothèque tout en fixant les livres face à toi. Tu cherchais à comprendre ce qui avait bien pu lui faire croire que tu aurais dû être une Ombre. Tu cherchais, tu cherchais, mais tu ne trouvais pas, car dans ton esprit, il n’y avait aucune raison pour que ça lui soit venu à l’esprit. A si… peut-être le côté hautain des Ombres et le fait que toute ta famille était hautaine. Après tout, les amalgames sont si rapidement faits… Tu restas donc silencieuse, immobile, telle le serpent qui attend sa proie. Et tu attendais, non pas ta proie, mais la force de lui pardonner d’avoir dit cela. Après tout, il ne pouvait pas s’être attendu à ce que ça jette un tel froid. C’est alors que soudainement, tu entendis des livres tomber et sans te poser la moindre question, tu t’abaissas et tu te mis à ramasser les livres avec Isaac. Dès que tu croisas son regard, un léger sourire se posa sur tes lèvres. Car au fond… Tu ne lui en voulais pas plus que ça. . « Pardon. Je ne le pensais pas. J'ai juste … Laissé sortir des mots qui n'auraient pas dû être. Tu ne mérites pas ce jugement. Et j'aimerais apprendre à te connaître. Vraiment. Parce que je pense que l'on a plus qu'une relation scolaire en commun. En réfléchissant, je pense que l'on peut peut-être … devenir … Ami ?  » Ton sourire s’élargi de plus belle, tandis que tu te levais pour poser les livres sur l’étagère. Une fois chose faite, tu te tournas vers Isaac et tu viens à dire. « Ça arrive à tout le monde de parler plus vite que l'on ne pense et moi la première à dire vrai, donc il n'y a pas besoin de t'excuser tu sais. Et puis, je ne vais pas m'énerver contre toutes les personnes qui me voient plus aller chez les Ombres, sinon je serais certainement en froid avec ma famille depuis belle lurette. » A dire vrai, tu étais en froid avec ta famille. Enfin non, pas vrai, c'était plutôt qu'il y avait une telle absence de  communication dans ta famille que il ne pouvait y avoir ni froid ni chaleur entre vous. Tu tendis alors ta main vers lui en ajoutant. « Amis ? » Puis après quelques secondes. « C'est moi qui devrait m'excuser tu sais, si ça se trouve sans faire exprès je t'ai poussé à avoir des a prioris sur moi qui ne sont pas forcément fondés, car je t'assure les Flammes me correspondent très bien à l'heure actuelle. Et d'ailleurs, tu as rejoint un clan toi ? »

________________
Right so believe me then
You think I had a choice ? Some of us have to make mistakes ! Some of us have to get our hands a little bloody sometimes !  How do you want me to fix this ? Tell me what you want me to do ! ▽ Aksanaïs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-mêléMessages : 394Date d'inscription : 15/10/2015Localisation : Quelque part dans mon esprit ...
Ҩ Re: We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac Ҩ Sam 6 Fév - 23:20


 
 I can't express myself. I need help. I'm willing to beg you for you help me.



 
Athénaïs & Isaac

Isaac se mordait presque les doigts d'attendre la réponse d'Athénaïs. Il n'était clairement pas à l'aise et sa tentative de fugue entre les livres fut coupée au court par sa maladresse puisque la sorcière était restée. Il l'a regarda poser les livres doucement, ses yeux ne quittant pas ses mains de peur de lire et de voir ce qu'il pourrait trouver dans son regard.
Lorsqu'elle se tourna vers lui, il sentit sa respiration se couper sans le vouloir. Il réalisa que faire face à la jeune fille le mettait dans un état de panique intérieure comme il n'avait pas été depuis longtemps.

« Ça arrive à tout le monde de parler plus vite que l'on ne pense et moi la première à dire vrai, donc il n'y a pas besoin de t'excuser tu sais. Et puis, je ne vais pas m'énerver contre toutes les personnes qui me voient plus aller chez les Ombres, sinon je serais certainement en froid avec ma famille depuis belle lurette. »

Il ouvrit grand les yeux quand elle révéla cette information. Il pâlit aussi, un peu, en comprenant ce que cela voulait dire, que sa famille semblait en conflit avec elle. La jeune sorcière ne semblait pas plus marquée que cela par les mots qui étaient sortit de sa bouche, comme si elle les disait couramment, comme si c'était … Son quotidien.
En ayant cette pensée, Isaac comprit que c'était sûrement le cas. Il regretta encore plus ses paroles alors que la jeune sorcière devait essuyer cette remarque couramment.  Mais ses mots donnaient un espoir au jeune sorcier et son cœur s'emballa, en voyant sa réaction.

« Amis ? »

Isaac regarda la main tendue devant lui pendant une poignée de seconde, diverses émotions et pensées traversant sa tête, des images de son passé à Salem, de sa rencontre avec Gabriel mais aussi ses quelques amis à l'école, des rires, mais aussi des cris et des réconciliations.
Relevant ses yeux sur Athénaïs, il se mordit la lèvre, levant sa main sans quitter ses yeux. Le contact de leurs peaux le ramena à la réalité et remarqua que contrairement à son a priori sur la sorcière, sa peau n'était pas aussi froide que son attitude qu'il lui donnait. Au contraire, elle était douce et tiède. L'un de ses premiers et rares contacts humains depuis son arrivée à Durmstrang, il en avait presque oublié ce que c'était que de toucher une autre personne.

« Amis. »

Il avait à peine chuchoté ce mot mais il savait qu'elle l'avait entendu puisque la sorcière souriait toujours et ajouta rapidement, après ses quelques secondes de flottements qui avaient parut durer des heures.

« C'est moi qui devrait m'excuser tu sais, si ça se trouve sans faire exprès je t'ai poussé à avoir des a priori sur moi qui ne sont pas forcément fondés, car je t'assure les Flammes me correspondent très bien à l'heure actuelle. »

Isaac voulut ajouter un commentaire en ouvrant la bouche comme quoi elle n'avait pas à justifier son comportement à lui, mais elle ne le laissa pas l'interrompre. Il l'a referma donc et croisa ses bras.

« Et d'ailleurs, tu as rejoint un clan toi ? »

Il sourit franchement. L'atmosphère entre eux était devenue plus légère et rafraîchissante. Les veines sous la peau de Isaac pulsaient doucement, relâchant toute la tension qu'il avait doucement accumulée depuis le début de la discussion.
Décroisant les bras, il se décala de l'étagère contre laquelle il s'était de nouveau appuyé et fit un pas en avant pour avoir de la place pour bouger et ne pas se cogner. Il remonta son gilet qui n'était pas passé dans son pantalon, ouvrant les derniers boutons de sa chemise, il releva le tissu pour dégager l'accès à son aine gauche.

« Je suppose que ça répond à ta question ? »

Regardant sa marque, il releva un peu la tête pour regarder Athénaïs. Il sourit alors que ses doigts retenaient ses vêtements pour montrer le tatouage indiquant son appartenance à son clan. Il vit le regard de la jeune sorcière sur ce bout de peau et il rit doucement. Il ne savait pas ce qu'elle en pensait concrètement.

« J'ai rejoins les Éclairs à mon arrivée ici. »

Isaac remit ses vêtements en place pour la ramener à la réalité. Il rit doucement de nouveau alors que son regard remontait vers son visage. S’appuyant de nouveau contre la bibliothèque, il posa ses mains sur les bords des étagères à hauteur de ses hanches pour se maintenir mais aussi garder une expression ouverte à la discussion puisqu'ils étaient amis.
Il devait s'habituer à ce mot et il entendait déjà les sauts de joie de Gaby et des autres en sachant qu'il s'était ainsi ouvert à quelqu'un.

« C'était un choix instinctif. Je n'ai pas vraiment réfléchis quand on m'a demandé de choisir, pour moi c'était naturel. Je suis très lié aux éclairs et aux orages de façon générale. Et puis, j'ai ce caractère électrique depuis mon enfance. Contre toute attente, j'ai beaucoup de points qui correspondent aux caractéristiques de ce clan. »

Il sourit doucement et tourna son visage vers la fenêtre pour regarder un instant dehors avant de redonner toute son attention à Athénaïs. Ce serait peut-être plus facile que prévue entre eux. Il sentait au fond de lui qu'il n'avait pas besoin d'ériger toutes ses barrières, que certaines pouvaient être abaissées en sa présence et puis, il lui semblait facile de parler avec elle finalement.
Il était encore loin de lui parler entièrement de lui-même mais il pouvait faire un petit pas pour enclencher la machine puisqu'elle n'avait pas l'air contre. Toutefois, il hésita longuement sur le sujet à lancer. Il était exclus de parler famille d'après ses précédentes paroles, ensuite, le pourquoi de leur scolarisation à Durmstrang était à éviter également, en général c'était lié à la famille.

« Je ne sais pas quoi vraiment dire d'autre là-dessus. Je … Ne suis pas doué pour communiquer. Gab' me le faisait souvent remarquer et m'engueulait régulièrement lorsque je lui racontais mes déboires en discussions. »

C'était clair et net. Il n'allait pas le cacher et puis il lui avait déjà fait comprendre. Autant le dire clairement. Puis le jeune sorcier remarqua sa bourde. Monumentale. Aussi grosse que le Golden Gate Bridge à San Francisco. Dans la liste des choses à ne pas faire et dire à Durmstrang, en numéro un et surligné en couleurs néons, c'était : Ne jamais parler de Gabriel, en aucun cas pour éviter toutes questions gênantes à son propos. Pour la simple et bonne raison que son ami était moldu, et qu'à Durmstrang, tout ce qui était en rapport avec eux n'était pas spécialement bien vu. Déjà qu'être un sang-mêlé pouvait porter à conflit alors autant ne pas en ajouter une couche. Surtout que depuis l'incident, il s'était promis de protéger son ami de tout et surtout du monde sorcier.

« Je … Hum. Peut-être devrions-nous apprendre à nous connaître. Si l'on veut partir sur de bonnes bases d'amitié. »

Il devait changer de sujet et vite. Pourtant son cerveau chauffait et tournait sans trouver de base de départ sur d'autres questions. Il fronça les sourcils, mordit durement sa lèvre inférieur avant de regarder de nouveau Athénaïs. Elle semblait à la fois tellement ailleurs mais aussi le sonder entièrement. Pourtant cela ne le dérangeait pas, comme lorsqu'il avait serré sa main plus tôt.

« Peut-être préfères-tu choisir un sujet de discussion ? Peut-être as-tu une question à me poser ? Ou même plusieurs ? Sur ce que tu veux. En général je ne cache pas grand-chose. Si on me demande, je réponds honnêtement, je ne suis pas fan des mensonges. Tu peux me demander pour ma famille, d'où je viens ou même par rapport à mes amis de Salem, nous avons obligatoirement des connaissances en commun. Par contre, si tu pouvais éviter le sujet des études, cela m'arrangerait, je n'ai jamais trouvé ça comme un sujet engageant pour apprendre à connaître une tierce personne. »

Voyant qu'il n'y avait pas de réaction de son homologue, il préféra se taire, se disant qu'il parlait trop. La nervosité le gagnait de nouveau, espérant qu'il ait réussit à noyer l'existence de son moldu sous son micro-monologue. Et chanceux comme il devait l'être, ça devait se sentir à trente kilomètre à la ronde. Pourtant il se reprit avec un sourire.

« Je laisse l'honneur aux femmes de commencer ? Tu es sûrement plus douée que moi pour lancer une discussion. »

Il reprit son assurance en se faisant passer pour un gentleman. Ce n'était pas parce qu'il n'était pas du même côté de la ligne qu'il n'en était pas un. Il aimait bien se montrer courtois avec certaines personnes, en général c'était son moldu mais aussi sa petite sœur qui adorait le voir faire. Et peut-être un(e) ami(e) ou deux.
C'était une légère manipulation par les mots. Facile d'utilisation et qui marchait toujours du premier coup. Et puis, ne lui avait-il pas dit qu'il partageait des caractéristiques de son clan ? Les Éclairs n'étaient-ils pas en partit des apprentis ou experts manipulateurs ?
Il fallait juste savoir doser pour ne pas se faire avoir.


 

 
Fiche de CaptainBen ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evanae.tumblr.com/
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Son nom devrait être pour vous la réponse à cette question, mais puisque vous y tenez elle est de sang purMessages : 138Date d'inscription : 30/10/2015Localisation : Dans les couloirs du château, puisqu'il n'y a que dans ces derniers qu'elle puisse se trouver, vu que l'extérieur est déconseillé
Ҩ Re: We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac Ҩ Ven 19 Fév - 13:11

+ We encounter not a person by coincidentally +
« Je suppose que ça répond à ta question ? » En effet, Isaac venait tout juste de remonter son filet tout en déboutonnant les derniers boutons de sa chemise pour que tu puisses voir le sceau sur son aine gauche. Un sourire en coin étira tes lèvres lorsque tu reconnus le sceau des Eclairs. Etrangement, tu aurais pu être prête à le parier. Surtout que étant donné qu’il ne pouvait être dans ton clan puisque tu l’aurais vu alors dans le QG, il ne restait plus que trois autres possibilités. Ombre. Iceberg. Eclair. Et entre ces trois possibilités, les Eclairs étaient les plus probable puisqu’il n’avait pas la noirceur des Ombres, ni le côté froid des Icebergs. Non… Il avait cette fougue des Eclairs, prêt à frapper à n’importe quel instant. « J'ai rejoins les Éclairs à mon arrivée ici. » C’est ce que tu avais bien cru comprendre en voyant le sceau qui se dessinait sur sa peau. Pour ta part, c’était à la cheville que tu avais décidé de l’arborer, le sceau des Flammes. Pourquoi ? A dire vrai tu ne t’étais pas vraiment posé la question lorsque tu avais été marqué, c’était à ton sens le meilleur endroit pour toi, car si tu aurais bien aimé le placer sur ton avant-bras, tu t’étais dit que ce la faisait bien trop penser à la marque des ténèbres, et tu ne voulais pas penser à cet être sombre en regardant ta marque. Au contraire, tu voulais être fière de ton sceau, fière de ton clan et c’était seulement en l’ayant sur ta cheville que tu arrivais à avoir cette fierté. Lors du premier jour où le sceau s’était trouvé sur ta cheville, tu n’avais eu de cesse de le regarder, les jambes tendues devant tes yeux pour pouvoir bien le regard sous toutes les coutures. C’était un peu étrange comme réaction, mais tu n’avais jamais été aussi heureuse qu’en ayant fait ce choix, car à ce moment là tu t’étais sentie particulièrement libre. Après tout, c’était toi qui avais choisi ce clan et personne ne l’avait fait à ta place, ce qui rendait ce sceau tellement important à tes yeux. Tandis que tu repensais au moment où tu avais été marqué, Isaac se revêtis et à dire vrai, tu trouvais la situation plutôt amusante, car si quelqu’un était passé à cet instant, cela aurait donné une scène plutôt cocasse. Surtout le moment où il avait commencé à relever son haut, car sorti du contexte, on peut se poser pas mal de questions, bien que sur le coup, tu n’avais pas remarqué la particularité de la situation. Mais bon, entre amis, ce n’est pas tant choquant de montrer un bout de peau.

« C'était un choix instinctif. Je n'ai pas vraiment réfléchis quand on m'a demandé de choisir, pour moi c'était naturel. Je suis très lié aux éclairs et aux orages de façon générale. Et puis, j'ai ce caractère électrique depuis mon enfance. Contre toute attente, j'ai beaucoup de points qui correspondent aux caractéristiques de ce clan. » Tu comprenais très bien, le fait que c’était un choix instinctif. Car au fond, dès ton arrivée à Durmstrang, tu t’étais dit que s’il y avait bien un clan qui te conviendrait ce serait celui des Flammes et pourtant, tu avais failli rejoindre les Icebergs. Pourquoi ? Tout simplement parce que le meneur des Icebergs avait tout fait pour que tu entres dans son clan, disant qu’il connaissait bien tes sœurs et que de ce fait, il serait là pour toi. Mais voilà… Raven avait fini par te montrer que tu ferais une erreur de rejoindre ce clan, tout comme elle-même avait fait cette erreur, et ainsi, tu avais choisi le clan des Flammes, que tu avais toujours eu en tête, pour elle comme pour toi. Tu avais fait le choix qu’elle aurait dû faire et cela vous avait grandement rapproché. « C’est l’important d’avoir des caractéristiques communes au clan que l’on choisi et tout comme toi, maintenant que je suis dans le clan des Flammes ça me semble tellement naturel. Et puis je dois bien avouer apprécier grandement les fêtes organisées par mon clan. » Tu lui fis alors un petit clin d’œil complice, l’air de dire que faire la fête était vraiment une des choses que tu préférais depuis que tu étais arrivée ici. A dire vrai, tu avais toujours apprécié t’amuser, faisant souvent les 400 coups à Salem, bien que tes parents faisaient tout pour les masquer pour ne pas que tu leur face honte. Alors autant dire que maintenant que tu étais chez les Flammes, cette envie d’aller toujours plus loin, de repousser tes limites en faisant des défis et des soirées, cette envie n’avait eu de cesse d’augmenter. « Je ne sais pas quoi vraiment dire d'autre là-dessus. Je … Ne suis pas doué pour communiquer. Gab' me le faisait souvent remarquer et m'engueulait régulièrement lorsque je lui racontais mes déboires en discussions. » Un léger rire s’échappa alors de tes lèvres, car tu trouvais cela plutôt amusant qu’il avoue ainsi avoir du mal à communiquer. Oh non cela ne t’amusait pas dans le sens te moquer, loin de là, tu trouvais cela plutôt adorable qu’il avoue cela comme ça. Surtout que cela te donnait l’impression qu’il te faisait assez confiance pour le dire. Ensuite, concernant le nom qu’il prononça, Gab, tu ne viens pas à lui poser de questions là-dessus. Après tout, cela pouvait très bien être un ami de Salem et puis, tu ne voulais pas paraître impertinente en lui posant des questions, car bien que vous soyez prêt à être véritablement amis, il n’était pas encore tant de parler de tout. Par exemple, tu ne parlerais certainement pas de ton don pour le moment… Le Fourchelang n’était pas particulièrement bien vu, surtout pour ceux venant de Salem, et de ce fait, tu préférais éviter le sujet.

« Je … Hum. Peut-être devrions-nous apprendre à nous connaître. Si l'on veut partir sur de bonnes bases d'amitié. » Hochant la tête, tu étais particulièrement d’accord avec lui. « Peut-être préfères-tu choisir un sujet de discussion ? Peut-être as-tu une question à me poser ? Ou même plusieurs ? Sur ce que tu veux. En général je ne cache pas grand-chose. Si on me demande, je réponds honnêtement, je ne suis pas fan des mensonges. Tu peux me demander pour ma famille, d'où je viens ou même par rapport à mes amis de Salem, nous avons obligatoirement des connaissances en commun. Par contre, si tu pouvais éviter le sujet des études, cela m'arrangerait, je n'ai jamais trouvé ça comme un sujet engageant pour apprendre à connaître une tierce personne. » Bien qu’il ait dit tantôt ne pas être particulièrement doué pour communiquer, il arrivait bien mieux à s’exprimer que toi à cet instant. A dire vrai c’était lui qui arrivait à manier la discussion de telle sorte à pouvoir aborder pas mal de sujets. Mais maintenant, il te laissait la possibilité d’en faire tout autant. « Je laisse l'honneur aux femmes de commencer ? Tu es sûrement plus douée que moi pour lancer une discussion. » Passant une main dans tes cheveux, tu finis par la laisser retomber et après une courte réflexion tu viens à dire de manière très sérieuse. « Mince alors, moi qui comptait justement te demander quelle spécialisation tu avais choisi cette année, je suis déçue, tu m'as coupé l'herbe sous les pieds. » Mais très vite ton sérieux s'en alla pour laisser place à un petit rire cristallin qui s'évapora dans le silence de la bibliothèque. « Non c'est une blague, tu as raison, les études ce n'est pas forcément le meilleur sujet pour apprendre à connaître une personne. Bon… ça va peut-être te paraître étrange comme question, mais… Quel est ton meilleur souvenir ? Je trouve que c'est un excellent moyen d'apprendre à connaître une personne, les beaux souvenirs… Bien sûr si tu trouves cela trop indiscret, je peux plutôt poser une autre question. »

HRP:
 

________________
Right so believe me then
You think I had a choice ? Some of us have to make mistakes ! Some of us have to get our hands a little bloody sometimes !  How do you want me to fix this ? Tell me what you want me to do ! ▽ Aksanaïs




Dernière édition par S. Athénaïs Stone le Jeu 16 Juin - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-mêléMessages : 394Date d'inscription : 15/10/2015Localisation : Quelque part dans mon esprit ...
Ҩ Re: We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac Ҩ Jeu 10 Mar - 10:38


 
 I remember. I remember that day so special. Oh, it was nothing extraordinary or exceptional. But I was with you. And that's what counts.



 
Athénaïs & Isaac


« Mince alors, moi qui comptait justement te demander quelle spécialisation tu avais choisi cette année, je suis déçue, tu m'as coupé l'herbe sous les pieds. »

Isaac la regarda en haussant les sourcils. Faisait-elle exprès  ? Elle oubliait tout ce qu'on lui disait ? Il lui a dit pas plus tard qu'ils y a une dizaine de minutes qu'il était venu en année de spécialisation de Métamorphose après qu'elle est posée la question sur sa présence ici. Il sourit en la voyant rire et secoua la tête. Il venait de se faire avoir comme un lapin par une carotte. Il se focalisa sur le petit rire léger et clair qu'il entendait, coupant tous les autres sons étouffé qui pouvaient leurs parvenir.
C'est à ce moment que le jeune sorcier constata l'ambiance dans laquelle ils se trouvaient et pourrait presque venir à en regretter de ne pas avoir altéré les choses à Salem. Se reconcentrant sur la demoiselle, il reprit le fil de son écoute.

« Non c'est une blague, tu as raison, les études ce n'est pas forcément le meilleur sujet pour apprendre à connaître une personne. Bon… ça va peut-être te paraître étrange comme question, mais… Quel est ton meilleur souvenir ? Je trouve que c'est un excellent moyen d'apprendre à connaître une personne, les beaux souvenirs… Bien sûr si tu trouves cela trop indiscret, je peux plutôt poser une autre question. »

Fermant les yeux, il se replongea rapidement dans ses souvenirs pour en extraire le plus joyeux. Malheureusement pour lui, son plus beau souvenir était celui dont il ne devait pas parler ici, c'était Gabriel, sachant qu'il venait de faire la bourde juste quelques minutes avant. En d'autres circonstance peut-être mais pas ici alors qu'il ne savait pas s'il pouvait faire totalement confiance à Athénaïs.
Isaac soupira. En fait, rien qu'avec cette question, il allait devoir contredire ce qu'il avait annoncé plus tôt. Il ne pouvait pas dire la vérité. Mais dans un sens, il ne voulait pas paraître comme celui qui refuse de parler de ce qui le rends heureux en lui demandant de poser une autre question. Finalement, après avoir posé le pour et le contre rapidement, il sourit en ouvrant les yeux pour voir le questionnement dans ses yeux.
Le sorcier grimaça rapidement en comprenant que sa réflexion avait été plutôt longue lorsqu'il sentit que la sorcière allait retirer sa question pour en poser une autre. Pourtant, il décroisa ses bras et regarda par la fenêtre plus loin sans se départir de son léger sourire flottant sur ses lèvres.

« Je ne peux pas te parler de mon meilleur souvenir, cela n'engage pas que moi mais je vais tout de même te répondre en éludant un peu, si tu me le permets. »

Il ferma les yeux en laissant tout défiler dans sa tête, feuilletant son esprit comme un livre. Cherchant le chapitre concernant le souvenir choisit. Celui qui lui mettait du baume au cœur. Un autre petit souvenir s'insinua en lui, peut-être plus puissant que celui dont il allait parler mais ce n'était pas ce qu'il fallait. Il devrait répondre à trop de questions gênantes et parler de sa vie chez les moldus. Il préférait alors quelque chose de plus doux, que tout cœur pouvait comprendre.

« Mon plus beau souvenir est difficile à définir car il y en a plus d'un, ce n'est  pas celui de mon patronus, car là encore c'est difficile à expliquer, c'est un tout. Mais si je devais faire un choix, je dirais qu'il date de mes quinze ans. En y pensant, j'hésite à te le dire.  » Sourit-il timidement avant d'avoir un grand sourire débile sur le visage. « Tu vas te moquer, cette journée était tellement clichée des films romantiques. Mais en même temps il était lui-même un romantique. Et moi aussi, à mes heures perdues.  »

Isaac finit par rire, ou plutôt glousser. Comme une adolescente de treize ans qui vit sa première amourette. Mais ce n'était pas sa faute, c'était cette relation qui le rendait comme ça. Comme un enfant amoureux. Il se reprit pourtant un air un peu plus sérieux en se rappelant que oui, c'était une scène clichée mais c'était plus vrai que possible. Après tout il l'avait vécue donc ce ne pouvait que être vrai ! Et puis, un cœur amoureux agit de lui-même, il ne demande pas au cerveau si la situation est acceptable ou vivable pour les autres autours lorsque l'on est avec la personne que l'on aime. Il fait ce qu'il veut, et point à la ligne.

« C’était au printemps, mo- j'étais avec la personne que j'aime, on devait se retrouver dans un parc près de chez nous, je venais de rentrer pour les vacances. Nous avons eu peu de contact et on s’était mis en couple aux vacances précédentes donc je le retrouvais enfin après un long moment. J’étais tellement heureux à l’idée de le revoir, je sentais mon cœur battre tellement fort que j’ai eu peur qu’il explose.  »

Il sourit en revivant cette scène dans sa tête. Il se souvient comme s'il y était du froid des gouttes d'eau qui coulait au travers de son tee-shirt. De son froncement de sourcil alors qu'il défiait le climat d'empêcher cette rencontre à cet endroit. Voyant qu'il avait fait une pause plus longue que prévu dans sa petite histoire, il se reprit en regardant Athénaïs, comme s'il voyait Gabriel à sa place.

« J'attendais depuis un moment, j'étais tellement heureux à l'idée de le revoir que j'étais venu en avance. Et un peu maussade aussi parce que j'entendais l'orage arriver et la pluie tomber. Je voulais absolument le retrouver à cet endroit.  »

Ils étaient tout les deux dans sa bulle. Tellement prit par ses mots, il eut l'impression de sentir le léger vent dans ses cheveux. Comme si les étagère pleines à craquées de livres étaient devenues des arbres et des bancs. Et totalement plongé dans son souvenir, il sentit son cœur s'accélérer.

« Puis, il est apparu devant moi, marchant à ma rencontre. J’étais tellement heureux que je sentais perdre le contrôle de mes émotions, quand il est arrivé à ma hauteur, nous étions trempés. L’orage grondait mais je n’en avais rien à faire. Il m’avait tellement manqué que j’aurais subit n’importe quoi. Je sentais le résonnement des éclairs en moi alors je l'ai embrassé comme jamais, laissant la foudre dicter mes gestes. »

Il s'arrêta dans son récit pour soupirer. Il n'avait pas quitté la fenêtre du regard mais sentait bien une paire d'yeux posé sur lui, attendant patiemment qu'il termine. Se tournant alors vers la sorcière en gardant son sourire, Isaac se mordit la lèvre et rougit comme s'il avait été prit en flagrant élit.

« C'était aussi notre première fois. » Ajoute-t-il rapidement. « On était amoureux. »

Il soupira en disant les derniers mots, essayant de cacher le trémolo dans sa voix et la douleur qui y passait. Après tout c'était vrai, ils avaient été amoureux comme jamais et si on demandait à Isaac ce qu'il en pensait, il dirait qu'il est toujours raide dingue de lui, mais il ne pouvait pas en parler à Durmstrang. Et puis, ils ne s'étaient rien promis à son départ, afin d'éviter des souffrances inutiles si l'un ou l'autre finissait par trouver un autre cœur qui convenait.

« Allez moque-toi maintenant. » Rigole-t-il nerveusement. « Il s’agit du passé. Je ne suis plus avec cette personne même si nous restons très proches. »

Il se sentait obligé de justifier cette relation. Il ne la regrettait absolument pas, tout ce qui le concernait était important mais il y avait aussi eu cette fameuse discussion avec son départ pour la Russie. D’un accord tacite, ils devaient agir seulement en ami, car ils s’étaient promit de ne pas attendre l’autre, de laisser son cœur le guider. Et vu comment cela se passe à Durmstrang, il aurait été difficile pour Isaac de rester avec cette personne si chère à son cœur, il ne devait pas prendre le risque que cela s’ébruite.

« J’avoue que le célibat est plutôt intéressant. » Tenta-t-il en souriant. « Je n’ai pas à me soucier de devoir me retenir et je peux admirer les formes qui sont faites pour être admirées sans me gêner. »

Il souriait encore plus en lui faisant un clin d’œil comme s’il était intéressé. Puis il se mordit la lèvre, son geste n’avait pas été une bonne idée, ce n’est pas comme si Athénaïs savait qu’il était gay. Mais de parler de son meilleur souvenir lui apportait une chaleur en lui, le mettant à l’aise, comme s’il discutait avec une amie dont il était très proche. Finalement la sorcière avait eu une très bonne idée de commencer par ça.

« Je sais que maintenant tu dois penser le contraire, que tu dois trouver que je sais me débrouiller pour parler mais … Non. Je ne sais pas quoi demander, je n’ai aucune idée du sujet qui peut t’intéresser alors je vais t’apparaître comme sans imagination donc. A toi, quel est ton plus beau souvenir ? Ou l’un de tes plus beau, peu importe, du moment que je vois encore ton sourire. »

Il avait osé. Ce n’était pas son genre d’agir comme ça mais il savait qu’il devait le faire. C’était dur mais … Oui, il devait se forcer à parler. Et contre toute attente pour lui, il sentait que s’ouvrir à d’autres personnes que son meilleur ami et ses quelques amis de Salem, agir ainsi lui faisait du bien. Avoir des amis avec qui rire, partager et se sentir bien lui donnait l'impression d'être chez lui. C'est ça, Athénaïs lui donnait l'impression d'être un peu à la maison.

 

 
Fiche de CaptainBen ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evanae.tumblr.com/
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Son nom devrait être pour vous la réponse à cette question, mais puisque vous y tenez elle est de sang purMessages : 138Date d'inscription : 30/10/2015Localisation : Dans les couloirs du château, puisqu'il n'y a que dans ces derniers qu'elle puisse se trouver, vu que l'extérieur est déconseillé
Ҩ Re: We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac Ҩ Sam 12 Mar - 14:53

+ We encounter not a person by coincidentally +
« Je ne peux pas te parler de mon meilleur souvenir, cela n'engage pas que moi mais je vais tout de même te répondre en éludant un peu, si tu me le permets. » Bien évidemment que tu le lui permettait, après tout, il serait fort possible que toi aussi tu ne puisses répondre de manière totalement sincère à propos de toutes les questions imaginables et inimaginables qu'il pourrait avoir. Après tout, toutes personnes avaient ses secrets et de ce fait, il était tout naturel de ne pas tout dévoiler dès le départ d'une relation amicale. Peut-être qu'au fur et à mesure la vérité pourrait être dévoilée dans ses plus tréfonds traits, mais pour le moment, mieux valait éluder en partie. « Mon plus beau souvenir est difficile à définir car il y en a plus d'un, ce n'est  pas celui de mon patronus, car là encore c'est difficile à expliquer, c'est un tout. Mais si je devais faire un choix, je dirais qu'il date de mes quinze ans. En y pensant, j'hésite à te le dire.  » Le souvenir du patronus… Tu ne pouvais que comprendre pourquoi il ne voulait pas t'en faire part, car il fallait bien avouer que les souvenirs pouvant créer un tel patronus étaient  particulièrement puissant et ainsi, impossible à partager de manière évidente. Ils étaient bien trop intime et cela, tu ne pouvais que appuyer sa réticence. « Tu vas te moquer, cette journée était tellement clichée des films romantiques. Mais en même temps il était lui-même un romantique. Et moi aussi, à mes heures perdues.  » Te moquer ? Toi ? C'était tout bonnement impossible, surtout que le souvenir qu'il semblait vouloir te partager semblait être particulièrement adorable et de ce fait, tu ne pourrais qu'avoir un sourire tendre sur les lèvres et non pas un souvenir moqueur. Ainsi viens-tu à lui dire. « Oh non, je t'assure, je ne me moquerais pas, les souvenirs romantiques sont tellement beaux. » Et pourtant… Merlin savait que tu n'en avais aucun…

« C’était au printemps, mo- j'étais avec la personne que j'aime, on devait se retrouver dans un parc près de chez nous, je venais de rentrer pour les vacances. Nous avons eu peu de contact et on s’était mis en couple aux vacances précédentes donc je le retrouvais enfin après un long moment. J’étais tellement heureux à l’idée de le revoir, je sentais mon cœur battre tellement fort que j’ai eu peur qu’il explose.  » Très vite un tendre sourire s'était déposé sur tes lèvres, comme tu l'avais prédit, car il était tellement adorable en commençant à dévoiler son souvenir. Ses yeux pétillaient avec tellement de romantisme que cela te faisait sourire de plus belle. Tu ne pouvais que lui envier d'avoir un souvenir qui pouvait autant le rendre heureux. « J'attendais depuis un moment, j'étais tellement heureux à l'idée de le revoir que j'étais venu en avance. Et un peu maussade aussi parce que j'entendais l'orage arriver et la pluie tomber. Je voulais absolument le retrouver à cet endroit.  » Tu imaginais tellement bien la scène, Isaac attendant adossé à un parc, les yeux rivés sur le chemin où son petit ami devait apparaître -car au vu du pronom utilisé tu avais cru comprendre qu'il était plus attiré par la gente masculine-, les oreilles tendues à l’affût de l'orage qui se rapprochait. Et puis soudainement… Après tant d'attente… « Puis, il est apparu devant moi, marchant à ma rencontre. J’étais tellement heureux que je sentais perdre le contrôle de mes émotions, quand il est arrivé à ma hauteur, nous étions trempés. L’orage grondait mais je n’en avais rien à faire. Il m’avait tellement manqué que j’aurais subit n’importe quoi. Je sentais le résonnement des éclairs en moi alors je l'ai embrassé comme jamais, laissant la foudre dicter mes gestes. » Ainsi tu pouvais voir à quel point il avait eu raison de rejoindre le clan des Eclairs. Les éclairs avaient résonnais en lui dans ce moment particulièrement fort à ses yeux et de ce fait, il était normal que cela l'ait en quelque sorte entraîné à entrer chez les Eclairs. « C'était aussi notre première fois. On était amoureux. » Ah… La première fois… Que ne donnerais-tu pas pour l'avoir. Pour sentir le contact d'une personne aimante tout contre toi, mais en même temps… Un être aimant, cela ne semblait exister dans ton univers tellement froid. On pourrait croire le contraire au vu de ton choix de clan, ton sourire toujours sur les lèvres, tes folies lors des soirées, et toutes les bêtises que tu pouvais faire comme une grande gamine, mais il n'empêchait… Tout autour de toi était sombre et gris et de ce fait, tu étais particulièrement heureuse d'entendre que pour une personne, pour Isaac, ce n'était pas entièrement le cas. Il avait un souvenir heureux, vraiment heureux, et tu ne pouvais qu'en être heureuse pour lui.

« Allez moque-toi maintenant. Il s’agit du passé. Je ne suis plus avec cette personne même si nous restons très proches. » Délicatement tu posas ta main sur la sienne de manière rassurante, puis tu l'as laissas retomber le long de ton corps en plongeant ton regard dans le sien. « Je n'oserais jamais me moquer face à un tel souvenir Isaac, pour tout te dire, je t'envie pour tout ce romantisme, c'est tellement beau. Tellement fort. Que je ne pourrais jamais m'en moquer. » Tu masquas le soudain manque qui s'était emparé de toi en disant cela, mais en même temps, comment pourrais tu être en manque d'une sensation que tu n'avais jamais connue ? C'était tout bonnement impossible. Ainsi tu bouclas tes sentiments et tu te mis à sourire délicatement. « J'avoue que le célibat est plutôt intéressant.  Je n'ai pas à me soucier de devoir me retenir et je peux admirer les formes qui sont faites pour être admirées sans me gêner. » Un rire s'échappa de tes lèvres lorsqu'il vient à dire cela avec son petit clin d'œil, car tu avais en effet cru comprendre qu'il n'était pas intéressé par les femmes. Ou tout du moins, tu avais compris que la personne dans son souvenir n'était autre qu'un homme. Aussi tu ne te fis pas des films face à ses propos, néanmoins, cela te fit chaud au cœur qu'il déconne ainsi avec toi. « Je sais que maintenant tu dois penser le contraire, que tu dois trouver que je sais me débrouiller pour parler mais … Non. Je ne sais pas quoi demander, je n'ai aucune idée du sujet qui peut t'intéresser alors je vais t'apparaître comme sans imagination donc. A toi, quel est ton plus beau souvenir ? Ou l'un de tes plus beau, peu importe, du moment que je vois encore ton sourire. » Peut-être que finalement n'aurais-tu pas dû lui demander son meilleur souvenir, car forcément aurais-tu dû te dire que la question te serait retournée. Mais voilà, tu n'y avais pas pensée et tu te retrouvais brutalement prise de court. Bien évidemment, tu fis tout pour ne pas le laisser paraître, car tu ne voulais pas qu'il se sente soudainement mal à l'aise d'avoir posé la question alors que c'était toi qui avait lancé ce sujet.

« Mon plus beau souvenir... » Tu te mis alors à chercher dans ton esprit, repassant ta vie en boucle pour chercher à trouver ce qui t'avait véritablement rendue heureuse. Certainement pas ton enfance durant laquelle tu t'étais fait rejeter sans relâche par tes aînées qui étaient bien trop liées entre elles pour t'ajouter dans leur groupe. Ton adolescence ? Tu avais certes des souvenirs heureux, comme lorsque tu avais fait les 400 coups avec des amies, mais ce n'étaient pas des souvenirs beaux au point d'être racontés. Quoi d'autre. Quoi d'autre. Quelque chose semblait se pousser dans les barrières de tes souvenirs, mais rien ne venait. C'était comme si quelque chose se retrouvait bloqué et que tu ne parvenais pas à le retrouver. Bien évidemment, tu ignorais tout du sortilège de Oubliettes sur toi par tes parents et de ce fait, tu ignorais tout de tes meilleurs souvenirs aux côtés de ton meilleur ami, et pourtant… Pourtant quelque chose semblait vouloir te mettre la puce à l'oreille pour que tu te rappelles, mais tu n'y parvenais pas. Et c'est alors que tu pensas au seul souvenir de ton enfance qui t'avait apporté une réelle joie, car dès lors tu t'étais sentie beaucoup moins seule, même si au fond tu l'étais encore. « Tout comme toi, je vais peut-être devoir éluder quelques parties, mais… Je dirais que mon meilleur souvenir remonte à mes neufs ans. C'était au printemps, l'air embaumait des parfums de fleurs, le soleil était là, mais le ciel était tout de même parsemé de nuages d'un blanc pur. Je les regardais, comme souvent en fait, et puis… Elle est venue. » Tu ignorais comment exprimer la chose, sans avoir à dire que cette personne n'était pas une personne mais un serpent… Car oui, ton meilleur souvenir n'était autre que le moment où tu avais rencontrée la Couleuvre, car à partir de là, elle t'avait toujours accompagnée et t'avait toujours montré l'affection qui t'avait tant manqué.

« Une personne incroyable qui m'a tirée de ma rêverie et qui m'a montré que le monde était tellement plus que ce que je n'imaginais. J'ai gagné une amie ce jour là. Ma seule amie pour tout te dire à cette époque et encore une excellente amie maintenant, bien que le temps ait passé. » Tu attendis quelques instants et ajoutas. « A partir de ce jour là, j'ai enfin compris ce que c'était que d'avoir quelqu'un sur qui on pouvait compter et qui nous comprenait sans nous juger. Oui… C'est assurément ce jour de printemps mon souvenir le plus beau, même s'il m'a montré à quel point c'était triste avant. » Un sourire se déposa sur tes lèvres lorsque tu relevas ton visage pour poser ton regard sur Isaac, venant de remarque que tu t'étais mise à fixer le sol tout en te rappelant de ce souvenir qui t'avait profondément marqué. « Vois-tu, pour moi, pas de souvenir romantique dans mon souvenir le plus beau, il faut dire que le romantisme et moi… Je dois en être dépourvue. » Tu rigolas légèrement, très légèrement, te moquant de ta propre incapacité à aimer. Car oui, c'était cela au fond… Tu n'avais pas reçu d'amour de la part de ta famille, aussi comment cela pouvait-il être possible que tu puisses en offrir à quelqu'un ? Et plus encore, comment pourrais-tu comprendre ce que c'était que l'amour lorsque tu ne l'avais jamais connue. Oui…. C'était triste, bien triste que tes pensées, mais en même temps, il fallait bien avouer qu'elles étaient vraies. Tu n'avais jamais aimé pour le moment. Certes, tu avais éprouvé de l'amitié, mais l'amour… Jamais… C'était comme si un petit organe fait pour apporter de l'amour s'était vu amputer chez toi à la naissance.

________________
Right so believe me then
You think I had a choice ? Some of us have to make mistakes ! Some of us have to get our hands a little bloody sometimes !  How do you want me to fix this ? Tell me what you want me to do ! ▽ Aksanaïs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-mêléMessages : 394Date d'inscription : 15/10/2015Localisation : Quelque part dans mon esprit ...
Ҩ Re: We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac Ҩ Jeu 7 Avr - 20:01


  Friends are traveling companions who help us progress on the path to a happier life. They make us love, they tell us what to love.



Athénaïs & Isaac


« Mon plus beau souvenir... »

Isaac regarda la jeune sorcière partir dans ses pensées. Il en profita pour observer un peu autour d’eux, prenant enfin conscience de leur environnement. Ils n’avaient pas bougé du rayonnage dans lequel il avait atterrit plutôt pour ses recherches. Il regarda l’allée donnant sur les tables, il semblait voir quelques élèves qui étudiaient toujours. Puis il regarda par la fenêtre, se demandant depuis combien de temps ils étaient là à discuter. Si cela faisait cinq minutes ou bien une heure.
Le jeune sorcier revint à la réalité lorsqu’Athénaïs bougea imperceptiblement. Il braqua de nouveau son regard sur elle avec un léger sourire. Elle était tellement plongée dans ses souvenirs qu’elle n’avait pas remarqués le moment d’égarement du brun. Il l’écouta alors annoncer son souvenir et il sentit une chaleur dans sa poitrine, lui aussi savait ce qu’était avoir un ami sur qui on pouvait toujours compter, presque plus que soi-même. Hochant la tête à chacune de ses phrases, il ne pouvait s’empêcher de dériver momentanément en voyant quelques flash de son enfance passer derrière ses yeux.

« Vois-tu, pour moi, pas de souvenir romantique dans mon souvenir le plus beau, il faut dire que le romantisme et moi… Je dois en être dépourvue. »

Isaac se tendit en entendant ces paroles s’accompagner d’un petit rire. Il ne lui semblait rien entendre de plus sarcastique et … Faux ? Une sueur froide coula tout le long de son dos et il se retint de faire paraitre quoi que ce soit sur son visage. Sur le moment, il sentit un grand vide en lui, un gouffre sans fond. Il se mordit la lèvre en regardant ailleurs, gêné de cette révélation. Et pour cause, il avait grandi entouré d’amour, et au fond de lui, il savait qu’il ne pourrait vivre sans ces sentiments. Pour preuve, sa première amitié avec Gabriel.
En sentant un léger goût métallique dans sa bouche, il jura en portant ses doigts à ses lèvres pour recueillir le sang avant qu’il ne tache ses vêtements. Il sortit rapidement un mouchoir de sa poche pour essuyer le liquide carmin et tamponné la blessure. Il sourit en se grattant la nuque. Sa nervosité revenait, il faut dire qu’en partant de quelque chose de joyeux, Isaac avait dirigé la discussion vers quelque chose de plus tendu et cela par le fait qu’il n’avait aucune imagination sur des questions pour apprendre à connaitre une personne.

« Vieille et horrible habitude quand je pars trop loin dans mes pensées. » Il regarda la sorcière. « Une parmi tant d’autres. Mais nous ne parlons pas de ça. Figure-toi que … Je ne pense pas que tu sois dénuée d’amour. La preuve ! Tu as une amie dont tu es très proche, c’est aussi de l’amour ! »

Il se pencha légèrement en avant, sentant ses yeux briller de joie en le lui annonçant. Il l’a regarda relever le visage dans sa direction et continua de regarder ses yeux, la fixant sans ciller, essayant de faire revenir son sourire présent plus tôt, et pourquoi pas, les premiers éclats de rire qu’il avait entendu. Le jeune sorcier savait qu’il le pourrait s’il s’ouvrait à elle une nouvelle fois, faisant tomber d’autres pierres de sa muraille interne le séparant d’Athénaïs.
Isaac s’entendit mentalement dire qu’il la ferait dorénavant sourire comme il le pourrait. Que la jeune fille méritait d’être heureuse et de connaître ce que lui connaissait. Après tout, en quelques dizaines de minutes, il venait d’en apprendre plus sur elle qu’en plusieurs années et se rendait plus que compte qu’il s’était totalement trompé sur son compte. Bien qu’il n’était pas prêt à le lui avouer de vive voix.

« Quand j’étais petit, je n’avais pas d’amis. Les autres enfants de mon école me trouvaient trop différents, trop … Anormal. Et un garçon de mon âge m’a tendu la main sans rien demander en retour, faisant de lui mon premier et seul ami pendant plusieurs années. » Il fit une pause pour souffler doucement. « Avant que mes sentiments pour cet ami passent à un autre niveau, je l’aimais. Je l’aimais parce qu’il venait jouer à la maison le samedi après-midi, je l’aimais parce qu’il m’aidait à comprendre en classe, je l’aimais parce que je m’occupais de guérir ses blessures, je l’aimais parce qu’il riait quand j’essayais de faire de la magie et que je me loupais, je l’aimais parce que … C’était mon ami. »

Oui, il sait ce que c’est d’aimer. Il y a aimer sa famille, aimer ses amis. C’est un amour facile pour ceux qui en sont entourés. C’est un amour qui ne demande pas une implication constante de soi car par moment, on peut se permettre de se relâcher et se laisser aller. Par contre, l’amour pour une personne en particulier, ce n’est pas la même chose. Surtout pour lui, surtout pour eux.
Une fois, il avait aidé son moldu de meilleur ami à faire une dissertation sur ce qu’était l’amour. Il s’était prit au jeu et avait pondu plusieurs feuilles, s’éloignant parfois du sujet de départ, y revenant par d’autres thèmes pour finir par abandonner et brûler ses feuilles par un sort en grognant que c’était trop compliqué. Depuis, Isaac préférait largement en simplifier sa définition sans pour autant qu’elle soit incomplète.

« Et crois-moi, tu as le temps pour partager ta vie avec quelqu’un. Car à ce moment, là, il n’est plus question que de toi, il est question de cet autre. Et parfois, de sacrées barrières se dressent et tu dois les abattre, même si tu as envie de laisser couler par le fait d’abandonner cet autre devant l’obstacle te parais le choix le plus simple. »

Il regardait ses mains en disant ça, voyant sans voir les boursouflures parcourant ses doigts, les os et le cartilage disloqué, les égratignures à force d’avoir frappé sans relâche. Les coupures pour retenir un objet tranchant. Et surtout, le sang. Le sang recouvrant sa peau, que ce soit le sien, celui des autres ou pire … Le sien.
Avec un soupir, il rangea le mouchoir dans sa poche, ignorant le sang qui y était imbibé, refoulant de mauvais souvenirs bien au fond en attendant la nuit, les laissant ressortir pendant son sommeil. Il sentit sa baguette appuyer dans la poche arrière de son pantalon, se rendant seulement compte qu’elle lui rentrait dans la peau à chaque fois qu’il s’appuyait contre l’étagère dans son dos. Il l’a sortit doucement et d’un petit geste, il fit apparaitre un petit oiseau, un colibri, vert transparent qui piailla silencieusement avant de s’envoler vers Athénaïs et de s’évaporer lorsqu’il souffla dessus.

« Tu sais, les sentiments d’amour vis-à-vis d’une personne en particulier … Ce n’est pas un concours. L’âge importe peu, ce n’est pas parce que tu n’as encore jamais ressentit que tu en es dépourvue. »

D’une certaine façon, Isaac ne pouvait concevoir que certaines personnes étaient démunies d’amour. Bien sûr, il avait entendu parler d’un cas ou deux, d’un homme ou d’une femme, qui ne pouvait ressentir aucun sentiment d’amour pour son ou sa partenaire. Mais pour le jeune sorcier, il s’agissait simplement de personnes qui n’avaient pas trouvé leurs moitiés qui convenaient.
Il avança alors d’un pas, mue par une envie soudaine. Relevant ses mains, il s’approcha encore de la sorcière avec l’envie de la prendre dans ses bras mais au dernier moment, se disant que c’était malvenu de le faire, il soupira et sourit en tendant une main légèrement tremblante pour repousser une mèche de cheveux d’Athénaïs. Il réfléchit un instant aux mots qui allaient sortir de sa bouche.

« Je pense, non, je crois et je suis sûre que ton cœur n’est pas aussi froid que tu le prétends. Maintenant, dis-moi ton pêché mignon, ce que tu aimes le plus manger jusqu’à plus faim. »

Changer de sujet. Une autre des règles de base pour faire revenir un peu plus de bonne humeur dans leur discussion. Et aussi parce que le sujet de l’amour allait finir par le mettre mal à l’aise et ferais comprendre à la sorcière qu’il cachait quelque chose de bien trop important à force de tourner autour du pot et d’emprunter des chemins dérivés.
La nourriture était et sera toujours un bon sujet de discussion, que ce soit avec une personne qui aime cuisiner ou alors le petit grignotage pour le plaisir. Elle finissait toujours par apaiser les humeurs des personnes et était l’une des armes d’Isaac pour reprendre le dessus dans la conversation sans en donner l’impression à son interlocuteur, encore plus s’il avait eu un plateau de pâtisseries faites maison sous la main.


Fiche de CaptainBen ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evanae.tumblr.com/
Modératrice
avatar
Modératrice

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Son nom devrait être pour vous la réponse à cette question, mais puisque vous y tenez elle est de sang purMessages : 138Date d'inscription : 30/10/2015Localisation : Dans les couloirs du château, puisqu'il n'y a que dans ces derniers qu'elle puisse se trouver, vu que l'extérieur est déconseillé
Ҩ Re: We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac Ҩ Jeu 16 Juin - 19:50

+ We encounter not a person by coincidentally +
Lorsque tu avais révélé que tu étais en quelque sorte dénudée d'amour, c'était autant ironique que très sérieux. En effet, d'un côté tu savais très bien que tu n'avais pas grandi entourée d'amour. Après tout… Ta famille n'avait jamais été très démonstrative à ton égard, te rejetant plus qu'autre chose, et la seule personne qui t'avait montré un tant soi peu que tu existais vraiment se trouvait être un serpent. Mais d'un autre côté, ne pas avoir grandi entourée d'amour ne voulait pas dire que tu en étais dépourvue. C'était juste que tu ne savais pas véritablement ce que c'était que l'amour, car tu ne l'avais jamais vraiment connue. Sauf que voilà, Isaac n'avait pas du comprendre que tu étais à moitié sérieuse dans tes propos, car depuis que tu avais cessé de parler, il était devenu particulièrement perplexe, perdu dans ses pensées. Ne voulant pas le brusquer, tu le laissas de ce fait dans ses réflexions, te disant qu'il en sortirait bien tout seul. Ce qu'il fit. « Vieille et horrible habitude quand je pars trop loin dans mes pensées. Une parmi tant d’autres. Mais nous ne parlons pas de ça. Figure-toi que … Je ne pense pas que tu sois dénuée d’amour. La preuve ! Tu as une amie dont tu es très proche, c’est aussi de l’amour ! » Il avait raison, bien évidemment. Le simple fait d'avoir partagé des bons moments avec la Couleuvre, c'était également de l'amour. Certes, pas l'amour avec un grand a, mais de l'amour tout de même et c'était beau, même si pour le moment tu ne le visualisais pas vraiment. Et il se mit alors à te démontrer que tu ne pouvais en être dépourvue comme tu l'avais dit tantôt, car à ses yeux l'âge importe peu quant au fait d'aimer et que ce n'était pas parce que tu n'avais pas encore connu l'amour véritable que cela voulait dire que tu ne le connaîtrais jamais. Si ça se trouvait tu l'avais déjà rencontré, mais tu n'y avais pas prêté attention. Ou alors il rentrera dans ta vie lorsque tu t'y attendras le moins. Qui sait. Qui sait. En tout cas, Isaac semblait persuadé que tu le rencontrerais un jour et son idée commençait à se frayer un chemin dans ton esprit.

C'est alors qu'il fit apparaître un colibri du bout de sa baguette. Colibri qui voleta jusqu'à toi pour finalement s'évaporer comme s'il n'avait jamais existé. Et pourtant, le simple fait de l'avoir vu t'avait redonné le sourire. Isaac savait vraiment trouver les bons mots et actes pour te chasser de ta mélancolie. Dire que vous n'aviez encore jamais pris le temps jusqu'alors à vous parler, tu commençais à le regretter, car cela aurait pu être tellement sympa de le connaître depuis plus longtemps. Mais il fallait croire que certaines personnes ne rentrent dans notre vie que à un instant donné et il est impossible de prévoir ce dit moment. Après tout, la vie est faite de moment. D'instants… Alors qui peut dire lequel de ceux-là est prévu pour une personne en particulier ? Personne ne le peut, mais en tout cas, tu étais ravie que vous vous soyez trouvés à cet instant. Car avec ses petits gestes attentionnés et ses propos, tu ne pouvais que voir tes idées se changer pour retrouver une humeur plus légère. « Je pense, non, je crois et je suis sûre que ton cœur n'est pas aussi froid que tu le prétends. Maintenant, dis-moi ton pêché mignon, ce que tu aimes le plus manger jusqu'à plus faim. » En même temps… Si ton cœur était si froid, peut-être aurais-tu été plus encline à choisir les Icebergs comme clan et non pas les Flammes. Pourtant, c'était le sceau des Flammes que tu avais sur ton corps et non celui du clan le plus glacé. De ce fait, il fallait croire que même si ton cœur ne se faisait que peu sentir pour le moment, il était bien là et il avait le sang chaud. « Tes paroles me rassure énormément, tu n'imagines même pas à quel point cela me fait plaisir d'avoir entendu cela. J'ai enfin l'impression de ne pas être si étrange. » Ton corps fut alors secoué par un petit rire, suivi d'un sourire des plus sincères. « En tout cas, pour répondre à ta question, fort intéressante en passant, mon pêché mignon… » Tu te mis à réfléchir quelques instants, car il fallait bien avouer que tu ne t'étais jamais posée la question, mais c'est alors qu'un élément surgi dans ton esprit et alors, tes yeux se mirent à briller comme si tu avais le dit pêché mignon sous les yeux. « Sans hésiter les pancakes, je ne sais pas ce que j'ai avec eux, mais je pourrais en manger tous les jours. Surtout avec du sirop d'érable et des fruits… C'est juste LE plat que j'aime plus que tout, même si… Techniquement ce n'est pas un plat mais plus une gourmandise. » En effet, les pancakes, c'était certainement ce que tu mangeais le plus, et tu ne saurais vraiment pas dire pourquoi. Comme quoi il y a certaines choses impossibles à expliquer. D'ailleurs ça te donnait soudainement envie d'en manger. « Et toi ? Ton petit pêché mignon ? »

________________
Right so believe me then
You think I had a choice ? Some of us have to make mistakes ! Some of us have to get our hands a little bloody sometimes !  How do you want me to fix this ? Tell me what you want me to do ! ▽ Aksanaïs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

We encounter not a person by coincidentally ☫ Athénaïs/Isaac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et les athéniens s'atteignirent...! ~ Pv Luc
» Le premier rpg/3rd person shooter de 40k: space marine!
» Mieux comprendre le manga à Athée sur Cher
» athéna perséphone zubrowka ☞ hey baby (uc).
» Traité d'athéisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum