AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  we will fight to the death ∇ (avaloryx)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
psychopathic bitch
avatar
▬ psychopathic bitch ✝

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : indéniablement de sang-purMessages : 396Date d'inscription : 04/10/2015Localisation : dans l'ombre d'un vainqueur
Ҩ we will fight to the death ∇ (avaloryx) Ҩ Ven 11 Déc - 0:00


THEODORE, ALYX & AVALON

« A warning to the people, the good and the evil. This is war. »


Avalon déambulait dans les couloirs bondés du château. Elle était en quête d'une occupation en ce vendredi après-midi. La demoiselle avait déjà fait tous ses devoirs et n'avait pas envie de perdre son temps à faire des bonhommes de neiges comme certains de ses camarades dans le parc. Aujourd'hui était le premier jour où de la neige tombait sur l'école, annonçant l'hiver, Noël et les futurs mois enneigés qu'ils auraient. Après tout, ils n'étaient qu'en novembre. Elle avait cherché Irina pour voir si elle avait quelque chose à lui donner par rapport à l'Ox, mais la meneuse était introuvable. Aussi, après un tour sans rien trouver à faire, la blondinette prit le chemin de son qg, espérant bien tomber sur une potentielle victime durant le trajet. Les couloirs étaient étrangement bondés et respiraient la bonne humeur. Aussi, personne ne faisait attention à elle, tout le monde ne parlait que de la neige qui était arrivée. Bien que toujours partante pour un petit duel ou un affrontement avec un ancien de Poudlard, elle était résignée à les laisser dans leur courte euphorie, sachant bien que demain serait à nouveau un jour où elle serait crainte et où tous feraient attention de ne pas croiser son chemin. Du coin de l'oeil, elle aperçut Matvey à une fenêtre du couloir, entouré de pas mal d'icebergs. Sur le moment, elle hésita puis finit par lui tourner le dos. Il n'était pas jamais intéressant quand il était entouré d'autres personnes, comme s'il se retenait bêtement. Alors, elle cherchait, elle cherchait encore tout en continuant de marcher dans les couloirs, baguette à la main, un air mesquin sur le visage. Puis, stupéfaction.

En face d'elle, à quelques mètres à peine, Théodore Nott et Lilith Carrow. Tous les deux parlaient et rigolaient comme si de rien n'était. La demoiselle sentit son cœur battre à tout allure, sentant la jalousie se répandre dans ses veines. Depuis la rentrée scolaire, Théo et elle passaient tout leur temps ensemble, toujours à essayer de faire des sales coups par-ci et par-là. Ils se comprenaient, se complétaient, étaient aussi liés et proches que les cinq doigts d'une main. Alors elle n'arrivait pas bien à saisir ce qu'il était en train de faire et pourquoi il osait donner de l'attention à cette traitresse de Carrow. Cette espèce de sangsue qui l'année passée se battait avec elle pour obtenir le plus d'attention du Maître et qui, depuis sa mort, le répudiait totalement et faisait comme si elle était profondément désolée et peine de regrets par rapport à l'année passée. Elle avait même changé son nom et se faisait appeler Alyx. Un nom de chienne, un nom qui lui correspondait à merveille. Elle s'était aussi colorée les cheveux et d'un blond terne elle était passée à un brun foncé qui ne lui allait pas du tout. On aurait plus dit une pouilleuse sortant de nul part qu'une sorcière de sang pur et de rang noble. Elle faisait honte à leur classe sociale. De plus, cette sale peste avait toujours essayé de se mettre entre Théo et elle quand ils étaient mangemort, à faire des missions avec lui alors que clairement elle n'avait jamais eu le cœur pour et surtout la détermination qui allait avec. Elle était faible, aussi pitoyable que tous ceux qui avaient retourné leurs vestes lors de la chute du Mage Noir il y a bien des années. Elle n'avait aucun droit d'être dans cette école et surtout de parler à Théodore. Pas quand elle avait trahi tous les anciens mangemorts comme eux. Elle le savait, un jour ou l'autre, Avalon aurait la peau de cette fille. Elle se vengerait et la ferait souffrir. Un jour, elle trouverait son point faible et l'exploiterait à la faire saigner de douleur.

L'Ombre se raidit en se rendant compte que sa rivale venait de poser sa main sur celle de son amant. Ni de une, ni de deux, elle se mit en route pour les rejoindre, telle une furie, incapable d'accepter l'idée de partager son ami. Il était à elle et cette espèce de sale goule n'avait aucun droit de poser ses mains souillées sur lui. Elle bouscula les élèves qui se trouvaient sur son chemin et quand elle arriva à leur hauteur, Avalon poussa dans un grognement féroce Alyx contre le mur. Elle se mit ensuite devant le garçon, en position de défense. Elle était bien trop possessive et s'en rendait bien compte mais elle ne pouvait pas se contrôler quand il s'agissait de Nott. De corps jusqu'à l'âme, il était sien. Elle avait levé sa baguette dans une main et dans l'autre, par réflexe, elle avait sortir un de ses canifs qu'elle planquait un peu partout dans ses vêtements. « Eloigne toi de lui, espèce de sale traitresse ou je te jure que je me ferais un malin plaisir à te dépecer lentement » siffla-t-elle, furieuse. Autour d'eux se regroupait déjà des élèves, curieux de voir ce qui allait se passer par la suite. Un combat entre une Carrow et une Dolohov n'était pas une chose à manquer, c'était certain. Surtout qu'Avalon se retenait depuis qu'elle l'avait aperçu dans l'école mais elle avait réellement envie de la mettre six pieds sous terre depuis un bon moment. D'aussi loin qu'elle se souvienne, la blondinette l'avait toujours detesté.

________________
why are you my clarity ?
○ i drown in you again 'cause you are the piece of me, i wish I didn't need. chasing relentlessly, still fight and i don't know why. if our love is tragedy, why are you my remedy ? if our love's insanity, why are you my clarity ? (a v a l o r e)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I am become death destroyer of worlds
avatar
I am become death destroyer of worlds

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang pur bien évidemment, c'est un Nott après toutMessages : 361Date d'inscription : 17/11/2014Localisation : Dans l'obscurité à ressasser sa rage contre les Vainqueurs
Ҩ Re: we will fight to the death ∇ (avaloryx) Ҩ Mer 30 Déc - 17:23

We will fight to the death
Avaloryx

La neige avait commencé à tomber sur Durmstrang, se posant sur le paysage environnant comme un voile d'une blancheur immaculée. Théo aimait particulièrement cette vue, même si à son goût, ce qui vient à manquer dans ce paysage immaculé se trouverait être des gouttelettes rouge sang. Du rouge sur l'immaculé blancheur hivernale, voilà qui était un spectacle particulièrement attrayant, mais voilà… En ce jour il n'était pas particulièrement d'humeur à faire couler le sang, comme s'il avait assez empli sa soif de sang ces derniers jours et que de ce fait, il n'en avait pas plus envie actuellement. Surtout que c'était le moment de la semaine où il avait tendance à croiser Lilith, ou plus Alyx, son ancienne sœur d'arme et de ce fait, étrangement il devenait beaucoup plus calme en sa présence. Comme si elle arrivait à atténuer sa soif de sang et à le rendre comme il était avant que toute cette histoire de Seigneur des Ténèbres ne les lance sur une bien triste voie. Certes, c'était quelque peu étrange lorsqu'on pense qu'Alyx avait été l'une des personnes à l'entraîner dans les rangs des mangemorts, car elle était dans leurs rangs avant lui. Mais au fond quand on y pense ce n'était pas étonnant qu'elle parvienne à canaliser sa rage, car elle-même s'était canaliser. Elle était plus calme. Plus pure. Plus douce. Et après s'être plongé dans la noirceur, cela lui faisait du bien de retrouver le petit havre de paix qu'était Alyx. Oh ! Il est vrai qu'Alyx était au fond tout aussi sombre que lui, car après tout, elle portait également la marque des ténèbres sur son avant-bras, mais voilà…Elle avait changé. La bataille l'avait totalement transformé et Théo voulait bien le croire. A dire vrai, cela se voyait très bien dans son choix de clan, les Icebergs qui semblent être particulièrement inoffensif dans leurs QG, à faire des plans sans pour autant utiliser les méthodes les plus dures pour y arriver. Dans sa nouvelle couleur de cheveux également, de blonde elle était devenue brune et bien évidemment, cela n'avait pas empêché Théo de la reconnaître. Et puis dans son nouveau nom, elle était devenue Alyx. Et si au départ il avait du mal à l'appeler ainsi, désormais c'était comme si il l'avait toujours nommée ainsi.


Quoi qu'il en soit, elle était son havre de paix, lorsque Avalon était son havre de guerre. Les deux facettes d'une même pièce dont il avait tellement besoin. La paix et la guerre, comme pourrait-on vivre sans l'une ou l'autre de ces facettes ? Assurément on ne pourrait pas et c'était ainsi qu'il oscillait entre ces deux manières de vivre, même s'il fallait bien avouer que Avalon gagnait bien souvent au fond de lui. Car elle le faisait se sentir vivant entouré de cadavres. Etrange vision des choses, certes, mais lorsqu'on pense à la première fois où ils sont tombés dans les bras l'un de l'autre, l'étrangeté fait partie de leur vie. Tandis que Théo réfléchissait à sa vie actuelle en marchant dans le couloir, ses yeux croisèrent ceux de son havre de paix. Alyx était là. Dans sa progression il s'arrêta pour faire face à Alyx. « Alors, ta journée se passe bien Alyxette ? » Oui en effet, il appréciait lui donner des surnoms un peu hors propos, et un peu ridicule, car ça lui donnait le sentiment d'être dans un monde un peu différent. Et ça lui permettait de faire sourire sa sœur d'arme, qui avait un peu perdu son sourire depuis la bataille. C'est alors qu'ils se mirent à parler de tout et de rien, de la manière aussi simple que possible. Souriant. Rigolant. Tandis que les élèves les dépassaient dans le couloir alors qu'ils étaient figés contre un mur. Et puis à un moment, alors que Théo lui disait que par moment il regrettait Poudlard et les années passées là bas, Alyx posa sa main sur la sienne en un geste rassurant pour lui montrer que cela lui manquait aussi de temps en temps. Esquissant un sourire, Théo s'apprêtait à ajouter autre chose lorsqu'une Ombre blonde se mit en travers de son chemin et plaqua Alyx contre le mur tout en la menaçant…Avalon….

« Eloigne toi de lui, espèce de sale traitresse ou je te jure que je me ferais un malin plaisir à te dépecer lentement » Il aurait dû s'y attendre de la part d'Avalon qu'elle menace ainsi une personne lui ayant pris la main, mais malgré tout, il restait stupéfait qu'elle s'en prenne à Alyx. Certes, elle ne l'avait jamais aimé, mais était-ce une raison pour vouloir la dépecer ? Surtout qu'entre ancien mangemort, il faudrait plus se serrer les coudes qu'autre chose. Retrouvant les esprits, Théo se décala de derrière Avalon, pour se mettre face à Alyx et elle. Posant sa main sur le bras de Avalon qui tenait le canif, il se mit à parler d'une voix apaisante. « Avalon, reprends-toi. Il n'y a aucune raison de lui en vouloir ainsi. Elle n'a rien fait de mal et moi non plus d'ailleurs. On ne faisait que parler. » Il tenta alors d'éloigner la main tenant le couteau d'Alyx, car il savait très bien qu'Avalon n'hésiterait pas à mettre sa menace à exécution. D'une main ferme, il approcha le couteau de sa propre gorge en plongeant son regard dans celui de sa ténébreuse amante. « Si tu la blesse, alors autant me blesser de suite Avalon, car ce n'est pas une chose que je risque de pardonner, dans un cas comme dans l'autre. Surtout pas lorsqu'on pense à tout ce qu'on a vécu tous les trois. » Et alors, il se mit à mettre une petite pression sur la main qui tenait le canif, jusqu'à ce que ce dernier se retrouve tout contre la peau de sa gorge. Un mouvement brusque et la lame le couperait profondément.
AVENGEDINCHAINS

________________
the knight and his queens
Don't you think for a moment that you failed me. You stayed my hand, quelled my rage, and unlike all of the souls I've encountered and forgotten in the long march of time, I will carry you with me | Avalore + Theodora + Theolyx




Dernière édition par Théodore Nott le Mer 3 Fév - 10:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-pur, pure CarrowMessages : 429Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : Dans l'ombre.
Ҩ Re: we will fight to the death ∇ (avaloryx) Ҩ Sam 23 Jan - 15:26

Elle aimait l’hiver. Elle aimait voir la neige tomber lentement du ciel pour couvrir le sol d’une couverture blanche. Ces légers flocons parfaits, qui se laissaient flotter au fil du vent. Le parc de Durmstrang recouvert de son manteau d’hiver lui rappelait trop souvent Poudlard. Elle se souvenait encore de la première fois où elle avait vu le parc enneigé, où les élèves se défiaient en bataille de boule de neige, ou les concours de celui qui ferait le plus beau bonhomme de neige. C’était les rires, les cris, la joie qui résonnaient alors dans Poudlard. L’hiver avait cette faculté de faire retomber en enfance même les plus aigris des gens, même ces adultes ternis par les années. C’était l’hiver la plus belle des saisons, celle qui recouvrait les paysages d’un voile blanc immaculé, changeant les horizons, transformant les forêts et les lacs. L’anglaise ne se lassait pas de voir cette neige recouvrir tout le domaine de Durmstrang. Elle mettait souvent le nez dehors pour respirer l’air frais de l’hiver qui la revigorait en un rien de temps.
L’anglaise fixait les élèves qui se trouvaient dehors, à travers la fenêtre. Elle déambulait dans les couloirs, ne sachant pas trop quoi faire. Un vendredi après-midi, elle n’avait aucune envie de se plonger dans ses livres de cours. Elle voulait profiter du temps. Elle aurait voulu sortir dans le parc avec Danslav, mais il était soi-disant trop occupé cet après-midi pour lui accorder quelques heures. Alyx savait qu’elle n’était pas aussi sérieuse que son petit-ami, mais parfois son acharnement sur le travail avait tendance à l’agacer. Mais souvent elle laissait couler. Elle n’était pas du genre à s’énerver pour ce genre de détails, elle se disait plutôt « tant pis, la prochaine fois ». La neige n’était pas prête de fondre, et Danslav lui avait promis que dimanche après-midi ils le passeraient tous les deux. Ce qui avait contenté la jeune femme, qui l’avait laissé à ses révisions. Tandis qu’elle tournait la tête, elle aperçut Théodore non loin d’elle. Un fin sourire apparut sur ses lèvres. Les deux amis se retrouvaient souvent les vendredis après-midi. Alyx s’étaient rendus compte qu’avec l’ombre, elle n’avait jamais besoin de cacher qui elle était réellement. Tant d’années d’amitié les lier à présent, et il la connaissait par cœur. Et bien qu’aujourd’hui l’anglaise ait décidé de dissoudre sa part d’ombre qui la rattachait à son passé, elle n’en avait pas pour autant exclu Théodore. « Alors, ta journée se passe bien Alyxette ? » Elle grimaça à l’évocation de ce ridicule surnom. Tout en souriant, elle lui donna un léger coup de poing à l’épaule. Et puis la conversation s’installa entre eux. Il leur avait toujours été facile de parler, de tout, de rien, de choses importantes. Elle parvenait facilement à se confier à lui, il avait cette qualité de ne jamais la juger. Peut-être était-ce parce qu’ils avaient tous deux fait des choses impardonnables dans le passé, mais tout ceci les lier d’une façon bien particulière, et plus forte qu’on n’aurait pu le croire. Et parfois, de façon surprenante, ils pensaient à la  même chose, en même temps. Avant qu’il ne la coupe dans ses rêveries, elle avait fortement repensé à Poudlard avec une once de nostalgie. Théodore lui fit part de ses mêmes regrets. Mais Alyx comprenait, elle éprouvait la même chose. Durmstrang n’était pas leur maison comme l’avait été Poudlard. Se voulant réconfortante, elle posa sa main sur la sienne. « Poudlard me manque aussi Théo. »

Alors qu’ils échangeaient un sourire complice, Alyx n’eut pas le temps de comprendre quoi que ce soit, qu’elle se retrouva plaquée contre un mur. Une tornade blonde se plaça entre Théodore et l’anglaise. Avalon. « Eloigne toi de lui, espèce de sale traitresse ou je te jure que je me ferais un malin plaisir à te dépecer lentement. » Elle aurait dû s’en douter. Cette folle dingue n’était jamais loin. Cette malade mentale la menaçait à l’aide de sa baguette, et d’un couteau. L’iceberg n’avait jamais craint Avalon, bien qu’elle pouvait parfois se montrer aussi terrifiante qu’un strangulot, Alyx ne s’était jamais laissée impressionner. Elle trouvait toujours son petit numéro très pathétique. Mais depuis qu’elle n’était plus une fière petite mangemort, l’anglaise ne savait plus se défendre seule avec sa baguette. Elle avait perdu toute confiance en elle et en sa magie. Si bien qu’elle se retrouvait pratiquement sans défense devant la folle furieuse Dolohov. Mais c’était sans compter sur Théodore qui était bien le seul à pouvoir calmer Avalon. Il se plaça face à elles, Alyx n’avait pas bougé d’un centimètre craignant qu’elle lui balance le couteau en pleine face. Le jeune homme attrapa la main de la blonde qui tenait fermement son canif, et lançait des regards assassins à l’iceberg. « Avalon, reprends-toi. Il n'y a aucune raison de lui en vouloir ainsi. Elle n'a rien fait de mal et moi non plus d'ailleurs. On ne faisait que parler. » L’anglaise n’avait jamais compris ce qu’il y avait entre Avalon et Théodore, et surtout pourquoi il tenait tant à cette barge. De plus, les deux jeunes femmes ne se supportaient pas, toujours en compétition lorsqu’elles étaient au service de Voldemort, moins elles étaient ensemble en missions, mieux elles se portaient. Alyx fixait la scène, perplexe. Comment une fille pareille pouvait traîner dans les couloirs de cette école et ne pas finir dans les services des fous à Sainte-Mangouste. Théodore finit par attirer le couteau vers sa propre gorge sous le regard d’Avalon. « Si tu la blesse, alors autant me blesser de suite Avalon, car ce n'est pas une chose que je risque de pardonner, dans un cas comme dans l'autre. Surtout pas lorsqu'on pense à tout ce qu'on a vécu tous les trois. » La brunette ne savait pas si elle devait intervenir ou non. Est-ce que Théodore gérait vraiment la situation ? En le voyant appuyez un peu plus sur le couteau contre sa peau, Alyx grimaça. Tout ça pour un simple geste qui ne voulait rien dire. Elle avança d’un pas, et lança au jeune homme : « Arrête avec ce couteau Théo. » Elle reporta son attention sur Avalon. « Tu sais que t’es complètement barge Dolohov. Tu voulais faire quoi avec ton couteau ? Me taillader la tronche ? » Ca elle n’en doutait pas, si elle avait pu la défigurer, elle l’aurait fait sans hésiter. Mais Alyx n’avait plus la patience de jouer avec Avalon et ses humeurs massacrantes. La tension était palpable, et l’iceberg n’avait certainement pas les mots pour calmer l’ambiance glaciale. « Et arrête de me menacer avec ta foutue baguette. J’lui ai pas roulé une pelle à ton Théo, donc tu te détends, et tu fous la paix. »

crackle bones

________________
   
darkness growing on me
I'm being punished for all my offenses I want to touch you but I'm afraid of the consequences I want to banish you from whence you came but you're part of me now and I've only got myself to blame.




Dernière édition par L. Alyx Carrow le Sam 19 Mar - 23:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
psychopathic bitch
avatar
▬ psychopathic bitch ✝

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : indéniablement de sang-purMessages : 396Date d'inscription : 04/10/2015Localisation : dans l'ombre d'un vainqueur
Ҩ Re: we will fight to the death ∇ (avaloryx) Ҩ Dim 24 Jan - 22:55

Elle aurait pu l'écraser et la découper en mille morceaux tant elle la détestait. Depuis toujours et à jamais, entre Carrow et Dolohov, une haine profonde et froide se ressentirait. Elles auraient peut-être pu s'apprécier, elles avaient toutes les cartes en mains pour ça d'ailleurs : toutes les deux héritières de familles de sang-pur et très connues, avec un ancien passé de mangemort et les crimes qui vont avec. Pourtant, leurs caractères étaient à l'extrême opposée : quand Lilith était faible, sans motivation et hypocrite, Avalon était forte, déterminée et aussi franche qu'une lame était aiguisée. Ses paroles étaient un venin car jamais elle n'avait eu la langue dans sa poche. Elle avait toujours été fière d'être une mangemort et d'avoir servi le Seigneur des Ténèbres, les missions qu'elle avait effectué pour lui faisaient parti de ses plus beaux souvenirs et elle ne se cachait pas derrière une fausse culpabilité. Une fois que leur maître avait été abattu, Lilith avait feignit regretter ses gestes en se cachant derrière une personne qu'elle n'était pas : comme si des mois de bourreau pouvait effacer ce qu'elle avait. Dans le fond, Avalon le savait, Lilith se mentait à elle-même. Ou Alyx, de son nouveau prénom visiblement. Ca aussi, c'était d'un pathétique... Comme si se teindre les cheveux et changer son prénom allaient changer les choses et qu'elle serait une toute autre personne. Non, vraiment... Tout en elle puait la fausseté et la médiocrité. Elle voulait l'écraser, continuer de la pousser contre ce mur pour que sa tête continue de se prendre des coups et qu'elle finisse par se détruire le crâne. Elle la voulait morte.

Malheureusement, son amant ne semblait pas de son avis car il esquissa un geste rapide pour la contourner et se mettre entre les deux anciennes rivales. Doucement, il posa sa main sur l'avant-bras de l'ombre, en espérant bien pouvoir la calmer. Cependant, c'eut l'effet inverse, rien de le voir se bouger pour prendre la défense de cette traitresse, ça hissait les poils d'Avalon jusqu'à sa nuque et ça lui donnait l'envie furieuse de le gifler pour qu'il se reprenne ses esprits. Etait-il complètement naïf pour continuer de la fréquenter ? Elle n'était plus la même personne qu'avant. Elle ne pouvait pas le comprendre comme Avalon le comprenait. Jamais. « Avalon, reprends-toi. Il n'y a aucune raison de lui en vouloir ainsi. Elle n'a rien fait de mal et moi non plus d'ailleurs. On ne faisait que parler. » Elle le défia du regard, perçant ses défenses pour voir une trace de mensonges dans ses prunelles. Il ne savait pas lui mentir, toujours voyait-elle la vérité quand elle le regardait tant elle le connaissait par cœur. Fusionnels jusqu'aux petits orteils de pieds. Lentement, il fit remonter son bras vers sa propre gorge, posant la lame de son canif sur son épiderme. Elle écarquilla les yeux en le voyant faire cet acte, ne comprenant pas ce qu'il tentait de prouver en agissant ainsi. Depuis quand la vie de Carrow avait de l'importance ? Depuis quand la vie de cette pouilleuse était plus importante que sa vie à lui ? « Si tu la blesse, alors autant me blesser de suite Avalon, car ce n'est pas une chose que je risque de pardonner, dans un cas comme dans l'autre. Surtout pas lorsqu'on pense à tout ce qu'on a vécu tous les trois. » Elle siffla entre ses dents, grognant sa colère et sa peine de le voir réagir ainsi. Cette mange-merde n'était personne, elle ne valait rien et pourtant il voulait la protéger ? Elle ? Agacée, elle était à deux doigts de baisser son couteau pour sortir sa baguette et l’assommer avec. Sans lui dans les parages et ses remarques de morales à la con, elle pourrait sans nul doute flanquer une bonne leçon à Lilith. C'était même le meilleur plan qu'il s'offrait à elle. De toute manière, elle se refusait de baisser les armes tant elle était jalouse et pleine de hargne. Elle ne pardonnait pas Théodore de s'être mis en avant pour Lilith. Cela voulait-il dire qu'il la préférait à elle ? Son estomac eut un haut le cœur tant cette idée la rendait nauséeuse. Ils se regardaient tous les deux, comme s'ils étaient seuls au monde et qu'ils se testaient mutuellement. Qui abaisserait les armes en premier ? Parfois, elle pouvait tellement le détester, elle aurait aimé le gifler et le griffer de toutes ses forces tant il l'agaçait. Peut-être était-ce pour ça qu'elle était complètement sous son charme ; il était la seule à la faire devenir folle, encore plus que d'ordinaire bien sûr. « Arrête avec ce couteau Théo. Tu sais que t’es complètement barge Dolohov. Tu voulais faire quoi avec ton couteau ? Me taillader la tronche ? » Le regard de la concernée passa de son amant à son ennemie et elle inclina doucement la tête face à elle, la fusillant du regard. Si elle savait vraiment ce qu'elle pouvait faire avec son couteau, il y avait fort à parier qu'elle prendrait les jambes à son cou et qu'elle l'éviterait comme la peste.


« Et arrête de me menacer avec ta foutue baguette. J’lui ai pas roulé une pelle à ton Théo, donc tu te détends, et tu fous la paix. » fit-elle d'une voix impérieuse qui aggrava les choses. Il y avait beaucoup trop d'ordres, beaucoup trop de suggestions qui ne lui plaisaient pas. Sentant sa colère exploser, elle lâcha un cri furieux pour pousser Théodore de son chemin, sans le blesser avec son couteau et attraper l'iceberg au niveau du coup, l'arme blanche désormais sur sa gorge et sa baguette dans l'estomac de la brunette. « Ne me dis pas ce que je dois faire ou ne pas faire, traitresse. Tu ne sais pas du tout de quoi je suis capable et surtout à quel point j'aimerais te faire hurler de souffrance donc si tu ne veux pas finir en mille morceaux ou perdre ta jolie langue d'allumeuse, je te conseille de la boucler, de baisser le regard et de passer ton chemin  » fit-elle dans un soupir mauvais, une lueur machiavélique dans le fond de ses iris d'acier. Elle n'avait aucune limite, aurait pu la blesser devant tout le monde si elle ne sentait pas le regard courroucé de Théodore. Elle se contenta alors de reculer en la lâchant puis au moment où elle allait à nouveau ouvrir la bouche, elle lui donna une droite bien placée. Sa tête raisonna sous le coup non seulement de sa main mais aussi contre le mur qu'elle se prit par écho à cause de la violence du choc. « Je t'ai dis de la fermer ! » hurla-t-elle en montrant les dents. Elle se retourna alors vers Nott et lui fit un regard mauvais. Levant le doigt dans sa direction, elle se rapprocha de lui d'un pas lent. « Et toi... Comment oses-tu lui adresser la parole ? Ce n'est qu'une traitresse, une déserteuse qui a préféré fuir plutôt que de se battre. Regarde-là avec sa fausse couleur de cheveux et son faux prénom de trainée, plus lâche et faible qu'elle, on ne trouve pas et tu la défends malgré ça ? Tu oses mettre ta vie en danger pour une guenille comme elle ? N'as-tu donc pas d'honneur ? » fit-elle en secouant la tête, dans l'incompréhension la plus totale sans pour autant se montrer médisante. Cette histoire la dépassait. Cette fille n'était bonne qu'à être traitée comme une elfe de maison tant elle faisait honte à leur rang, rien de plus, rien de moins.

________________
why are you my clarity ?
○ i drown in you again 'cause you are the piece of me, i wish I didn't need. chasing relentlessly, still fight and i don't know why. if our love is tragedy, why are you my remedy ? if our love's insanity, why are you my clarity ? (a v a l o r e)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I am become death destroyer of worlds
avatar
I am become death destroyer of worlds

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang pur bien évidemment, c'est un Nott après toutMessages : 361Date d'inscription : 17/11/2014Localisation : Dans l'obscurité à ressasser sa rage contre les Vainqueurs
Ҩ Re: we will fight to the death ∇ (avaloryx) Ҩ Mer 3 Fév - 11:23

We will fight to the death
Avaloryx

Théodore ne s’était pas attendu à ce que tout dérape aussi rapidement. Si quelqu’un le lui avait dit, il ne l’aurait peut-être pas cru. Ou en tout cas, il aurait fallu qu’il le voie pour le croire et voilà que maintenant il voyait la chose arriver, bien plus vite qu’il n’aurait pu l’imaginer. Il était en train de parler de manière légère avec Alyx lorsque soudainement tout s’était chamboulé. Avalon était arrivée, elle avait menacé Alyx parce que cette dernière avait osé lui prendre la main de manière amicale, et puis Théodore s’était mis entre les deux ennemies. Car oui, c’était ainsi qu’elles étaient, des ennemies pur et dur et ce, depuis de longues années... Il l’avait toujours su et pourtant, à ce jour, la vérité en était que d’autant plus forte. Puisque le simple fait qu’Avalon avait placé la lame de son couteau contre la gorge de Alyx voulait tout dire. Absolument tout dir. Avalon était prête à la tuer, il l’avait bien lu dans ses yeux. Car oui, il connaissait Avalon par cœur depuis toutes ces années, aussi reconnaître son envie de tuer n’était pas grand-chose dans la totale complexité des sentiments de l’Ombre. Bien au contraire, c’était un minuscule détail et pourtant à cet instant, il avait fait tilt dans son esprit, car il ne pouvait laisser une telle chose se produire. Non il ne pouvait pas. Voilà pourquoi s’était il placé entre Avalon et Alyx et qu’il avait placé le couteau de son amante sur sa gorge, car il savait qu’elle ne ferait rien pour le blesser, lui. Et lorsqu’elle remarqua que la lame ne se trouvait plus sur la gorge de son ennemie mais sur celle de son amant, Théodore l’a vit hésiter. Il sentait qu’elle était prête à baisser son couteau, il le voyait bien au fond de ses yeux. Ils se jaugaient tous les deux pour voir lequel craquerait en premier. Mais ils n’auraient pas eu le temps de constater qui était le plus faible des deux, car soudainement, Alyx se mit à parler. « Arrête avec ce couteau Théo. Tu sais que t’es complètement barge Dolohov. Tu voulais faire quoi avec ton couteau ? Me taillader la tronche ? » Il aurait peut-être dû lui dire de ne pas intervenir, car il savait que la simple voix d’Alyx allait énerver Avalon, et d’ailleurs il constatait bien que sa prise sur son couteau s’était resserrée, comme si elle imaginait que c’était le cou de son ennemie. Oui il aurait dû le lui dire, mais en même temps, s’il l’avait fait cela n’aurait pas été discret et Avalon l’aurait encore plus mal pris. Enfin à supposer que cela soit possible, car elle était déjà à un haut niveau d’énervement à cet instant. De ce fait, déjà que la voix d’Alyx et sa présence énervaient son amante, alors lorsqu’elle se mit à donner des sortes d’ordres à Avalon, autant dire que Théodore se mit à craindre au pire.

« Et arrête de me menacer avec ta foutue baguette. J’lui ai pas roulé une pelle à ton Théo, donc tu te détends, et tu fous la paix. » Et il avait eu raison de craindre la réaction d’Avalon, car soudainement, elle le poussa pour finalement attraper Alyx et la menacer désormais avec sa lame au niveau de sa gorge, et avec sa baguette contre son estomac. « Ne me dis pas ce que je dois faire ou ne pas faire, traitresse. Tu ne sais pas du tout de quoi je suis capable et surtout à quel point j'aimerais te faire hurler de souffrance donc si tu ne veux pas finir en mille morceaux ou perdre ta jolie langue d'allumeuse, je te conseille de la boucler, de baisser le regard et de passer ton chemin  » Particulièrement en colère face au revirement de situation, Théodore posa sur Avalon un regard particulièrement énervé, pour bien lui faire sentir que si il lui faisait quoi que ce soit, il ne lui pardonnerait pas de si tôt. Car oui, elle n’avait aucun droit de blesser une amie à lui pour simple jalousie. « Je t'ai dis de la fermer ! » Puis c’est alors qu’elle voulu passer sa colère sur Théo également, et elle se tourna alors vers lui. « Et toi... Comment oses-tu lui adresser la parole ? Ce n'est qu'une traitresse, une déserteuse qui a préféré fuir plutôt que de se battre. Regarde-là avec sa fausse couleur de cheveux et son faux prénom de trainée, plus lâche et faible qu'elle, on ne trouve pas et tu la défends malgré ça ? Tu oses mettre ta vie en danger pour une guenille comme elle ? N'as-tu donc pas d'honneur ? » Alors c'était ça, elle lui en voulait pour avoir osé se mettre en danger pour la protéger elle, une traîtresse, une déserteuse, sauf que ce qu'Avalon ne savait pas c'était que lui-même était un déserteur. Il ne s'était pas battu totalement pour les mangemorts et le Lord lors de la bataille de Poudlard, il avait oscillé entre les deux camps pour être certain d'être toujours vainqueurs. Car oui, étant observateur et manipulateur, Théo faisait toujours tout pour qu'au finale il soit toujours gagnant de l'issus d'un combat. « Je ne mettrais pas ma vie en danger pour une guenille, là tu m'insultes Avalon, mais je mettrais assurément ma vie en danger pour une amie. Et Alyx est une amie pour moi, alors vas-y traite la de traîtresse, de traînée, ou encore de déserteuse, mais ça ne changera pas mon amitié pour elle. » Il s'approcha alors d'un pas de Avalon, ses yeux plongés dans les siens. « Tout comme je me mettrais également en danger pour toi Avalon, vous comptez toutes les deux pour moi et je ne supporterais pas de vous voir vous agresser encore et encore pour des futilités. » Même si dans le cas présent, c'était Avalon qui l'avait agressée et non pas l'inverse, mais cela il avait préféré éviter de le dire, car il savait que Avalon l'aurait mal pris. « Alors soit tu abaisses les armes contre Alyx maintenant, soit tu continues à t'enfoncer dans une action pathétique, car tu n'as pas besoin d'être jalouse des amitiés que je peux avoir. »
AVENGEDINCHAINS

________________
the knight and his queens
Don't you think for a moment that you failed me. You stayed my hand, quelled my rage, and unlike all of the souls I've encountered and forgotten in the long march of time, I will carry you with me | Avalore + Theodora + Theolyx


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VAINQUEURS
avatar
VAINQUEURS

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang-pur, pure CarrowMessages : 429Date d'inscription : 03/05/2015Localisation : Dans l'ombre.
Ҩ Re: we will fight to the death ∇ (avaloryx) Ҩ Mar 19 Avr - 10:52

Elle n’aurait certainement pas dû enflammer la situation. Avec Avalon elle ne pouvait jamais être sûre de rien. Elle était tellement folle, qu’Alyx était incapable de savoir ce qu’il se tramait dans sa tête de dégénérée. L’anglaise ne pouvait donc pas anticiper les faits et gestes de l’ancienne mangemort. Elles avaient beau avoir Théodore en point commun, les deux jeunes femmes avaient toujours été incapables de s’entendre. Alyx et Hemera n’avaient jamais compris ce que Théodore trouvait à cette tornade blonde aux idées sanglantes et à l’esprit tordu. Elles s’étaient donc toujours appliquées à éviter Avalon, ou à vouloir la battre dans les missions que leur donnait le Lord. Alyx fixait Avalon qui se mit à pousser une sorte de grognement colérique, poussa Théodore, et l’attrapa par le cou. L’iceberg se retrouva plaquée contre le mur, un couteau sous la gorge, une baguette enfoncée dans son abdomen. « Ne me dis pas ce que je dois faire ou ne pas faire, traitresse. Tu ne sais pas du tout de quoi je suis capable et surtout à quel point j'aimerais te faire hurler de souffrance donc si tu ne veux pas finir en mille morceaux ou perdre ta jolie langue d'allumeuse, je te conseille de la boucler, de baisser le regard et de passer ton chemin. » Impassible, l’anglaise fixait Avalon. Elle pouvait clairement voir cette once de démence qui courait dans son regard assassin. Mais Alyx ne flancha pas. Avalon ne l’effrayait pas. Tandis que la folle furieuse la relâchait, retirant les deux armes de son cou et de son ventre, la jeune femme ouvrit la bouche pour lui faire comprendre qu’elle ne rentrerait pas dans son jeu. Mais avant que les mots ne franchissent la barrière de ses lèvres, elle reçut un coup de poing dans le visage. « Je t'ai dit de la fermer ! » Sa tête cogna contre le mur, et une douleur vive s’éveilla au niveau de son crâne. Sa lèvre fendue se mit à saigner, et Alyx sentit doucement la colère s’emparer d’elle. Elle avait une forte envie de lui lancer un doloris, de lui faire payer son coup de poing. Mâchoire serrée, elle vit Avalon reporter son attention sur Théodore : « Et toi... Comment oses-tu lui adresser la parole ? Ce n'est qu'une traitresse, une déserteuse qui a préféré fuir plutôt que de se battre. Regarde-là avec sa fausse couleur de cheveux et son faux prénom de trainée, plus lâche et faible qu'elle, on ne trouve pas et tu la défends malgré ça ? Tu oses mettre ta vie en danger pour une guenille comme elle ? N'as-tu donc pas d'honneur ? » Alyx se fichait éperdument de ce qu’Avalon pouvait penser d’elle. Elle n’avait aucun compte à lui rendre. Elle n’avait pas non plus à se justifier auprès d’elle. L’anglaise prenait ses propres décisions. Elle préférait avoir le statut de traitresse que de se retrouver à Azkaban. Alyx savait qu’elle pouvait compter sur la compréhension de Théodore, et c’était tout ce qui lui importait. « Je ne mettrais pas ma vie en danger pour une guenille, là tu m'insultes Avalon, mais je mettrais assurément ma vie en danger pour une amie. Et Alyx est une amie pour moi, alors vas-y traite la de traîtresse, de traînée, ou encore de déserteuse, mais ça ne changera pas mon amitié pour elle. » La jeune femme fixait Théodore, silencieuse. Elle était soulagée de le voir tenir tête à Avalon pour la défendre. Alyx savait que Hemera avait du mal à comprendre pourquoi elle avait besoin de tous ces changements, qu’elle avait un besoin de s’éloigner de qui elle avait été. Mais elles se connaissaient depuis si longtemps, que malgré les changements, elles revenaient toujours l’une vers l’autre. Tout comme Alyx avait été incapable d’ignorer Théodore, elle ne pouvait pas évincer Hemera de sa vie. Par contre, si elle pouvait se débarrasser d’Avalon, elle le ferait avec joie. « Tout comme je me mettrais également en danger pour toi Avalon, vous comptez toutes les deux pour moi et je ne supporterais pas de vous voir vous agresser encore et encore pour des futilités. » Il s’était approché de la jeune femme, sous l’œil exaspéré d’Alyx. Elle en avait assez de ces gamineries qui l’amusaient au temps où elle était mangemort. A présent, elle se fichait d’Avalon et de ses petites sautes d’humeurs. Elle se fichait de savoir si elle la contrariait ou non. « Alors soit tu abaisses les armes contre Alyx maintenant, soit tu continues à t'enfoncer dans une action pathétique, car tu n'as pas besoin d'être jalouse des amitiés que je peux avoir. »

Un petit sourire fleurit sur la lèvre légèrement gonflée d’Alyx. Elle espérait que la jeune femme se sentirait complètement stupide. Elle savait que les mots de Théodore avaient plus d’impact sur elle, que les mots de qui que ce soit d’autre. En voyant qu’il essayait de calmer les choses, l’anglaise décida de ne pas se venger tout de suite de sa lèvre en sang et de la future bosse sur son crâne. Mais elle ne put s’empêcher d’en rajouter une couche. « Ecoute ton copain Dolohov. La traitresse que je suis, va pas te voler le seul gars qui daigne s’intéresser à toi. Je voudrais pas que tu finisses ta vie toute seule, ça serait trop triste. » On pouvait clairement percevoir l’ironie qui perçait dans ses paroles, mais c’était plus fort qu’elle. Alyx se fichait des états d’âmes d’Avalon, et si elle pouvait la vexer, c’était un point de plus pour elle.


crackle bones

________________
   
darkness growing on me
I'm being punished for all my offenses I want to touch you but I'm afraid of the consequences I want to banish you from whence you came but you're part of me now and I've only got myself to blame.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

we will fight to the death ∇ (avaloryx)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» We will fight to the death [Livre I - Terminé]
» Jamaica struggles to fight crime
» Bite fight...
» Commande Death at Koten
» Cities of Death

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum