AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I’ll follow you into the dark ☸ Hopisza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Some infinities are BIGGER than other infinities
avatar
Some infinities are BIGGER than other infinities

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang Pur, descendante d'une des nobles familles françaisesMessages : 334Date d'inscription : 01/03/2015Localisation : Enfermée dans la Salle de Réception comme tous les autres Vainqueurs
Ҩ I’ll follow you into the dark ☸ Hopisza Ҩ Mer 25 Nov - 19:44

I’ll follow you into the dark
The time for sleep is now, it's nothing to cry about
Cause we'll hold each other soon, the blackest of rooms

Dream ♦ Beauxbâtons. Les particularités du palais se déversaient à travers tes sens en une symphonie tellement élégante et puissante. Tu te trouvais assise sur le bord de la Fontaine à Voeux qui se tenait devant les lourdes portes du Palais de Beauxbâtons, à admirer tout ce qui t'entourait. Et autant dire qu'il y avait de quoi admirer maints et maints éléments qui se trouvaient autour de toi. En effet, le lieu dans lequel tu te tenais resplendissait d'une énergie pure. Oh combien pure ! Mais le plus important c'était que le lieu en question était une véritable merveille, il te faisait te sentir au paradis. Les jardins étaient grandioses, digne de Versailles. Les fontaines étaient nombreuses et toutes plus uniques les unes que les autres. Quant au Palais, il avait cette grâce bien à lui qui faisait que l'on ne pouvait pas être ému en le regardant. Les figurines le composant, les fenêtres, les portes, les dômes, les couleurs… Un ensemble ô combien fort et merveilleux. Oui, il était certain que pour toi, le Palais de Beauxbâtons resterait à tout jamais la plus belle merveille que tu avais pu observer de tes yeux. Et en plus de l'avoir observé tu y avais vécu, durant de longues années. Tes jeunes années. Certes, tu étais encore jeune aux yeux des autres. Dix-neufs ans c'est bien jeune pour les sorciers tout comme les moldus. Mais pas jeune pour les membres de ta lignée. Chacun de tes anniversaires te rapprochaient de cette limite d'âge que tu savais qu'un jour tu te devrais d'atteindre. Tu avais dépassé la moitié de ta vitalité depuis quatre ans déjà, et tu savais ainsi qu'il ne te restait plus qu'une dizaine d'année à vivre, tout au plus. Après tout, tu avais regardé toutes les femmes de ta famille s'envoler vers de plus verts pâturages une fois la trentaine passée, et tu savais qu'à moins de trouver un moyen de rompre la malédiction, tu les suivrais à ton tour. Ouvrir ses ailes aux alentours de trentes ans, quelle perspective décourageante pour de nombreux êtres, mais étrangement pas pour toi. Tu vivais pleinement et lorsque ton heure aura sonnée, tu n'auras pas de regrets, ou alors juste un : celui de ne pas avoir pu vivre auprès d'Ellie… Mais cela rien ne pourrait changer cela, et peut-être que l'autre côté te permettra de résoudre ce regret.

Quoi qu'il en soit, depuis que tu avais appris pour ta malédiction, tu t'étais mise à absorber toutes les beautés du monde, pour pouvoir montrer tout ce qui a de beau aux autres. Si tu ne pouvais vivre longtemps, au moins pourras-tu apporter aux autres, l'envie de vivre longtemps dans ce monde merveilleux. Et il fallait avouer que Beauxbâtons était l'une des merveilles que tu partageais grâce à ta joie de vivre. Beauxbâtons t'avait fait découvrir ce qu'était la beauté, la pureté, l'excellence, et voilà pourquoi même dans tes rêves tu retournais vers cette école que tu avais chérie. Vers cette partie de ta vie ô combien importante. En effet, tu étais en plein rêve mon doux ange. Dans les bras de Morphée tu te tenais et pour une fois, le rêve qui était le tien semblait être dépourvu d'éléments perturbateurs. Enfin… Il n'aurait pas fallut parler trop vite, car tandis que tes yeux parcouraient les alentours du Palais, ton regard fut captivé par des flammes qui s'étaient mises à ronger le paysage. Des flammes….Toujours des flammes, comme celles qui dévoraient ton âme jour après jour… Alors tu te mis à courir dans ce paysage qui se mit peu à peu à être parsemé de cendre. Et le rêve se transforma en cauchemar. Tout du moins était-ce ce que tu ressentais pour le moment. Après tout, être poursuivie par des flammes, comment cela pourrait-il être autre chose qu'un cauchemar ? C'est alors que tu tombas… Le sol s'était dérobé sous tes pas sans que tu puisses t'échapper et tu te mis à chuter. Lentement et pourtant si vite… Les notions s'étaient embrumés dans ton esprit et tu n'arrivais plus à discerner la vitesse, tes pensées, la fumée. Tu ne discernais plus rien. Tu t'arrêtas soudain. Comme en apesanteur dans les airs, face à une clairière.Et à nouveau les flammes vinrent vers toi, mais tu ne pouvais pas les éviter. Tu ne pouvais plus fuir. Tu ne pouvais plus bouger. Elles se rapprochaient de toi pour finalement s'immiscer dans ta peau sans qu'elles te brûlent et dans ce paysage que tu nettoyais peu à peu des flammes, une silhouette apparu. « Qui es-tu ? » Voilà les seuls mots qui arrivaient à sortir de tes lèvres, car cette silhouette tu la connaissais. Tu l'avais vu à maintes reprises en rêve, mais jamais tu n'avais réussi à savoir qui elle était. Alors tu répétais inlassablement la même question « Qui es-tu ? Dis le moi... »
AVENGEDINCHAINS

________________
I loved loved and lost you
You know, I thought I told everything, every moment that mattered from my past and yet in the mere hours since she died I've thought of a thousand things I forgot to say.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
She was just some little girl who everyone stopped fighting for
avatar
She was just some little girl who everyone stopped fighting for

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Pur depuis des siècles, les Bàthory sont une des familles les plus respectées et illustres de Hongrie.Messages : 283Date d'inscription : 06/09/2015Localisation : Planquée dans un coin de la salle de réception.
Ҩ Re: I’ll follow you into the dark ☸ Hopisza Ҩ Mar 29 Déc - 19:57



▿ i'll follow you into the dark
hope & narcisza



Des anges tombent du ciel, comme des boulets de canon. Contre la terre en feu, ils s'écrasent dans un fracas abominable. Leurs ailes brûlent, une odeur d'espoir calciné envahit la pièce. Est-ce seulement une pièce? Elle avance d'une lenteur fantomatique, pourtant elle n'hésite pas. Ses pas sont francs mais délicats, elle caresse le marbre froid de ses pieds nus. Danseuse vertigineuse, ses bras s'agitent dans une vide énigmatique. Un ciel étoilé la surplombe, dont chacun des points scintillants menace de tomber. Même la lune penche, prête à venir se fracasser à ses pieds. Les flammes l'entourent, des reflets dorés ondulent en dégageant une chaleur étouffante. Elle suffoque. Bientôt, elle se rend compte qu'elle marche sur les plumes des ailes qui se réduisent en cendres à son passage. Une armée d'anges agonise, du moins, elle croit que ce sont des anges. Elle ne distingue pas leur visage, ceux-ci sont dissimulés par leurs bras qui les protègent. En vain. Ils sont poussières et redeviendront poussières. C'est le destin, et la jeune Bàthory est bien placée pour savoir qu'on ne peut pas y échapper. Le sort est cruel, injuste, sans doute ; mais il est imparable.
Narcisza leur jette un regard condescendant, elle n'éprouve aucune pitié pour ces créatures tombées du ciel. S'ils ont été poussé de leur nuage, il doit bien y avoir une raison. Ils n'ont que ce qu'ils méritent. Perchée sur la pointe des pieds, elle avance, elle écrase des corps chauds, brûlants. La fièvre lui monte à la tête, elle vacille, le coeur qui tambourine dans la poitrine. Comme sur un fil, elle tangue d'un côté et puis de l'autre, soudain suspendue dans le vide au milieu de la nuit noire. D'abord consciencieuse, elle prend soin à ne pas faire de mouvement brusque, de peur qu'elle ne tombe et n'imite les anges déchus qu'elle peut encore entendre gémir. Leurs plaintes déchirent les cieux, requiem pour les damnés de ce monde. Elle contemple le vide en-dessous d'elle, puis sans crier gare, elle s'élance et saute à pieds joints. Son rire cristallin vient couvrir les voix pleurnichardes des anges. Elle tombe dans les abysses du Mal. Elle glisse, elle se faufile dans les moindres fissures, comme cette démence qui s'immisce en elle depuis des années. Elle a cessé de lutter, elle se laisser tomber.

La chute semble durer une éternité, elle y croise quelques cadavres, quelques visages épouvantés qui lui hurlent des choses atroces. La Mort elle-même murmure, brise le silence de ses mots macabres et tranchants. Narcisza attend, patiente. Au départ, elle avait peur de ces êtres qui incendiaient tout sur leur passage, de ces nuits interminables où elle ne faisait que croiser des fantômes, des monstres terrifiants et autres créatures du monde obscur. Puis elle avait appris à rester calme jusqu'à l'arrivée de cette tache blanche, irradiante, qui finissait toujours par apparaître pour chasser les flammes. Elle n'avait aucune idée d'où cette silhouette venait, ni de pourquoi elle intervenait toujours pour la sauver des griffes de l'Enfer, mais elle lui en était reconnaissante. Alors elle n'a pas peur, la petite hongroise. Elle sait qu'elle viendra, elle vient toujours. C'est le rayon de soleil qui chasse la pluie, la lumière qui inonde les ténèbres, l'ange qui tue ses démons.
Une clairière se dessine, verdoyante et paisible. Le feu se meurt, il s'étouffe. Elle ouvre les yeux bien grands pour scruter les alentours, peut-être que cette fois, elle va l'apercevoir plus nettement. La clarté du jour est aveuglante, elle ne peut ouvrir les yeux sans sentir les rayons du soleil lui brûler le visage. Elle place ses mains devant celui-ci pour le protéger, à l'instar des anges déchus de tout à l'heure. Malgré tout, elle s'approche. Elle n'aime pas la lumière, elle qui a été habituée à vivre dans le noir, enfermée dans une pièce sombre qu'à peine quelques bougies éclairaient parfois. Elle se souvient de ces fois où elle regardait par derrière le lourd rideau, à travers la fenêtre, encore si jeune et pourtant déjà si détruite. Elle ne peut rien distinguer à part cette même tache blanche, immaculée, qui semble sans cesse la sauver.

Soudain, un son venu de loin lui parvient, mais elle ne peut en saisir le sens. C'est comme si il s'agissait d'un autre langage dont elle n'a étudié que superficiellement les bases, elle peut l'entendre mais pas le comprendre. Elle s'obstine, elle se concentre. « Qui es-tu ? Dis le moi... » Sursaut et tremblement, elle comprend. Alors, cette chose est… humaine? Elle l'ignore, elle ne peut même pas la voir distinctement. Elle se précipite vers elle, prédatrice inavouée, curiosité maladive. Elle est brusque et impatiente, soudain, plus rien ne compte à part de capturer cet être si étrange et si… Elle se demande si Dieu existe. Parce que si c'est le cas, peut-être qu'elle vient de le rencontrer. Quel dommage qu'elle ne croie pas en ces absurdités, alors qu'elle croit aux fantômes et aux forces du mal, venues d'ailleurs, d'un univers perdu entre les mondes. Elle sait que c'est de là que proviennent les monstres qui lui hurlent toutes ces choses, elle en est persuadée. Acharnée, elle court presque pour la rattraper alors que la forme floue s'enfuit, comme paniquée par les gestes sauvages de la jeune fille. Elle ne se doute pas une seule seconde que tout est différent, de l'autre côté du voile. Elle ne voit que merveilles et lumières, tout est douceur et caresse. Elle veut toucher ce nouveau fantôme, tellement plus chaleureux, loin des spectres hostiles que la demoiselle fréquente au quotidien. Mais la chose ne cesse de s'éloigner, comme si elle cherchait à la fuir. Incrédule, Narcisza se fâche, elle rétorque d'un air courroucé. « Ne bouge pas, je ne te veux aucun mal. » Mensonge? Peut-être, ce n'était jamais sûr avec la Bàthory. Derrière son regard de biche se cache de bien sombres secrets. Elle se garde bien de se montrer irritée par le comportement détestable de son ange gardien, de peur que ça ne l'aide pas à l'approcher davantage. Elle s'efforce de s'apaiser, un sourire presque tendre accroché aux lèvres. On aurait presque dit un vrai. « Attends, reviens ! Pourquoi est-ce que tu pars? Qu'est-ce que tu fuis? » Elle tend une main en sa direction, mais alors elle se brûle. Elle s'en étonne, sa main n'a même pas touché son corps, ni quoique ce soit. C'est sa chair à elle qui l'incendie, elle réalise avec un calme déconcertant qu'elle est tout entière plongée dans un tourbillon de flammes. Son corps brûle avec ferveur, mais elle ne ressent rien. Elle est aussi glaciale que le gel épais qui recouvre le dessus du Lac de Brume chaque hiver. Impénétrable, dangereuse.

________________


open my chest and colour my spine

I can see through you, We are the same. It's perfectly strange. You run in my veins. How can I keep you inside my lungs. I breathe what is yours, you breathe what is mine.



BATHORY FAMILY:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Some infinities are BIGGER than other infinities
avatar
Some infinities are BIGGER than other infinities

HOMINUM REVELIO ϟ
Statut du sang : Sang Pur, descendante d'une des nobles familles françaisesMessages : 334Date d'inscription : 01/03/2015Localisation : Enfermée dans la Salle de Réception comme tous les autres Vainqueurs
Ҩ Re: I’ll follow you into the dark ☸ Hopisza Ҩ Lun 11 Jan - 9:02

I’ll follow you into the dark
The time for sleep is now, it's nothing to cry about
Cause we'll hold each other soon, the blackest of rooms

La chaleur était étouffante autour de toi, pénétrant dans ton corps sans que tu puisses te protéger. Tu brûlais, tu le sentais, et cette sensation semblait être tellement vrai qu'elle t'effrayait et pourtant… Pourtant ce n'était qu'un de ces innombrables rêves que tu faisais encore et toujours. Tu le savais bien, car tout était irréel, mais voilà, malgré cela, tu avais peur. Peur que finalement ce soit vrai et que tu sois véritablement en train de brûler. Peur que ta vie se soit terminée avant que tu ne puisses la vivre pleinement. Peur que ta malédiction avait pris le dessus. Tellement de peurs que cela resserrait ta gorge pour que finalement tu n'arrives plus à respirer. De toute façon, si tu venais à respirer, tu avalerais de la fumer et c'était limite pire que de cesser tout simplement de respirer. Mais voilà, le fait de poser ton regard sur une silhouette devant toi coupa cette idée de bloquer ta respiration, car tu voulais lui parler, tu voulais savoir qui elle était. Car oui, cette silhouette tu ne la connaissais que trop bien, tu l'avais vu dans quasiment tous tes rêves, ou plutôt cauchemars, depuis que la malédiction s'était déclenchée en toi. Etait-elle une amie ? Une ennemie ? Une présence tout simplement neutre ? A chaque fois tu te posais ces questions et à chaque fois tu n'arrivais pas à lui répondre, car ton corps était tout simplement éjecté de son rêve. Comme si quelque chose ne voulait pas que vous vous voyiez. Pourtant, ce rêve semblait être différent des précédents, car à leur différence, tu parviens à parler. Tu parviens à la questionner pour savoir qui elle était. Et tu voulais entendre cette réponse comme si cette dernière t'obsédait, mais alors que tu prononças ta dernière question, la silhouette s'approcha de toi et sans que tu l'eus choisi, tu te mis à t'éloigner. Tel un aimant qui n'arrive jamais à en approcher un autre. Elle se mit alors à courir à ta rencontre et tu avais beau mettre toute ta volonté pour arrêter de la fuir, cela ne semblait pas marcher et tu continuais à t'éloigner dans un halo de lumière. Un halo de flammes qui dévoraient ton âme.

« Ne bouge pas, je ne te veux aucun mal. » Tu aurais voulu lui dire que tu ne bougeais pas, que c'était autre chose qui te faisait ainsi te déplacer, mais ce ne sont pas ces propos qui s'échappèrent de tes lèvres. « Peut-être que si je m'arrête de bouger, c'est moi qui vais te blesser. Et je ne pourrais me le pardonner. » Pourquoi avais-tu dis cela ? Tu ne le savais pas, c'était comme si ta malédiction s'était mise à parler à ta place et le pire de tout, c'était que tu ne pouvais pas l'en empêcher. Mais voilà, tu avais beau continué à t'éloigner d'elle, la jeune femme persistait jusqu'à ce qu'elle vienne à tendre une main dans ta direction. Mais en faisant cela elle toucha les contours de ton halo et alors ce dernier se propagea sur la silhouette. Comme si le fait de t'avoir trop approché l'avait entraîné dans ton calvaire. « Attends, reviens ! Pourquoi est-ce que tu pars? Qu'est-ce que tu fuis? » Même toi tu ne le savais pas et tu ignorais quoi lui répondre. Et c’est alors que tu fus incapable de bouger, prisonnière par la volonté de la silhouette désireuse de te voir. Et alors tu croisas son regard marron, telles deux magnifiques noisettes, elle plongea ses yeux dans les tiens qui eux étaient d’un bleu profond. A partir de là tu ne parviens plus à regarder ailleurs, c’était comme si tu étais hypnotisé par son regard et que la lumière t’entourant n’avait plus d’importance. « Je ne fuis pas. Je ne fuis plus. Mais dis moi, tu n’as pas répondu à ma question. Qui es-tu ? » Cela semblait important pour toi, tellement important d’ailleurs que tu aurais pu répéter cette question inlassablement. Mais soudainement, tout ce qui t’entourait commençait à se brouiller, et tu su alors que tu allais bientôt te réveiller… A nouveau tu commençais à chuter et avant que le rêve ne s’évapore complètement, tu lanças un « Hope ! » à la propriétaire de ces yeux marron et alors… tu ouvris les yeux. Mais tu n’étais pas dans ton lit, tu étais dans le couloir et face à toi, une silhouette se tenait. Était-ce la personne de tes rêves ? Mais comment cela pourrait-il être possible ?
AVENGEDINCHAINS

________________
I loved loved and lost you
You know, I thought I told everything, every moment that mattered from my past and yet in the mere hours since she died I've thought of a thousand things I forgot to say.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I’ll follow you into the dark ☸ Hopisza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» flashback - I'll follow you into the dark
» i follow you dark room honey -- mardi dix juillet, 16h42.
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum